Archives par mot-clé : féminisation des professions

Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs

Le vingtième siècle a vu une forte croissance du nombre d’étudiantes, pourtant largement minoritaires en début de siècle. Désormais, 57% des étudiants à l’université sont des femmes. Elles représentent plus de la moitié des étudiants en licence et en master, mais elles sont minoritaires dans les formations sélectives telles que les DUT, les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles. Elles sont aussi très peu nombreuses dans la plupart des formations industrielles à l’université.

Les jeunes femmes ont de meilleurs résultats scolaires que les jeunes hommes et pourtant elles choisissent plus souvent que leurs camarades masculins de faire des études scientifiques à l’université, plutôt qu’en école d’ingénieurs. En effet, même si on assiste à une lente féminisation de ces cursus, les jeunes femmes y restent largement minoritaires.

Les diplômé.e.s d’école d’ingénieurs ont des conditions d’insertion sur le marché du travail très favorables. De fait, les indicateurs traditionnels tels que le temps d’accès à l’emploi, le temps d’accès à l’EDI, ou encore le temps passé en emploi depuis la fin des études ne sont pas très pertinents pour évaluer les différences genrées. Par contre, lorsqu’on s’intéresse au salaire, on remarque que les jeunes femmes accusent un retard. De la même façon, elles sont moins souvent encadrantes que leurs homologues masculins et bénéficient de moins de promotions. En outre, elles sont plus souvent déclassées. En définitive, la situation des jeunes femmes ingénieures sur le marché du travail s’avère moins favorable que celle de leurs collègues masculins.

Lire le Working Paper n° 5

Eloïse Corazza, Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs – Marseille : Céreq, 2017. – 48 p. – (Working Paper; n° 5) .

Le genre du mal-être au travail

Bercot-genre-maletreRégine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Toulouse : Octarès éditions, coll. « Le travail en débats, série colloques et congrès », 2015 – 218 p.

 

Comment révéler mais aussi rendre compte de certains aspects du travail qui sont ignorés par les acteurs, soit parce qu’ils n’en ont pas conscience, soit parce que la mémoire les efface ou leur donne une signification qui les rend naturels et donc non dicibles ? Et pourtant le travail de terrain, l’observation, l’entretien, l’enquête ethnographique le plus souvent, permettent non seulement de révéler des faits, des comportements, des relations mais aussi de se rendre compte qu’elles sont porteuses de difficultés pour les acteurs et parfois de mal-être. La notion de mal-être a été choisie pour rendre compte de ces problèmes qui apparaissent parfois naturalisés, parfois minimisés et considérés comme normaux y compris par ceux ou celles qui ont à en subir les conséquences. Le travail effectué par les chercheurs est aussi d’expliciter les différences que crée l’existence d’un rapport social de sexe, rapport social qui interfère sur les places attribuées, sur les comportements et les représentations des acteurs.

C’est dans le travail, mais aussi dans l’articulation du travail et du hors travail que se tapissent des sources de mal-être dont certaines sont ignorées des grandes enquêtes. Cet ouvrage, construit autour des résultats des enquêtes de terrain, révèle une part de l’invisible : invisibilité quant aux contraintes qui pèsent pour orienter le choix des places et des rôles, notamment des femmes dans les mondes masculins, invisibilité des impositions de sens et d’orientation des conduites.

Si les dimensions factuelles sont importantes pour analyser les conditions de travail, ce livre interroge aussi les dimensions idéelles qui sous tendent les relations entre acteurs. C’est ainsi que l’on peut débusquer ce qui atteint : des formes de vêture à respecter dans le monde des experts, des manières de se comporter et de faire face à des émotions tant dans la police que dans le soin.

Contributions de : Régine Bercot, Isabelle Boni, Lucie Goussard, Anne Jacquelin, Marc Loriol, Efthymia Makridou, Haude Rivoal, Armelle Testenoire

Sommaire sur le site de l’éditeur

 

Le livre fait suite au séminaire « Le genre du mal-être au travail« , organisé d’octobre 2012 à décembre 2013 par Régine Bercot (Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM-GESTES, de la MSH Paris-Nord et de la Région Île-de-France, site Pouchet du CNRS. (Voir aussi…)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :

 

Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps


« Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps »
Dossier coordonné par Yvonne Guichard-Claudic et Danièle Kergoat
Cahiers du Genre, n° 42, 2007 – 264 p.

 

Présentation de l’éditeur:
En pénétrant des espaces de travail traditionnellement dévolus à l’autre sexe, femmes et hommes bousculent-ils/elles les définitions genrées de la corporéité au travail ? Pas de réponse univoque à cette question, les dynamiques novatrices se combinant aux ambivalences féminines, aux résistances masculines, aux rappels à l’ordre normatifs de l’entourage.

Complément :
Le dossier traite de la mixité dans le monde professionnel, et des rôles sexués au travail à travers des professions mettant en jeu les rapports au corps et les normes de virilité et de féminité : sportives professionnelles, femmes dans la police, dans le cirque contemporain, parmi les cadres commerciaux, ou dans les professions du soin telles que l’animation des centres de loisir ou les soins mortuaires.

Articles de :
Christine Mennesson, Geneviève Pruvost, Sylvie Cromer, Dominique Lemaire, Marine Cordier, Oumaya Hidri, Elisa Herman, Laurence Hardy

Sommaires, résumés et articles (en libre accès) consultables sur Cairn