Archives par mot-clé : division sexuelle du travail

Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes…

Lire le Bref n° 373

En deux décennies, la place des jeunes femmes sur le marché du travail s’est améliorée : plus diplômées, davantage en emploi, elles bénéficient aussi d’un début de rattrapage salarial, et accèdent à des métiers et des filières plus proches de ceux des hommes. Mais ce rapprochement est en partie alimenté par la dégradation de la situation des hommes. Et malgré tout des inégalités persistent, notamment dans l’accès au statut de cadre.

Thomas Couppié, Dominique Epiphane, Et les femmes devinrent plus diplômées que les hommes… in Bref n° 373 (2019). – 4 p.

Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ?

Ce document aLes-pratiques-manageriales-peuvent-elles-reduire-les-inegalites-professionnelles-de-genre-L-exemple-de-la-promotion-et-de-la-formation_largeborde la question du rôle des pratiques RH dans la réduction des disparités professionnelles de genre observées dans l’accès à la promotion et à la formation en entreprise. Les résultats sont issus de traitements économétriques effectués sur des données issues de l’enquête couplée entreprise-salariés conduite en 2010-2012 (Difes 2).

L’analyse montre ainsi que dans les entreprises ayant une politique RH plus structurée, les écarts des taux de promotion entre les femmes et les hommes diminuent de manière considérable ainsi que les écarts dans l’accès à la formation générale. L’écart dans les taux d’accès à la formation spécifique est quasi inexistant.

Lire le document sur le site du Céreq

Couprie, Hélène; Melnik, Ekaterina. Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ? : L’exemple de la promotion et de la formation  – Marseille : Céreq, 2016. – 54 p. – (Net.Doc; 158) .

Femmes dans des “métiers d’hommes” : entre contraintes et déni de légitimité

Femmes dans des "métiers d'hommes" : entre contraintes et déni de légitimitéPour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c’est prendre le risque de se heurter à des résistances. Si des accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du sexisme. En pratique, faire ses preuves ne suffit pas.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandra D’Agostino, Dominique Epiphane, Irène Jonas, Frédéric Séchaud, Emmanuel Sulzer, Femmes dans des “métiers d’hommes” : entre contraintes et déni de légitimité in Bref n° 324 (novembre 2014). – 4 p.

Les conditions de travail ont-elles un sexe ? A découvrir dans le n°348 de la revue de l’Anact

Le numéro de mars-avril de Travail & Changement, le bimestriel du Réseau Anact, est paru. Disponible en feuilletage ou en téléchargement, il prolonge un numéro précédant qui explorait dès 2009 l’égalité professionnelle sous l’angle des conditions de travail.

Ce deuxième volet confirme le constat initial : les femmes sont bien moins loties. Aujourd’hui, l’analyse comparée des conditions de travail permet d’évaluer finement les situations, sans oublier d’impliquer les hommes.

A l’heure où l’égalité professionnelle est un des sujets de la négociation “qualité de vie au travail”, de nombreux nouveaux témoignages (Brigitte Grésy de l’Igas, Muriel Pénicaud, DRH de Danone, ou encore Pascal Guénel de l’Inserm, entre autres), viennent compléter la feuille de route détaillée par la Ministre des Droits des femmes, Nadjat Vallaud-Belkacem. Toujours dans ce numéro de Travail et Changement, les partenaires sociaux réagissent et des exemples significatifs d’entreprises complètent la démonstration.

Feuilleter la publication

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement


Yvonne Guichard-Claudic, Danièle Kergoat, Alain Vilbrod (dir.)

L’inversion du genre. Quand les métiers se conjuguent au féminin… et réciproquement
Presses universitaires de Rennes, coll.  Des Sociétés, 2008 – 401 p.

4e de couverture :
Femmes pompiers ou médecins, cadres d’entreprise, magistrates, conductrices de bus ou de camions, peintres en bâtiment ou carreleuses… mais aussi hommes sages-femmes ou caissiers de supermarché, infirmiers, assistants sociaux ou instituteurs en école maternelle : autant d’exemples de l’avancée en mixité dans des bastions longtemps monosexués. La mixité n’est donc pas seulement une question de co-présence de femmes et d’hommes dans différents espaces sociaux. Elle se traduit aussi par la fin de l’exclusivisme de genre attaché à certains métiers.
Il est certes important d’en prendre la mesure précise, statistiques à l’appui, mais une évaluation chiffrée ne saurait suffire pour comprendre ce qui se joue dans ces situations atypiques. Le même métier est rarement exercé dans les mêmes conditions, de travail, de rémunération, de promotion selon qu’il l’est par un homme ou par une femme. Des travaux qualitatifs fins et diversifiés, tels ceux qui sont présentés dans cet ouvrage, permettent d’observer par le menu ce qui se transforme, ce qui résiste, ce qui se recompose, dans le but de saisir le sens des logiques sociales complexes qui sont à l’œuvre.
Parler d’inversion du genre à propos de ces situations et positions non traditionnelles, c’est donc moins décrire une situation que poser la question de savoir dans quelle mesure l’inversion des positions sexuées est de nature à remettre en cause les processus de catégorisation et de hiérarchisation que désigne le concept de genre.

