Archives par mot-clé : Reprise d’études

Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ?

Lire le Céreq Echanges n° 14 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargé·e·s d’études du Céreq, des chercheur·e·s et enseignant·e·s chercheur·e·s, des représentant·e·s de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).
Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les reprises d’études à l’université. Qui sont ces publics de plus en plus nombreux ? Comment les repérer ? Quelles sont leurs motivations ? Quelle place prend la reprise d’études dans leurs trajectoires personnelle et professionnelle ? S’inscrit-elle comme une deuxième chance, en continuité d’un parcours antérieur ? Est-elle toujours formalisée par un dispositif de formation professionnelle continue ? Autant d’interrogations que les différentes contributions (construites à partir de sources et de méthodes d’analyses différentes) se proposent d’explorer en dressant un portrait de cette catégorie d’étudiants dont l’hétérogénéité des situations et des profils n’est plus à démontrer.

Valérie Canals, dir.; Séverine Landrier, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France), Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ? – Marseille : Céreq, 2020. – 181 p. – (Céreq Echanges; 14) .

Retours précoces sur la voie des diplômes : vers une formation «tout au long du début de la vie» ?

Parmi les jeunes de la génération 2010, un sur huit a obtenu un nouveau diplôme dans les cinq années suivant la fin de sa formation initiale. Les formes de ces retours précoces sur le chemin des diplômes sont très variées, de même que les logiques individuelles qui y conduisent. Les démarches qui visent à se réorienter ou faire progresser une carrière semblent cependant plus efficaces en termes d’insertion que celles destinées à résoudre des difficultés d’accès à l’emploi.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Virginie Mora, Alexie Robert, Retours précoces sur la voie des diplômes : vers une formation «tout au long du début de la vie» ? in Bref n° 360 (décembre 2017). – 4 p.