La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ?

Lire le Céreq Echanges n° 8 sur le site du Céreq

La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ? C’est à cette question que les chercheur.e.s, venu.e.s d’horizons disciplinaires différents, étaient invité.e.s à répondre lors de la quatrième journée d’étude organisée en février 2017 par le réseau toulousain Evaluation-Formation-Emploi (EFE). Il s’agissait pour chacun.e de dégager les enjeux inhérents à ces deux notions et les recoupements éventuels auxquels elles pouvaient donner lieu au sein de leur propre discipline, voire de disciplines différentes.

Comme le soulignent les contributions rassemblées dans cet ouvrage, les questions de professionnalisation et d’employabilité apparaissent de plus en plus centrales dans l’analyse de la relation formation-emploi. Rarement mises en perspective, les deux notions semblent appartenir à deux univers différents. La professionnalisation – davantage centrée sur la formation – viserait à mieux préparer les individus à exercer une profession, et l’employabilité – davantage centrée sur l’emploi – désignerait de manière plus générale l’ensemble des compétences utiles pour s’insérer sur le marché du travail, s’adapter aux évolutions de l’emploi et faire carrière. La mise en lien des deux notions permet de dépasser cette distinction par trop réductrice et montre leur porosité.

Catherine Béduwé, Catherine Soldano et Sandrine Croity-Belz, dir.La professionnalisation peut-elle ignorer l’employabilité ? Applications à l’enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie : Séminaire du réseau interdisciplinaire Evaluation-Formation-Emploi (EFE) Centre Associé Régional du Céreq de Toulouse  – Marseille : Céreq, 2018. – 130 p. – (Céreq Echanges; 8) .

Le retour en formation : une vraie chance ?

Présentation du Formation Emploi n° 143 sur le site du Céreq

Ce dossier interroge : le retour en formation, une vraie chance ? On souligne certaines spécificités de la société française et de la situation des jeunes les moins qualifiés qui éprouvent plus de difficulté que leurs aînés à trouver un emploi. Cela est lié au rôle important de l’École dans la distribution des places, non seulement dans l’emploi, mais aussi dans la formation continue. La question du retour en formation se pose donc, en France, avec plus d’acuité qu’ailleurs ; quid des dispositifs dits de la « deuxième chance » pour ces jeunes qui ont éprouvé des difficultés aussi bien à l’école que dans l’accès à l’emploi ?

Formation emploi, n° 143, 2018/3 : Le retour en formation : une vraie chance ?

La formation dans les petites entreprises, reflet de leurs orientations stratégiques

Le constat est connu : les petites entreprises forment moins leurs salariés que les plus grandes. Mais dans le détail, leurs pratiques de formation se révèlent très hétérogènes. De nouvelles données, fournies par l’enquête Defis, permettent aujourd’hui de montrer que cette diversité est principalement liée à celle des stratégies de développement.

Lire le Bref n° 369 sur le site du Céreq

Delphine Beraud, Edmond Noack, La formation dans les petites entreprises, reflet de leurs orientations stratégiques in Bref n° 369 (2018). – 4 p.

Carrières des officiers du transport maritime : l’« effet mer » est de courte durée

Les officiers de la marine marchande ne sont plus tout à fait ce qu’ils étaient. Si les aînés passaient souvent leur vie à naviguer, les nouvelles générations ont tendance à se reconvertir précocement dans des carrières terrestres. Ces nouveaux « marins éphémères », qui ont suscité la crainte d’une pénurie d’officiers chez les armateurs, obligent les formations maritimes à s’adapter et interrogent la régulation d’ensemble de la filière.

Lire le Bref n° 368 sur le site du Céreq

Gérard Podevin, Anne Delanoë, Carrières des officiers du transport maritime : l’« effet mer » est de courte durée, in Bref n° 368 (2018). – 4 p.

La politique du titre à l’épreuve du terrain

En dépit de leur attractivité et d’un nombre croissant de candidats, les titres professionnels délivrés par le ministère du Travail restent encore relativement méconnus. Une enquête du Céreq menée auprès de différents acteurs, privés et institutionnels, du marché de la formation et de l’emploi ainsi que des entreprises permet d’éclairer la façon dont est perçu et mis en œuvre ce type de certification.

Lire le Bref n° 367 sur le site du Céreq

Claudine Romani , La politique du titre à l’épreuve du terrain, in Bref n° 367 (2018). – 4 p.

Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts

Employment instability and economic uncertainty have increased in many industrialized countries in the last two decades, giving rise to perceived employment insecurity among workers. It has been shown that perceived job insecurity (PJI) significantly modifies economic behaviours such as saving, consumption and entry to further education, reduces job performance and generates adverse health and well-being effects.

For these reasons, a better understanding of its determinants and multidimensional nature is crucial. However, few studies have specifically addressed the antecedents and evolution of subjective job insecurity in the early years of the working life. Nevertheless, the uncertainty associated with this particular stage of working life is conducive to the emergence of such feelings. We here examine this issue in the case of France.

Lire le Training and Employment n°133 sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray, Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts in Training and employment n° 133 (2018). – 4 p.

Transformation des OPCA au fil des réformes récentes : vers un nouveau modèle économique ?

Lire le Céreq Etudes n°18 sur le site du Céreq

La réforme de la formation professionnelle de 2014 est venue bouleverser le modèle économique des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA). En cause, la quasi-disparition des contributions obligatoires versées par les entreprises au titre du plan de formation, qui constituaient, pour l’essentiel, leur principale source de financement.

