Agence d’objectifs CFTC : Quelle place pour le dialogue social dans les TPE ?

REY, Frédéric ; CFTC (Conf. française des travailleurs chrétiens) ; Agence d’Objectifs ; 10/2012 ; 220 p.

Descripteurs  : ELECTION/ SALARIE /TPE/ REPRESENTATIVITE / RELATIONS DU TRAVAIL / SITUATION SOCIALE / ANALYSE DE SYSTEME / LOI / BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS / REGION RHONE ALPES / REGION ILE DE FRANCE / PATRONAT

 

L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles.
Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilités. Ils  sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Les supports remis à l’Institut sont enregistrés dans le fonds du Centre de documentation  de l’Institut.La liste complète de l’ensemble des travaux réalisés est consultable depuis la base du fonds documentaire de l’Ires en ligne.

 

Agence d’objectifs CGT-FO : L’évolution des emplois et des compétences dans le secteur de la sous-traitance aéronautique en Midi-Pyrénées

JEAN-AMANS, Philippe ; CGT-FO (Conf. générale du travail – Force ouvrière) ; Agence d’Objectifs ; ; 09/2012 ; 88 p. ;Descripteurs  : MARCHE DU TRAVAIL / SOUS TRAITANCE / INDUSTRIE AERONAUTIQUE / POLITIQUE INDUSTRIELLE / SITUATION SOCIALE /COMPETENCE / EMPLOI / ENQUETE STATISTIQUE / MAIN D’OEUVRE / REGION MIDI PYRENEES

L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles.Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilité.Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical.Les supports remis à l’Institut sont enregistrés dans le fonds du Centre de documentation de l’Institut.La liste complète de l’ensemble des travaux réalisés est consultable depuis la base du fonds documentaire de l’Ires en ligne.

Séminaire « Sexe, race, classe dans le monde du travail »

« Sexe, race, classe dans le monde du travail » est un séminaire EHESS animé par Christelle Avril (Iris-Université Paris 13) et Yasmine Siblot (Cresppa-CSU-Université Paris 8)
Il propose une lecture approfondie et critique des enquêtes classiques et plus contemporaines qui entendent penser l’articulation sexe, race, classe dans le monde du travail. Que nous apprennent ces approches sur le monde du travail ? Quelles pistes méthodologiques dessinent-elles ?

Ouvert à toutes et tous, il se tient à partir du 6 décembre 2012, un jeudi sur deux, de 17 à 19h, à l’EHESS Paris, 190-198 avenue de France, 13è.

Premières séances :

  • Jeudi 6 décembre 2012 : Introduction : sexe, race, classe dans le monde du travail
    Cette séance sera consacrée à la présentation du séminaire et à ses enjeux. Pour les personnes concernées, les conditions de validation seront également explicitées à cette occasion.
  • Jeudi 20 décembre 2012 : L’approche matérialiste des rapports sociaux de sexe, de race et de classe
    Cette séance sera consacrée à la présentation de l’approche matérialiste qui, par définition, situe l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans l’univers du travail. Elle portera une attention particulière aux travaux de Colette Guillaumin et Danièle Kergoat. On se posera la question de son apport et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.
  • Jeudi 17 janvier 2013 : L’approche historiographique américaine de l’imbrication sexe, race, classe
    L’historiographie américaine et en particulier les travaux s’inscrivant dans le mouvement du Black feminism ont largement contribué à enrichir l’approche empirique de l’articulation sexe, race, classe, en partant notamment du cas des plantations. La séance sera consacrée à la présentation d’études classiques de ce courant et à des travaux plus contemporains comme ceux d’Elsa Dorlin. On se posera la question de l’apport de cette approche et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.

Programme complet consultable sur le site de l’EHESS

Produit documentaire : Le bulletin des nouveautés de l’IRES

Le bulletin hebdomadaire des nouveautés de l’IRES vous signale les dernières publications de l’Institut  ainsi qu’une sélection de références issues des dernières  acquisitions du  Centre de documentation : revues  scientifiques/publications des organisations  syndicales/rapports publics récents /études statistiques etc. Ce bulletin hebdomadaire peut dès lors constituer un produit de veille dédié au champ économique et social et spécialisé sur les thématiques des relations professionnelles, de l’emploi, du travail, et des  revenus.

