Archives par mot-clé : doctorat

PhDs’ early career trajectories strongly differentiated

For those who obtained their PhDs in 2010, research remains the main opening. If they embark on careers in public-sector research, their trajectories during the first five years of their working lives are synonymous with periods of temporary employment of varying lengths. These trajectories contrast sharply with those of PhDs who seek employment in the private sector at a very early stage in their careers.

Lire le Training and employment sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber, PhDs’ early career trajectories strongly differentiated in Training and employment n° 127 (January February 2017). – 4 p.

Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles

Pour les docteurs diplômés en 2010, le débouché principal reste la recherche. Dans la recherche publique, leurs trajectoires professionnelles durant les cinq premières années de vie active sont synonymes de passages plus ou moins longs par l’emploi à durée déterminée.

Ces parcours tranchent avec ceux des docteurs qui s’orientent très tôt vers les emplois du privé.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Julien Calmand, Marie-Hélène Prieur, Odile Wolber , Les débuts de carrière des docteurs : une forte différenciation des trajectoires professionnelles in Bref n° 354 (2017). – 4 p.

Doctorat et monde professionnel

DoctoratBOMBARON Edwige, CROS Françoise, VITALI Marie-laure (dir.). Doctorat et monde professionnel. Paris : L’Harmattan, 2014, 156 p.

La société actuelle interroge de manière vive les qualités économiques et professionnelles de l’ensemble des diplômes accordés par l’Université. Dans cette perspective, cet ouvrage questionne les forces et les faiblesses du doctorat en sciences sociales et humaines face au monde économique, à travers une triple orientation : historique, de comparaison internationale avec des pays comme la Finlande ou le Canada et épistémologique.

Edwige BOMBARONFrançoise CROS et Marie-Laure VITALI sont membres du Centre de recherche sur la formation (CRF) du CNAM.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44752

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, . – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue)