Archives par mot-clé : emploi des femmes

Obtaining a post-initial qualification

Obtaining a post-initial qualification: a second chance for young people with at best lower secondary qualifications to access better jobs?Obtaining a post-initial qualification: a second chance for young people with at best lower secondary qualifications to access better jobs?

In France, one quarter of young people who left initial education in 2004 with at best lower-secondary qualifications obtained a further qualification during the first seven years of their working lives. Young women seem to derive considerable benefit from this, with increased access to more highly skilled and better paid jobs. However, things are very different for young men, who tend to go into less regulated occupations than young women.

Lire le document sur le site du Céreq

Céline Goffette, Isabelle Recotillet, Obtaining a post-initial qualification : a second chance for young people with at best lower-secondary qualifications to access better jobs? in Training and employment n° 113 (September-October 2014). – 4 p.

Décrocher un diplôme, une deuxième chance pour l’insertion des non-diplômés ?

Décrocher un diplôme, une deuxième chance pour l'insertion des non-diplômés ?Un quart des jeunes non diplômés à leur sortie de formation initiale en 2004 ont obtenu un diplôme au cours de leurs sept premières années de vie active. Les jeunes femmes semblent en tirer un bénéfice substantiel avec un accès accru à des emplois plus qualifiés et mieux rémunérés. Rien de tel chez les jeunes hommes qui s’orientent vers des champs professionnels moins réglementés que les femmes.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Céline Goffette, Isabelle Recotillet, Décrocher un diplôme, une deuxième chance pour l’insertion des non-diplômés ? in Bref n° 329 (décembre 2014). – 4 p

Femmes dans des “métiers d’hommes” : entre contraintes et déni de légitimité

Femmes dans des "métiers d'hommes" : entre contraintes et déni de légitimitéPour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c’est prendre le risque de se heurter à des résistances. Si des accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du sexisme. En pratique, faire ses preuves ne suffit pas.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandra D’Agostino, Dominique Epiphane, Irène Jonas, Frédéric Séchaud, Emmanuel Sulzer, Femmes dans des “métiers d’hommes” : entre contraintes et déni de légitimité in Bref n° 324 (novembre 2014). – 4 p.

What recruiters say about job applicants and gender

 ‘Men tend to be go-getting but women are better organised’: what recruiters say about job applicants and genderTitre complet : ‘Men tend to be go-getting but women are better organised’: what recruiters say about job applicants and gender

Discrimination when hiring new staff is punishable by law. And yet gender is seldom a neutral criterion during the recruitment process. The assumption that women are less flexible in respect of their working hours is not the only issue at stake. A whole set of personality traits that are still regarded as ‘innate’ to men and women can bias the selection process. The statements made by recruiters, both men and women, show that the stereotypes die hard…

Voir le document sur le site du Céreq

Lydie Chaintreuil, Dominique Epiphane, “Men tend to be go-getting but women are better organised” : what recruiters say about job applicants and gender in Training and employment n° 107 (septembre-octobre 2013). – 4 p.

Genre, travail et mobilités au prisme des comparaisons internationales

Séminaire public de l’équipe GTM du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa)

Coordination : Fatiha Talahite, Sylvie Contrepois

Introduction :
Au cours de ces dernières années, les chercheur.e.s du GTM ont été impliqué.e.s dans différentes collaborations internationales. De ces multiples confrontations d’univers scientifiques, il ressort une connaissance enrichie des sociétés contemporaines et de leurs évolutions, mais aussi des interrogations sur la pertinence et la portée des catégories d’analyse utilisées au quotidien dans chacun des pays. L’objectif du séminaire du GTM pour 2013-2014, est d’offrir au public le récit à plusieurs voix de ces expériences.

Chaque chercheur.e impliqué.e dans des coopérations internationales a été encouragé.e à inviter ses collègues étrangers à présenter avec elles / eux les résultats des travaux communs et les questionnements émergeant de la confrontation de leurs différents univers d’interprétation.

Le séminaire de l’équipe GTM est ouvert au public, sans inscription, et se déroule sauf exception un lundi par mois sur le site CNRS Pouchet (Paris, 17ème), en salle des conférences.

Pour tout renseignement : sandra.nicolas@gtm.cnrs.fr – plan d’accès

Programme :

Mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, toute la journée
Organisation et conditions du travail moderne. Emploi, chômage et précarité au travail
Colloque international de clôture du Programme COFECUB – CAPES (France-Brésil)
Sabine Fortino, sociologue, maître de conférences université Paris 10, chercheure GTM-Cresppa – Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Lucie Tanguy, sociologue, GTM-Cresppa
Retour sur le programme du colloque (Les Échos du travail, 5 octobre 2013)

Lundi 04 novembre 2013, 14h-17h
Mayotte, 101e département : une sociologie du postcolonial Outre-Mer
Nicolas Roinsard, sociologue, maître de conférences université de Clermont-Ferrand, chercheur GTM-Cresppa

Lundi 9 décembre 2013, 14h-17h
Désindustrialisation et identités collectives
Sylvie Contrepois, sociologue, chercheure Working Lives Research Institute, London Metropolitan University (LMU) et CSU-Cresppa – Kazimiera Wodz, sociologue, professeure université de Silésie, Pologne – Cilla Ross, historienne, reader, Working Lives Research Institute, LMU – Steve Jefferys, historien, directeur du Faculty Advanced Institute for Research, LMU – Juan Carlos Revilla, sociologue, professeur université de Compultense, Madrid

