Les postures de l’évaluateur : pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale

BUREAU Marie-Christine, SARFATI François, SIMHA Jules, TUCHSZIRER Carole. « Les postures de l’évaluateur. Pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale ». In Mateo Alaluf, Pierre Desmarez et Marcelle Stroobants (ed.), Mesures et démesures du travail, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 101-112.

Présentation de l’ouvrage : Le comble de la mesure, c’est le travail. On travaille en mesure, selon des cadences incorporées dans les flux de production et selon des pressions intériorisées. Le travail divise, se divise, se rémunère, il se présente comme étalon de tous les biens, mais n’a pas de valeur absolue. Et il faut bien des conventions pour que l’équivalence entre travaux puisse être établie. On dénombre des cycles, des heures et des jours ouvrables dont le travail déborde. Le travail ne se mesure jamais mieux que dans sa démesure, par excès ou par défaut, quand il brille par son absence, s’évade, surmène, résiste, fait grève ou bien s’épuise. A présent, la mesure est comble. Partout, des pratiques professionnelles sont saisies par une profusion de mesures renouvelées : évaluation des compétences, indicateurs de performances, catégorisation des objectifs, normes de qualité, standardisation des procédures, benchmarking, facteurs d’impact. La démesure du travail serait-elle un corollaire de la production «sur mesure» ? Qui mesure quoi, comment et avec quels effets ? Les tensions entre mesures et démesures traversent toute la sociologie du travail. Cet ouvrage collectif a fait le pari de «remettre à zéro» le compteur du travail, d’actualiser ces tensions jusqu’à éprouver les références qui servent de commune mesure aux chercheurs. Les différents angles de recherche s’y déploient en sept parties, amorcées par une présentation permettant de situer l’originalité de chaque contribution dans les mouvements de la sociologie du travail contemporaine.

http://metices.ulb.ac.be/spip.php?article448

 Marie-Christine Bureau est sociologue au  Lise -Cnam-Cnrs.

François Sarfati est chercheur au Centre d’Etudes de l’Emploi, membre associé du Lise.

Jules Simha est doctorant à l’IDHE et chargé de mission au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Carole Tuchszirer est chercheuse au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Séminaire Savoirs et activités du malade au service du maintien de soi en vie

Organisé par la chaire de recherches en éducation thérapeutique Upmc-Crf-Cnam et dans le programme collaboratif  « Savoirs et compétences » du Labex Hastec

A partir du 12 janvier 2013, à l’EHESS, Paris

Les nouvelles réglementations en santé publique, l’essor des mouvements d’usagers du système de soins et de leurs aidants, ont entraîné une multiplication des compétences utiles et requises pour le traitement des maladies chroniques et l’émergence d’un nouvel acteur : le sujet malade. Jusqu’à présent les sciences sociales se sont surtout intéressées aux conséquences de ces transformations du point de vue des soignants. Le séminaire se propose d’associer un public de chercheurs et de patients à une réflexion critique sur la production des savoirs relatifs à l’expérience de la maladie et sur les activités de soin de soi et de délégation du souci de soi à autrui.

Au cours de la première année, trois axes de problèmes seront définis, portant sur l’analyse :

  1. de la formation et des modalités du savoir expérientiel des patients et sa rencontre avec les savoirs savants et techniques,
  2. de la caractérisation des composantes des activités de maintien de soi en santé et en vie,
  3. des formes contractuelles de délégation du souci de soi à autrui, mises en œuvre dans les situations de soin, d’aide et d’accompagnement.

Au cours du séminaire, on interrogera particulièrement les théories mobilisées en médecine et en sciences humaines et sociales pour étayer les interventions en situation de soin et on dégagera les méthodologies requises pour l’exploration des problématiques liées à la nécessité de repenser l’éducation et la formation des malades.

Organisation :

  •  Jean-Marie Barbier, professeur au Conservatoire national des arts et métiers
  • Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS
  • Catherine Tourette-Turgis, maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris-VI)

En savoir plus : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/1149/

Vulnérabilités au travail

Claude Veil, Dominique Lhuilier (prés.). Vulnérabilités au travail. Naissance et actualité de la psychopathologie du travail. Paris, Erès, 2012.

L’ouvrage présente des textes essentiels d’un des fondateurs de la psychopathologie du travail : ils éclairent, dans un langage accessible à tous, les débats contemporains sur les processus de dégradation de la santé au travail et d’exclusion des dits « vulnérables ». Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des rééditions de textes des fondateurs de la psychopathologie du travail initiées chez érès avec Le Guillant et Tosquelles. En s’attachant à la question de la fabrication des « inaptes », « handicapés », « vulnérables », du statut assigné et du traitement différentialiste qui leur est réservé et qui les installent dans l’exclusion, Claude Veil donne des outils pour comprendre les processus à l’origine de la souffrance au travail et agir dans le but de les transformer. Des textes d’une grande actualité.

