Archives par mot-clé : travail

Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche »

Les transformations du travail en cours dans les industries chimiques depuis trente ans ont reconfiguré les métiers de la fabrication et de la maintenance. Plus diplômés, davantage polyvalents, les profils de ces ouvriers, techniciens et agents de maîtrise se sont diversifiés. Dans un secteur où le travail s’est fortement, quoiqu’inégalement, densifié et modernisé, la transmission des savoirs, l’apprentissage sur le tas et la mobilité interne restent prépondérants.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Agnès Legay, Fred Séchaud, Dans les industries chimiques, « on capte, on forme, on embauche » in Bref n° 355 (2017). – 4 p.

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants

 

Etude : Le secteur du bâtiment durable : vers de nouveau rapports entre les acteurs de l’acte de construire ? Une étude à partir de la commande publique d’ouvrages durables

Accès en ligne 

Auteurs : Hubert AMARILLO/Martine GADILLE

Résumé:

Le bâtiment est un secteur divisé et hiérarchisé, séparant maîtrise d’ouvrage (MO) et maîtrise d’œuvre (MOE), bureaux d’études, entreprises de construction et sous-traitants, etc. L’hypothèse centrale de notre recherche est que l’innovation se fonde au contraire sur la coopération entre les acteurs. La coopération se révèle essentielle pour échanger et diffuser les connaissances. Dès lors, le développement du bâtiment dit « durable », innovation majeure, appelle des relations plus étroites et régulières entre des intervenants travaillant de manière séparée. A partir d’une enquête menée dans un pôle d’innovation du bâtiment renommé « POLEBAT », cette recherche tente de savoir si le passage d’une construction classique à un bâtiment durable s’accompagne effectivement d’une meilleure coopération entre acteurs.POLEBAT fonctionne bien sur la base d’une dynamique d’apprentissage collectif et de méthodes coopératives : élaboration participative d’un référentiel de construction, accompagnement des projets. Ce pôle modifie le contenu des métiers. Ainsi, la profession d’architecte s’éloigne d’une figure artistique pour rejoindre davantage celle d’un chef d’équipe et d’un coordonnateur de travaux. La maîtrise d’ouvrage connaît un renforcement de la fonction de contrôle en amont des programmes, et s’entoure de plus en plus de spécialistes de la qualité environnementale. De même, bureaux de contrôle et MO se rapprochent, les premiers apportant aux seconds des conseils de prévention plutôt qu’une sanction a posteriori. Mais, la « maîtrise d’usage », c’est-à-dire les habitants qui utiliseront les bâtiments, est encore trop peu prise en compte dans les projets.Pour autant, la coopération et le décloisonnement des fonctions n’empêchent pas la reproduction de rapports de domination. Certes, les acteurs du « durable » refusent la sous-traitance en cascade et restent vigilants sur le recours à des formes d’emploi trop précaires. Ils tentent de limiter les rapports de force exercés par la MO sur la MOE.

 

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation “Agence d’objectifs” sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

Etude : Carrière et rapport à la carrière chez les jeunes salarié-e-s d’exécution du privé

Auteurs: Pascal BARBIER  (Chercheur, Université de Louvain, IACCHOS) – Pauline SEILLER (Maître de conférence, Université de caen, CerreV)

Résumé: 

Cette recherche s’intéresse aux salariés « stables » de l’industrie et des services, ceux dont l’emploi est à la fois garanti par un contrat à durée indéterminée et par l’appartenance à une grande entreprise. Elle apporte des éléments de compréhension sur un aspect du « rapport au travail » des salariés les plus stables: celui de la « carrièree interne dans une entreprise. En effet la carrière structure le rapport que les salariés entretiennent avec leur travail : elle cimente leus attentes professionnelles (valeur du diplôme, fermeture de la promition, etc.). En un mot, elle constitue un aspect central du rapport au travail, aspect aujourd’hui relégué dans l’espace public par la question des restructurations et des licenciements, mais dont l’importance dans le vécu des salariés ne saurait être ignorée.

Lire l’étude en ligne

Cette étude est consultable au Centre de documentation de l’IRES. Pour consulter la base documentaire de l’RES

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

 

 

 

Genre, travail et mobilités au prisme des comparaisons internationales

Séminaire public de l’équipe GTM du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa)

Coordination : Fatiha Talahite, Sylvie Contrepois

Introduction :
Au cours de ces dernières années, les chercheur.e.s du GTM ont été impliqué.e.s dans différentes collaborations internationales. De ces multiples confrontations d’univers scientifiques, il ressort une connaissance enrichie des sociétés contemporaines et de leurs évolutions, mais aussi des interrogations sur la pertinence et la portée des catégories d’analyse utilisées au quotidien dans chacun des pays. L’objectif du séminaire du GTM pour 2013-2014, est d’offrir au public le récit à plusieurs voix de ces expériences.

