Archives par mot-clé : souffrance au travail

La comédie humaine du travail

Linhart-ComedieDanièle Linhart, La comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale Toulouse : Erès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 158 p.

 

Avec Taylor, le « père » de l’organisation scientifique du travail, les ouvriers devenaient un rouage passif, astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d’esprit, de leurs états d’âme et de leurs savoirs.

Le management moderne semble aux antipodes d’une telle orientation. Il clame sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés, mise sur leur subjectivité, leur personnalité et tend à « psychologiser » les rapports de travail.

Pourtant Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : dans les deux cas, s’organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le résultat est le même : un travail qui perd son sens, qui épuise. Pire encore, le travail moderne précarise subjectivement les salariés, qui, constamment mis à l’épreuve, sont conduits à douter de leur propre valeur et légitimité.

En rapprochant Taylor des managers modernes, l’auteur questionne cette idéologie qui prend de plus en plus de place dans la réalité du travail telle qu’elle se dégage à travers ses propres enquêtes et celles des spécialistes en sciences sociales du travail.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité

Femmes dans des "métiers d'hommes" : entre contraintes et déni de légitimitéPour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c’est prendre le risque de se heurter à des résistances. Si des accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du sexisme. En pratique, faire ses preuves ne suffit pas.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandra D’Agostino, Dominique Epiphane, Irène Jonas, Frédéric Séchaud, Emmanuel Sulzer, Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité in Bref n° 324 (novembre 2014). – 4 p.

Journée d’étude du GESTE « Dire et entendre la souffrance au travail »

GESTES (Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail), organise une première journée ayant pour thème:
« Dire et entendre la souffrance au travail: l’objectivation des maux »
le mardi 13 novembre 2012, à l’ENS-CACHAN, 61, avenue du Président Wilson / 94235 Cachan Cedex,  à partir de 9h00, Bâtiment d’Alembert, Salle Condorcet.

Cette journée, qui vise avant tout à mettre en valeur la diversité des recherches sur les questions qui structurent le DIM et à permettre aux différentes disciplines de croiser leurs approches, s’organisera autour de deux table-ronde et de trois ateliers :

Expertise et évaluation de la souffrance : les instruments et les acteurs
Table ronde animée par Claire Edey Gamassou, Université Paris-Est (UPEC)

 Le croisement des savoirs et des discours
Table ronde animée par Isabelle Vacarie, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense (IRERP)

Atelier 1 : Transformation des métiers, cause de souffrance ou remède à la souffrance
Président de séance : Yves Clot, CNAM, Chaire de Psychologie du travail
Discutant : Thierry Pillon, Université de Rouen, Laboratoire DySoLa

 Atelier 2 : Dialogue et action collective : enjeux et obstacles
Président de séance : Michel Pigenet, Université de Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
Discutante : Nathalie Ferré, Université Paris 13, IRIS-EHESS

 Atelier 3 : Dire, taire et entendre la souffrance au travail
Président de séance : Philippe Bataille, EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
Discutante : Marie-Anne Dujarier, Université Paris 3, LISE-CNRS

Programme et intervenants :
Programme-JE-Geste-13nov2012
Plan d’accès à l’ENS Cachan

Le DIM GESTES, Groupe d’Etudes sur le Travail et la Souffrance au travail

Le DIM GESTES, Groupe d’Études sur le Travail et la Souffrance au travail est un réseau scientifique pluridisciplinaire, créé en 2011 à l’initiative de la Région Ile-de-France dans l’un des 16 domaines d’intérêt majeur qui bénéficient d’un soutien à la recherche scientifique de la part du Conseil régional.
Son programme de recherche est doté d’un financement pluriannuel lui permettant de soutenir des projets pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales sur le thème du travail et de la souffrance au travail et relevant d’un des quatre axes suivants :

  • Déni, expression et objectivation de la souffrance au travail et du rapport au travail
  • Causes et conséquences (économiques, gestionnaires et organisationnelles, sociales, médicales, psychologiques) des maux du travail
  • Travail et travailleurs, temporalités et territoires
  • Limiter les risques ou émanciper le travail ? Quelle conception de l’action ?

Le DIM GESTES rassemble plus de 200 chercheurs, une quarantaine de doctorants et fédère 30 équipes de recherche en SHS de l’Île de France.