Contributions de :
Marc Bessin, Line Chamberland, Philippe Charrier, Caroline Chimot, Thomas Couppié, Nicolas Divert, Florence Douguet, Dominique Epiphane, Erika Flahault, Stéphanie Gallioz, Béatrice De Gasquet, Yvonne Guichard-Claudic, Yveline Jaboin, Danièle Kergoat, Emmanuelle Lada, Nathalie Lapeyre, Jacqueline Laufer, Nicky Le Feuvre, Sonia Lefeuvre, Clotilde Lemarchant, Fabienne Malbois, Guillaume Malochet, Catherine Marry, Nicolas Murcier, Johanne Paquin, Simone Pennec, Roland Pfefferkorn, Claudine Philippe, Annie Rieu, Anne-Catherine Rodrigues, Djaouida Séhili, Armelle Testenoire, Hélène Trellu, Alain Vilbrod

Plus d’infos :
Sommaire, table des matières et introduction sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1794

Comptes-rendus :

 

Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps


« Inversion du genre. Corps au travail et travail des corps »
Dossier coordonné par Yvonne Guichard-Claudic et Danièle Kergoat
Cahiers du Genre, n° 42, 2007 – 264 p.

 

Présentation de l’éditeur:
En pénétrant des espaces de travail traditionnellement dévolus à l’autre sexe, femmes et hommes bousculent-ils/elles les définitions genrées de la corporéité au travail ? Pas de réponse univoque à cette question, les dynamiques novatrices se combinant aux ambivalences féminines, aux résistances masculines, aux rappels à l’ordre normatifs de l’entourage.

Complément :
Le dossier traite de la mixité dans le monde professionnel, et des rôles sexués au travail à travers des professions mettant en jeu les rapports au corps et les normes de virilité et de féminité : sportives professionnelles, femmes dans la police, dans le cirque contemporain, parmi les cadres commerciaux, ou dans les professions du soin telles que l’animation des centres de loisir ou les soins mortuaires.

Articles de :
Christine Mennesson, Geneviève Pruvost, Sylvie Cromer, Dominique Lemaire, Marine Cordier, Oumaya Hidri, Elisa Herman, Laurence Hardy

Sommaires, résumés et articles (en libre accès) consultables sur Cairn

 

Travail et genre. Regards croisés, France-Europe-Amérique latine

Travail et genreHelena Hirata, Maria Rosa Lombardi et Margaret Maruani (dir.)
Travail et genre. Regards croisés, France-Europe-Amérique latine.
Paris : La Découverte, coll. Recherches, 2008 – 278 p – ISBN : 9782707156556

Présentation de l’éditeur :
Quelle est la place des hommes et des femmes dans le monde du travail, en Europe et en Amérique latine ? Peut-on comparer, du point de vue du travail, de l’emploi, du chômage ou de la formation, des régions du monde qui ont des histoires, des cultures et des niveaux de développement économique aussi contrastés ?
Essayer de mettre en perspective ce qui, à première vue, est incomparable : tel est précisément l’enjeu de ce livre. Car, en dépit des contrastes, ce sont les similitudes qui frappent. Les écarts de salaire, le surchômage féminin, la ségrégation des emplois, la division sexuelle du travail prennent des formes différentes selon les pays, mais on les rencontre partout.
Venus d’Europe et d’Amérique latine, vingt-cinq auteurs apportent ici leurs éclairages autour de trois thèmes : comparaisons internationales des relations entre marché du travail et genre ; pratiques et politiques en matière de vie professionnelle et vie familiale ; genre, professions et carrières.

Contributions de :
Margaret Maruani, Cristina Bruschini, Arlene Martinez Ricoldi, Cristiano Miglioranza Mercado, Nadya Araujo Guimarães, Murillo Marschner Alves de Britto, Carlos Salas, Marcia Leite, Paola Cappellin, Lais Abramo, Rosalba Todaro, Michel Lallement, Jérôme De Henau, Isabelle Puech, Bila Sorj, Adriana Fontes, Leila Maron, Danièle Meulders, Sile O’Dorchai, Celi Scalon, Clara Araújo, Felícia Picanço, Sayyid Salman Rizavi, Catherine Sofer, Helena Hirata, Danièle Kergoat, Sylvie Schweitzer, Liliana Segnini, Aparecida Neri de Souza, Isabel Georges, Nicky Le Feuvre

[Plus d’infos]
Table des matières sur le site de l’éditeur
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Travail_et_genre-9782707156556.html

Comptes-rendus :