Chaque chercheur.e impliqué.e dans des coopérations internationales a été encouragé.e à inviter ses collègues étrangers à présenter avec elles / eux les résultats des travaux communs et les questionnements émergeant de la confrontation de leurs différents univers d’interprétation.

Le séminaire de l’équipe GTM est ouvert au public, sans inscription, et se déroule sauf exception un lundi par mois sur le site CNRS Pouchet (Paris, 17ème), en salle des conférences.

Pour tout renseignement : sandra.nicolas@gtm.cnrs.fr – plan d’accès

Programme :

Mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, toute la journée
Organisation et conditions du travail moderne. Emploi, chômage et précarité au travail
Colloque international de clôture du Programme COFECUB – CAPES (France-Brésil)
Sabine Fortino, sociologue, maître de conférences université Paris 10, chercheure GTM-Cresppa – Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Lucie Tanguy, sociologue, GTM-Cresppa
Retour sur le programme du colloque (Les Échos du travail, 5 octobre 2013)

Lundi 04 novembre 2013, 14h-17h
Mayotte, 101e département : une sociologie du postcolonial Outre-Mer
Nicolas Roinsard, sociologue, maître de conférences université de Clermont-Ferrand, chercheur GTM-Cresppa

Lundi 9 décembre 2013, 14h-17h
Désindustrialisation et identités collectives
Sylvie Contrepois, sociologue, chercheure Working Lives Research Institute, London Metropolitan University (LMU) et CSU-Cresppa – Kazimiera Wodz, sociologue, professeure université de Silésie, Pologne – Cilla Ross, historienne, reader, Working Lives Research Institute, LMU – Steve Jefferys, historien, directeur du Faculty Advanced Institute for Research, LMU – Juan Carlos Revilla, sociologue, professeur université de Compultense, Madrid

Lundi 13 janvier 2014, 14h-17h
Genre et conflits en Afrique subsaharienne
Marguerite Rollinde, sociologue, GTM-Cresppa – Jacques Tshibwabwa, sociologue, Réseau Universitaire des Chercheurs en Genre (RUCG) de l’Université de Kinshasa (RDC)

Lundi 10 février 2014, 14h-17h
« Aidants familiaux », articulation des trajectoires professionnelle et de care. Comparaison France-Japon
Aurélie Damamme, sociologue, maitre de conférences université Paris 8, chercheure au GTM-Cresppa – Kurumi Sugita, sociologue anthropologue, chargée de recherches au CNRS, Institut d’Asie orientale, Lyon

Lundi 10 mars 2014, 14h-17h
Le chômage: une stratégie de comparaison internationale
Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS, CSO-CNRS-Sciences Po – Helena Hirata, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa

Lundi 7 avril 2014, 14h-17h
Politiques d’emploi et régimes de genre en Bulgarie
Danièle Kergoat, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Katia Vladimirova, économiste, professeure université de Sofia

Lundi 12 mai 2014, 14h-17h
Les enquêtes démographiques au Mexique du projet EDER
Carole Brugeilles, démographe, maître de conférences université Paris 10, CERPOS – Pascal Sebille, Maitre de conférences université Paris 10, CERPOS

Lundi 2 juin 2014, 14h-17h
Les « savoirs migrer »
Adelina Miranda, sociologue, maître de conférences université de Naples, chercheure associée au GTM-Cresppa – Djaouida Sehili, sociologue, PAST, université Paris 13, chercheure au GTM-Cresppa – Sara Maria Lara Florès, sociologue, chercheure, Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Nacional Autonoma de México (UNAM), Mexico

Programme en pdf

Capitalisme, travail et émancipation chez Marx

Capitalisme, travail et émancipation chez Marx
Richard Sobel
Capitalisme, travail et émancipation chez Marx
Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires du Septentrion, coll. L’économie retrouvée – 232 p., juin 2012 – ISBN: 9782757403860

Présentation de l’éditeur:
L’œuvre de Marx est construite autour d’un triptyque « travailliste » – anthropologie générale, socio-économie historique et utopie sociale – dont il s’agit de montrer la puissance, la pertinence et l’actualité. Même si la centralité du travail ne s’institue et ne semble valoir que pour le seul monde moderne, il ne saurait y avoir de société qui n’ait fait, d’une manière ou d’une autre, l’expérience du travail comme forme essentielle de la condition humaine. Si la philosophie du travail définit fondamentalement l’être humain, il revient à la socio-économie des modes de production – en particulier le capitalisme où règne la « loi de la valeur » – de montrer que, dans l’histoire, le travail a toujours été l’objet de multiples aliénations qui obèrent la vérité anthropologique dont il est universellement porteur. Seule une société émancipée de toutes les formes de domination pesant sur le travail permettra à chacun de ses membres de s’épanouir pleinement. On peut bien sûr discuter tel ou tel point du « travaillisme » marxien, à commencer par l’utopie communiste. Mais tant que notre horizon social restera dominé par le capitalisme, cette approche constituera une ressource incontournable pour comprendre le présent, le subvertir et dégager une perspective d’émancipation.