Claude Veil (1920-1999), psychiatre, médecin du travail, directeur de recherche à l’École des hautes études, a été l’un des fondateurs de la psychopathologie du travail dès les années 1945.

Son oeuvre est présentée par Dominique Lhuilier, professeure émérite de psychologie du travail au Centre de recherche sur le travail et le développement du CNAM. Elle a travaillé avec lui, dans les années 1990, lors de recherches et interventions sur l’exclusion.

http://www.editions-eres.com/parutions/sante-mentale/clinique-du-travail/p3058-vulnerabilites-au-travail.htm

L’alternance : du discours à l’épreuve

« L’alternance : du discours à l’épreuve ». Education permanente, n° 193, nov. 2012, 230 p.

L’alternance est une modalité d’aménagement des rapports entre la connaissance et l’action. Au cœur de ce rapport, se trouve la question de l’expérience, à la fois comme savoir mais aussi comme ressource. Dans un mouvement d’alternance, l’expérience se trouve aux deux pôles : l’action pour produire l’expérience et l’expérience pour produire l’action. On se réfère donc à l’expérience pour agir. Tous les travaux sur l’alternance ont mis fin au vieux débat sur théorie et pratique. Cette question enfin dépassée est en voie d’être remplacée par une autre : le dilemme entre savoir et comprendre. Enfin, l’alternance apparaît comme un fait social total. Elle contient ensemble des dimensions sociologiques, politiques, économiques, épistémologiques, pédagogiques… Pour traiter pleinement la question, il faut la saisir dans toutes ses dimensions. Et comme toutes ces dimensions restent essentiellement politiques, on peut aujourd’hui affirmer que, dans l’alternance, tout est politique. Ce dossier d’Education permanente marque l’aboutissement de la conférence de consensus sur l’alternance organisée en 2011-2012 par l’Institut Joseph Jacotot. Il comporte les contributions des experts auditionnés et les analyses des membres du comité de pilotage.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1714

S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières

1ère pageEn 2010, le taux de chômage des jeunes sortis de l’enseignement professionnel secondaire trois ans plus tôt varie de 3 % à 45 % selon la spécialité de formation. Si les bacheliers accèdent plus facilement à l’emploi que les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, l’approche par le seul niveau de diplôme s’avère donc réductrice pour analyser l’insertion.

L’évolution des métiers explique certaines difficultés, et vient interroger la pertinence de l’architecture de l’offre de formation dans certains domaines.

 

Disponible sur le site du Céreq

 

Jean-Jacques Arrighi, Emmanuel Sulzer,  S’insérer à la sortie de l’enseignement secondaire : de fortes inégalités entre filières, Bref n° 303, décembre 2012. – 8 p.

Pour un accompagnement global des parcours de VAE

Les parcours de VAE sont souvent perçus comme longs,mais leur durée n’est pas la seule cause de la fréquence des abandons.

L’évaluation d’un contrat d’objectifs et de moyens (COM) sur la VAE en région Bretagne souligne la pertinence d’un accompagnement global, de la première orientation à la période post-jury. Elle insiste également sur la nécessaire implication des acteurs économiques pour la réussite des parcours.

 

 Disponible sur le site du Céreq

 

Nathalie Beaupère, Gérard Podevin, Pour un accompagnement global des parcours de VAE , Bref n° 302, novembre 2012. – 4 p.

Revue de l’IRES n° 72 – 2012/1, numéro spécial : « Modes de gestion des restructurations »

Extrait du texte introductif par Rachel BEAUJOLIN-BELLET, Frédéric LERAIS et  Dominique PAUCARD :

« La question des restructurations se pose de façon récurrente depuis plusieurs décennies. En 2005, La Revue de l’IRES publie un numéro spécial sur les nouveaux enjeux des restructurations (Raveyre, 2005) à la suite d’un séminaire rassemblant syndicalistes, chercheurs et praticiens. Le numéro se conclut sur une synthèse de Jacky Fayolle, qui décrit la dynamique historique des restructurations, s’interroge sur le caractère inéluctable de leur banalisation, puis sur le contenu et les conditions de leur réussite. Le présent numéro de La Revue de l’IRES vise à revenir sur les évolutions récentes des modes de gestion des restructurations. En effet, si les grandes lignes des perspectives tracées en 2005 sont toujours d’actualité, certains éléments de contexte ont changé : les préretraites publiques ont pratiquement disparu,
l’espoir d’un retour au plein-emploi s’est évanoui et la crise, d’abord financière puis des dettes souveraines et de l’euro, a éclaté en 2007… Et les perspectives macro-économiques sont inquiétantes du point de vue de l’emploi et de la croissance : un risque d’une prochaine décennie perdue n’est plus à écarter. La question des restructurations se pose donc de manière encore plus aiguë aujourd’hui qu’hier. »

Le contenu de ce numéro spécial est accessible librement  en ligne