Archives par mot-clé : jeunes

Intégrer l’accompagnement social à la formation : retours sur un dispositif régional

Lire le Bref n° 449 sur le site du Céreq

Pour les personnes dites « éloignées de l’emploi », l’entrée dans un dispositif d’insertion et de formation se double souvent d’un accompagnement social, visant à résoudre leurs difficultés liées aux conditions de vie. Un dispositif régional a permis d’expérimenter l’intégration de ce volet social par les organismes de formation. L’accompagnement devient ainsi multidimensionnel et individualisé, dans le but de minimiser ruptures et « coutures » propices aux abandons.

Ce Céreq Bref présente une évaluation qualitative de ce dispositif, qui éclaire la mise en œuvre et la réception, mais aussi les facteurs de réussite ou d’échec d’un tel accompagnement.

Pierre-Yves Bernard, Valérie Gosseaume, Karine Meslin, Manuella Roupnel-Fuentes, Joanne Walker, Intégrer l’accompagnement social à la formation : retours sur un dispositif régional in Céreq Bref n° 449 (2024). – 4 p.

Métiers en tension : les jeunes peuvent-ils être une réponse ?

Lire le Céreq Bref n° 446 sur le site du Céreq

Les tensions sur le marché du travail signalent des difficultés de recrutement souvent attribuées à un décalage, en quantité et en qualité, entre les compétences des candidats et les attentes des employeurs. Mais un tel décalage existe-t-il pour les jeunes en début de vie active ? Ont-ils besoin d’être formés aux métiers en tension pour y être recrutés ? Et pour les intégrer durablement ? S’appuyant sur les données de l’enquête Génération, ce Céreq Bref observe la place de trois familles de métiers en tension dans les premières années de vie professionnelle des jeunes sortis de formation en 2017.

Thomas Couppié, Céline Gasquet, Métiers en tension : les jeunes peuvent-ils être une réponse ? in Céreq Bref n° 446 (2023). – 4 p.

Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale

Lire le Céreq Études n° 51 sur le site du Céreq.

À partir du dispositif des enquêtes Génération du Céreq, qui permet de suivre 25 000 jeunes entrants sur le marché du travail, les expertes du Céreq, Gaëlle DABET, Dominique EPIPHANE et Elsa PERSONNAZ, dressent un panorama inédit des effets de l’origine sociale sur les parcours scolaires ainsi que sur leurs trajectoires d’insertion au cours des trois premières années de vie active. De cette étude, en réalisée à la demande de France Stratégie, ressort un constat sans appel : le niveau et le type de diplôme atteint, la rapidité d’insertion dans l’emploi, les caractéristiques de l’emploi occupé… diffèrent – toujours et encore – nettement selon le milieu social dans lequel on a grandi. Les expertes soulignent toutefois que l’alternance pourrait atténuer les inégalités sociales.et précisent à quelles conditions.

Gaëlle Dabet, Dominique Epiphane, Elsa Personnaz, Parcours scolaires et insertion professionnelle : l’implacable effet de l’origine sociale : Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. – Marseille : Céreq, 2023. – 70 p. – (Céreq Etudes; 51) .

“Learning from and through work”, an alternative route to qualification

Lire le Training and employment, n° 160 sur le site du Céreq

A good number of young people leave the education system without qualifications. For most of them, coming as they often do from disadvantaged areas, from areas on the periphery of towns and cities or from rural areas, access to the formal education and training system cannot be taken for granted. For them, “learning from and through work” may represent an alternative. Drawing on a study carried out in Argentina, France, Morocco and Senegal in the construction and public works sector, this edition of Céreq Bref focuses on the conditions that encourage the development and recognition of skills acquired from and through work.

Anaïs Chatagnon, Christine Fournier, Françoise Kogut-Kubiak, Matteo Sgarzi, “Learning from and through work”, an alternative route to qualification in Training and employment n° 160 (2023). – 4 p.

Jeunes en service civique : des parcours comme les autres ?

Lire le bref n° 441 sur le site du Céreq

Depuis sa création en 2010, le service civique a connu une diversification de ses enjeux et de ses usages. L’analyse de son rôle dans le processus d’insertion professionnelle des jeunes souligne à la fois l’importance du moment de sa réalisation dans les trajectoires individuelles, celle du niveau de diplôme et du type de formation des jeunes engagés. Conduite à l’initiative de l’Agence du service civique et à partir de l’enquête Génération 2017, une étude du Céreq permet d’enrichir la connaissance des jeunes volontaires et de comparer leurs trajectoires d’insertion avec celles des autres jeunes de la génération.

