Archives par mot-clé : Formation professionnelle en entreprise

Accès à la formation : pourquoi souhaiter se former ne suffit pas

Lire le Bref n° 451 sur le site du Céreq

La loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel s’inscrit dans un ensemble de réformes qui responsabilisent davantage le salarié dans la construction de son parcours de formation. Or, il s’avère que le simple souhait de se former ne suffit pas à accéder à la formation. L’environnement créé par l’entreprise a également son importance, qu’il s’agisse du budget consacré à la formation, de la volonté d’informer le salarié sur les dispositifs existants ou de l’accompagner dans sa démarche. Faute de quoi, les inégalités d’accès à la formation sont amenées à perdurer.

Camille Stephanus, Accès à la formation : pourquoi souhaiter se former ne suffit pas in Céreq Bref n° 451 (2024). – 4 p.

Formation professionnelle en entreprise, la France se distingue de ses voisins européens

Lire le Bref n° 450 sur le site du Céreq

En 2020, comme tous les pays d’Europe, la France a maintenu son effort de formation malgré la crise sanitaire, selon les dernières données statistiques disponibles.

Les pratiques de formation et les façons de former se sont néanmoins modifiées, les entreprises françaises se distinguant par leur capacité à s’adapter au contexte et à profiter des dispositifs publics. Les résultats de l’enquête CTVS soulignent également des spécificités françaises quant à la façon dont les entreprises ont intégré la formation dans leurs stratégies RH et de développement.

Agnès Checcaglini, Isabelle  Marion-Vernoux, Formation professionnelle en entreprise, la France se distingue de ses voisins européens in Céreq Bref n° 450 (2024). – 4 p.

Comment les séniors envisagent-ils leur avenir professionnel jusqu’à la retraite ? 

Lire le Bref n° 443 sur le site du Céreq

Alors que l’âge légal de départ à la retraite s’élève, comment les salariés se projettent-ils professionnellement à partir de 50 ans ? Contrairement à l’idée reçue, la grande majorité d’entre eux témoigne d’une volonté d’évolution bien plus que d’une « résistance au changement ». Qu’il s’agisse de progresser en interne, de monter en compétences ou encore de se reconvertir, ce ne sont pas les projets professionnels qui manquent aux séniors, mais plutôt les formations à même de les soutenir.

Jean-Marie Dubois, Christine Fournier, Marion Lambert, Comment les séniors envisagent-ils leur avenir professionnel jusqu’à la retraite ? in Céreq Bref n° 443 (2023). – 4 p.

Le développement des compétences des salariés peu qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 46 sur le site du Céreq

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness), un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. L’objectif ici est de dresser un panorama des travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans en France, de leurs relations avec la formation continue et plus particulièrement avec les compétences numériques. Le document est organisé en trois parties distinctes. La première examine tout d’abord les différentes définitions possibles d’un travailleur peu qualifié, exercice nécessaire pour pouvoir mener une analyse statistique de cette population spécifique. La faible qualification n’implique pas nécessairement l’absence de qualité : un individu sans qualifications formelles n’est pas sans compétences, de même que tout emploi requiert nécessairement un minimum de savoir-faire et de connaissances.

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le développement des compétences des salariés peu qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN.  – Marseille : Céreq, 2023. – 42 p. – (Céreq Etudes; 46) .

Comment les entreprises ont-elles formé en 2020 ?

Lire le Bref n° 438-439 sur le site du Céreq

En 2020, malgré la crise sanitaire, les trois quarts des entreprises de 10 salariés et plus ont formé au moins un des membres de leur personnel. Cette proportion est stable depuis 2005. En revanche, les modalités de formation ont changé : davantage d’entreprises ont eu recours à l’autoformation, aux formations en situation de travail et aux formations à distance, moins aux cours ou stages. Si certaines de ces évolutions sont étroitement liées à l’adaptation à la situation sanitaire, d’autres pourraient être plus structurelles. En dépit de ces transformations, la part des effectifs formés dans le cadre de cours ou stages (47 %) reste proche de ses niveaux antérieurs. Par ailleurs, les déterminants du recours à la formation professionnelle restent inchangés : il est croissant avec la taille de l’entreprise et variable suivant le secteur d’activité, celui des finances et de l’assurance formant le plus.

Agnès Checcaglini, Marc-Antoine Estrade, Isabelle Marion-Vernoux, Serena Rosa, Comment les entreprises ont-elles formé en 2020 ? in Céreq Bref n° 438-439 (2023). – 8 p.

