Les différents visages des formations continues à visée écologique

Pour de nombreux métiers et secteurs professionnels, la transition écologique suppose l’adaptation des savoirs et compétences, donc la mise en œuvre de formations spécifiques. Si l’actualisation des diplômes et des certifications a bien été engagée, le renouvellement de l’offre de formation elle-même est plus complexe à mesurer. Quels types de formations écologiques sont proposés, et à quels publics ? Quels sont les niveaux de formation, les cibles d’emploi et les domaines professionnels visés par les organismes formateurs ? À travers une analyse économique de ce secteur émergent, l’enquête Former vert propose quelques éléments de réponse.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandre Meliva, Christèle Gauthier, Les différents visages des formations continues à visée écologique in Bref n° 363 (2018). – 4 p.

20 ans d’insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions

Depuis 20 ans, les enquêtes Génération visent à éclairer la connaissance sur l’insertion professionnelle des jeunes et aident au pilotage des politiques publiques qui l’accompagnent. Selon les éditions, entre 20 000 et 55 000 jeunes sortis la même année du système scolaire ont été interrogés sur leurs premières années de vie active.

Grâce à ce dispositif, le Céreq peut aujourd’hui rendre compte des permanences et des principaux changements en matière d’accès des jeunes au marché du travail, au terme de deux décennies marquées par l’installation du chômage massif et par un accès toujours plus important à l’enseignement supérieur.

Ce travail de synthèse et d’analyse sur longue période est l’occasion d’une prise de recul utile au moment où le champ de la relation formation emploi connaît, ou s’apprête à connaître, une série de réformes.

Lire le Céreq Essentiels sur le site du Céreq

Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Épiphane, Virginie Mora (coordonnateurs), 20 ans d’insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions – Marseille : Céreq, 2018. – 193 p. – (Céreq Essentiels; 1) .

Dès 2014, une profonde mutation de l’offre de services des OPCA

Le métier des OPCA, ces organismes paritaires collecteurs agréés chargés du financement de la formation professionnelle, s’est considérablement transformé depuis la réforme de 2014. Leur rôle initial de collecteur s’est vu en effet largement redéfini, entraînant le développement d’une nouvelle activité de conseil et d’ingénierie ajustée aux attentes des entreprises. Alors qu’une nouvelle réforme de la formation professionnelle continue se prépare, qu’est devenue aujourd’hui l’activité des OPCA ?

Lire le Bref sur le site du Céreq

Anne Moysan-Louazel, Gérard Podevin, Nathalie Quintero, Carole Tuchszirer, Dès 2014, une profonde mutation de l’offre de services des OPCA in Bref n° 362 (2018). – 4 p.

24èmes Journées du longitudinal « Jeunesse(s) et transitions vers l’âge adulte : quelles permanences, quelles évolutions depuis 30 ans ? »

Ces deux journées seront l’occasion de s’interroger sur l’évolution de l’insertion professionnelle des jeunes sur longue période et ainsi de caractériser les permanences observables mais, également, les principaux changements identifiables en matière de transition des jeunes vers l’âge adulte et la vie professionnelle.
Les travaux présentés pourront relever de différents champs scientifiques et notamment de la démographie, de l’économie, de la psychologie, des sciences de l’éducation, de la sociologie.
Pour participer à ces deux journées, inscrivez-vous en cliquant ici.
Attention : nombre de places limité.
Inscriptions jusqu’au vendredi 11 mai 2018.

Acceso de mujeres y hombres jóvenes a los empleos gerenciales, una igualdad engañosa

Por primera vez en 2013, el porcentaje de mujeres jóvenes que tres años después de su entrada en el mercado de trabajo ocupaban un puesto de mando medio y superior, se volvió equivalente a la de los hombres jóvenes. Sin embargo, su acceso a los puestos de gerentes al comienzo de la vida profesional sigue sin estar a la altura de la importancia de su inversión educativa. La evolución de su nivel de diploma es superior a la recuperación lograda al acceder más masivamente que antes al puesto gerencial.

Lire le Calificaciones y empleo n° 103

Vanessa Di Paola, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Stéphanie Moullet, Acceso de mujeres y hombres jóvenes a los empleos gerenciales, una igualdad engañosa in Calificaciones y empleo n° 103 (2017). – 4 p.

La adaptación de las competencias, un desafío para las empresas del sector digital

En el sector digital la innovación está en el corazón del crecimiento. Para favorecerla, las empresas deben más que en otros sectores reclutar personal calificado y cuidar el mantenimiento y renovación de las competencias de sus trabajadores. La formación inicial, la formación continua en sus diferentes formas y la alternancia se utilizan en gran medida en un continuum que podría prefigurar una tendencia más general.

Lire le Calificaciones y empleo n° 102

Jean-Marie Dubois, Patrick Rousset, La adaptación de las competencias, un desafío para las empresas del sector digital in Calificaciones y empleo n° 102 (2017). – 4 p.

