Archives par mot-clé : mobilité géographique

Studying or working abroad: does it ease the education-to-work transition for young people in France?

empl124A period of living and studying or working abroad is generally regarded as an advantage for young people when they enter the labour market. And young people who go abroad during their final course of study do indeed enter the labour market on more favourable terms. However, this apparent advantage is in fact linked to the establishments they attended and the social milieus in which they grew up.

Lire le document en ligne

Julien Calmand, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Studying or working abroad : does it ease the education-to-work transition for young people in France? in Training and employment n° 124 (July-August 2016). – 4 p.

Séjours à l’étranger en cours d’études, une plus-value sur l’insertion en France ?

Séjours à l'étranger en cours d'études, une plus-value sur l'insertion en France ?La mobilité internationale en cours d’études est généralement considérée comme un atout au moment d’entrer sur le marché du travail. De fait, les jeunes diplômés partis à l’étranger au cours de leur dernier cursus ont une insertion plus favorable en France. Mais cet avantage apparent est en réalité lié aux filières de formation et aux milieux sociaux dont ils sont issus.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Séjours à l’étranger en cours d’études, une plus-value sur l’insertion en France ? in Bref n° 348 (juillet-août 2016). – 4 p.

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie

Mobilites-interregionales-de-jeunes-diplomes-Analyse-par-niveau-de-sortie_largeCette étude fournit une typologie des régions selon leurs soldes migratoires en cours d’études et en phase d’insertion, à partir des données de l’enquête Génération 2010. L’exercice a été appliqué aux migrations du supérieur court technologique et professionnel et aux migrations du supérieur long. Il en ressort quatre profils‐type de régions : les (ou plutôt « la », car seule l’Île‐de‐France est dans ce cas pour le supérieur long) « doublement attractives », les « doublement déficitaires », celles « uniquement attractives pour l’insertion » et enfin celles « uniquement attractives pour la formation ».

Lire le document sur le site du Céreq

Mélanie Vignale, Mobilités interrégionales de jeunes diplômés – Analyse par niveau de sortie  – Marseille : Céreq, 2016. – 60 p. – (Net.Doc; 160) .

A lire également

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ?, Mélanie Vignale, Bref n°347, juin 2016.

Pour en savoir plus sur l’approche régionale dans les travaux du Céreq, consultez l’Espace Régions sur le site du Céreq.

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ?

Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ?L’étude des mobilités interrégionales des jeunes diplômés du supérieur révèle des schémas de circulation différents selon le niveau de sortie. Pour les diplômés du supérieur long, l’Île-de-France occupe une place centrale en conservant la grande majorité des jeunes qu’elle forme, et en attirant aussi de nombreux jeunes formés ailleurs.

Il n’en va pas de même pour les diplômés du supérieur court technologique et professionnel, pour lesquels les migrations sont moins fréquentes et moins polarisées.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Bref 347 Supplément numérique

Mélanie Vignale, Mobilités interrégionales de jeunes diplômés du supérieur : qui forme pour qui ? in Bref n° 347 (juin 2016). – 4 p.