Formation emploi, n° 161, 2023/1

Présentation du Formation Emploi n° 161 sur le site du Céreq

La notion de compétences parcourt ce nouveau numéro. Au Cameroun, la méthode des situations de travail formatives mobilisée en classe révèle une mise en œuvre laborieuse de la logique adéquationniste formation-compétences. Le développement des compétences par la formation en cours de vie professionnelle relève d’une articulation genrée entre formation et carrière professionnelle. À l’aune du bilan de compétences, si elle suscite la responsabilisation individuelle, la démarche compétences peine à favoriser l’évolution professionnelle. Dès lors, c’est à l’extérieur de l’entreprise que les travailleurs cherchent cette évolution. Ainsi, pour les jeunes diplômés du supérieur déjà bien insérés, la création de start-up devient un accélérateur de carrière. En Belgique, dans les services publics de l’emploi émergent de nouveaux professionnels de l’accompagnement des chômeurs, dont l’activité relève davantage du profilage de candidats que de l’insertion.

Formation Emploi n° 161, 2023/1 : Varia

L’impact de la crise sanitaire sur les entreprises et leurs organismes de formation

Lire le Céreq Etudes36 sur le site du Céreq

La crise sanitaire a eu un retentissement de grande ampleur dans tous les domaines de l’économie dès le début de 2020. La mise à l’arrêt de pans entiers de l’activité suivie d’épisodes de reprise a affecté les marchés, l’emploi et le monde du travail. La formation professionnelle a été un secteur également touché par les mesures de restrictions sanitaires, les offreurs en ayant pâti dès le départ en tant que lieux accueillant des publics. Face à cette conjoncture inédite, de quelle façon les agents économiques et de la formation y ont-ils fait face, notamment en recourant aux dispositifs publics de soutien et en faisant évoluer leurs pratiques professionnelles ? Éclairant ces questions, ce rapport d’étude présente les résultats d’une enquête auprès de vingt entreprises de divers secteurs, tailles ou localisations en France métropolitaine, choisies pour avoir créé leurs propres organismes de formation. Un tel choix a été motivé par le fait de pouvoir disposer d’une double entrée d’observation des effets de la pandémie, simultanément sur des entités productives et sur des offreurs de formation. Conclue en six mois, cette étude a bénéficié de la participation financière de la DARES du ministère du Travail de l’Emploi et de l’Insertion dans le cadre d’un appel à projets de recherche du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), « L’impact de la crise sanitaire sur les compétences et la formation professionnelle », organisé par la DARES.

Romani, Claudine, L’impact de la crise sanitaire sur les entreprises et leurs organismes de formation : Résultats d’une enquête auprès d’acteurs de terrain fin 2020 . – Marseille : Céreq, 2021. – 98 p. – (Céreq Etudes; 36) .

Dans le commerce de détail alimentaire,  les voies contrastées de l’écologisation

Lire le Bref n° 431 sur le site du Céreq

La transition écologique est un révélateur des tensions et mutations propres à chaque secteur d’activité. Le cas du commerce de détail alimentaire, au carrefour d’enjeux écologiques majeurs liés à la santé humaine, aux modèles agricoles ou encore aux flux logistiques, est à ce titre représentatif. De la grande distribution aux circuits courts, par quelles voies s’opèrent les dynamiques d’écologisation ? Comment affectent-elles les métiers et les activités ? S’inscrivant dans une série de publications sur la transition écologique, ce Céreq Bref observe les transformations d’un secteur marqué par la diversification des circuits de distribution.

Mathieu Hocquelet, Samira Mahlaoui, Dans le commerce de détail alimentaire, les voies contrastées de l’écologisation in Céreq Bref n° 431 (2022). – 4 p.

Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation

Lire le Céreq Bref n° 421 sur le site du Céreq

La formation en situation de travail est souvent perçue comme une alternative au cadre traditionnel des cours et stages, particulièrement adaptée aux salariés les moins qualifiés ou aux petites entreprises. Elle est pourtant très largement utilisée par les entreprises innovantes du numérique pour former des salariés hautement qualifiés. Pourquoi ces entreprises font-elles le choix de ce mode de formation ? Dans quelle mesure est-il lié à l’innovation ? Une étude du Céreq propose des éléments de réponse.

Patrick Rousset, Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation in Céreq Bref n° 421 (2022). – 4 p.

Comparación de la formación en Europa: un techo de cristal para las empresas francesas

Lire le Calificaciones y empleo n° 120 sur le site du Céreq

Desde 2005, el esfuerzo de formación de las empresas europeas crece y las prácticas se diversifican. Las empresas francesas, inicialmente entre las que más formaban, muestran una gran estabilidad en el tiempo, conservando un modelo predominante basado en cursos y pasantías. La Ley Futuro Profesional, que fomenta nuevas prácticas empresariales, podría facilitar el mantenimiento de las competencias de los trabajadores en una coyuntura económica desfavorable.

