Archives par mot-clé : profession

Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation

Cette étude, élaborée pour le compte du Commissariat général au développement durable (CGDD), présente et défend les spécificités des métiers de la mesure. Ils regroupent ici la métrologie, l’instrumentation et l’analyse/métiers de laboratoire. Ils sont analysés à partir de plusieurs dimensions : missions des professionnels, évolutions récentes, appareil de formation existant… Une partie est par ailleurs spécifiquement consacrée aux impacts de la transition écologique.

Lire le Céreq études n° 10

Félicie Drouilleau ; Anne Delanoë (collab.) ; Michèle Ménabréaz  (collab.) ; Mickaële Molinari (collab.) Les métiers de la mesure – De la métrologie à l’instrumentation  – Marseille : Céreq, 2017. – 56 p. – (Céreq Etudes; 10) .

Le travail de service

Bercot-anactRégine Bercot et Nadia Rahou (coord.), Le travail de service Lyon : Anact, coll. « Études et documents », 2014 – 148 p.

Résumé : « « L’objectif du groupe de travail composé d’intervenants de l’Anact et de chercheurs était de construire une réflexion théorique autour de la production du service ; nous avons choisi délibérément de mixer des interrogations autour de deux configurations très différentes : les services rendus à la personne et les services à destination du grand public (comprenant les services commerciaux et les services publics) Le service doit être considéré en lien avec le fait qu’il se situe au cœur de rapports sociaux qui le  rendent plus difficile à construire, voire impossible lorsque sa construction se heurte à des contradictions difficilement réductibles ou à des rapports de force défavorables Il renvoie à des mutations économiques et du travail majeures ; le passage d’une économie industrielle à une économie de service place le bénéficiaire — client ou encore usager — au cœur de l’organisation et du travail. »

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations

Les groupes professionnels en tension

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (dir.)
Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations.
Toulouse: Octarès Éditions, coll. Le travail en débats, 2012 – 300 p.

Résumé:
Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.

Contributions de:
Frédéric Poulard¸Olivier Pilmis¸François Burban¸Vincent Charlot¸Vérène Chevalier, Maud Simonet, Fabienne Barthélémy, Frédéric Charles, Sabine Fortino, Eric Farges, Evelyne Bailly, Florence Hellec, Aurélie Peyrin, Eliane Rothier Bautzer, Léonie Hénaut, Fabrice Burlot.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sébastien Bauvet, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 14 novembre 2012.

Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Le prestige des professions et ses failles Alexandre Mathieu-Fritz et Régine Bercot
Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz
Le prestige des professions et ses failles. Huissiers de justice, chirurgiens et sociologues

Paris: Hermann, coll. Société et pensées, 2008 – 313 p.

Présentation de l’éditeur:
Il est des activités professionnelles qui sont auréolées d’un véritable prestige et d’autres qui sont dévalorisées de multiples façons. Afin de rendre compte des processus de construction et de valorisation symboliques des groupes professionnels, les auteurs portent leur attention sur des groupes appartenant aux classes moyennes supérieures. Ces derniers présentent la particularité de subir différentes formes de dévalorisation, alors que, intuitivement, on pourrait considérer qu’ils devraient bénéficier d’une image d’ensemble plutôt positive, en corrélation avec leur position socioéconomique relativement élevée. Être en haut ou en bas de l’échelle sociale ne suffit pas, ainsi, à expliquer la nature des représentations sociales.
En s’appuyant principalement sur des données empiriques issues de plusieurs de leurs recherches (sur les huissiers de justice et les chirurgiens) et en reprenant les résultats d’enquêtes déjà réalisées (sur les sociologues) qu’ils complètent, Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz cherchent notamment à identifier les diverses causes des représentations négatives associées aux groupes professionnels, et à observer comment celles-ci émergent lors des interactions sociales et servent de support à leurs différents protagonistes, comment les professionnels tentent, via leurs organismes de représentation, de les modifier et, enfin, comment des individus en viennent à exercer les activités auxquelles elles sont associées.

Comptes-rendus

  • Compte-rendu d’Igor Martinache, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 11 août 2008, consulté le 20 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/629