Archives par mot-clé : note de lecture

Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations

Les groupes professionnels en tension

Régine Bercot, Sophie Divay, Charles Gadea (dir.)
Les groupes professionnels en tension. Frontières, tournants, régulations.
Toulouse: Octarès Éditions, coll. Le travail en débats, 2012 – 300 p.

Résumé:
Les métiers naissent, se développent, meurent. Ils forment des êtres collectifs aux frontières mouvantes, dans lesquels gravitent et coopèrent des acteurs aux statuts divers : aux côtés des professionnels, interviennent souvent des amateurs, des profanes, des bénévoles. Ce livre fait le choix d’interroger leur présence et leurs activités, car elles aident à comprendre le monde social des professionnels. Il se penche également sur les moments-clés qui marquent l’histoire des groupes professionnels, aussi bien dans les temps incertains de leur émergence, que lorsqu’il s’agit de développer de nouvelles spécialités ou encore de faire face à des changements soudains de leur cadre d’exercice. Il montre aussi que ce n’est pas sans tensions que se négocie le contrôle de l’activité ou de la formation, et que les modalités de régulation des carrières peuvent prendre des formes surprenantes.

Contributions de:
Frédéric Poulard¸Olivier Pilmis¸François Burban¸Vincent Charlot¸Vérène Chevalier, Maud Simonet, Fabienne Barthélémy, Frédéric Charles, Sabine Fortino, Eric Farges, Evelyne Bailly, Florence Hellec, Aurélie Peyrin, Eliane Rothier Bautzer, Léonie Hénaut, Fabrice Burlot.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sébastien Bauvet, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 14 novembre 2012.

Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière

Deux générations dans la débine

Jean-François Laé, Numa Murard
Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière.

Paris: Bayard, 2012 – 420 p.

Présentation de l’éditeur :
A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime.
Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières « poches de pauvreté » semblaient alors devoir s’effacer. Grosse erreur. Aujourd’hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive. Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, Leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l’adaptation à la précarité économique.
La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l’intérieur l’expérience de la pauvreté.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sophie Maunier, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 15 novembre 2012.

Compléments :
Jean-François Laé, Numa Murard, Extraits de leur journal de terrain parus dans :
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, première partie
, Vacarme n°57, automne 2011.
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, deuxième partie, Vacarme n°58, hiver 2012.