Archives par mot-clé : organisation du travail

Construire des espaces de coopération pour l’emploi, la formation et le développement économique

L’Institut national du travail de l’emploi et de la formation professionnelle (Intefp) et le Céreq s’associent pour co-éditer l’ouvrage de restitution des travaux de la 34e session nationale de l’Intefp qui a eu lieu de juin 2015 à juin 2016. La thématique retenue était celle des nouvelles manières de coopérer à l’heure où la numérisation accélère les changements économiques et sociaux.
Un détour par la Silicon Valley et la Haute Bavière à l’occasion de deux voyages d’études permet de saisir l’ampleur des bouleversements engendrés par la révolution numérique. Ces nouveaux enjeux incitent à explorer d’autres formes de collaboration et de coopération : de l’entreprise « libérée » aux coopératives ou aux groupements d’employeurs, l’ouvrage explore de nouvelles manières de travailler ensemble.
Les sessions nationales de l’Intefp rassemblent chaque année une trentaine d’acteurs (les auditeurs) issus du monde de l’entreprise, des syndicats, des collectivités territoriales, des administrations d’Etat, des médias autour de thématiques liées aux évolutions économiques et sociales. Elles sont une occasion inédite pour chaque participant d’amorcer un processus de réflexion et d’action en dehors de ses grilles de lecture habituelles.

Lire l’ouvrage en ligne

Rosenfeld, Pierre-Louis, dir. ; Aubert, Jean-Pierre, dir. ; Azais, Jean-Pierre; Ballot, Nicolas; Barban, Laurent; Bigot, Catherine; Castillo, Etienne; Chaussée, Pascal; Degay, Aline; Delalande, Franck; Depret-Bixio, Isabelle; Wavrechin, Gilles de; Dupont, Jérôme; Fonteix, Patrick; Fougerouse, Bernadette; Gasparina, François; Georget, Martial; Juy, Marie-Germaine; Latouche, Thierry; Lecerf, Christine; Lecouteur, Christine; Ledeme, Dominique; Leroy, Serge; Lesne, Thomas; Macher, Jean; Marechau, Armelle; Pellerin, Thierry; Trichard, Yann; Valette-Wursthen, Aline; Viry-Allemoz, William; Watelet, Véronique; Zenou, Delphine; Ateliers de l’INTEFP, Repenser les espaces de coopération au service de l’emploi, (34ème; juin 2016; Maison de la Chimie, Paris). Construire des espaces de coopération pour l’emploi, la formation et le développement économique – Marcy-l’Etoile : Institut national du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (INTEFP) ; Marseille : Céreq, 2017. – 120 p.

La Revue de l’Ires n°85-86, 2015/2-3

Sommaire de la Revue de l’Ires n°85-86, 2015/2-3Rev85-86site

Les exonérations de cotisations sociales patronales : une évaluation à partir d’un modèle de croissance et de rentabilité de la firme
Aziza GARSAA

Apprendre le travail : les liens entre le savoir et l’action 
Regards ethnographiques sur le travail et la formation pour deux métiers de la petite enfance
Anne-Lise ULMANN

De l’influence des conditions pratiques de la négociation collective : 
le cas d’une entreprise de la restauration de collectivités
Jörg FRANKE

Les effets de l’invitation européenne à agir sur la conciliation emploi-famille : une analyse comparée de la négociation collective en France et au Luxembourg
Delphine BROCHARD, Carole BLOND-HANTEN et Fanny ROBERT

Temps de travail, charge de travail et articulation emploi-famille : 
enjeux pour les milieux syndicaux 
Diane-Gabrielle TREMBLAY

Mettre en perspective la perspective d’investissement social
Chantal NICOLE-DRANCOURT

 

La Revue de l’Ires, créée en 1989, est une revue pluridisciplinaire publiée par l’Institut de Recherches Economiques et Sociales. Elle est destinée à nourrir la connaissance dans les domaines intéressant l’ensemble des organisations syndicales : marché du travail et politiques d’emploi, politique économique, revenus et protection sociale, conditions de travail et activité de travail, formes de rémunération et de gestion des salariés, relations professionnelles.

S’adressant aux chercheurs, praticiens et experts venant de différentes disciplines (droit, économie, gestion, histoire, sociologie, sciences politiques), La Revue de l’Ires porte une attention particulière aux articles novateurs issus d’enquêtes empiriques ou mobilisant une méthodologie originale, ainsi qu’aux éclairages comparatifs internationaux.
Elle paraît quatre fois par an. Tous les articles sont téléchargeables depuis le résumés articles du numéro 27 été 1998.

L’entreprise libérée : une véritable innovation managériale ?

L’entreprise libérée suscite un engouement croissant en France depuis la parution française en 2012 de l’ouvrage d’Isaac Getz et Brian M. Carney, « Liberté et Cie » et la diffusion en février 2015 du documentaire « Le bonheur au travail » par la chaîne Arte. Serait-elle le nouveau modèle sur lequel fonder l’organisation de l’entreprise ?

