Archives par mot-clé : Sociologie travail

Bourdieu et le travail

Maxime Quijoux (dir.) Bourdieu et le travail, Rennes: PUR, coll. Le sens social – 376 p., mars 2015

Présentation de l’éditeur:

Plus de dix ans après sa disparition, Pierre Bourdieu demeure toujours l’auteur des sciences sociales le plus cité au monde. Si ses concepts, sujets de débats permanents, expliquent probablement ce succès, son aptitude à explorer l’ensemble des domaines du social y a aussi grandement contribué : la socialisation, l’école, les classes sociales, le célibat, la culture, l’art, l’État, la politique, etc., peu d’objets semblent en effet s’être soustraits à l’examen du sociologue, et sur lesquels, en retour, il n’a pas été discuté. Il en existe pourtant un et non des moindres: le travail. Après des travaux liminaires sur la question dans le contexte de la guerre d’Algérie, Bourdieu paraît en effet définitivement s’en désintéresser. Cette désaffection correspond alors à une indifférence équivalente des sociologues du travail à l’égard de son œuvre. Durant quarante ans, Bourdieu et « le travail » donnent l’impression de s’ignorer superbement.

À l’occasion du dixième anniversaire de sa mort, c’est cette double défection – le travail dans la sociologie de Bourdieu, et Bourdieu dans la sociologie du travail – que nous avons voulue questionner: le travail est-il vraiment absent dans l’œuvre de Pierre Bourdieu ? Comment l’aborde-t-il, en particulier après son époque algérienne ? Enfin, dans quelle mesure ses concepts peuvent-ils contribuer à l’analyse du travail, d’hier et d’aujourd’hui ?

Réunissant plus d’une vingtaine de contributions, entre exégèses, analyses historiques et enquêtes de terrain, ce livre souhaite montrer l’apport mutuel du sociologue et de l’objet « travail ». Une réconciliation scientifique en somme.

Contributions de : Béroud Sophie, Bourdieu Pierre, Burawoy Michael, Caveng Rémy, Didry Claude, Goussard Lucie, Lizé Wenceslas, Menoux Thibaut, Naudier Delphine, Perrenoud Marc, Proteau Laurence, Quijoux Maxime, Rabot Cécile, Sacriste Fabien, Selponi Yohan, Sembel Nicolas, Sorignet Pierre-Emmanuel

Compléments sur le site des PUR : Préambule et table des matières

L’âge du faire : hacking, travail, anarchie

LallementLALLEMENT Michel. L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie. Paris : Seuil, 2015, 448 p.

De nouveaux lieux de conception, de production et de collaboration voient aujourd’hui le jour un peu partout dans le monde. Équipés de machines industrielles comme des plus récents équipements informatiques, les hackers inventent un nouveau modèle d’activité : le faire (make). À distance des exigences imposées par le marché et les grandes organisations bureaucratiques, les membres des hackerspaces et autres laboratoires de fabrication font du travail une fin en elle-même, sans que quiconque n’impose d’objectifs, de délais, de contraintes… Juste l’envie de faire pour soi. Fruit d’une enquête ethnographique menée dans la région de San Francisco, là où les chantres de la contre-culture libertaire côtoient les entrepreneurs de la Silicon Valley, ce livre plonge au cœur du mouvement faire. Il en décrit les origines historiques ainsi que ses multiples impacts sur l’économie et la société. Michel Lallement a partagé la vie des hackers, les a regardé inventer, bidouiller et s’organiser au quotidien dans des communautés frottées, pour certaines d’entre elles, aux principes de l’anarchisme. Il les a fait raconter et expliquer leurs vie, leurs choix, leurs idées. En expérimentant une utopie concrète, les hackers font plus qu’imaginer une autre manière de travailler. C’est une nouvelle grammaire du vivre ensemble que, sous nos yeux, ils sont en train de composer.

http://www.seuil.com/livre-9782021190496.htm

Michel LALLEMENT est professeur du CNAM, titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail et membre du laboratoire LISE

Les postures de l’évaluateur : pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale

BUREAU Marie-Christine, SARFATI François, SIMHA Jules, TUCHSZIRER Carole. “Les postures de l’évaluateur. Pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale”. In Mateo Alaluf, Pierre Desmarez et Marcelle Stroobants (ed.), Mesures et démesures du travail, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 101-112.

Présentation de l’ouvrage : Le comble de la mesure, c’est le travail. On travaille en mesure, selon des cadences incorporées dans les flux de production et selon des pressions intériorisées. Le travail divise, se divise, se rémunère, il se présente comme étalon de tous les biens, mais n’a pas de valeur absolue. Et il faut bien des conventions pour que l’équivalence entre travaux puisse être établie. On dénombre des cycles, des heures et des jours ouvrables dont le travail déborde. Le travail ne se mesure jamais mieux que dans sa démesure, par excès ou par défaut, quand il brille par son absence, s’évade, surmène, résiste, fait grève ou bien s’épuise. A présent, la mesure est comble. Partout, des pratiques professionnelles sont saisies par une profusion de mesures renouvelées : évaluation des compétences, indicateurs de performances, catégorisation des objectifs, normes de qualité, standardisation des procédures, benchmarking, facteurs d’impact. La démesure du travail serait-elle un corollaire de la production «sur mesure» ? Qui mesure quoi, comment et avec quels effets ? Les tensions entre mesures et démesures traversent toute la sociologie du travail. Cet ouvrage collectif a fait le pari de «remettre à zéro» le compteur du travail, d’actualiser ces tensions jusqu’à éprouver les références qui servent de commune mesure aux chercheurs. Les différents angles de recherche s’y déploient en sept parties, amorcées par une présentation permettant de situer l’originalité de chaque contribution dans les mouvements de la sociologie du travail contemporaine.

http://metices.ulb.ac.be/spip.php?article448

 Marie-Christine Bureau est sociologue au  Lise -Cnam-Cnrs.

François Sarfati est chercheur au Centre d’Etudes de l’Emploi, membre associé du Lise.

Jules Simha est doctorant à l’IDHE et chargé de mission au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Carole Tuchszirer est chercheuse au Centre d’Etudes de l’Emploi.