Dominique Maillard, Alexie Robert, Jeunes en service civique : des parcours comme les autres ? in Céreq Bref n° 441 (2023). – 4 p.

Formation emploi, n° 162, 2023/2 : Varia

Présentation du Formation Emploi n° 162 sur le site du Céreq

Longtemps, l’École a été considérée comme un sanctuaire et l’économie a pu être envisagée comme une sphère indépendante. Or, les fortes interférences entre la réussite, le parcours scolaire et la position sociale sont avérées. Ce numéro illustre comment les institutions ou les individus s’adaptent à des difficultés variées dans des contextes sociaux économiques peu favorables, qu’il s’agisse d’étudier la construction de l’identité professionnelle de travailleurs sociaux en milieu scolaire, en Suisse, les effets du dispositif Garantie jeune pour les jeunes en difficultés, en France, l’impact d’un programme de politique active d’emploi au Maroc, en faveur des jeunes issus de l’université, les déterminants de l’aspiration des étudiants à l’entrepreneuriat au Burkina Faso ou encore la reconversion d’ouvriers de l’industrie pétrolière, devenus formateurs, là également en France.

“Apprendre dans le travail ”,  une autre voie vers la qualification

Lire le Bref n° 437 sur le site du Céreq

Bon nombre de jeunes quittent le système éducatif sans qualification. Pour la plupart d’entre eux, souvent issus de milieux défavorisés ou des zones périphériques urbaines ou rurales, l’accès à l’appareil formel de formation ne va pas de soi. « Apprendre dans le travail » représente alors une alternative. À partir d’une étude réalisée en Argentine, en France, au Maroc et au Sénégal dans le secteur du BTP, ce Céreq Bref s’intéresse aux conditions qui favorisent le développement et la reconnaissance des compétences par le biais des « apprentissages dans le travail ».

Anaïs Chatagnon ; Christine Fournier; Françoise Kogut-Kubiak; Matteo Sgarzi, « Apprendre au travail », une autre voie vers la qualification : Regards croisés Argentine / France / Maroc / Sénégal in Céreq Bref n° 437 (2023). – 4 p

Jeunes volontaires du service civique dans la Génération 2017

Lire le Céreq Etudes 42 sur le site du Céreq

Depuis sa création, le service civique a donné lieu à une production continue de données sur le public des jeunes volontaires. Dans un premier temps, la spécificité et la nouveauté du dispositif a conduit les pouvoirs publics à identifier les caractéristiques des jeunes engagés et à préciser les motifs, les intentions, les parcours de ces jeunes. Les nombreux travaux de recherche réalisés sur les publics ont révélé la multiplicité des usages sociaux du dispositif en lien avec la diversité de ses enjeux.  

Ainsi, l’objet premier du service civique, celui de l’engagement citoyen et de l’altruisme, est désormais à mettre en perspective avec le registre économique, du travail, de l’emploi et des compétences.  

L’analyse des premières cohortes de jeunes volontaires a fait apparaître que leurs attentes vis-à-vis du service civique sont largement formulées en termes d’insertion. Dans ce contexte, l’Agence nationale du service civique a souhaité aborder directement cette question par le prisme du financement d’un ajout de questions dans le dispositif national d’enquête dit « Génération » porté depuis 30 ans par le Céreq, dans une perspective comparative avec les jeunes n’ayant pas connu de période de service civique dans leur parcours. 

Le recours à l’enquête Génération s’avère d’autant plus pertinent pour procéder à des comparaisons que les effectifs des jeunes volontaires ont crû tout au long de la décennie 2010, que la part des jeunes volontaires au sein de la génération étudiée avoisine les 9 % et que cette enquête longitudinale est représentative au niveau national. 

Cette étude s’organise autour de trois parties. Dans un premier temps elle présente les caractéristiques individuelles et scolaires des individus ayant réalisé un service civique.  

