La compétitivité de l’industrie française : évolution des débats, initiatives et enjeux

Le dernier Document de travail de l’Ires  vient de sortir. Il est disponible en accès libre sur le site de l’Institut.

Auteurs : SAUVIAT, Catherine et SERFATI, Claude

Résumé :

La compétitivité est devenue centrale dans les débats de politique économique en France, après que de nombreux rapports dont le dernier en date, le rapport Gallois, l’eurent remise au goût du jour dans les années 2000. Elle est même apparue plus récemment comme un enjeu commun des partenaires sociaux. Ainsi l’illustre la signature de l’ANI du 13 janvier 2013 par les trois organisations patronales françaises et trois organisations syndicales, retranscrit dans la loi sur la sécurisation de l’emploi adoptée par le Parlement le 14 mai. Elle a également inspiré la création du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, dispositif visant à créer un « choc d’offre » par le truchement d’un allègement des charges fiscales des entreprises à hauteur de 20 milliards  €. D’une question liée jusqu’au début des années 1980 à la politique industrielle, elle a fini par se réduire au cours des années à celle de la compétitivité coût, vue pour l’essentiel sous le prisme du coût du travail. Cette focalisation sur la compétitivité coût, et plus particulièrement sur le coût du travail, a sans doute été renforcée par le jeu même des mécanismes inhérents à l’Union économique et monétaire et par le primat donné par la Commission européenne à la concurrence, comme principal vecteur des spécialisations industrielles des pays membres. Ce faisant, le débat actuel a occulté des facteurs tels que le dualisme croissant du système productif et sa spécialisation inadaptée qui, sur le long terme, apparaissent centraux aux problèmes que rencontre l’industrie française aujourd’hui. Si l’objectif de réindustrialisation poursuivi par les pouvoirs publics doit être pris au sérieux, il y aurait tout intérêt à revenir à la notion de compétitivité structurelle et à renouer avec une réflexion holiste, à l’instar du débat en cours aux Etats-Unis sur l’érosion des « communs industriels ».

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

Le Cinéma. Travail et organisation

Laure De Verdalle et Gwenaële Rot (dir.)
Le Cinéma. Travail et organisation

Paris : La Dispute – 240 p., avril 2013 – ISBN : 9782843032370

L’industrie française du cinéma connaît d’importants bouleversements : redéfinition des règles de financement des films, passage aux techniques numériques pour le tournage, la postproduction et la diffusion en salle… Pour mieux saisir ces transformations et leurs enjeux, cet ouvrage analyse l’évolution des métiers et des circuits de l’industrie cinématographique.
Comment se concrétisent les projets de film ? Les contraintes économiques de la production peuvent-elles s’adapter aux choix esthétiques des réalisateurs ? De quelle manière s’organise la division du travail qui mobilise tant de métiers différents ?
Les auteurs ont mené une vaste enquête sur les conditions de la fabrication des films aujourd’hui en France. Du documentaire au long métrage de fiction, de la conception d’un film à sa fabrication proprement dite, ils donnent une vision précise de l’organisation du cinéma français. Ils proposent des éclairages inédits sur la contribution centrale de professionnels souvent laissés dans l’ombre (producteurs, distributeurs, agents, techniciens, etc.), ainsi que des pistes de réflexion sur les transformations des métiers de la culture et plus généralement du salariat.
Ce livre intéressera tous ceux qui, sociologues du travail ou de la culture, étudiants ou amateurs de cinéma, professionnels du secteur ou responsables des politiques culturelles, cherchent à mieux saisir la réalité complexe de l’industrie contemporaine du cinéma.

Contributions de :
Vincent Cardon, Adeline Lamberbourg, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Delphine Naudier, Olivier Pilmis, Gwenaële Rot, Olivier Roueff, Émilie Sauguet, Laure de Verdalle, Antoine Vernet

Table des matières sur le site de l’éditeur

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

 

Appel à contributions 

Ouvrage collectif

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

dirigé par Jean Foucart, Haute École Louvain en Hainaut, Belgique.

…Le thème de la souffrance occupe une place de plus en plus centrale dans les réflexions sociales, qu’il s’agisse de « la misère du monde » (Bourdieu), de la souffrance au travail (Desjours), du burn-out ou de la fatigue professionnelle, de l’échec scolaire, etc. Cette question irradie de multiples discours ou pratiques depuis les interventions dans les quartiers en difficulté en passant par la souffrance du malade, le stress post-traumatique, la souffrance des victimes, etc.

Le but de ce livre de « visibiliser » cette souffrance, à première vue multiforme. La question essentielle n’est pas de se demander : « Y a-t-il plus de souffrance aujourd’hui qu’hier ? », car à question aussi générale, on ne peut répondre que par des évidences, ou par des a priori. Elle est plutôt de s’interroger sur l’émergence et l’importance prises par cette question.

