La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités

JAEGER Marcel (rapporteur). La coopération entre les établissements de formation préparant aux diplômes de travail social et les universités. Rapport commandé par la Direction générale de la cohésion sociale, oct. 2012, 78 p.

Dans le cadre de la mise en œuvre des « Orientations pour les formations sociales 2011-2013 », la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a confié à Marcel JAEGER la présidence d’un groupe de travail chargé de conduire une réflexion sur les coopérations entre les établissements de formation et les universités.

Le rapport s’appuie sur des éléments historiques, une analyse des pratiques existantes et l’identification des enjeux pour formuler des recommandations qui sont autant de pistes de travail qui s’inscrivent dans les réflexions sur les évolutions de l’appareil de formation.

Le rapport est accompagné d’une étude commandée par la DGCS et réalisée par le cabinet « Strasbourg Conseil » sur le bilan des coopérations existantes.

Télécharger le rapport : http://www.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/RAPPORT_cooperationentreetabeetdiplome.pdf

La qualité de vie au travail : vers un renouvellement des politiques RH ?

Ce séminaire de formation vise à présenter aux acteurs RH et dirigeants d’entreprise les travaux conduits par le réseau Anact sur les démarches de qualité de vie au travail.

Image d'illustration de l'article

Présentation

La qualité de vie  au travail est à l’ordre du jour de l’agenda social ; les partenaires sociaux sont amenés aujourd’hui à négocier autour de ce sujet.

Absentéisme, RPS, TMS, mise en cause du management, pénibilité, maintien dans l’emploi des salariés, inégalités professionnelles…. Autant de symptômes qui dénotent un mal-être au travail dont l’évolution n’est qu’imparfaitement freinée par les actions engagées par les services RH

Faut-il changer notre manière de voir ? Est-ce le signe d’une disjonction entre stratégie de l’entreprise et activités de travail des salariés ?

Les promesses que nous adresse la qualité de vie au travail sont les suivantes :

  • Il est possible de passer d’une « théorie des expositions » à une « théorie de l’engagement » des individus au travail.
  • Il est plus performant pour l’entreprise de manager le travail que de manager le système. Manager le travail est la capacité du collectif de travail à produire de la valeur.
  • La qualité de vie au travail n’est pas la version positive des RPS, mais un investissement politique de l’entreprise.
  •  Il est nécessaire d’ouvrir dans l’entreprise le débat conjoint du travail et de la performance à tous les niveaux.

Cette formation vise à décrypter ces promesses. Le contenu de ce séminaire de formation s’appuie largement sur le travail réalisé par le réseau Anact avec des entreprises engagées dans des démarches de qualité de vie au travail.

Tarif du séminaire : 480 € TTC par personne
Public : RH et dirigeants d’entreprise

Je souhaite participer au séminaire

Retour sur… la rencontre du Club QVT « Des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent »

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

Image d'illustration de l'article

Le terme qualité de vie au travail est utilisé depuis 30 ans dans les entreprises. Initialement associée à la prévention des risques professionnels, le débat social lui donne aujourd’hui une autre dimension. Initiative originale et innovante, le Club Qualité de vie au travail, fondé en 2009 par EDF, comprend une douzaine de grandes d’entreprises engagées dans des expérimentations sur ce sujet.

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

La synthèse sur anact.fr

Absentéisme et conditions de travail, l’énigme de la présence

Pourquoi les salariés viennent-ils au travail ? Pourquoi s’absentent-ils… s’agit-il d’un choix ou d’une impossibilité de faire autrement ? Si oui, qu’est-ce qui motive ceux-ci ? Les réponses à ces questions passent par l’analyse de l’environnement et des conditions de travail dans lesquelles évoluent les salariés. Pour Thierry Rousseau, c’est même le levier le plus déterminant, avec les conditions d’organisation et de gestion de l’entreprise. Fort de cette approche novatrice, son essai nous entraine vers un nouveau modèle d’analyse de l’absentéisme. Pour cela, il s’appuie sur un tour d’horizon critique et approfondi des différentes définitions et manifestations de l’absentéisme. Et sur son expérience de terrain, au travers d’analyses de cas d’entreprise très fouillés. Ce faisant, il nous montre qu’un traitement efficace de l‘absentéisme est possible.

En savoir plus

La revue de l’IRES numéro spécial : 30 ans de salaires d’une crise à l’autre

→Lire les articles 

Extrait introductif du directeur général de l’Institut

« L’IRES a 30 ans et quelques semaines. Ce numéro souhaite célébrer cet évènement en actes et mettre en lumière les missions d’un centre de recherche « au service des organisations syndicales représentatives des travailleurs ». Plusieurs ambitions l’animent.La première est de ne pas dissocier la recherche des problèmes auxquels sont confrontés les salariés et leurs représentants : le thème des salaires s’est donc rapidement imposé. Cette question est, en effet, au cœur de la demande sociale adressée à l’IRES et du champ de recherches de l’institut depuis de longues années. A l’heure où la crise réactive les débats sur les arbitrages emploi-salaire, elle est plus que jamais d’actualité pour les organisations syndicales. La seconde est d’éclairer dans le temps et dans l’espace les enjeux économiques et sociaux des dynamiques salariales, thème porteur à la fois d’une forte actualité et d’une longue histoire. En effet, à partir du début des années 1980, de manière presque concomitante à la naissance de l’IRES, on a
assisté dans les pays de l’OCDE à une profonde rupture dans la dynamique salariale, avec une baisse marquée de la part des salaires dans la valeur ajoutée. Les dynamiques salariales comparées soulèvent par ailleurs des enjeux majeurs, qu’il s’agisse de mesurer la compétitivité d’un pays ou de se référer à un modèle « à suivre », dont lesdécideurs sont souvent si friands. Avec les effets de mode que cela implique… Les articles de ce numéro, qui pré-
sentent 30 ans de dynamique salariale en Allemagne, en France, en Italie, au Royaume-Uni, Etats-Unis, en Chine et au Brésil, permettent de dérouler les spécificités nationales et de faire ressortir les convergences. »

 

La sélection bibliographique du centre de documentation de l’Ires

 

Bulletin des nouveautés du 31 janvier 2013

→  Ce bulletin signale les dernières publications de nos chercheurs ainsi qu’une sélection de références issues des dernières acquisitions du Centre de documentation : revues  scientifiques, publications des organisations  syndicales, rapports publics, statistiques, etc. Ce produit documentaire peut ainsi constituer une veille en lien avec  les thématiques privilégiées à l’Institut telles que les  relations professionnelles, le travail, l’emploi et les revenus.