Bulletin des nouveautés de l’IRES n° 591

 

Bulletin des nouveautés 

→ Ce bulletin signale les dernières publications de nos chercheurs ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues scientifiques, publications des organisations syndicales, rapports publics, statistiques, etc. Ce produit documentaire peut ainsi constituer une veille en lien avec les thématiques privilégiées à l’Institut telles que les relations professionnelles, le travail, l’emploi et les revenus.

 

Bonne lecture !!!

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013Dans le cadre de la 10ème Semaine pour la Qualité de Vie au Travail qui aura lieu du 10 au 14 juin 2013, l’ARACT des Pays de la Loire Action Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail organise son second concours de pocket-films amateurs sur le travail.

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013.

Expérience, activité, apprentissage

imagesALBARELLO Luc, BARBIER Jean-Marie, BOURGEOIS Étienne, DURAND Marc (dir.). Expérience, activité, apprentissage. Paris : Presses universitaires de France, 2013, 264 p. Coll. Formation et pratiques professionnelles.

La question de l’expérience, de ses rapports avec l’activité, l’apprentissage et le développement humain est devenue une question centrale, tant sur le plan social que scientifique. Dans une perspective de formation et dans un contexte de transformation constante des rapports entre travail et formation, la compréhension de sa construction, de sa transmission et de sa validation représente un enjeu considérable. Elle concerne toutes les activités et tous les métiers ayant pour objet la transformation de l’activité humaine (éducation, accompagnement, management, gestion, conseil, emploi, orientation, communication, soin et santé, travail social, ergonomie, sport). Réunissant des auteurs précisément et simultanément représentatifs de champs de pratiques et d’approches scientifiques variées (apprentissage et formation des adultes, éducation physique, gestion scolaire, didactique professionnelle, analyse de l’activité), cet ouvrage se propose un triple objectif : conceptualiser les rapports respectifs entre expérience, activité et apprentissage, rendre compte de la construction et de l’organisation de l’expérience, analyser les modalités de sa mobilisation dans la vie professionnelle et sociale.

http://www.puf.com/Autres_Collections:Exp%C3%A9rience,_activit%C3%A9,_apprentissage

SOMMAIRE :

  • Introduction
  • Chapitre premier : Expérience et apprentissage. La contribution de John Dewey, par Étienne Bourgeois.
  • Chapitre 2 : Expérience, mimèsis et apprentissage, par Marc Durand, Annie Goudeaux, Zoya Horcik, Deli Salini, Joël Danielian, Laurent Frobert.
  • Chapitre 3 : Expérience, apprentissage, éducation, par Jean-Marie Barbier.
  • Chapitre 4 : Le travail de l’expérience, par Pierre Pastré.
  • Chapitre 5 : La sensibilité à, organisatrice de l’expérience vécue, par Michel Récopé, Géraldine Rix-Lièvre, Hélène Fache, Simon Boyer.
  • Chapitre 6 : Construction de l’expérience, habitudes d’interprétation et signification du vécu, par André Zeitler.
  • Chapitre 7 : Organisation de l’expérience et cours de vie, par Denis Hauw et Yann Lemeur.
  • Chapitre 8 : La convocation de l’expérience en formation. Le cas de la préparation à la fonction de directeur d’établissement scolaire au Québec, par Frédéric Yvon.
  • Chapitre 9 : Propriétés de l’expérience et dispositifs en formation d’adultes. Luc Albarello.
  • Conclusion

A propos des auteurs : 

Luc Albarello est professeur à l’université de Louvain, Jean-Marie Barbier professeur au Cnam à Paris, Étienne Bourgeois et Marc Durand professeurs à l’université de Genève. Tous quatre exercent dans leurs établissements respectifs et, ensemble dans différents réseaux internationaux, des responsabilités de formation et de recherche dans les domaines de la formation des adultes et des rapports entre formation et activités professionnelles.

Bulletin des nouveautés de l’IRES

 

→  Ce bulletin signale les dernières publications de nos chercheurs ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues  scientifiques, publications des organisations  syndicales, rapports publics, statistiques, etc. Ce produit documentaire peut ainsi constituer une veille en lien avec  les thématiques privilégiées à l’Institut telles que les  relations professionnelles, le travail, l’emploi et les revenus.

 

Bulletin des nouveautés de l’IRES 590

 

Le Centre de documentation de l’Ires

« Globalization and International Labor Solidarity »

Appel à contributions 

Numéro spécial

Nordic Journal  of Working Life Studies

This special issue on Globalization and international labor solidarity welcomes article contributions and literature reviews in all fields of labor and working life studies – history, sociology, international development, economy, political science, business studies, industrial relations etc.