La recherche de compléments de financement est alors devenue pour les OPCA un enjeu économique de premier ordre qui oriente leurs nouvelles stratégies, dont les effets jouent tant sur l’équilibre organisationnel des OPCA, entre logique de services publics et comportements de nature commerciale, que sur le renouvellement en profondeur de l’offre de services.

Podevin, Gérard, dir.; Moysan-Louazel, Anne; Quintero, Nathalie; Tuchszirer, Carole; Béraud, Delphine ; Transformation des OPCA au fil des réformes récentes : vers un nouveau modèle économique ? – Marseille : Céreq, 2018. – 94 p. – (Céreq Etudes; 18) .

Trajectoires professionnelles et dynamiques de formation des salariés

Lire le Céreq Etudes n°17 sur le site du Céreq

Ce document présente les principaux résultats des deux premières interrogations de salariés de l’enquête DEFIS, réalisées entre l’été et l’automne 2015 et à l’automne 2016 auprès de salariés en poste en décembre 2013.  Environ 16 000 salariés ont été interrogés, et répartis au sein de 10 trajectoires professionnelles types. Ce rapport présente les étapes de conception et les résultats de ces 10 trajectoires types :
– description des parcours types caractérisant les différentes classes
 – caractéristiques sociodémographiques des individus selon chaque trajectoire
– caractéristiques de leurs emplois.

Les dynamiques d’accès à la formation selon la trajectoire professionnelle sont également présentées :
– taux d’accès et intensité de la formation au long des 32 mois
– cadre, type et objectifs de la formation.

Les trajectoires-types fournissent un premier éclairage sur les parcours des salariés interrogés dans Defis, en lien avec leurs caractéristiques et leurs parcours de formation. Ainsi les trajectoires marquées par le chômage, l’inactivité et l’instabilité rassemblent plus de femmes, de salariés de moins de 30 ans et de salariés en contrats à durée déterminée ou intérimaires. La population de salariés mobiles diffère en termes d’accès à la formation : les salariés quittant leur entreprise d’origine pour une autre entreprise ont un accès élevé à la formation, tandis que ceux partant de l’entreprise pour le chômage durable se forment moins souvent. Cependant, les formations suivies dans le cadre du chômage sont plus longues.

Sans prétendre expliquer l’accès à la formation des salariés dans tel ou tel parcours professionnel, les types de trajectoires proposés pourront être mobilisés dans le cadre d’études plus approfondies.

Stephanus, Camille ; Trajectoires professionnelles et dynamiques de formation des salariés : Suivi longitudinal de l’enquête DEFIS : premiers indicateurs 2013-2016. Marseille : Céreq, 2018. – 50 p. – (Céreq Etudes; 17) .

Les formations obligatoires : bénéficiaires, mode d’organisation, place dans l’entreprise

Lire le Céreq Etudes n°16 sur le site du Céreq

Les formations obligatoires et réglementaires constituent la dépense la plus fréquente des entreprises en matière de formation. En 2014, 63 % des entreprises ont financé de la formation obligatoire, dont 47 % en hygiène et sécurité et 48 % en autres habilitations ou certifications réglementaires.

Des premières études sur les formations obligatoires ont montré que la taille et les secteurs des entreprises permettent de comprendre en grande partie les contextes dans lesquels ces formations se développent. En effet, la fréquence des formations obligatoires augmente avec la taille de l’entreprise, mais la part de ces formations parmi l’ensemble répond à une logique inverse. Les résultats de Defis 2014 montrent que les plus petites entreprises consacrent plus fréquemment plus de la moitié de leurs formations aux formations obligatoires et réglementaires.

Ce document s’inscrit donc dans la continuité en abordant la question cette fois-ci du point de vue des salariés, au moyen du volet « salariés » de l’enquête Defis. Confirmant les principaux résultats des études précédentes (effets de taille et secteur), il cherche à étendre la compréhension du recours aux formations obligatoires en précisant les caractéristiques des salariés formés à l’obligatoire et les modalités de réalisation de ces formations. Au-delà de l’étude de ces formations particulières et au regard de la place importante qu’elles prennent, la prise en compte des formations obligatoires dans les enjeux globaux de la formation continue pourrait s’avérer de grande importance.

Béraud, Delphine; Les formations obligatoires : bénéficiaires, mode d’organisation, place dans l’entreprise. – Marseille : Céreq, 2018. – 30 p. – (Céreq Etudes; 16) .

La démarche ergologique, une contribution originale à la compréhension des relations entre la formation et l’emploi

Il s’agit, dans ce numéro, de s’interroger sur ce que peut apporter la démarche ergologique à la compréhension des relations formation-emploi-travail, d’un point de vue conceptuel et méthodologique. Cette publication comprend les articles issus d’une séance thématique du Séminaire d’Analyse du travail (SEMAT) du Céreq. Elle complète une série de publications antérieures (collection Relief Céreq) également issues des travaux du séminaire, et visant à présenter, discuter et confronter d’autres approches pour analyser le travail, et à saisir les liens entre les savoirs et les agirs professionnels.

Lire le Céreq Echanges n° 7

Samira Mahlaoui, Jean-Paul Cadet (coord.), La démarche ergologique, une contribution originale à la compréhension des relations entre la formation et l’emploi : Séminaire d’Analyse du Travail (SEMAT) du Céreq  /  Séminaire d’Analyse du Travail, SEMAT 2016 (décembre 2016; Céreq, Marseille) . – Marseille : Céreq, 2018. – 109 p. – (Céreq Echanges; 7)