Archives par mot-clé : Enquête DEFIS

Entre renoncer et se lancer : les projets de reconversion à l’épreuve de la crise

Lire le Bref n0 427 sur le site du Céreq

Événement aussi inédit qu’imprévu, la crise sanitaire a interféré avec les projets de reconversion professionnelle des salariés. Comment ont-ils composé avec ce contexte ? Qu’en est-il en particulier des ouvriers et des employés, notamment les catégories les moins qualifiées ? Le volet qualitatif de l’enquête Impact, réalisée par le Céreq en 2021, met en lumière les effets de la crise selon le stade d’avancement des projets de reconversion. Entre renoncer et poursuivre coûte que coûte, ce Céreq Bref analyse les façons de penser et conduire son projet de changement professionnel en temps de crise.

Alexandra D’Agostino, Catherine Galli, Ekaterina Melnik Olive, Entre renoncer et se lancer : les projets de reconversion à l’épreuve de la crise in Céreq Bref n° 427 (2022). – 4 p.

De la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) à l’écologisation : des chemins de traverse ?

Lire le Working paper n° 12 sur le site du Céreq

Le projet de recherche C>Terre conduit par le Céreq et soutenu par un financement du Pic Dares, vise à comprendre la nature des besoins en compétences liées à l’écologisation du travail et des activités. Ce projet affiche des objectifs de connaissance, à la fois au niveau macro par l’étude des parcours de formation et d’emploi dans et vers les activités associées à la transition écologique ; au niveau méso de l’instrumentation de la gestion des compétences par les branches et les entreprises où se trouvent des emplois verts et verdissants ; au niveau micro par l’analyse des procès d’action mis en oeuvre par les salariés de la transition écologique et les compétences qui en résultent.

Ce Working Paper est la première publication d’une série de 5 ouvrages faisant chacun état de l’avancée de ces connaissances. La question de la responsabilité sociale de l’entreprise – abordée dans ce texte – constitue un axe d’analyse des contextes dans lesquels les entreprises vont prendre en compte les questions environnementales.

Sulzer, Emmanuel De la Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) à l’écologisation : des chemins de traverse ? – Marseille : Céreq, 2022. – 17 p. – (Working Paper; 12) .

Comment garantir le développement des compétences en télétravail ?

Lire le Bref n° 425 sur le site du Céreq

Peu pratiqué avant la crise sanitaire, le télétravail s’est imposé à nombre de salariés lors des périodes de confinement, et semble voué à s’installer durablement dans les pratiques. Son accroissement inédit et inattendu a bouleversé les modes d’échanges professionnels, dont le rôle dans le développement des compétences est reconnu. À partir de l’enquête Impact menée en 2021, ce Céreq Bref livre un portrait de ces télétravailleurs, et observe les changements intervenus pendant la crise dans les façons d’échanger, de se former et d’apprendre au travail.

Marion Lambert, Comment garantir le développement des compétences en télétravail ? in Céreq Bref n° 425 (2022). – 4 p.

Retraining is hard work! A survey of unskilled workers

Lire le Training and employment n° 156 sur le site du Céreq

The question of retraining lies at the heart of current employment policy issues. However, wanting to change occupation is no guarantee of completing a retraining programme, even less of finding a job. While low-skilled blue- and white-collar workers are the ones most likely to seek a change, they are also the ones who benefit least from a retraining programme. Workers’ desires to retrain are also driven by different motivations depending on their socio-occupational category: it may be an enforced reaction to the ups and downs of working life, a rejection of downgrading and deteriorating working and employment conditions or a search for meaning.

Camille Stephanus, Josiane Vero, Retraining is hard work! A survey of unskilled workers in Training and employment n° 156 (2022). – 4 p.

Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation

Lire le Céreq Bref n° 421 sur le site du Céreq

La formation en situation de travail est souvent perçue comme une alternative au cadre traditionnel des cours et stages, particulièrement adaptée aux salariés les moins qualifiés ou aux petites entreprises. Elle est pourtant très largement utilisée par les entreprises innovantes du numérique pour former des salariés hautement qualifiés. Pourquoi ces entreprises font-elles le choix de ce mode de formation ? Dans quelle mesure est-il lié à l’innovation ? Une étude du Céreq propose des éléments de réponse.

