Lundi 1er juin 2015 – Colloque international : Les mains invisibles de la “culture populaire”. Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision

poster-Mains-invisibles-webLe lundi 1er juin 2015 le Cresppa-LabToP organise un colloque international “Les mains invisibles de la « culture populaire ». Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision” de 9h30 à 18h en salle des conférences (59-61 rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, RdC).

Organisation et contacts : Violaine Roussel & Audrey Mariette :

vroussel@univ-paris8.fr

audrey.mariette@univ-paris8.fr

Programme : FinalProgramFr&Engl

Résumés des interventions – abstracts : résumés-abstracts

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

PROGRAMME

9h30 : accueil des participants

10h-12h30 : Matinée (en français)

Introduction : Violaine Roussel (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Présidence : Laurent Jeanpierre (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Panel 1. LA FORCE DES LIENS INVISIBLES

-Emilie Sauguet (Université Paris Ouest Nanterre-IDHES) – Faire œuvre de programmateur ou s’effacer derrière les films ? L’organisation des projections de films documentaires au prisme de l’invisibilité.

-Karim Hammou (CNRS/CRESPPA-CSU) et Laure de Verdalle (CNRS/Printemps) (avec Audrey Mariette, Université Paris 8/CRESPPA-CSU et Delphine Naudier, CNRS/CRESPPA-CSU) – S’engager sur un premier film : producteurs, distributeurs et chaînes face aux nouveaux réalisateurs français (2000-2010).

-Muriel Mille (EHESS-CMH) – Coopérations et concurrences dans le processus de fabrication d’un feuilleton télévisé.

Discussion : Gwenaële Rot (Sciences Po-CSO)

12h30-14h : déjeuner

 

14h-18h : Après-midi (in English) 

Présidence : Anne-Marie Autissier (Université Paris 8, LabToP-Cresppa)

Panel 2. NOUVELLES TÉLÉVISIONS, NOUVEAUX INTERMÉDIAIRES

-Denise Bielby (University of California, Santa Barbara) – Retour sur la notion de télévision mondialisée.

-Laura Grindstaff (University of California, Davis) – Artistes et intermédiaires culturels à l’âge de la téléréalité.

Discussion : Séverine Sofio (CNRS/CRESPPA-CSU)

15h40-16h : Pause

 

Panel 3. DANS LES COULISSES TRANSNATIONALES DU MARCHÉ DES FILMS

-Roderik Smits (University of York) – Faire la médiation entre transnational et national : les agents spécialisés dans la vente internationale des films comme “gatekeepers”.

-Romain Lecler (Université Paris 1/CESSP) – Construire une juridiction transnationale. Les professionnels des marchés internationaux du film et de la série télévisée.

Discussion : Joël Augros (Université Paris 8/ESTCA)

Conclusion : Audrey Mariette (Université Paris 8/CRESPPA-CSU)

Intervenant-e-s :

Joël Augros (Maître de conférences en économie du cinéma, Université Paris 8/ESTCA)

Anne-Marie Autissier (Maîtresse de conférence, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Denise Bielby (Professeure de sociologie, University of California, Santa Barbara)

Laura Grindstaff (Professeure de sociologie, University of California, Davis)

Karim Hammou (Chargé de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laurent Jeanpierre (Professeur de science politique, Université Paris 8, CRESPPA-Labtop)

Romain Lecler (Doctorant en science politique, Université Paris 1/CESSP, AGPR à l’ENS)

Audrey Mariette (Maîtresse de conférences en science politique, Université Paris 8, CRESPPA-CSU)

Muriel Mille (Docteure en sociologie, EHESS-CMH)

Delphine Naudier (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Gwenaële Rot (Professeur de sociologie à Sciences Po-CSO)

Violaine Roussel (Professeure de sociologie, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Emilie Sauguet (Doctorante en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre-IDHES)

Roderik Smits (Doctorant, Film studies, University of York)

Séverine Sofio (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laure de Verdalle (Chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps)

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

VEILLE : Le Bulletin des nouveautés de l’IRES

Veuillez trouver le dernier Bulletin des nouveautés de l’Ires n° 678 couvrant la période du 8 au 21 mai 2015 et le Bulletin des nouveautés de l’Ires n°677 (24 avril au 7 mai 2105).

Il signale les dernières publications de l’Institut ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues  scientifiques, publications des organisations  syndicales, rapports publics, statistiques, etc. avec liens vers les documents en ligne (textes intégraux ou sommaires des revues quand ceux-ci sont disponibles).

→ Suivez également les ressources du Centre sur :

CAP-BEP : des difficultés d’insertion encore aggravées par la crise : Enquête 2013 auprès de la Génération 2010

CAP-BEP : des difficultés d'insertion encore aggravées par la criseAprès trois ans de vie active, les jeunes diplômés de l’enseignement professionnel secondaire en 2010 affichent un taux de chômage de 24 %. La crise heurte frontalement les diplômés de CAP et BEP, venant détériorer encore leur positionnement sur le marché du travail. Sans être épargnés par la crise, les bacheliers technologiques ou professionnels sont nettement moins exposés. A terme, la pertinence du niveau V pourrait ainsi être mise en question.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Valérie Ilardi, Emmanuel Sulzer, CAP-BEP : des difficultés d’insertion encore aggravées par la crise : Enquête 2013 auprès de la Génération 2010 in Bref n° 335 (mai 2015). – 4 p.