PLUS D’INFORMATION

http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article2183

CALENDRIER

Propositions : à envoyer pour le 30 juin 2013
Avis renvoyé : le 1er septembre 2013
Texte : le 30 décembre 2013

Bulletin des nouveautés de l’IRES n° 592

 

Bulletin des nouveautés

→ Ce bulletin signale les dernières publications de nos chercheurs ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues scientifiques, publications des organisations syndicales, rapports publics, statistiques, etc. Ce produit documentaire peut ainsi constituer une veille en lien avec les thématiques privilégiées à l’Institut telles que les relations professionnelles, le travail, l’emploi et les revenus.

Très bonne lecture !

Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés

Les jeunes issus des zones urbaines sensibles (Zus) connaissent depuis dix ans des difficultés d’insertion croissantes. La dégradation a particulièrement affecté les hommes.

Au-delà d’origines sociales défavorisées et de faibles niveaux de formation, ils semblent plus qu’hier pâtir de « l’effet quartier ». Pour les femmes des Zus, au contraire, cet effet s’estomperait.

Disponible sur le site du Céreq

Thomas Couppié, Insertion des jeunes issus de quartiers sensibles : les hommes doublement pénalisés, Bref n° 309 (avril 2013). – 4 p.

La construction de l’expérience

Zeitler André, Guérin Jérôme, Barbier Jean-Marie (coord.). « La construction de l’expérience ». Recherche et formation, n° 70, 2012, 162 p.

Les pionniers de la formation des adultes ont fait de l’expérience la spécificité de la formation de ce public (Knowles, 1973). Depuis, cette orientation s’est confirmée et généralisée aux formations à visée professionnelle telles que les formations par alternance. La prise en compte de l’expérience déborde aujourd’hui le cadre de la formation des adultes. Elle est en effet de plus en plus valorisée au sein de l’enseignement scolaire comme le montre la promotion des pratiques pédagogiques prônant le recours à l’expérience et à l’expérimentation comme source des apprentissages. L’expérience, à laquelle il est très couramment fait recours, tend à se généraliser dans les discours et les pratiques d’intervention sur autrui. Cet engouement est probablement suscité par la relation que certains auteurs font entre les processus d’apprentissage et l’expérience (Jarvis, 1987). Certaines de ces conceptions allant même jusqu’à identifier le processus d’apprentissage à la dynamique expérientielle comme dans le cas du modèle de Kolb (1984), par exemple. Dans une perspective plus récente, nous faisons l’hypothèse que la référence au paradigme socioconstructiviste dans le monde de la formation et de l’enseignement trouve un écho dans la valorisation de l’expérience en tant que processus d’apprentissage et de développement autonome de l’apprenant. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-recherche-et-formation-2012-2-page-9.htm

LES AUTEURS

  • André Zeitler : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)
  • Jean-Marie Barbier : CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) de Paris, CRF (Centre de recherche sur la formation)
  • Jérôme Guérin : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)

Sommaire

  • Analyse de l’expérience dans les processus de l’apprentissage humain/Peter Jarvis
  • Apprentissages interprétatifs et construction de l’expérience/André Zeitler
  • Vidéo-formation et construction de l’expérience professionnelle/Serge Leblanc, Carole Sève
  • L’activité d' »enquête » du médecin du travail/Joris Thievenaz
  • Pratique du jeu dramatique et construction de l’expérience/Jérôme Guérin, Catherine Archieri
  • Expérience du travail et développement pour de jeunes adultes en formation professionnelle/Patrick Mayen, Paul Olry
  • Autour des mots de la formation : « Expérience »/André Zeitler, Jean-Marie barbier
  • Entretien avec François Dubet/Jérôme Guérin, André Zeitler

En avant-première, le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail

La 10ème Semaine pour la qualité de vie au travail se déroulera du 10 au 14 juin 2013, l’occasion de découvrir des bonnes pratiques qui améliorent la situation des salariés et participent à l’efficacité de l’entreprise. Anact.fr vous en dévoile le programme pour que vous puissiez dès aujourd’hui bloquez votre agenda.

via A vos agendas ! Découvrez en avant-première le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail.

Anact-Anvie : Comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail

L’Anvie lance en partenariat avec l’Anact un nouveau groupe de travail interentreprise sur le thème « Transformations des organisations et performance : comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail ? ». Trois réunions sont programmées les 14 mai, 30 mai et 20 juin 2013. Les inscriptions se font auprès de l’Anvie.

via Participez à un nouveau groupe de travail sur comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail.

Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

via Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?.