Source: L’entreprise libérée : une véritable innovation managériale ?

La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales

Bercot-sante_travail_prismeR. Bercot (Coord.), La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales, Octarès, collection le travail en débats, série colloques et congrès 2014.

Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre ? Cette question suppose de saisir les différences tant au niveau sociétal qu’au niveau du travail lui-même, d’intégrer des dimensions liées à la socialisation et à l’ethos des groupes, de rendre compte des effets du travail dans son articulation aux contextes de vie et aux trajectoires.

Que nous disent les grandes enquêtes quantitatives ? Prenant appui sur des enquêtes quantitatives nationales au Québec et au Chili les auteurs affinent les résultats en mettant en exergue les différences hommes femmes ainsi que les sources de ces différences. Ils questionnent les enjeux et les rapports de force autour de la construction des indicateurs. Au fil des chapitres, on découvrira tout à la fois les données produites et les problèmes de méthodes qui se posent au chercheur souhaitant faire apparaître des corrélations entre différentes situations et différents contextes.

Une focale mise sur les conducteurs de bus au Portugal illustre la manière dont les acteurs et particulièrement les femmes sont fragilisées par des rythmes de travail incompatibles avec leurs contraintes de vie.

Avec les contributions de :
Karen Messing, Elisa Ansoleaga, Angelo Soares, Marianne Lacomblez, Nicky Le Feuvre ; Introduction de Régine Bercot.

Voir aussi le programme du séminaire « Le mal-être du genre au travail » organisé par l’Anact, le Cresppa-GTM, la MSH Paris-Nord avec le soutien du Dim Gestes Région Île-de-France de 2012 à 2014.

 

Le travail de service

Bercot-anactRégine Bercot et Nadia Rahou (coord.), Le travail de service Lyon : Anact, coll. « Études et documents », 2014 – 148 p.

Résumé : « « L’objectif du groupe de travail composé d’intervenants de l’Anact et de chercheurs était de construire une réflexion théorique autour de la production du service ; nous avons choisi délibérément de mixer des interrogations autour de deux configurations très différentes : les services rendus à la personne et les services à destination du grand public (comprenant les services commerciaux et les services publics) Le service doit être considéré en lien avec le fait qu’il se situe au cœur de rapports sociaux qui le  rendent plus difficile à construire, voire impossible lorsque sa construction se heurte à des contradictions difficilement réductibles ou à des rapports de force défavorables Il renvoie à des mutations économiques et du travail majeures ; le passage d’une économie industrielle à une économie de service place le bénéficiaire — client ou encore usager — au cœur de l’organisation et du travail. »

Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client

Les professionnels de la vente à l'épreuve de la relation clientLes stratégies d’entreprise centrées sur le client influencent directement les métiers de vendeurs, commerciaux et téléconseillers. La montée des exigences du client et les pratiques de gestion liées à ces stratégies modifient le contenu de leur activité. Ces effets sont variables selon les métiers, les contextes organisationnels et les choix managériaux.

Dans tous les cas, les professionnels de la vente doivent relever le défi d’une relation clientèle à la fois plus normée et plus singulière.

Lire le document sur le site du Céreq

Jean-Paul Cadet, Samira Mahlaoui, Dominique Maillard, Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client in Bref n° 321 (mai 2014). – 4 p.

Etude : Le secteur du bâtiment durable : vers de nouveau rapports entre les acteurs de l’acte de construire ? Une étude à partir de la commande publique d’ouvrages durables

Accès en ligne 

Auteurs : Hubert AMARILLO/Martine GADILLE

Résumé:

Le bâtiment est un secteur divisé et hiérarchisé, séparant maîtrise d’ouvrage (MO) et maîtrise d’œuvre (MOE), bureaux d’études, entreprises de construction et sous-traitants, etc. L’hypothèse centrale de notre recherche est que l’innovation se fonde au contraire sur la coopération entre les acteurs. La coopération se révèle essentielle pour échanger et diffuser les connaissances. Dès lors, le développement du bâtiment dit « durable », innovation majeure, appelle des relations plus étroites et régulières entre des intervenants travaillant de manière séparée. A partir d’une enquête menée dans un pôle d’innovation du bâtiment renommé « POLEBAT », cette recherche tente de savoir si le passage d’une construction classique à un bâtiment durable s’accompagne effectivement d’une meilleure coopération entre acteurs.POLEBAT fonctionne bien sur la base d’une dynamique d’apprentissage collectif et de méthodes coopératives : élaboration participative d’un référentiel de construction, accompagnement des projets. Ce pôle modifie le contenu des métiers. Ainsi, la profession d’architecte s’éloigne d’une figure artistique pour rejoindre davantage celle d’un chef d’équipe et d’un coordonnateur de travaux. La maîtrise d’ouvrage connaît un renforcement de la fonction de contrôle en amont des programmes, et s’entoure de plus en plus de spécialistes de la qualité environnementale. De même, bureaux de contrôle et MO se rapprochent, les premiers apportant aux seconds des conseils de prévention plutôt qu’une sanction a posteriori. Mais, la « maîtrise d’usage », c’est-à-dire les habitants qui utiliseront les bâtiments, est encore trop peu prise en compte dans les projets.Pour autant, la coopération et le décloisonnement des fonctions n’empêchent pas la reproduction de rapports de domination. Certes, les acteurs du « durable » refusent la sous-traitance en cascade et restent vigilants sur le recours à des formes d’emploi trop précaires. Ils tentent de limiter les rapports de force exercés par la MO sur la MOE.