Los inicios de carrera de los doctores : una fuerte diferenciación de las trayectorias profesionales

Para los doctores titulados en 2010, la principal salida sigue siendo la investigación. En la investigación pública, sus trayectorias profesionales durante los cinco primeros años de vida activa son sinónimos de tránsitos más o menos largos por empleos de duración determinada. Estos itinerarios contrastan con los de los doctores que se orientan muy tempranamente hacia los empleos del sector privado.

Lire le Calificaciones y empleo n° 101

Julien Calmand, Marie- Hélène Prieur, Odile Wolber, Los inicios de carrera de los doctores : una fuerte diferenciación de las trayectorias profesionales in Calificaciones y empleo n° 101 (2017). – 4 p.

Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar

Cada vez más aprendices, con un nivel de formación más alto y que conservan a pesar de la crisis una inserción notablemente más favorable que los jóvenes que siguen el camino de la escuela. El tono globalmente positivo de este cuadro general oculta sin embargo diferencias según el nivel de diploma, el sector y sobre todo una selectividad en la entrada a esta vía de formación cuyos efectos hay que considerar.

Lire le Calificaciones y empleo n° 98

Alberto Lopez, Emmanuel Sulzer, Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar in Calificaciones y empleo n° 98 (2017). – 4 p.

El trabajo en el corazón de los aprendizajes en empresa

Para la mayoría de los empleadores, las competencias de los trabajadores se adquieren menos por medio de formaciones organizadas que mediante el ejercicio del trabajo. El dispositivo Defis permite mostrar que los trabajadores inscriptos en las dinámicas de trabajo más portadoras de aprendizajes informales son también los que más acceden a la formación organizada. Esta constatación es particularmente marcada para los asalariados que ocupan los puestos menos calificados.

Lire le Calificaciones y empleo n° 99

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, El trabajo en el corazón de los aprendizajes en empresa in Calificaciones y empleo n° 99 (2017). – 4 p.

Las formaciones obligatorias en empresa: formaciones como las demás?

Las formaciones obligatorias y reglamentarias constituyen el primer puesto de gastos de las empresas en materia de formación. Las empresas de los sectores tradicionalmente menos formadores así como los asalariados menos calificados son los más afectados. Pero las empresas en las que las formaciones obligatorias representan la casi totalidad de los gastos tienen las mismas características que las menos formadoras. En filigrana se plantea la cuestion del papel de las formaciones obligatorias en la reducción de las desigualdades de acceso.

Lire le Calificaciones y empleo n° 100

Delphine Beraud, Las formaciones obligatorias en empresa: formaciones como las demás? in Calificaciones y empleo n° 100 (2017). – 4 p.

Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs

Le vingtième siècle a vu une forte croissance du nombre d’étudiantes, pourtant largement minoritaires en début de siècle. Désormais, 57% des étudiants à l’université sont des femmes. Elles représentent plus de la moitié des étudiants en licence et en master, mais elles sont minoritaires dans les formations sélectives telles que les DUT, les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles. Elles sont aussi très peu nombreuses dans la plupart des formations industrielles à l’université.

Les jeunes femmes ont de meilleurs résultats scolaires que les jeunes hommes et pourtant elles choisissent plus souvent que leurs camarades masculins de faire des études scientifiques à l’université, plutôt qu’en école d’ingénieurs. En effet, même si on assiste à une lente féminisation de ces cursus, les jeunes femmes y restent largement minoritaires.

Les diplômé.e.s d’école d’ingénieurs ont des conditions d’insertion sur le marché du travail très favorables. De fait, les indicateurs traditionnels tels que le temps d’accès à l’emploi, le temps d’accès à l’EDI, ou encore le temps passé en emploi depuis la fin des études ne sont pas très pertinents pour évaluer les différences genrées. Par contre, lorsqu’on s’intéresse au salaire, on remarque que les jeunes femmes accusent un retard. De la même façon, elles sont moins souvent encadrantes que leurs homologues masculins et bénéficient de moins de promotions. En outre, elles sont plus souvent déclassées. En définitive, la situation des jeunes femmes ingénieures sur le marché du travail s’avère moins favorable que celle de leurs collègues masculins.

Lire le Working Paper n° 5

Eloïse Corazza, Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs – Marseille : Céreq, 2017. – 48 p. – (Working Paper; n° 5) .

D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question

Interrogés à plusieurs reprises par le Céreq sur la manière dont ils envisagent leur avenir professionnel, les jeunes des Générations 1998 comme 2010 se déclarent majoritairement optimistes.

Ils sont néanmoins 28 % à se dire inquiets après 3 ans de vie professionnelle dans la Génération 2010, témoignant d’un sentiment d’insécurité professionnelle. Celui-ci mérite d’autant plus d’être analysé, qu’il évolue de manière opposée au sein de chaque Génération, en écho aux aléas de la conjoncture économique.

Lire le Bref

Lire le Bref+ sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray , D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question in Bref n° 361 (2018). – 4 p.