Patrick Rousset, Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation in Céreq Bref n° 421 (2022). – 4 p.

Crise sanitaire et formation professionnelle : le temps libéré ne suffit pas pour se former

Lire le Céreq Bref n° 420 sur le site du Céreq

Pendant la crise sanitaire, la formation professionnelle a été mise en avant comme un élément central de la reprise économique et de la sécurisation des parcours. Comment le contexte marqué par le chômage partiel, les incitations des pouvoirs publics à former les salariés, l’accroissement de l’offre de formation à distance et le déploiement massif du télétravail s’est-il répercuté sur la formation des salariés ? Les premiers résultats de l’enquête Impact réalisée par le Céreq au printemps 2021 identifient les principaux leviers et obstacles de l’accès à la formation durant cette période.

Ekaterina Melnik Olive, Crise sanitaire et formation professionnelle : le temps libéré ne suffit pas pour se former in Céreq Bref n° 420 (2022). – 4 p.

Se reconvertir, c’est du boulot ! Enquête sur les travailleurs non qualifiés

Lire le Bref n° 418 sur le site du Céreq

La question des reconversions professionnelles est au cœur des enjeux actuels. Mais vouloir changer de métier ne garantit pas de réaliser une reconversion, encore moins de retrouver un emploi. Si ouvriers et employés peu qualifiés sont les plus demandeurs de changement, ce sont aussi eux qui tirent le moins de bénéfices d’un parcours de reconversion. Aussi, la volonté de se reconvertir obéit à des logiques différentes selon la catégorie socioprofessionnelle des salariés : une réaction forcée par les aléas de la vie professionnelle, un refus du déclassement et des conditions d’emploi dégradées ou une quête de sens.

Camille Stephanus, Josiane Vero, Se reconvertir, c’est du boulot ! Enquête sur les travailleurs non qualifiés in Céreq Bref n° 418 (2022). – 4 p.

Subcontratación en cadena: el eslabón débil de la formación de las empresas

Lire le Calificaciones y empleo n° 118 sur le site du Céreq

Entre los diversos eslabones de una cadena de subcontratación se establecen relaciones de dependencia económica. Cuanto más lejos esté una empresa del cliente, más se verá afectada. Si se comprueba que los empleados de los subcontratistas del extremo de la cadena tienen peores condiciones de empleo y de salario, resulta que, en cuanto a la formación, también están menos favorecidos, ya sea en cuanto a las oportunidades que se les ofrecen, el espacio que se les asigna para expresarse o la naturaleza de los cursos de formación que pueden seguirse.

Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Subcontratación en cadena: el eslabón débil de la formación de las empresas in Calificaciones y empleo n° 118 (2021). – 4 p.

From restructuring to career transitions: a new era of occupational mobility?

Lire le Training and employment n° 152 sur le site du Céreq

The effects of the health crisis have forced businesses in many sectors to deal with a sharp decline in activity, which in some cases is likely to last a long time. A series of measures already exist to support employees obliged to find alternative employment. However, the current socio-economic crisis undoubtedly calls for more ambitious management of career transitions, particularly for the least skilled workers. Drawing on a synthesis of its recent studies on the subject, Céreq has identified the levers to be pulled in order to promote more forward-looking and collective management of occupational mobility.

Damien Brochier, From restructuring to career transitions: a new era of occupational mobility? in Training and employment n° 152 (2021). – 4 p.

Des reconversions aux transitions : un nouvel âge des mobilités professionnelles ?

Lire le Bref n° 405 sur le site du Céreq

Les effets de la crise sanitaire obligent de nombreux secteurs à faire face à une forte baisse de leur activité, qui s’annonce durable pour certains. Un ensemble de dispositifs existe déjà pour accompagner les salariés contraints de se reconvertir. Mais la crise socio-économique actuelle appelle sans doute une gestion plus ambitieuse des transitions professionnelles, notamment pour les salariés les moins qualifiés. S’appuyant sur une synthèse de ses récentes études sur le sujet, le Céreq identifie les leviers d’une gestion mieux anticipée et plus collective des mobilités professionnelles.