Agnès Checcaglini,Isabelle Marion-Vernoux, Comparación de la formación en Europa: un techo de cristal para las empresas francesas in Calificaciones y empleo n° 120 (2021). – 4 p.

Subcontratación en cadena: el eslabón débil de la formación de las empresas

Lire le Calificaciones y empleo n° 118 sur le site du Céreq

Entre los diversos eslabones de una cadena de subcontratación se establecen relaciones de dependencia económica. Cuanto más lejos esté una empresa del cliente, más se verá afectada. Si se comprueba que los empleados de los subcontratistas del extremo de la cadena tienen peores condiciones de empleo y de salario, resulta que, en cuanto a la formación, también están menos favorecidos, ya sea en cuanto a las oportunidades que se les ofrecen, el espacio que se les asigna para expresarse o la naturaleza de los cursos de formación que pueden seguirse.

Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Subcontratación en cadena: el eslabón débil de la formación de las empresas in Calificaciones y empleo n° 118 (2021). – 4 p.

En 2020, la crise sanitaire met à l’arrêt la formation en entreprise

Lire le Bref n° 412 sur le site du Céreq

La récession liée à la pandémie de Covid-19 a atteint tous les pans de l’économie, certains secteurs plus que d’autres. Si maintenir l’activité et l’emploi a été la priorité, la formation continue organisée par les employeurs est passée au second plan. Pour les entreprises les plus touchées, cela s’est traduit par un gel des plans annuels de formation et un non-recours aux dispositifs. Pour celles en bonne santé, la formation continue a perduré grâce à la FEST, aux apprentissages en ligne et au développement des formations hybrides. Disposant de leur propre organisme de formation, ces entreprises peuvent aussi compter sur sa réactivité pour former leurs salariés ou les nouvelles recrues à l’heure de la reprise économique.

Claudine Romani, En 2020, la crise sanitaire met à l’arrêt la formation en entreprise in Bref n° 412 (2021). – 4 p.

From restructuring to career transitions: a new era of occupational mobility?

Lire le Training and employment n° 152 sur le site du Céreq

The effects of the health crisis have forced businesses in many sectors to deal with a sharp decline in activity, which in some cases is likely to last a long time. A series of measures already exist to support employees obliged to find alternative employment. However, the current socio-economic crisis undoubtedly calls for more ambitious management of career transitions, particularly for the least skilled workers. Drawing on a synthesis of its recent studies on the subject, Céreq has identified the levers to be pulled in order to promote more forward-looking and collective management of occupational mobility.

Damien Brochier, From restructuring to career transitions: a new era of occupational mobility? in Training and employment n° 152 (2021). – 4 p.

Des reconversions aux transitions : un nouvel âge des mobilités professionnelles ?

Lire le Bref n° 405 sur le site du Céreq

Les effets de la crise sanitaire obligent de nombreux secteurs à faire face à une forte baisse de leur activité, qui s’annonce durable pour certains. Un ensemble de dispositifs existe déjà pour accompagner les salariés contraints de se reconvertir. Mais la crise socio-économique actuelle appelle sans doute une gestion plus ambitieuse des transitions professionnelles, notamment pour les salariés les moins qualifiés. S’appuyant sur une synthèse de ses récentes études sur le sujet, le Céreq identifie les leviers d’une gestion mieux anticipée et plus collective des mobilités professionnelles.

Damien Brochier, Des reconversions aux transitions : un nouvel âge des mobilités professionnelles ? in Bref n° 405 (2021). – 4 p.

Emploi éclaté, précarité et formation : sortir du cercle vicieux

Lire le Bref sur le site du Céreq

Les situations professionnelles qui ne répondent plus à un employeur unique et durable tendent à se multiplier. Parmi elles, figurent des formes d’« emploi éclaté », caractérisées par le cumul ou la discontinuité des emplois sur une année. Quand il perdure, l’emploi éclaté peut devenir « durablement précaire ». Les salariés concernés se forment moins que les autres alors que pour beaucoup d’entre eux, la question du recours à la formation se pose d’autant plus fortement que la crise sanitaire touche de plein fouet les secteurs dans lesquels ils évoluent.

Alexandra D’Agostino, Christine Fournier, Camille Stephanus, Emploi éclaté, précarité et formation : sortir du cercle vicieux in Bref n° 401 (janvier 2021). – 4 p.