Le genre du mal-être au travail

Bercot-genre-maletreRégine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Toulouse : Octarès éditions, coll. « Le travail en débats, série colloques et congrès », 2015 – 218 p.

 

Comment révéler mais aussi rendre compte de certains aspects du travail qui sont ignorés par les acteurs, soit parce qu’ils n’en ont pas conscience, soit parce que la mémoire les efface ou leur donne une signification qui les rend naturels et donc non dicibles ? Et pourtant le travail de terrain, l’observation, l’entretien, l’enquête ethnographique le plus souvent, permettent non seulement de révéler des faits, des comportements, des relations mais aussi de se rendre compte qu’elles sont porteuses de difficultés pour les acteurs et parfois de mal-être. La notion de mal-être a été choisie pour rendre compte de ces problèmes qui apparaissent parfois naturalisés, parfois minimisés et considérés comme normaux y compris par ceux ou celles qui ont à en subir les conséquences. Le travail effectué par les chercheurs est aussi d’expliciter les différences que crée l’existence d’un rapport social de sexe, rapport social qui interfère sur les places attribuées, sur les comportements et les représentations des acteurs.

C’est dans le travail, mais aussi dans l’articulation du travail et du hors travail que se tapissent des sources de mal-être dont certaines sont ignorées des grandes enquêtes. Cet ouvrage, construit autour des résultats des enquêtes de terrain, révèle une part de l’invisible : invisibilité quant aux contraintes qui pèsent pour orienter le choix des places et des rôles, notamment des femmes dans les mondes masculins, invisibilité des impositions de sens et d’orientation des conduites.

Si les dimensions factuelles sont importantes pour analyser les conditions de travail, ce livre interroge aussi les dimensions idéelles qui sous tendent les relations entre acteurs. C’est ainsi que l’on peut débusquer ce qui atteint : des formes de vêture à respecter dans le monde des experts, des manières de se comporter et de faire face à des émotions tant dans la police que dans le soin.

Contributions de : Régine Bercot, Isabelle Boni, Lucie Goussard, Anne Jacquelin, Marc Loriol, Efthymia Makridou, Haude Rivoal, Armelle Testenoire

Sommaire sur le site de l’éditeur

 

Le livre fait suite au séminaire « Le genre du mal-être au travail« , organisé d’octobre 2012 à décembre 2013 par Régine Bercot (Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM-GESTES, de la MSH Paris-Nord et de la Région Île-de-France, site Pouchet du CNRS. (Voir aussi…)

La Revue de l’Ires n°82, 2014/3

Rev82siteSommaire de la Revue de l’Ires n°82, 2014/3

Les budgets de référence : un nouveau repère 
dans le débat public sur la pauvreté
Pierre CONCIALDI
Les indicateurs de législation protectrice 
de l’emploi au crible de l’analyse juridique
Raphaël DALMASSO
L’accroissement de la durée des conventions collectives de travail québécoises 
depuis 20 ans : nouvelle normalité, partenariat consolidé 
ou manifestation du pouvoir patronal ?
Mélanie LAROCHE, Patrice JALETTE et Frédéric LAUZON DUGUAY
Territoire et syndicalisme, entre respect des valeurs 
et besoins d’évolution, la démarche CGT
Martine BERNARD-ROIGT
Emprise financière et internationalisation des groupes français : 
un premier état des lieux
Catherine SAUVIAT et Claude SERFATI

Résumés des articles – English Abstracts

 

La Revue de l’Ires, créée en 1989, est une revue pluridisciplinaire publiée par l’Institut de Recherches Economiques et Sociales. Elle est destinée à nourrir la connaissance dans les domaines intéressant l’ensemble des organisations syndicales : marché du travail et politiques d’emploi, politique économique, revenus et protection sociale, conditions de travail et activité de travail, formes de rémunération et de gestion des salariés, relations professionnelles.

S’adressant aux chercheurs, praticiens et experts venant de différentes disciplines (droit, économie, gestion, histoire, sociologie, sciences politiques), La Revue de l’Ires porte une attention particulière aux articles novateurs issus d’enquêtes empiriques ou mobilisant une méthodologie originale, ainsi qu’aux éclairages comparatifs internationaux.
Elle paraît quatre fois par an. Tous les articles sont téléchargeables depuis le résumés articles du numéro 27 été 1998.

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Travail &  Changement, n°359

Entre contraintes économiques et changements sociétaux, les trois fonctions publiques vivent une profonde mutation. Devant les tensions croissantes et la perte de repères ressentie par les agents, la question des conditions de travail et de la qualité de vie au travail s’impose.

Lire la revue