Dans un deuxième temps, elle aborde la place du service civique dans l’ensemble des parcours individuels. Enfin, dans la dernière partie, il sera plus spécifiquement question des modalités de l’insertion professionnelle, observées sous deux angles complémentaires : le devenir des jeunes ayant réalisé un service civique et la comparaison de leurs trajectoires professionnelles avec celles de leurs homologues qui ne sont pas passés par ce dispositif.

Robert, Alexie; Maillard, Dominique, Jeunes volontaires du service civique dans la Génération 2017 : Profils et trajectoires professionnelles – Marseille : Céreq, 2023. – 48 p. – (Céreq Etudes; 42) 


Après l’enseignement supérieur… des parcours professionnels marqués par la crise sanitaire

Lire le Céreq Etudes 41 sur le site du Céreq

Cette étude retrace les parcours de formation et les premiers pas sur le marché du travail des 59 % de jeunes qui ont quitté le système scolaire en 2017 à l’issue d’une formation de l’enseignement supérieur. Si leur insertion professionnelle reste plus favorable que celle des jeunes issus de l’enseignement secondaire, l’étude rend néanmoins compte de la grande diversité des parcours professionnels en début de carrière. Nous verrons en effet que la spécificité de chaque diplôme (en termes de niveau et de spécialité), les caractéristiques individuelles, celles du secteur d’enseignement et des voies de formation interviennent également sur les trajectoires en début de vie active.
Dans une première partie, les auteures décrivent l’hétérogénéité des profils de ces jeunes, à la fois en termes de caractéristiques individuelles et de celles de leurs formations. La deuxième partie permettra de faire le lien entre ces différents profils et les types de trajectoires d’insertion professionnelle qu’elles et ils auront connu au cours de leurs trois premières années sur le marché du travail. Enfin, dans une troisième partie, les auteures s’attachent à mesurer l’impact du confinement du printemps 2020 sur leur activité professionnelle et verrons que ce sont essentiellement les segments d’emploi (secteur d’activité, statut…), plutôt que les niveaux de diplôme, qui expliquent le bouleversement de leurs conditions de travail.

Epiphane, Dominique; Merlin, Fanette; Wierup, Emmelie Louise , Après l’enseignement supérieur… des parcours professionnels marqués par la crise sanitaire : Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. – Marseille : Céreq, 2023. – 78 p. – (Céreq Etudes; 41) .

L’accès à l’emploi des immigrés et enfants d’immigrés de la Génération 2017

Lire le Bref n° 434 sur le site du Céreq

Que nous disent les trois premières années de vie active des jeunes immigrés et descendants d’immigrés sortis du système éducatif en 2017 ? Leurs situations ont-elles évolué par rapport à celles de leurs aînés sortis en 2004 ? L’enquête 2020 sur la Génération 2017 permet de répondre à ce type de questions. S’intéressant plus particulièrement aux personnes ayant des liens migratoires avec l’Afrique et l’Europe du Sud, cette étude permet de documenter les situations actuelles de ces jeunes sur le marché du travail et leur évolution sur un peu plus d’une décennie.

Stéphane Jugnot, L’accès à l’emploi des immigrés et enfants d’immigrés de la Génération 2017 in Céreq Bref n° 434 (2023). – 4 p.

Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. Insertion des sortants du secondaire, la voie professionnelle reste un atout

Lire le Bref n° 433 sur le site du Céreq

Bacheliers, titulaires de CAP issus de formation en alternance ou de la voie scolaire, non-diplômés ayant ou non achevé leur formation… Les premières années de vie active des sortants du secondaire portent la marque de la diversité de leurs parcours scolaires. Détenir un diplôme, avoir connu une acculturation au monde de l’entreprise, via l’alternance ou un stage par exemple, sont des facteurs favorisant les trajectoires en emploi. Celles-ci passent par certains secteurs d’activité recrutant et fidélisant une main-d’œuvre débutante.

Olivier Joseph, Manon Olaria, Arthur Félix Sawadogo, Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. Insertion des sortants du secondaire, la voie professionnelle reste un atout in Céreq Bref n° 433 (2023). – 4 p.

