Archives par mot-clé : enseignement supérieur

Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ?

Lire le Céreq Echanges n° 14 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des étudiant·e·s de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargé·e·s d’études du Céreq, des chercheur·e·s et enseignant·e·s chercheur·e·s, des représentant·e·s de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).
Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les reprises d’études à l’université. Qui sont ces publics de plus en plus nombreux ? Comment les repérer ? Quelles sont leurs motivations ? Quelle place prend la reprise d’études dans leurs trajectoires personnelle et professionnelle ? S’inscrit-elle comme une deuxième chance, en continuité d’un parcours antérieur ? Est-elle toujours formalisée par un dispositif de formation professionnelle continue ? Autant d’interrogations que les différentes contributions (construites à partir de sources et de méthodes d’analyses différentes) se proposent d’explorer en dressant un portrait de cette catégorie d’étudiants dont l’hétérogénéité des situations et des profils n’est plus à démontrer.

Valérie Canals, dir.; Séverine Landrier, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France), Reprise d’études à l’université : quels publics, quelles finalités ? – Marseille : Céreq, 2020. – 181 p. – (Céreq Echanges; 14) .

Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle

Lire le Céreq Echanges n° 11 sur le site du Céreq

Le groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES ) est un réseau d’échanges et de production sur les parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur. Il réunit des chargés d’études du Céreq, des chercheurs et enseignants-chercheurs, des représentants de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), des observatoires universitaires et régionaux, des membres de services du MESRI (DGESIP et SIES ), de l’agence ERASMUS + France et de l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP ).

Les dernières journées ont eu lieu à Marseille les 6 et 7 juin 2019. Quatre projets d’ouvrages y ont été présentés dont celui-ci qui porte sur les diplômés du supérieur de la licence au doctorat. Les effets des composantes du parcours d’études sur les inégalités (de genre et liées à l’origine sociale) et à l’insertion (salaire, qualification, rapport au travail) y sont examinés. Il s’agit notamment des effets du type de baccalauréat et de la performance au bac, de ceux associés à la détention d’un DUT ou d’un BTS (pour les diplômés bac+3 et bac+5), de celui des stages ou de l’apprentissage.

Au final, à type de diplôme du supérieur donné, les composantes du parcours d’études s’avèrent avoir un rôle déterminant sur les inégalités et l’insertion. Cependant, ces effets ne jouent pas nécessairement au détriment des jeunes les moins dotés socialement, et/ou ayant un diplôme professionnel dans leur parcours, par exemple un baccalauréat professionnel ou technologique, ou encore un BTS .

Philippe Lemistre, dir.; Julien Calmand, dir.; Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, GTES (France) Effet du parcours à diplôme donné sur l’insertion professionnelle Marseille : Céreq, 2019. – 168 p. – (Céreq Echanges; 11) .

Professionnalisation des publics et des parcours à l’université

cereq-echanges-3La professionnalisation s’est développée récemment dans un contexte où la recherche de compétitivité en Europe s’articule à un discours sur l’efficacité des formations supérieures à développer l’employabilité des étudiants. Dans ce contexte, cet ouvrage vise à faire le point sur la professionnalisation des filières et des parcours à l’université et les effets qu’elle produit.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Philippe Lemistre, Virginie Mora (coordonnateurs) , Professionnalisation des publics et des parcours à l’université. : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur – Marseille : Céreq, 2016. – 165 p.. – (Céreq Echanges ; 3) .

Étudier le devenir professionnel des docteurs

cereq-echanges-2-fwDe nombreuses enquêtes rendent compte du devenir professionnel des docteurs et témoignent de façon récurrente de leurs difficultés d’accès à l’emploi stable. Devant leur multiplicité, le Groupe de travail sur l’enseignement supérieur s’est interrogé sur la production d’indicateurs pertinents pour éclairer et comprendre l’insertion professionnelle de cette population spécifique.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Magali Jaoul-Grammare, Simon Macaire (coordonnateurs), Étudier le devenir professionnel des docteurs : Groupe de travail sur l’enseignement supérieur, Marseille : Céreq, 2016. – 91 p. – (Céreq Echanges ; 2) .