Bulletin des nouveautés n° 568

Ces références sont disponibles sur notre base documentaire en ligne

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives »

Séminaire organisé par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du DIM Gestes et de la Région Île-de-France

« Maladies sociales avec des aspects médicaux », selon l’expression du pneumologue Irving Selikoff, les maladies industrielles n’ont d’existence que dans un champ de forces où leur réalité, leur gravité et leur étiologie sont remises en cause à chaque instant. Du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’objet de ce séminaire est ainsi d’analyser les conditions de possibilité de mobilisations qui les prennent pour objet, fruits d’alliances improbables entre salariés, riverains, chercheurs, médecins et avocats.

Centré sur les « maladies industrielles », selon l’expression du sociologue Paul Jobin, et non exclusivement professionnelles, ce séminaire entend étudier ces mobilisations à l’intérieur et à l’extérieur des lieux de travail, cherchant ainsi à éclairer les croisements mais aussi parfois les logiques de concurrence entre maladies professionnelles et maladies environnementales. Comment s’articulent les luttes des salariés et des riverains – parfois en contradiction lorsque l’emploi des premiers est menacé, parfois en convergence (Ishimure, 1990 ; Collectif intersyndical sécurité, 1977) ? Comment les acteurs de ces mobilisations se réapproprient-ils les savoirs médicaux et techniques institués – ou encore contribuent-ils à leur avancée ?

Les séances se tiennent un lundi par mois de 10h à 13h, au centre CNRS Pouchet,
59/61 rue Pouchet – Paris 75 017 (métro Brochant ou Guy Môquet), Plan d’accès

  • Contacts : Pascal Marichalar et Laure Pitti
  • Programme et intervenants 2012-2013 (3ème année) en pdf
  • Une présentation détaillée accompagnée d’une bibliographie indicative et du programme des deux années précédentes est consultable sur le site du CSU (Cresppa-CSU, UMR7217)

Les 20 ans du bilan de compétences

Thierry Ardouin et Sylvain Lacaille (dir.). Les 20 ans du bilan de compétences. Education permanente n° 192,  septembre 2012,  240 p.

Vingt ans après son introduction dans le Code du travail, le bilan de compétences répond-il encore à ses objectifs d’origine ? Ses pratiques, construites dans un questionnement permanent, se sont-elles stabilisées et ont-elles su évoluer avec les modifications des structures sociales et économiques de l’emploi ? Les divers acteurs et les salariés eux-mêmes occupent-ils toujours la même place et jouent-ils toujours le même rôle dans sa mise en œuvre ? Les contributions de ce dossier d’Education permanente laissent penser que le dispositif a montré son utilité, mais qu’un espace d’expérimentation reste en friche, dans lequel pourraient émerger des démarches novatrices, plus adaptées au contexte actuel, qui permettraient de mettre en évidence la réelle plus-value sociale et professionnelle d’un tel dispositif..

Comment prendre en charge les conditions de travail aujourd’hui ?

Des entreprises, des filières ou des territoires innovent en matière de dialogue social et de prise en charge les conditions de travail. Cette demi-journée présentera certaines de ces nouvelles formes d’approches. Son objectif : en comprendre le fonctionnement, leurs avantages et leurs limites.

Image d'illustration de l'article

Le Réseau ANACT organise la 9ème édition de la Semaine pour la qualité de vie au travail du 18 au 26 octobre 2012. Cette édition coïncide avec le 30ème anniversaire des CHSCT. A cette occasion, l’ANACT organise quatre demi-journées thématiques consacrées à cette instance les 24 et 25 octobre prochain à la Maison de la RATP à Paris.

Celle organisée le jeudi 25 octobre après-midi aura pour thème « les formes renouvelées de prise en charge des conditions de travail ». Point de départ, le constat d’un travail et de conditions de travail qui évoluent. Les formes d’entreprises et d’organisation entre entreprises également. La taille de l’entreprise ou son insertion dans un territoire, une filière ou une branche, ont une influence sur les conditions de travail. Face à cette diversité, les formes traditionnelles de prise en charge des conditions de travail atteignent parfois leurs limites. Il peut être nécessaire de chercher de nouvelles formes de dialogue social autour de ces questions. Des innovations voient le jour et se diffusent.