Chemins vers l’emploi et la vie adulte : l’inégalité des possibles

Lire le Céreq Essentiel n° 4 sur le site du Céreq

L’insertion des jeunes dans la vie active et sur le marché du travail prend du temps. Au fil des années, certains et certaines stabilisent leurs positions professionnelles, voire amorcent des carrières ascendantes, accèdent à l’autonomie et fondent des foyers. D’autres, en situation de plus grande vulnérabilité, négocient plus difficilement le passage vers l’âge adulte.
Les jeunes sont donc, en fonction notamment de leur diplôme ou de leur localisation géographique, plus ou moins bien armés pour réussir ce processus d’intégration à la fois professionnelle et sociale.
Quatre dimensions – bagage scolaire, réalité géographique, segment professionnel, émancipation puis construction d’une nouvelle famille – configurent ainsi des espaces des possibles loin d’être semblables pour des jeunes sortis du système éducatif dans une même temporalité, donc dans un même contexte économique et social. Cet ouvrage ambitionne de traiter ces quatre entrées à partir des études conduites dans le cadre d’un groupe de travail sur l’interrogation à 7 ans de l’enquête Génération 2010.

Thomas Couppié, dir., Arnaud Dupray, dir., Céline Gasquet, dir.; Elsa Personnaz, dir., Chemins vers l’emploi et la vie adulte : l’inégalité des possibles : les sept premières années de vie active de la Génération 2010 – Marseille : Céreq, 2022. – 176 p. – (Céreq Essentiels (Céreq); 4)

Quelles sont les trajectoires d’insertion des jeunes dans les métiers de la transition écologique ?

Lire le Working paper n° 16 sur le site du Céreq

Le projet de recherche C>Terre conduit par le Céreq et soutenu par un financement du Pic Dares, vise à comprendre la nature des besoins en compétences liées à l’écologisation du travail et des activités. Ce projet affiche des objectifs de connaissance, à la fois au niveau macro par l’étude des parcours de formation et d’emploi dans et vers les activités associées à la transition écologique ; au niveau méso de l’instrumentation de la gestion des compétences par les branches et les entreprises où se trouvent des emplois verts et verdissants ; au niveau micro par l’analyse des procès d’action mis en œuvre par les salariés de la transition écologique et les compétences qui en résultent.

Ce Working Paper est la dernière publication d’une série de 5 ouvrages faisant chacun état de l’avancée de ces connaissances. L’analyse présentée ici repose sur un pari méthodologique : une mesure du « verdissement » des parcours d’insertion à partir du repérage dans les trajectoires des jeunes, des emplois dont l’exercice prend en compte les impacts sur l’environnement ou sont à finalité environnementale.

Mazari, Zora; Moncel, Nathalie, Quelles sont les trajectoires d’insertion des jeunes dans les métiers de la transition écologique ? – Marseille : Céreq, 2022. – 38 p. – (Working Paper; 16) .

Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. Sortants du supérieur : le niveau de diplôme ne résume pas les trajectoires d’insertion

Lire le Bref n° 426 sur le site du Céreq

Le début de carrière des jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2017 ne déroge pas à la règle : il est d’autant plus favorable que leur niveau d’études est élevé. Il varie néanmoins selon la spécificité de chaque diplôme, celle de la formation suivie et les caractéristiques des publics concernés. Pour la Génération 2017, les débuts dans la vie active se heurtent également au premier confinement, dont les effets varient alors davantage en fonction des segments d’emploi que du niveau de diplôme.

Fanette Merlin, Emmelie Louise Wierup, Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. Sortants du supérieur : le niveau de diplôme ne résume pas les trajectoires d’insertion in Céreq Bref n° 426 (2022). – 4 p.

Enquête 2020 auprès de la Génération 2017. La crise sanitaire suffit-elle à expliquer les souhaits de réorientation des jeunes ?

Lire le Bref n° 424 sur le site du Céreq

Trois ans après leur entrée dans la vie active, les jeunes de la Génération 2017 ont vu leurs débuts professionnels bousculés par le confinement. Interrogés quelques mois après, un tiers d’entre eux déclarent que la crise les a conduits à repenser leur projet professionnel. Est-elle vraiment un facteur déterminant de ce désir de réorientation ? En quoi le confinement a-t-il modifié la situation et les conditions d’emploi de ces jeunes, dans quelle mesure ont-ils été affectés par le chômage partiel et les arrêts d’activité ? L’enquête Génération apporte les premiers éléments de réponse.

Stéphane Jugnot, Mélanie Vignale, La crise sanitaire suffit-elle à expliquer les souhaits de réorientation des jeunes ?  Enquête 2020 auprès de la Génération 2017 in Céreq Bref n° 424 (2022). – 4 p.