Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n’empêche pas celle du chômage

Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n'empêche pas celle du chômageLes jeunes sortis de l’enseignement supérieur en 2010,interrogés dans le cadre des enquêtes Génération,n’échappent pas à la dégradation de la conjoncture. Bien que plus diplômés sous l’effet de la réforme du LMD, ils sont plus souvent au chômage et un peu moins rémunérés que leurs prédécesseurs sortis en 2004. Les non-diplômés restent les plus exposés, mais l’insertion des diplômés de la voie professionnelle subit également les effets de la crise.

Lire le document en ligne

Boris Ménard, Sortants du supérieur : la hausse du niveau de formation n’empêche pas celle du chômage, in Bref n° 322 (septembre 2014). – 4 p.

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants

 

Call for papers : »Practice-based approaches to working life studies »

Call for  Special issue :  Nordic Journal of Working Life Studies

 

 
« Over the last decades practice based approaches to the study of organizations, working life and work place learning has become increasingly popular among researchers. Characteristic of these approaches is an emphasis on the productive and reproductive features of activity as constitutive elements in bringing about, stabilizing and changing social order. In this perspective activity is not simply conceived as the sum of individual (inter)actions but also as an encompassing, potent and responsive order that morphs and shapes conduct. Thus these approaches see social practices – i.e. bundles of human activity –as the central unit of analysis. This ‘turn to practices’ has led many work life researchers to discard traditional social science dichotomies of structure/agency, macro/micro, physical/mental, outer/inner, rational actors/cultural dopes. Instead, the practice based approaches focuses on action intelligibility – how people respond to the actual conditions they encounter, and how they on a step by step basis tries to make sense of their experiences and give meaning to their worlds. » (…)

PLUS D’INFORMATION

http://www.nordicwl.dk/

 

CALENDRIER

Date limite: 01/01/2015

Appel à contribution: « Les conflits du travail »

Appel à contribution pour un numéro spécial

« RIMHE – Revue Interdisciplinaire Management, Homme(s) & Entreprise »

Cet appel à contributions de la revue RIMHE se propose de présenter un état actualisé des connaissances sur les conflits au travail et des résultats de travaux de recherche empirique récents sur les pratiques novatrices de management permettant de résoudre les problématiques associées. (…)

 

PLUS D’INFORMATION

http://www.rimhe.com/evenement-83-date-limite-appel-sur-les-conflits-au-travail.html

 

CALENDRIER

Date limite: 27/03/2015

Le doctorat : un rite de passage. Analyse du parcours doctoral et post-doctoral

En quoi le doctorat constitue-t-il un rite de passage ? Le parcours doctorant est une aventure extrêmement riche dans laquelle le doctorant doit faire face à de nouveaux défis, difficultés ou obstacles : la découverte des implicites et l’appropriation de la culture scientifique, l’intégration dans la communauté scientifique, la relation duale avec son directeur de thèse, l’apprentissage de l’écriture scientifique, les incompréhensions de l’entourage, la gestion du stress, la gestion de ses identités multiples, le vide de l’après – doctorat ou le douloureux choix de l’abandon. L’auteure fait une analyse sociologique du parcours doctoral et post-doctoral en s’appuyant sur ses propres recherches, sur les recherches francophones et anglophones qui ont été menées sur le thème du doctorat et en s’appuyant sur des extraits de journaux de bord de doctorants et de jeunes docteurs. La problématique de l’insertion professionnelle des docteurs est également abordée, notamment sous l’angle des compétences. Le jeune docteur ressort grandi de l’expérience doctorale avec un enrichissement professionnel et personnel qu’il peut faire valoir sur le marché du travail en dehors de la sphère académique. La finalité du doctorat n’est plus uniquement de former des chercheurs, mais aussi des professionnels qui seront des vecteurs essentiels de l’innovation et ce, dans tous les secteurs d’activités. Quelles compétences les docteurs développent-ils et comment peuvent-ils les valoriser en dehors de la sphère académique ?

Gérard, Leatitia; Simonian, Stéphane, collab.; Le Breton, David, préf., Le doctorat : un rite de passage : Analyse du parcours doctoral et post-doctoral, . – Paris : L’Harmattan, 2014. – 211 p. – (Téraèdre. L’anthropologie au coin de la rue)

Call for papers :”International mobility of workers: new forms, processes and outcomes”

Call for papers Special issue :  Personal Review

 

Personnel Review
« This Call aims to attract contributions that will advance our knowledge and understanding of international mobility. International mobility is a phenomenon of large proportions whose complexity, forms, and impact are increasing. This necessitates clarification of concepts, identification of emerging forms, documentation of implications and impact, mapping impact processes, as well as further theory development. The movement of individuals across geographic boundaries is not a recent phenomenon. However, its extent has intensified in recent years (e.g., International Labour Organization, 2010). This is due to a variety of reasons that include international treaties (e.g., the European Union, or other special bi-lateral agreements) that allow free movement of individuals across borders; the advent and rapid development of information technology that has facilitated the flow of information on employment opportunities across the globe; developments in transportation; and the progressively global nature of the economy that has been mutually reinforced by the increasingly multi-national nature of organizations. Estimates bring the numbers of individuals worldwide who have moved to and live and work in countries other than their own to nearly 250 million (OECD-UNDESA, 2013), these estimates remaining conservative since they leave particular forms of mobility (e.g., globetrotting) unaccounted for. Hence, apart from being an interesting phenomenon, international mobility is also important for the substantive reason that it involves a significant proportion of the world population. » (…)

« …

 

PLUS D’INFORMATION

http://www.emeraldgrouppublishing.com/authors/writing/calls.htm?id=5641

 

CALENDRIER

Date limite: 31/05/2015

Call for papers : « Workers’ Education and Global Labor Movements »

  Call for papers Special issue  International Labor and Working-Class History International Labor and Working-Class History « We have learned a great deal about the history of global working class in the modern era and about the economic, political, and social struggles that accompanied its rise. But we still know comparatively little about the educational institutions, relationships and practices working class movements have used to develop the capacity for sustained struggle, not to mention the ability to survive their defeats and institutionalize their victories. To encourage a deeper understanding of these efforts, the editors of ILWCH (International Labor & Working-Class History) invite proposals for articles, interviews, review essays, documents, conference and archive reports, photo essays, and reflections on the role of worker education, both formal and informal, in the development of the global labor movement and its base communities.« …

PLUS D’INFORMATION

http://journals.cambridge.org/action/displaySpecialPage?pageId=6092

 

CALENDRIER

Date limite: 01/11/2014 (abstract) ; 01/07/2015 (first drafts)