Le Centre d’analyse et d’intervention sociologique (CADIS), le Centre d’études de l’emploi (CEE), le Centre d’économie de la Sorbonne – Axe Institutions (CES-I, ex-Matisse), le Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP), le Centre de gestion scientifique (Mines Paris Tech), le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Centre Maurice Halbwachs (CMH), le Centre Pierre Naville, le Centre de recherche sur l’âge et la population au travail (Creapt), le Centre de recherche en économie et statistiques (Crest), le Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD-EPCTA), le Centre de sociologie des organisations (CSO), le Centre de sociologie urbaine (CSU-CRESPPA), Dauphine recherche en management, Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé (ESOPP), Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), l’Institut de recherche sur l’entreprise et les relations professionnelles (IRERP), l’Institut de recherche en gestion de Paris-Est, l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Dauphine), le Laboratoire adaptations travail individu (LATI), le Laboratoire techniques, territoires et Société (LATTS), le Laboratoire de Changement Social (LCS), le Centre d’études et de recherche sociologiques (CERS), le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), la Chaire Mutations, anticipations, innovations de l’IAE de Paris, le Laboratoire Professions, Institutions et Temporalités (Printemps), Paris-Jourdan sciences économiques (PSE)

La direction du programme et la coordination scientifique du réseau sont actuellement assurés par Michel Gollac (Directeur du laboratoire de sociologie quantitative, CREST) et Jérôme Pélisse (Directeur du laboratoire PRINTEMPS,UVSQ-CNRS)

Les projets de thèses, de recherches post-doctorales, de séminaires et de colloques sélectionnés en 2012 sont consultables sur le site du DIM GESTES. D’autres appels à projets seront lancés fin 2012.

Plus d’informations : http://gestes.net/

Risques du travail, la santé négociée

Catherine Courtet et Michel Gollac (dir.)
Risques du travail, la santé négociée Paris: La Découverte, coll. Recherches – 328 p., juin 2012 – ISBN: 9782707173089

Présentation de l’éditeur :
Analyser la santé au travail, c’est analyser le travail et ses transformations, les déterminants organisationnels et managériaux de l’activité, les contraintes qui pèsent sur elle et les ressources que les salariés mobilisent pour sa réalisation. C’est aussi analyser les transformations historiques de l’identification, de l’objectivation (scientifique, médicale, statistique) et de la prise en charge des pathologies dont le lien avec le travail est avéré ou suspecté. Entre conflits et définition de normes de protection ou de prévention, la santé au travail se négocie. Cette négociation ne porte pas que sur la reconnaissance et la réparation des maladies dites professionnelles ; elle influe sur le travail lui-même et détermine ses conséquences pour la santé.
Les contributions d’historiens, sociologues, économistes, ergonomes, psychologues, épidémiologistes, rassemblés dans cet ouvrage, sont issues de travaux de recherche parmi les plus innovants dans ce domaine. Elles associent l’examen des déterminants « objectifs » de la santé au travail à celui des processus sociaux qui président à cette objectivation. Leurs terrains d’observation et d’expérimentation s’attachent au poste de travail, à l’entreprise, à la branche et aux niveaux national et international, et visent à mieux comprendre les chaînes causales complexes qui font du travail un facteur de maladie ou de santé. Elles mettent ainsi en évidence les contraintes, mais aussi des marges de liberté. Mieux comprendre les liens entre santé et travail, c’est se donner les moyens d’agir.

Contributions de :
Paul V. Dutton, Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès, Alberto Baldasseroni, William Martinez, Paul-André Rosental, Bernard Thomann, Éric Verdier, Carole Gayet-Viaud, Anne de Labrusse (collab.), Joan Stavo-Debauge, Johannes Siegrist, Yves Roquelaure, Annette Leclerc, Fabien Coutarel, René Brunet, Sandrine Caroly, François Daniellou, Claudine Mélan, Nadine Cascino, Béatrice Barthe et Edith Galy, François Dubet, Danièle Linhart, Matthieu Detchessahar, Guy Minguet, Charles Gadea, Sophie Divay, Claire Edey Gamassou, Cathel Kornig, Marion Gilles,  Serge Volkoff


Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire

Cet article analyse, à partir d’un modèle intégratif et dynamique, la souffrance au travail et les manifestations de celle-ci chez les agents pénitentiaires en milieu carcéral au parloir. Si les questions de facteurs de risques, notamment de stress ou du burn-out, ont été abondamment traités dans la littérature, selon des approches factorielles, rares sont les modèles multidimensionnels existants qui permettent de comprendre la complexité et la spécificité des processus en jeu en milieu carcéral. La méthode de recherche relève d’une analyse comparative des espaces professionnels. Soixante-douze entretiens semi-directifs de recheche ont été conduits aurpès des surveillants occupant chacun des espaces, dans trois établissements pénitentiaires français. A partir de différents indicateurs, le modèle permet de saisir le processus et les étapes qui conduisent à la manifestation de souffrance au travail. Il offre à la fois des perspectives d’intervention et de prévention pour les cadres et psychologues chargés du soutien aux personnels.

MOULIN (V.), SEVIN (A.S.),  »Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire », in LE TRAVAIL HUMAIN, n° 2, 04/2012, pp. 147-178