Les classes sociales en Europe

Affiche-classessoceurope-15&16dec2014

Journées d’étude des réseaux
« Classes sociales, inégalités, fragmentations » (RT 5),

« Méthodes » (RT 20), « Sociologie des élites » (RT 42) et « Justice sociale » (GT 44)

Association française de sociologie (AFS)
conjointement avec le Ceraps (UMR 8026), le Cresppa (UMR 7217), et la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine.

15 et 16 décembre 2014
Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

Les travaux comparatistes menés au niveau européen sont majoritairement quantitatifs, et restent mal connus des sociologues non statisticiens en France. Pourtant il y a un enjeu central à développer d’une part une réflexion sur les groupes sociaux et les inégalités à l’échelle européenne, mais aussi à développer des comparaisons entre structures sociales et inégalités entre pays. Ces journées visent donc à présenter un ensemble de débats qui traversent les travaux quantitatifs portant sur les groupes sociaux en Europe, et à expliciter la place qu’y occupe (ou non) la sociologie des classes sociales. Elles visent également à inciter à lier les enquêtes quantitatives et les enquêtes de terrain pour développer une réflexion sur les classes sociales et les inégalités en Europe, réflexion particulièrement cruciale dans un contexte de crise économique. Une première journée sera centrée sur la conception et l’usage des nomenclatures socio-professionnelles et des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques qui les sous-tendent. Une deuxième journée sera centrée sur les travaux comparatifs sur les classes sociales en Europe, et sur la comparaison entre travaux menés dans différents cadres nationaux et à susciter de nouvelles perspectives de recherche.

Contacts :
etienne.penissat@gmail.com
yasmine.siblot@univ-paris8.fr

PROGRAMME

Lundi 15 décembre
Les nomenclatures socio-professionnelles en Europe : enjeux théoriques et outils

Nomenclatures en usage et théories sociologiques.
Introduction générale de la journée et présidence : Étienne Penissat

  • La nomenclature EGP (Erikson-Goldthorpe-Portocarero) et sa mise en œuvre en Europe. Louis-André Vallet
  • Valeurs économiques, valeurs culturelles et classes sociales : les mesures de statut socioprofessionnel (SIOPS, EGP, ESeC, ISEI) dans l’enquête sur les Valeurs des Européens. Frédéric Gonthier
  • Quelle nomenclature pour décrire les espaces socio-professionnels européens ? Une approche en termes de capitaux culturel et économique. Cécile Brousse

La nomenclature ESeG (European Socio-economic Groups) : Quel bilan des premières études menées à partir d’ESeG au niveau européen ?
Présidence et lancement de la discussion Thomas Amossé

  • La nomenclature socioprofessionnelle européenne ESeG et son élaboration, Monique Meron
  • Homogamie et inégalités dans les régions d’Europe : une utilisation de la nomenclature ESeG. Milan Bouchet-Valat
  • L’espace des conditions en Europe à partir d’ESeG. Frédéric Lebaron

Mardi 16 décembre
Penser et comparer les classes sociales en Europe

Capital culturel, pratiques culturelles et différences de classes.
Présidence et lancement de la discussion : Philippe Coulangeon

  • Capital culturel et pratiques culturelles. Les enjeux d’une comparaison européenne depuis l’enquête SILC-EU 2006. Cédric Hugrée, Etienne Pénissat, Alexis Spire, Cécile Brousse
  • Le capital culturel au Danemark et en Grande-Bretagne, Annick Prieur
  • Comparer les élites en Europe. Présidence et lancement de la discussion : Sylvain Laurens
  • Comment construire le champ du pouvoir français au regard de l’expérience norvégienne. François Denord
  • Construire et comparer des champs de pouvoir, Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes

Saisir les recompositions des classes populaires contemporaines au delà du cadre national : comparaisons et circulations.
Présidence et lancement de la discussion : Anne Bory

  • Les analyses des recompositions des classes populaires en France. Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Yasmine Siblot.
  • La sociologie portugaise des classes sociales et la place des ouvriers et employés, Virgilio Borges Pereiera.
  • Présentation de Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire (Agone) traduction française de Formations of Class and Gender : Becoming Respectable, de Beverley Skeggs. Anne-Marie Devreux.

Programme détaillé en PDF

La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives

Roueff-culture&intermediairesLaurent Jeanpierre et Olivier Roueff (dir.), La culture et ses intermédiaires. Dans les arts, le numérique et les industries créatives Paris : Éditions des Archives contemporaines – 305 p.