Damien Brochier, Des reconversions aux transitions : un nouvel âge des mobilités professionnelles ? in Bref n° 405 (2021). – 4 p.

Emploi éclaté, précarité et formation : sortir du cercle vicieux

Lire le Bref sur le site du Céreq

Les situations professionnelles qui ne répondent plus à un employeur unique et durable tendent à se multiplier. Parmi elles, figurent des formes d’« emploi éclaté », caractérisées par le cumul ou la discontinuité des emplois sur une année. Quand il perdure, l’emploi éclaté peut devenir « durablement précaire ». Les salariés concernés se forment moins que les autres alors que pour beaucoup d’entre eux, la question du recours à la formation se pose d’autant plus fortement que la crise sanitaire touche de plein fouet les secteurs dans lesquels ils évoluent.

Alexandra D’Agostino, Christine Fournier, Camille Stephanus, Emploi éclaté, précarité et formation : sortir du cercle vicieux in Bref n° 401 (janvier 2021). – 4 p.

La qualité du travail, au cœur des aspirations professionnelles des jeunes salariés

Lire le Bref n° 400 sur le site du Céreq

Que veulent les jeunes salariés ? Les données du dispositif Defis permettent de dessiner un panorama, fortement contrasté, de leurs aspirations professionnelles. Qu’ils envisagent de progresser en interne, de regagner du temps pour leur vie personnelle ou encore de ne rien changer, tous rendent compte de la place déterminante de la qualité du travail dans les souhaits professionnels qu’ils formulent. Si ces souhaits tiennent pour partie aux conditions d’emploi, ils répondent surtout aux appréciations que les jeunes portent sur leur travail et sur les articulations qu’il permet avec les sphères extra-professionnelles.

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, La qualité du travail, au cœur des aspirations professionnelles des jeunes salariés in Bref n° 400 (2020). – 4 p.

Dime que puesto ocupas, te diré que formación sigues

Lire le document sur le site du Céreq

La ley del 5 de septiembre de 2018 volvió central la mejora de las competencias de los trabajadores y la consolidación de las trayectorias profesionales. La formación organizada es una herramienta fundamental en este marco, pero no constituye un todo homogéneo.
La encuesta Defis, por medio del análisis de los nombres de los cursos de formación, nos informa por primera vez sobre el contenido de cerca de 6 millones de formaciones a las que asistieron los asalariados entre enero de 2014 y junio de 2015, y ofrece una perspectiva inédita sobre las lógicas de uso de la formación en las empresas.

Delphine Béraud, Dime que puesto ocupas, te diré que formación sigues in Calificaciones y empleo n° 115 (2020). – 4 p.

¿Todos informados… todos formados?

Lire le document sur le site du Céreq

Para ejercer los derechos de formación hay que conocerlos. A los trabajadores pueden informarles sobre el tema diferentes instancias: la jerarquía y los responsables de formación o recursos humanos, colegas o los representantes del personal, o incluso sus propias búsquedas. Pero según el modo de difusión, la información afecta a diferentes
categorías de asalariados, y no tiene las mismas consecuencias sobre su acceso efectivo a la formación.

Carole Brunet, Géraldine Rieucau, ¿Todos informados… todos formados? in Calificaciones y empleo n° 112 (2020). – 4 p.

La formación de los trabajadores 2.0: el efecto palanca de las TIC

Lire le document sur le site du Céreq

Más de ocho de cada diez asalariados utilizan las tecnologías de la información y la comunicación (TIC ) en su trabajo, pero en distinto grado y según perfiles de usuario diferentes. Los más conectados tienen un mayor acceso a la formación organizada y también se benefician con el efecto estimulante de las TIC en el aprendizaje informal. Identificar la influencia de las TIC en las diferentes maneras de aprender en el trabajo es así una de las posibles formas de anticipar la transición digital.

Marion Lambert, La formación de los trabajadores 2.0: el efecto palanca de las TIC in Calificaciones y empleo n° 111 (2020). – 4 p.