L’entrée sur le marché du travail des jeunes de la voie professionnelle rénovée

Parmi les sortants de la Génération 2013, se trouvent, pour la première fois, les détenteurs du nouveau baccalauréat professionnel en trois ans.

Cette réforme, qui réorganise la voie professionnelle, interroge autant les parcours éducatifs que les élèves accomplissent désormais que les trajectoires d’emploi que vont connaître les sortants de cette filière rénovée. En la matière, il s’avère que, bien que plus nombreux, les bacheliers professionnels conservent une place bien identifiée dans les organisations productives.

Lire le Bref n° 365 sur le site du Céreq

Valérie Ilardi, Olivier Joseph, Emmanuel Sulzer, L’entrée sur le marché du travail des jeunes de la voie professionnelle rénovée, in Bref n° 365 (2018). – 4 p.

Les entretiens professionnels, un appui aux carrières internes ou à la sécurisation des parcours ?

La diffusion des entretiens professionnels, rendus obligatoires par la loi de mars 2014, reste modeste.

Plus répandus dans les grandes entreprises, celles outillées sur le plan RH, formatrices et gérant la mobilité de leurs salariés, ils prennent souvent la suite d’entretiens annuels existants. Ils peuvent alors servir de cadre pour l’expression des souhaits – et parfois la mise en place d’actions – de formation et de carrière en interne.

En revanche, la question de l’évolution sur le marché du travail, qui relève des objectifs de la loi, est encore peu abordée.

Lire le Bref n° 364 sur le site du Céreq

Danièle Guillemot, Jean-Claude Sigot, Les entretiens professionnels, un appui aux carrières internes ou à la sécurisation des parcours ? in Bref n° 364 (2018). – 4 p.

« Conflictualités et travail »

Appel à publications  :

Corpus n° 14 (automne 2019)

Nouvelle Revue du Travail


coordonné par Paul Bouffartigue (LEST),
Jean-Pierre Durand (Centre Pierre Naville)  et
Baptiste Giraud (LEST)

 

L’ambition de ce dossier est de faire dialoguer ces différentes perspectives de recherche afin d’éclairer la manière dont les formes de confits « organisés » et « inorganisés » au travail se reconfigurent et s’articulent à l’épreuve des nouvelles formes d’organisation du travail et du rapport salarial. Les réorganisations d’entreprises – publiques ou privées – comme l’émergence du capitalisme de plate-forme génèrent des formes de résistances qui débordent, de différentes manières, les modalités classiques du répertoire de l’action syndicale. L’étude des conflits qui se jouent autour des enjeux liés aux nouvelles formes d’organisation du travail ouvre à cet égard un champ d’investigation heuristique pour prolonger l’analyse des processus de recomposition des rapports de domination et de conflictualité au travail. À travers lui, il s’agit de s’interroger sur des dimensions encore peu explorées des possibles et des contraintes en fonction desquels les formes de résistance au travail, individuelles et collectives, peuvent se développer en marge des modalités classiques de lutte au travail.

Dates limites : 5 novembre 2018

Plus d’information : Site NRT