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?

Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?Professional and vocational courses requiring 5 years’ post-secondary study are supposed to meet specific needs for competences in a given area of employment. Young graduates believe they have acquired the specific competences they think their employers require. In their view, the shortfall lies in their general competences. Is this a reason to question the increasingly vocational nature of university courses?

Lire le document sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Do young graduates with professional and vocational master’s degrees regard themselves as competent to hold their jobs?
in Training and employment n° 118 (July-August 2015). – 4 p.

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5

Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5Quelles sont les compétences acquises en formation par les diplômés de l’enseignement supérieur et quelles sont celles, en regard, qui leur sont demandées pour exercer leur emploi ?

A travers une évaluation, nécessairement subjective, de leurs compétences par les jeunes diplômés eux-mêmes, les écarts entre l’acquis en formation et le requis dans l’emploi sont mis en évidence.

Les résultats présentés dans ce document s’appuient sur l’interrogation, au printemps 2014, d’un échantillon expérimental de l’enquête Génération 2010 constitué de diplômés de bac+5 interrogés par Internet. Ils portent sur les compétences générales et les compétences spécifiques, liées à la spécialité de formation, et sont détaillés par filière.

Lire le Net.Doc en ligne

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris Ménard, Compétences acquises et requises des diplômés de bac+5 . – Marseille : Céreq, 2015. – 62 p. – (Net.Doc; 142)

Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?

Les jeunes diplômés de bac+5 s'estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?Les formations professionnelles de niveau bac+5 sont supposées répondre à des besoins spécifiques en compétences dans un domaine d’emploi donné.

Au regard de ce qu’ils estiment être demandé par leurs employeurs, les jeunes diplômés considèrent avoir acquis ces compétences spécifiques. Selon eux, le déficit se situe au niveau des compétences générales.

De quoi interroger la tendance à la professionnalisation des formations universitaires ?

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Jean-François Giret, Philippe Lemistre, Boris  Ménard, Les jeunes diplômés de bac+5 s’estiment-ils compétents pour occuper leurs emplois ?
in Bref n° 340 (novembre 2015). – 4 p.

Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Le 22 juin 2016, le GTES* du Céreq (Réseau d’échange et de production sur les  parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur ) et le RESUP* (Réseau d’études de l’enseignement supérieur) organisent une journée d’études sur « Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : Perspective comparée »

La journée d’étude aura lieu à Toulouse. La conférence d’ouverture sera faite par Vincent Carpentier (University College London, Institute of Education)

Les propositions de communication sont à transmettre  avant le 31  décembre 2015 sous forme d’un résumé et de 2 pages maximum.

Contact
En savoir plus sur la journée d’étude Resup/GTES

Continuer la lecture de Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, . – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue)

Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités

Cet ouvrage explore le nouveau concept de « parcours social », concept particulièrement efficient pour observer les inégalités de toutes sortes que subissent les hommes et les femmes dans des domaines aussi variés que le travail, la santé, l’éducation et la formation. Il apparaît que le processus d’individualisation mis en œuvre par les politiques publiques et les nouvelles formes de management favorise l’émergence, le maintien ou l’aggravation de ces inégalités dans nos sociétés.

 

Melchior, Jean-Philippe, dir. ; Widmer, Eric, dir., Travail,santé,éducation : individualisation des parcours sociaux et inégalités, Ertul, Servet, dir. ;  . – Paris : L’Harmattan, 2013. – 287 p. – (Logiques sociales) .

 

Auteurs Céreq ayant participé à cet ouvrage :

Calmand, Julien; Giret, Jean-François, L’éclatement des parcours professionnels des diplômés de doctorat en France

L’université et le monde professionnel, quels enjeux pour le doctorat ?

Organisé à l’initiative du groupe de travail appartenant au programme collaboratif 1 du Labex Hastec, par la Maison de la recherche sur les pratiques professionnelles (MRPP) du CRF

Les 24 et 25 janvier 2013 au Cnam Paris

Ces deux journées ont pour objectifs de clarifier ces demandes, d’en dégager les effets en rapport avec des perspectives historiques, culturelles et professionnelles sur un plan national et international. Quelle est la nature des résistances ? Quelles sont les compétences épistémologiques minimum exigées d’une véritable thèse de doctorat quel que soit son domaine ? Telles vont être les questions abordées lors de ces deux journées.

