Archives par mot-clé : représentation du travail

Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts

Employment instability and economic uncertainty have increased in many industrialized countries in the last two decades, giving rise to perceived employment insecurity among workers. It has been shown that perceived job insecurity (PJI) significantly modifies economic behaviours such as saving, consumption and entry to further education, reduces job performance and generates adverse health and well-being effects.

For these reasons, a better understanding of its determinants and multidimensional nature is crucial. However, few studies have specifically addressed the antecedents and evolution of subjective job insecurity in the early years of the working life. Nevertheless, the uncertainty associated with this particular stage of working life is conducive to the emergence of such feelings. We here examine this issue in the case of France.

Lire le Training and Employment n°133 sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray, Perceived job insecurity in early careers: a tale of two French cohorts in Training and employment n° 133 (2018). – 4 p.

D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question

Interrogés à plusieurs reprises par le Céreq sur la manière dont ils envisagent leur avenir professionnel, les jeunes des Générations 1998 comme 2010 se déclarent majoritairement optimistes.

Ils sont néanmoins 28 % à se dire inquiets après 3 ans de vie professionnelle dans la Génération 2010, témoignant d’un sentiment d’insécurité professionnelle. Celui-ci mérite d’autant plus d’être analysé, qu’il évolue de manière opposée au sein de chaque Génération, en écho aux aléas de la conjoncture économique.

Lire le Bref

Lire le Bref+ sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray , D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question in Bref n° 361 (2018). – 4 p.

Cinéma et travail

Travailler 2012/1 n°27

Travailler, n° 27, 2012
« Cinéma et travail » dossier coordonné par Isabelle Gernet, Aurélie Jeantet – 186 p.

Extrait de l’introduction :
Rendre visible le travail ne peut se limiter à l’activité de « représentation » du travail et de sa réalité, même si elle en constitue une forme cardinale. Les conditions de révélation du travail, par la fiction, mais aussi par le documentaire, par le roman, ou encore par la mise en scène du théâtre, requièrent également une mise en forme par le filtre de la subjectivité du réalisateur, du metteur en scène, ou de l’écrivain. C’est d’ailleurs ce dont un dossier antérieur de la revue coordonné par A. Fernandez-Zoïla, paru en 2001, portant sur « le travail dans les fictions littéraires », avait cherché à rendre compte, en discutant le rôle du roman comme outil de description de la centralité du travail dans la condition humaine.
Les différentes contributions du présent dossier introduisent le lecteur à la complexité des processus à l’œuvre, dont une part importante ressortit en propre au travail du spectateur. Nous nous situons en plein cœur de la question de l’action puisqu’il s’agit ici de pouvoir faire advenir des formes originales et impensées jusqu’alors. La mise en scène, qui résulte elle-même d’un travail spécifique, consiste en effet à inventer une forme de rhétorique pour rendre visible une partie de la dimension énigmatique du travail. Ce processus contribue à susciter, chez le réalisateur, comme chez le spectateur, un mouvement d’élaboration pour penser ce qui résiste de l’expérience du travail qui, sinon, risque toujours d’être occulté. Lire l’introduction

Sommaire :

Aurélie Jeantet, Cinéma et travail, p.17-36

Guillaume Le Saulnier, Ce que la fiction fait aux policiers. Réception des médias et identités professionnelles, p.37-63

Aurélie Jeantet et Emmanuelle Savignac, Représentations du monde professionnel et du rapport subjectif au travail dans les films de fiction français contemporains, p.65-85

Monique Peyrière, Filmer le travail, filmer contre le cinéma ? p.87-102

David Faroult, Mettre le spectateur au travail ? La programmation d’un travail du spectateur par l’avant-garde cinématographique militante issue de Mai-68, p.103-122

Nicolas Fraix, Projection de films et mise en débat : l’expérience de Ciné Travail, p.123-142

Christophe Dejours et al.   « Saisir la subjectivité et le travail par le film de fiction ». Rencontre avec Jean-Marc Moutout, p.123-142

Résumés sur Cairn