Cette manifestation permettra de mettre en lumière certaines formes d’approches, d’en comprendre le fonctionnement, de présenter leurs avantages et de poser leurs limites. Pascale LEVET, directrice scientifique et technique de l’ANACT, et Olivier LIAROUTZOS, responsable du département Changements Technologiques et Organisationnels de l’ANACT, co-animeront cet échange.

Le programme

  • 14h00 : Accueil par Jean-Luc VERGNE, Président du Conseil d’Administration, ANACT
  • 14h15 : Les Observatoires de la Qualité de Vie au Travail
  • • 15h00 : Les CPRIA et la prise en charge des conditions de travail dans les TPE : l’expérience de la CPRIA de Poitou-Charentes : Jean-Paul LIZE, Secrétaire Général, UPA et un représentant d’une organisation syndicale
  • 15h45 : La filière comme lieu de pilotage de l’action sur les conditions de travail : l’exemple de l’Industrie Agro-alimentaire en Languedoc-Roussillon : ALAIN DJAFFO, OPCALIM ; Sophie PUJOL, CFE-CGC, Coopérative de Névian ; Antoine CHACON, SNIV, Bigard Distribution
  • 16h30 : EDF : la déclinaison d’un accord sur les RPS par la mise en place de groupes multidisciplinaires animé par Yves GARCIER, Délégué Qualité de Vie et Santé au Travail, EDF-DPI
  • 17h00 : Une approche territoriale : l’égalité professionnelle et l’amélioration des conditions de travail comme ressources pour innover en matière de GPEC territoriale, l’exemple du Beaujolais, Laurence LANGER, Acteurs et Politiques Publiques ; Vincent MANDINAUD, Chargé de Mission, ANACT  et les acteurs territoriaux du projet
  • 17h30 : Clôture

Inscription

– Accès au site de la SQVT
– Toutes les manifestations de la 9ème SQVT

Comment passer du « mal être au travail » à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

Image d'illustration de l'article

S’engager durablement dans le développement de la santé au sein des organisations du travail contemporaines implique de revisiter le triptyque travail, performance et gouvernance des entreprises, en portant une attention particulière au rôle des acteurs (managers, partenaires sociaux, experts…), à la confiance nécessaire et au partenariat indispensable qui doivent s’établir entre eux et à la qualité du dialogue social.

Une session nationale organisée par l’ANACT, l’Observatoire social international (OSI), et l’association Réalités du dialogue social (RDS), a réuni une vingtaine d’acteurs engagés dans des entreprises ou institutions, des fédérations ou confédérations syndicales sur la question des RPS. Cette session a permis des échanges nombreux pour rechercher les conditions de leur prévention durable et, au-delà, de l’amélioration des conditions de travail.

A l’issue de cette session, une synthèse a été produite par l’ANACT et l’Observatoire social international (OSI) ainsi que des propositions d’orientations pour passer de la prise en charge du « mal-être au travail » au développement d’organisations permettant d’ « être bien au travail », conditions de la santé et de la performance.

Des bases pour renouveler l’approche des questions de santé au travail

Le travail, comme facteur de santé.

Au-delà de la prévention de la « souffrance » au travail, il y a urgence et intérêt à considérer le travail comme une ressource, comme un élément favorable à la santé des salariés. Yves Clot, notamment, a souligné combien la problématique du travail bien fait, de l’empreinte que les salariés laissent dans leur travail, des liens qu’ils créent entre les choses et les personnes, redéfinit un professionnalisme essentiel à la qualité de vie et à la santé au travail. Au-delà de la prévention des risques psychosociaux, il s’agit de faire du travail, de ses conditions et de son organisation, un enjeu fondamental du développement humain.

Une approche plus globale des questions du travail et de la santé

S’intéresser au travail conduit à replacer la question des risques psychosociaux dans un ensemble plus vaste, celui de l’organisation et des conditions du travail qui intègre aussi la pénibilité, l’usure professionnelle dans une vie professionnelle qui s’allonge, le maintien dans l’emploi des seniors, l’articulation vie professionnelle/vie privée… Il importe donc de ne plus appréhender séparément les sujets, de ne plus multiplier les approches cloisonnées mais de redonner une cohérence à la question des conditions de travail et de favoriser des stratégies globales de prévention.