Des historiens, des épistémologues évoqueront les lignes de force de la thèse de doctorat.

Des universitaires, responsables d’écoles doctorales aborderont les évolutions récentes du doctorat et la place de la thèse.

Des universitaires étrangers feront part des expériences de leur pays.

Enfin, des témoins, d’une part, de mise en place d’une articulation thèse-monde professionnel, et d’autre part, de travaux de capitalisation et d’analyse de thèses déjà soutenues par les professionnels, permettront de comprendre s’il existe une spécificité ou non d’un doctorat fortement lié à un champ de pratiques professionnelles.

Télécharger le programme : programme-colloque-hastec-janv2013-def3_1354899464994

PROGRAMME :

Jeudi 24 janvier 2013

9h00 : Accueil, Edwige Bombaron, Crf-Axe3 et Marie-Laure Vitali, Mrpp, crf-Axe 3. Ouverture du colloque, Françoise Cros, Crf-Cnam

LA THESE DE DOCTORAT, DU MOYEN AGE A L’EPOQUE MODERNE ET LEURS EFFETS SUR LA PERIODE ACTUELLE

Modérateur : Claude Meyer, Professeur en sciences de la communication, Crf-UEVE

9h30 : Le doctorat dans et hors de l’Université au Moyen Age. Antoine Destemberg, PRAG U. Artois, membre LAMOP U. Paris 1

 10h30 : Le doctorat et l’Université durant la période moderne. Boris Noguès, Centre de Recherches d’Histoire Moderne de l’Université de Paris I (EA127)

11h45 : discussions et échanges

LA THESE ET LE CHAMP PROFESSIONNEL SUR LE PLAN INTERNATIONAL

Modérateur : Françoise Cros, professeure émérite, Crf-Cnam

14h00 : En Allemagne. Jürgen Schriewer, professeur émérite, Université Humboldt de Berlin, centre d’éducation comparée

                En Finlande. Katri Vehviläinen-Julkunen, professeur, Université Eastern Finland de Kuopio, Faculté des Sciences de la Santé, Département Sciences Soins infirmiers

                Au Québec. Jean-Claude Kalubi, Professeur, Université de Sherbrooke, Département : Étude sur l’adaptation scolaire et sociale

16h15 : discussions, échanges et prolongements

Vendredi 25 janvier 2013

LA THESE DE DOCTORAT ET LE MONDE PROFESSIONNEL

Modérateur : Shabnam Vaezi, Maitre de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université François Rabelais, Tours

 10h00 : Les études déjà menées sur les thèses dans des champs de pratiques
                 A partir d’un champ professionnel : le travail social, Marcel Jaeger, Professeur Cnam
                A partir d’une section universitaire : les sciences de l’éducation, Daniela Rodriguez, Ater CnamDoctorante-Crf

11h25 : Des questionnements évolutifs sur cette articulation à partir d’exemples :

                Un doctorat pour les métiers de la défense ? L’Ecole de Guerre, Hervé Drévillon, Professeur d’histoire moderne à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et directeur du domaine « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM.

                Les sciences de l’information et de la communication et journalisme, Alain Kiyindou, Professeur en sciences de l’information et de la communication à l’université Michel de Montaigne Bordeaux

LA THESE : UN EXERCICE SINGULIER

14H00 : Les rapports entre recherche, action et formation

                 Jean-Marie Barbier, Professeur, Directeur du Centre de Recherche sur la Formation, Cnam

                 Modérateur : Katia Béguin, Maître de conférences à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

15h30 : Les exigences cognitives et les opérations intellectuelles nécessaires et suffisantes pour qualifier une thèse de doctorat

               Etienne KleinPhilosophe et ingénieur, Directeur du laboratoire sur les sciences de la matière, CEA.

                Modérateur : Claude Gauvard, Professeure émérite à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

17h00 : Prolongements