 

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation “Agence d’objectifs” sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

Appel à contribution. « L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux »

Pour le premier numéro de La revue des conditions de travail à paraître au 1er trimestre 2014, l’Anact lance un appel à contribution sur le thème des RPS.

L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux ?

Depuis le milieu des années 2000, les RPS constituent un vocable incontournable pour parler du travail et de son évolution. Mais l’irruption de cette thématique n’est pas sans poser de nombreux problèmes à l’intervention sur les conditions de travail. Si les RPS ont certainement permis de réintroduire les questions de santé au travail au cœur du débat public, il n’en reste pas moins que l’utilisation de cette notion soulève de nombreuses interrogations et débats. Le risque associé à l’usage des RPS, c’est évidemment de se cantonner à la réparation individuelle, à vouloir avant tout soigner les salariés plutôt que de prendre soin du travail et de transformer son organisation. Dans cette optique, il s’agirait alors de « changer le travail vécu plus que le travail réel »[1], de s’intéresser avant tout aux symptômes individuels et à l’expression du mal-être plutôt qu’à ce qui conditionne étroitement le travail et son organisation.

Face à ce tropisme, le réseau de l’Anact a toujours tenté d’inscrire les RPS dans les dynamiques de changements organisationnels et d’évolution du travail. L’enjeu est de comprendre le travail, de favoriser l’élucidation des controverses sur la qualité de celui-ci et de ses finalités afin de proposer des modes de transformation de l’organisation plus concertés et ouverts à une pluralité de logiques (rapports de service, travail bien fait, etc.). Pour traiter des RPS, il s’agit alors de placer au centre de la réflexion les questions d’environnement du travail et d’organisation. Cette posture implique de rompre avec une conceptualisation des RPS centrée prioritairement sur les symptômes et les facteurs de risques.

Il est temps de faire un bilan de cette expérience et d’en montrer les atouts et les limites, autant à partir des interventions du réseau que dans des problématiques plus générales, issues de la recherche et du conseil. Qu’en est-il alors des nouveaux objets d’intervention impliqués par les RPS – la qualité de vie au travail, l’organisation du travail et le renouvellement des formes de la négociation – et comment ces questions sont-elles traitées dans l’intervention en conditions de travail ? Le dossier entend valoriser des expériences qui ont tenté d’intégrer la compréhension des RPS dans des dynamiques de transformations de l’organisation du travail. Une attention particulière sera également portée à la façon dont ces expériences ont pu contribuer à mieux équiper les acteurs pour faire face au changement.

Dans cette perspective, La revue des conditions de travail propose un appel à contribution vers les communautés de chercheurs, de consultants et d’intervenants impliqués dans le champ des conditions de travail et les dynamiques de changements organisationnels.

[1] Marie-Anne Dujarier, « Une analyse sociologique des discours sur la souffrance au travail », dans Destins politiques de la souffrance. Intervention sociale, justice, travail, sous la direction de Thomas Périlleux et John Cultiaux, Érès, 2009, p. 131.

note: Vous souhaitez contribuer ?

Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

via Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?.

Absentéisme et conditions de travail, l’énigme de la présence

Pourquoi les salariés viennent-ils au travail ? Pourquoi s’absentent-ils… s’agit-il d’un choix ou d’une impossibilité de faire autrement ? Si oui, qu’est-ce qui motive ceux-ci ? Les réponses à ces questions passent par l’analyse de l’environnement et des conditions de travail dans lesquelles évoluent les salariés. Pour Thierry Rousseau, c’est même le levier le plus déterminant, avec les conditions d’organisation et de gestion de l’entreprise. Fort de cette approche novatrice, son essai nous entraine vers un nouveau modèle d’analyse de l’absentéisme. Pour cela, il s’appuie sur un tour d’horizon critique et approfondi des différentes définitions et manifestations de l’absentéisme. Et sur son expérience de terrain, au travers d’analyses de cas d’entreprise très fouillés. Ce faisant, il nous montre qu’un traitement efficace de l‘absentéisme est possible.

En savoir plus