Cette approche contribue aussi à une prise en compte plus globale de la santé et des impacts des mauvaises conditions de travail en matière de santé publique. En termes de coûts pour la santé des salariés d’une part et en termes d’effets négatifs sur la qualité des produits et des services d’autre part, avec des impacts dommageables potentiels pour les consommateurs ou l’environnement (cf. exemples de Patrick Légeron, Yves Clot, F. Cochet).

Des liens affirmés entre qualité du travail, efficacité et performance

La question du coût économique et financier des mauvaises conditions de travail se pose ; et aussi, à l’inverse, celui des bénéfices qu’une politique de santé au travail assure à l’entreprise en matière de performance ; même si, sur ce sujet, il reste à mieux démonter les liens possibles.

Faire du travail l’enjeu central conduit à travailler à mieux établir des liens entre santé, qualité du travail et travail bien fait d’une part et efficacité, innovation, performance et compétitivité d’autre part. Des liens sont aussi à envisager avec les critères de RSE et de développement durable (Vigéo) même si la recherche d’indicateurs ou de système de notation sociale soulèvent des risques d’interprétation et d’utilisation détournée.

Au-delà de ces réflexions, l’évolution durable et massive des activités économiques vers plus de sollicitation, d’engagement et de créativité des salariés ne peut se passer d’un développement de la qualité de vie au travail  et de la valorisation d’un certain capital social qui constitue un ressort de la performance.

Redonner dans l’entreprise une place centrale à l’analyse du travail et au travail lui-même conduit à renforcer sa dimension humaine. Ce mouvement invite aussi l’entreprise à revisiter ses missions et sa responsabilité sociale dans la société et, par conséquent, sa stratégie industrielle ou commerciale.

Des orientations pour l’action

 

Gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences (GPECT) : la synergie des acteurs devient un levier d’action pour les entreprises

L’Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l’innovation sociale et l’amélioration des conditions de travail (Aravis) travaille depuis plusieurs années sur le concept de GPECT. Cette démarche a pour but de sortir l’entreprise de son isolement en l’inscrivant dans un réseau d’acteurs territoriaux. Aravis a organisé tout au long de l’année 2011, une série d’ateliers sur ce thème avec pour objectif de « Formaliser des outils et méthodes pour conduire des actions de GPECT et plus globalement des actions aux services des ressources humaines. »

La restitution de ces travaux a donné lieu à un séminaire regroupant plus de 80 participants, le 14 septembre à Lyon.

Cette rencontre a été l’occasion, pour les différents participants, acteurs du territoire, de partager « ce qu’ils ont appris » tout au long de cette année de travail collaboratif et d’échanger sur le concept et les enjeux de la GPECT aujourd’hui.

Qu’est-ce que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale ?

La GPEC territoriale est une opportunité pour conduire des démarches coordonnées d’entreprises et d’acteurs locaux (Conseil régionaux, généraux, OPCA, acteurs relais) au sein d’un territoire (bassin d’emploi, département, région, inter-région, zone d’activités, pôle de compétitivité) dans l’objectif mutuellement profitable de construire des parcours professionnels et d’accompagner les besoins d’évolution en gestion d’emplois et de compétences des entreprises.

Les disparités des contextes et configurations territoriales rendent complexes l’approche de la GPECT dans les régions, et, d’autant plus, d’envisager une démarche normative. C’est le premier constat sur lequel s’accordent les différentes parties prenantes à l’issu des travaux menés par Aravis. Pour autant, les enjeux restent importants. Le territoire apparaît désormais comme un levier d’action incontournable pour gérer, voire anticiper, les mutations économiques auxquelles sont soumises les entreprises.

Identifier les éléments déterminants à une démarche de GPECT réussie

L’objet de ces ateliers fut, dans un premier temps, de débroussailler la notion même de GPECT afin de trouver une définition cohérente pour l’ensemble des acteurs participants. Les travaux se sont poursuivis sur la base de témoignages et de retours de pratiques d’action d’entreprises en région afin d’aboutir à la formulation d’une démarche d’intervention opérationnelle à proposer aux acteurs de la GPECT.