Below is some examples of possible themes and case-studies for articles:

Analyses of international trade union co-operation in historical perspective, on rank and file or top organizational level ; Union-NGO co-operation. International campaigns and solidarity movements. E.g. Clean Clothes Campaign, Asian Living Wage Alliance ; CSR and labor solidarity. Voluntary company regulation of labor rights and employment relations (Global Compact, Nordic and EU models of CSR). Social enterprises ; Migrant labor and trade union solidarity. Multicultural workforce, competition….

PLUS D’INFORMATION

http://www.nordicwl.dk/

CALENDRIER

Date limite  : 15 Août 2013

« Participer au travail. Pour quoi faire ? »

Appel à contributions 

Numéro spécial : Sociologie du travail 
Coordination : Julien Charles, Bénédicte Zimmermann et Anni Borzeix

 

Les auteurs sont invités, en croisant différentes interrogations, à considérer ce sur quoi débouchent les pratiques participatives et leurs effets dans le temps. En résulte-t-il effectivement une prise, un pouvoir d’agir ? Sur quoi ou qui ? Pour qui et avec quelles conséquences tant sur les personnes, les collectifs que leurs activités respectives ? Une telle interrogation pose plus largement la question du gouvernement de l’entreprise, et, au-delà, des rapports entre travail et démocratie.

PLUS D’INFORMATION

http://www.sociologiedutravail.org/spip.php?article84

CONTACT

socio.dutravail@sciences-po.fr

CALENDRIER

Déclaration d’intention : avant le 25 juillet 2013
Date limite (article) : le  15 avril 2014

 

 

Usines. Ouvriers, militants, intellectuels

Cédric Lomba, Julian Mischi (coord.) « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels » Actes de la recherche en sciences sociales n°196-197, 2013 – 157 p.

[…] En partant des usines, ce numéro s’intéresse d’une part aux rôles joués par les intellectuels dans l’action militante ouvrière et aux relations qu’ouvriers et intellectuels entretiennent dans différentes sphères sociales, et, d’autre part, aux rapports des classes populaires aux savoirs comme modalité de transformation de leurs conditions sociales, comme instruments de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier. Cette perspective qui associe l’observation des relations de travail à la question des savoirs et des idéologies dans l’étude des pratiques militantes, fait apparaître que la classe ouvrière, tout en subissant un déclin numérique et une marginalisation politique, bénéficie dans le même temps d’une élévation de son niveau d’instruction, d’une institutionnalisation poussée (à travers notamment le rôle accordé aux « partenaires sociaux ») et d’un accès à une forme de maîtrise savante de l’expertise. La constitution d’un arsenal de moyens d’expression publique rend alors d’autant plus frappante la dépossession ouvrière de son usage. […] [Extrait de l’article d’introduction au dossier]

Articles de : Christian Corouge, Michel Pialoux, Cédric Lomba, Paul Boulland, Sophie Pochic, Ingrid Hayes, Kimi Tomizaki, Pascal Marichalar, Laure pitti, Audrey Mariette

Sommaire et résumés

Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale

Être chômeur à Paris, São Paulo, TokyoDidier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita
Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale
Paris: Presses de sciences po, coll. Académique, mars 2013 – ISBN: 978-2-7246-1305-6

Présentation de l’éditeur:
La condition de chômeur est marquée par l’obligation de recherche d’emploi, mais cette définition internationale dissimule des réalités hétérogènes. L’objectif de ce livre est d’explorer la diversité des significations du chômage : comment les chômeurs vivent-ils et interprètent-ils leur situation à Paris, à São Paulo et à Tokyo ? Le chômage a-t-il le même sens partout ?
L’ouvrage retrace les manières dont le chômage est vécu par des hommes et des femmes de milieux sociaux et d’âges différents dans ces trois métropoles. Cette démarche comparative permet de repérer plusieurs échelles de variation : internationale, avec un univers de significations commun aux chômeurs des trois pays ; nationale, avec l’affirmation de modèles de référence spécifiques à chaque territoire ; transnationale, avec des expériences qui se recoupent selon le sexe, l’âge et la catégorie sociale, quel que soit le pays.
Fruit d’enquêtes par entretiens biographiques approfondis et d’une méthode inédite de comparaison internationale, ce livre renouvelle les connaissances sur le chômage d’une façon aussi originale que passionnante.