Amazon, iTunes, Netflix, YouTube, etc. : la liste serait longue des nouvelles formes controversées d’accès à la culture. À côté de ces grands noms d’entreprises transnationales, c’est en réalité l’ensemble des activités d’intermédiaires dans les arts et les industries créatives qui s’expose aujourd’hui et semble croître, en nombre, en taille et en puissance. Qui sont les protagonistes de ces activités en pleine expansion ?
Que font-ils ? Quelles sont leurs relations, directes ou indirectes, avec la création ?

À travers une vingtaine d’enquêtes conduites en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis sur des individus et des entreprises qui font exister l’offre et la demande de travail artistique ou de biens culturels, les auteurs de ce livre répondent pour la première fois à ces questions de manière plurisectorielle : dans les arts visuels, la musique, le cinéma, la mode, la bande-dessinée et les industries numériques. La plupart des « fonctions » d’intermédiation sont ainsi abordées, depuis le soutien à la production jusqu’aux palmarès en passant par la sélection des talents, le développement de carrières, le montage des équipes et des budgets et, bien entendu, la distribution et la promotion des œuvres.
La perspective adoptée met en avant les luttes incessantes pour la conquête des créations ayant lieu aux frontières de « territoires » d’activité professionnalisés ou plus informels. L’ouvrage constitue un plaidoyer pour une sociologie des systèmes d’intermédiation : méthode d’analyse pertinente des reconfigurations économiques actuelles, irréductibles au discours enchanté des investisseurs comme au schème critique globalisant de la marchandisation de la culture ; instrument privilégié d’une écologie sociale indispensable à une compréhension réaliste du travail artistique. Au terme du parcours, les débats sur la reconnaissance déclinante des créateurs et la répartition inégale des risques et des bénéfices au sein du capitalisme dit « culturel » devraient apparaître sous un jour inédit.

Contributions d’Olivier Alexandre, Pierre-Jean Benghozi, Célia Bense Ferreira Alves, Christian Bessy, Laura Braden, Vincent Bullich, Pierre-Marie Chauvin, Diana Crane, Timothy J. Dowd, Thomas Guignard, Karim Hammou, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Jean-Matthieu Méon, Bernard Miège, Delphine Naudier, Keith Negus, Thomas Paris, Violaine Roussel, Mathieu Trachman, Laure de Verdalle, Julie Verlaine et Pierre-Édouard Weill.

Extraits consultables en ligne

Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques

Naudier-strategesWenceslas Lizé, Delphine Naudier et Séverine Sofio (dir.), Les stratèges de la notoriété. Intermédiaires et consécration dans les univers artistiques Paris : Éditions des Archives contemporaines – 233 p.

L’activité professionnelle artistique est collective et repose, in fine, sur la commercialisation d’œuvres, de spectacles, de disques ou de films dont la vocation est d’atteindre un public. Dans cette entreprise, la notoriété est à la fois une fin en soi et un outil qu’un certain nombre de professionnels s’emploient à fabriquer. En d’autres termes, l’espace public n’est accessible aux artistes qu’à travers le recours à des intermédiaires culturels qui s’efforcent, au moyen de stratégies concrètes encore peu étudiées par les sciences sociales, de sortir de l’anonymat et de promouvoir des artistes ou des œuvres.
Fondé sur un ensemble d’enquêtes et de recherches collectives, ce livre a pour but de lever le voile sur ces acteurs fondamentaux des mondes de l’art, sur leurs pratiques et sur les conséquences de celles-ci en termes à la fois économiques et symboliques. La fabrication de la notoriété des œuvres et des artistes est ici conçue comme la principale tâche des intermédiaires culturels. Au-delà de leur présentation emphatique comme « faiseurs de stars » ou « briseurs de carrières », dans quelle mesure et de quelles manières les intermédiaires contribuent-ils à la fabrication du succès des artistes et à leur accès à la consécration ?

Répondant à cette question décisive au travers de plusieurs études de cas, ce livre éclaire les processus à l’œuvre dans la construction sociale de (l’accès à) la notoriété dans différents secteurs de la production culturelle : édition, musique, arts du spectacle, cinéma, arts plastiques et diffusion en ligne. Il s’adresse ainsi aussi bien aux professionnels de la culture ou des arts, qu’aux étudiant-e-s, enseignant-e-s et chercheur-e-s.