Lundi 13 janvier 2014, 14h-17h
Genre et conflits en Afrique subsaharienne
Marguerite Rollinde, sociologue, GTM-Cresppa – Jacques Tshibwabwa, sociologue, Réseau Universitaire des Chercheurs en Genre (RUCG) de l’Université de Kinshasa (RDC)

Lundi 10 février 2014, 14h-17h
« Aidants familiaux », articulation des trajectoires professionnelle et de care. Comparaison France-Japon
Aurélie Damamme, sociologue, maitre de conférences université Paris 8, chercheure au GTM-Cresppa – Kurumi Sugita, sociologue anthropologue, chargée de recherches au CNRS, Institut d’Asie orientale, Lyon

Lundi 10 mars 2014, 14h-17h
Le chômage: une stratégie de comparaison internationale
Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS, CSO-CNRS-Sciences Po – Helena Hirata, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa

Lundi 7 avril 2014, 14h-17h
Politiques d’emploi et régimes de genre en Bulgarie
Danièle Kergoat, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Katia Vladimirova, économiste, professeure université de Sofia

Lundi 12 mai 2014, 14h-17h
Les enquêtes démographiques au Mexique du projet EDER
Carole Brugeilles, démographe, maître de conférences université Paris 10, CERPOS – Pascal Sebille, Maitre de conférences université Paris 10, CERPOS

Lundi 2 juin 2014, 14h-17h
Les « savoirs migrer »
Adelina Miranda, sociologue, maître de conférences université de Naples, chercheure associée au GTM-Cresppa – Djaouida Sehili, sociologue, PAST, université Paris 13, chercheure au GTM-Cresppa – Sara Maria Lara Florès, sociologue, chercheure, Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Nacional Autonoma de México (UNAM), Mexico

Programme en pdf

Quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s

" Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées " : quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-sTitre complet : ” Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées ” : quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s

 

Les discriminations à l’embauche sont punies par la loi. Pourtant, lors d’un recrutement, le critère du sexe est rarement neutre. Le supposé manque de disponibilité des femmes n’est pas seul en cause. Tout un ensemble de traits de personnalité encore assignés « naturellement » aux hommes et aux femmes peut venir biaiser la sélection.

Les propos de recruteurs, des deux sexes, montrent que les stéréotypes ont la vie dure…

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Lydie Chaintreuil; Dominique Epiphane, ” Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées “ : Quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s, in Bref n° 315 (octobre 2013). – 4 p.

Les conditions de travail ont-elles un sexe ? A découvrir dans le n°348 de la revue de l’Anact

Le numéro de mars-avril de Travail & Changement, le bimestriel du Réseau Anact, est paru. Disponible en feuilletage ou en téléchargement, il prolonge un numéro précédant qui explorait dès 2009 l’égalité professionnelle sous l’angle des conditions de travail.

Ce deuxième volet confirme le constat initial : les femmes sont bien moins loties. Aujourd’hui, l’analyse comparée des conditions de travail permet d’évaluer finement les situations, sans oublier d’impliquer les hommes.

A l’heure où l’égalité professionnelle est un des sujets de la négociation “qualité de vie au travail”, de nombreux nouveaux témoignages (Brigitte Grésy de l’Igas, Muriel Pénicaud, DRH de Danone, ou encore Pascal Guénel de l’Inserm, entre autres), viennent compléter la feuille de route détaillée par la Ministre des Droits des femmes, Nadjat Vallaud-Belkacem. Toujours dans ce numéro de Travail et Changement, les partenaires sociaux réagissent et des exemples significatifs d’entreprises complètent la démonstration.

Feuilleter la publication

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :

 

Travail et genre. Regards croisés, France-Europe-Amérique latine

Travail et genreHelena Hirata, Maria Rosa Lombardi et Margaret Maruani (dir.)
Travail et genre. Regards croisés, France-Europe-Amérique latine.
Paris : La Découverte, coll. Recherches, 2008 – 278 p – ISBN : 9782707156556

Présentation de l’éditeur :
Quelle est la place des hommes et des femmes dans le monde du travail, en Europe et en Amérique latine ? Peut-on comparer, du point de vue du travail, de l’emploi, du chômage ou de la formation, des régions du monde qui ont des histoires, des cultures et des niveaux de développement économique aussi contrastés ?
Essayer de mettre en perspective ce qui, à première vue, est incomparable : tel est précisément l’enjeu de ce livre. Car, en dépit des contrastes, ce sont les similitudes qui frappent. Les écarts de salaire, le surchômage féminin, la ségrégation des emplois, la division sexuelle du travail prennent des formes différentes selon les pays, mais on les rencontre partout.
Venus d’Europe et d’Amérique latine, vingt-cinq auteurs apportent ici leurs éclairages autour de trois thèmes : comparaisons internationales des relations entre marché du travail et genre ; pratiques et politiques en matière de vie professionnelle et vie familiale ; genre, professions et carrières.

Contributions de :
Margaret Maruani, Cristina Bruschini, Arlene Martinez Ricoldi, Cristiano Miglioranza Mercado, Nadya Araujo Guimarães, Murillo Marschner Alves de Britto, Carlos Salas, Marcia Leite, Paola Cappellin, Lais Abramo, Rosalba Todaro, Michel Lallement, Jérôme De Henau, Isabelle Puech, Bila Sorj, Adriana Fontes, Leila Maron, Danièle Meulders, Sile O’Dorchai, Celi Scalon, Clara Araújo, Felícia Picanço, Sayyid Salman Rizavi, Catherine Sofer, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Sylvie Schweitzer, Liliana Segnini, Aparecida Neri de Souza, Isabel Georges, Nicky Le Feuvre

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Travail_et_genre-9782707156556.html

Comptes-rendus :