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (1ère année)

Atelier de recherche ouvert organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis et Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Présentation de l’atelier :
Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le
pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-
doctorantes, chercheuse). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner la réflexion sur le croisement des catégories et l’imbrication des rapports de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la
conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de
réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon
dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique.

Les séances se tiennent site CNRS Pouchet, au 59/61 rue Pouchet 75017Paris

         1ère séance,  vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) –  Introduction
Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne) – « La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)

         2e séance, vendredi 29 mars de 14h à 16 (Salle 159) Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) – « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)

          3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle.
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) – « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)

          4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) – Les femmes dans les coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil) –  « Rapports sociaux de genre et de classe dans les expériences de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, LARHRA et LHEST)

          5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à 221) – Séance conclusion
« Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective. »

 

La formation et le théâtre

194couvMARTY Olivier (dir.). « La formation et le théâtre ». Education permanente, n° 194,  mars 2013,  200 p.

Ce dossier présente des analyses expliquant les pratiques de formation par le théâtre. Les articles explorent prioritairement les pratiques théâtrales répondant à deux critères : avoir une visée éducative et être reconnues en tant qu’outil pédagogique. Une méthode de terrain le traverse donc : l’analyse d’exercices de théâtre et de ses apports pédagogiques. Une autre structure est celle des apports philosophiques et notamment de l’œuvre de Rousseau. Certains articles sont essentiellement descriptifs, d’autres sont plus soucieux des grands textes du théâtre. Plusieurs prennent pour exemple la formation en salle, notamment pour les langues étrangères ; d’autres s’appuient sur l’entreprise comme lieu d’expérimentation, voire sur le théâtre de rue ou sur le rire clinique.

Olivier MARTY est chercheur au Centre de recherche sur la formation (CRF Cnam)

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1719

Sommaire :

  • Théâtre et permanence de la formation : pour une éthique de la présence. Laurent Bibard
  • Du théâtre interculturel dans la formation à la communication orale. Richard Soudée
  • Quand le théâtre participe au développement personnel des salariés dans l’entreprise. Cécile Ferro
  • Souffrance au travail : le recours au clown. Christine Revuz
  • L’acquisition du français langue seconde par les techniques théâtrales Alain Vercollier. Gaëlle Vercollier
  • Lumières sur l’improvisation théâtrale. Les usages éducatifs innovants d’une pratique sociale. Olivier Marty
  • L’improvisation contextualisée : un appel à la cocréativité. Marie-Noëlle Cocton
  • L’improvisation théâtrale dans les formations pour adultes. Arnaud Trenvouez. Mathias Thura
  • Régulation de la coordination en théâtre d’improvisation. Camille De Keukelaere. Gilles Kermarrec
  • « La machine » : anatomie et fonctionnalités d’un exercice d’improvisation théâtrale. Richard Pineault
  • La théâtralité, outil d’analyse des situations éducatives ? Sylvie Fontaine
  • Pratiques théâtrales et formation aux métiers de l’intervention. Catherine Archieri
  • La pratique du théâtre et l’éducation des femmes au Cameroun. Alhadji Mahamat
  • Le théâtre pour une éducation non aliénante. Jean Verdeil
  • Instrumenter les relations dans les formations en alternance. Pratiques d’alternance et choix d’outils au sein de l’école Vaucanson. Pierre Rieben
  • Travailler en santé : formation du corps ou remédiation corporelle ? Claire Hollenstein

Bulletin des nouveautés de l’IRES

 

Bulletin des nouveautés de l’IRES 589

→  Ce bulletin signale les dernières publications de nos chercheurs ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues  scientifiques, publications des organisations  syndicales, rapports publics, statistiques, etc. Ce produit documentaire peut ainsi constituer une veille en lien avec  les thématiques privilégiées à l’Institut telles que les  relations professionnelles, le travail, l’emploi et les revenus.

 

Guide pratique : Prévenir les risques psychosociaux

Ce guide est conçu comme un véritable outil pour initier une démarche de prévention des risques psychosociaux, à l’usage des responsables d’entreprises, managers et représentants du personnel.
Au sommaire, un outil pour permettre à l’entreprise de se situer, une méthode pour comprendre et repérer les sources des risques psychosociaux et les principales actions à mener, le tout détaillé en 3 étapes :
– Etape 1 : Les risques psychosociaux : où en êtes-vous ? Par où commencer ?
– Etape 2 : Comprendre les risques psychosociaux
– Etape 3 : Mettre en place des actions de prévention
Guide pratique édité par l’ARACT Haute-Normandie
28 pages, septembre 2012

Télécharger ou feuilleter le guide en ligne