Contributions de :
Vincent Dubois, Luca Pareschi, Kaoutar Harchi, Dominique Sagot-Duvauroux, Gérôme Guibert, Laure de Verdalle, Pierre-Edouard Weill, Jean-Samuel Beuscart, Maxime Crepel, Olivier Roueff.

Quand les bacheliers reprennent le chemin des diplômes

Quand les bacheliers reprennent le chemin des diplômesDe plus en plus de bacheliers reprennent des études dans les premières années qui suivent leur sortie de scolarité. Cette évolution ne reflète pas uniquement un comportement de repli face à une conjoncture difficile. Si les nouveaux diplômes obtenus par ces jeunes ne relèvent pas tous de l’enseignement supérieur, ils sont presque toujours à vocation professionnalisante. Pour les bacheliers d’origine populaire ou titulaires d’un bac pro, reprendre le chemin des diplômes est moins fréquent que pour les autres.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Virginie Mora, Quand les bacheliers reprennent le chemin des diplômes in Bref n° 325 (novembre 2014). – 4 p.

La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales

Bercot-sante_travail_prismeR. Bercot (Coord.), La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales, Octarès, collection le travail en débats, série colloques et congrès 2014.

Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre ? Cette question suppose de saisir les différences tant au niveau sociétal qu’au niveau du travail lui-même, d’intégrer des dimensions liées à la socialisation et à l’ethos des groupes, de rendre compte des effets du travail dans son articulation aux contextes de vie et aux trajectoires.

Que nous disent les grandes enquêtes quantitatives ? Prenant appui sur des enquêtes quantitatives nationales au Québec et au Chili les auteurs affinent les résultats en mettant en exergue les différences hommes femmes ainsi que les sources de ces différences. Ils questionnent les enjeux et les rapports de force autour de la construction des indicateurs. Au fil des chapitres, on découvrira tout à la fois les données produites et les problèmes de méthodes qui se posent au chercheur souhaitant faire apparaître des corrélations entre différentes situations et différents contextes.

Une focale mise sur les conducteurs de bus au Portugal illustre la manière dont les acteurs et particulièrement les femmes sont fragilisées par des rythmes de travail incompatibles avec leurs contraintes de vie.

Avec les contributions de :
Karen Messing, Elisa Ansoleaga, Angelo Soares, Marianne Lacomblez, Nicky Le Feuvre ; Introduction de Régine Bercot.

Voir aussi le programme du séminaire « Le mal-être du genre au travail » organisé par l’Anact, le Cresppa-GTM, la MSH Paris-Nord avec le soutien du Dim Gestes Région Île-de-France de 2012 à 2014.

 

Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité

Femmes dans des "métiers d'hommes" : entre contraintes et déni de légitimitéPour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c’est prendre le risque de se heurter à des résistances. Si des accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du sexisme. En pratique, faire ses preuves ne suffit pas.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandra D’Agostino, Dominique Epiphane, Irène Jonas, Frédéric Séchaud, Emmanuel Sulzer, Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité in Bref n° 324 (novembre 2014). – 4 p.

Leavers from higher education : increased levels of education have not prevented a rise in unemployment

Leavers from higher education: increased levels of education have not prevented a rise in unemploymentThe young people who left higher education in 2010 and were surveyed as part of Céreq’s education-to-work transition surveys are not immune to the effects of the deteriorating economic situation. Although they are more highly qualified as a result of the introduction of the LMD (in French: licence, master, doctorat) degree structure, they are more likely to be unemployed and are slightly less well paid than their predecessors who left in 2004. Non-completers are still the group most at risk, but those with vocational degrees have also suffered the effects of the recession.

Lire le document sur le site du Céreq

Boris Ménard, Leavers from higher education : increased levels of education have not prevented a rise in unemployment in Training and employment n° 111 (May-June 2014). – 4 p.

VEILLE : Le Bulletin des nouveautés de l’IRES

Veuillez trouver le dernier Bulletin des nouveautés de l’Ires n° 656 couvrant la période du 31 octobre au 6 novembre 2014.

Il signale les dernières publications de l’Institut ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues  scientifiques, publications des organisations  syndicales, rapports publics, statistiques, etc. avec liens vers les documents en ligne (textes intégraux ou sommaires des revues quand ceux-ci sont disponibles).

→ Suivez également les ressources du Centre sur :