Travailler ensemble

Un principe essentiel s’est rapidement imposé : la GPECT ne peut être envisagée sans la participation active, collaborative et constante de l’ensemble des acteurs institutionnels et opérationnels appartenant au monde de l’entreprise.

« Les acteurs de l’entreprise et du territoire, ont tout à gagner à mettre en commun leurs compétences et à prendre le temps de travailler ensemble. »

Didier Graff, chargé de mission de l’UT 42 de la DIRECCTE rapporte ainsi l’expérience d’une action collective, toujours en cours, dans une grappe d’entreprises de la Loire. Un réseau d’entreprises s’est constitué pour faire face à la crise affectant leur secteur et mettre au point une stratégie de développement. Si le volet économique apparaissait largement instruit par les entreprises, les problématiques d’emploi et de compétences étaient, elles, peu prises en compte. L’action collective a permis d’établir un dialogue, un lien de confiance avec les acteurs institutionnels de l’emploi et de la formation. Leur appui aux démarches de GPECT ont été d’autant plus pertinent qu’elles ont été menées à partir d’un réseau d’entreprises déjà constitué.
Comprendre l’entreprise ET le territoire

« Il n’y a pas de GPECT sans une compréhension fine des situations et des besoins des entreprises. » Comprendre son activité, les métiers qui la composent, les compétences dont elle a besoin et la politique RH qui en découle n’est qu’une première approche. Une démarche GPECT ne peut s’envisager sans un travail d’accompagnement auprès des entreprises au travers de diagnostics, de bilans, d’actions collectives etc.

Ce préalable doit être mis en parallèle avec d’une véritable analyse de l’environnement territorial et du contexte économique qui les conditionnent.

En effet, les caractéristiques des territoires sont multiples et leurs interactions complexes. Leurs spécificités impactent directement entreprises et salariés, comme l’ont montré les retours d’expériences présentés ici.

A l’issu de ces travaux, cinq dimensions sont désignées comme devant être prioritairement instruites dans une démarche de GPECT : le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation, l’emploi et les compétences.

Partager analyses, incertitudes et réflexions

C’est le 3ème enseignement tiré de cette restitution et rendu très visible lors des ateliers. Philippe Nicolas, directeur de l’UT 38 de la DIRECCTE et Cyril Gorges, animateur du CTEF du Nord Isère, mettent en évidence les liens nécessaires entre les services de l’Etat et ceux de la Région. Ils insistent aussi sur les liens avec les partenaires sociaux et les acteurs opérationnels travaillant sur les dimensions emploi, formation, activités éco et aménagement du territoire. Faire en sorte de partager enjeux et préoccupations entre acteurs institutionnels, opérationnels, locaux est une des clés du succès d’une démarche GPECT.

Mais les acteurs du territoire sont nombreux et viennent d’horizons multiples : entreprises, représentants syndicaux partenaires sociaux, institutionnels, élus locaux, acteurs de l’emploi et de la formation, consulaires etc. Tous n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes enjeux, qui font parfois l’objet de tensions. S’engager dans une démarche de GPECT nécessite d’identifier tous les éléments contextuels, de les instruire et de les discuter. Les difficultés doivent être prises en compte dans leur globalité et sans faux semblant à l’intérieur des projets et des dispositifs.

Hors, coopérer, travailler ensemble, s’accorder sur les enjeux, les actions à mener,  partager le travail, établir une feuille de route…bref, mettre en synergie tous les acteurs ne se décrète pas. C’est un processus qui se met progressivement en place. Si les coopérations ne vont initialement pas de soi, les rencontres permettent de construire un sens commun, de modifier les représentations de chacun, la perception du territoire. Elles permettent de gagner en convergences, de travailler plus efficacement et d’avancer. Il s’agit d’apprendre ensemble, à l’image de ce qu’ont produit ce cycle d’ateliers.
La démarche « VAA » : Vision, Action, Ancrage.

La démarche issue de ces travaux et présentée par Odile Desbat, chargée de mission à Aravis, repose sur 3 notions.

La Vision : Travailler ensemble permet de définir une représentation qui convienne à l’ensemble des acteurs sur les problématiques des entreprises et du territoire. Il s’agit de se mettre d’accord sur une vision commune.

L’Action : C’est « l’Agir ensemble » qui permet de construire une démarche efficiente. Les actions doivent permettre de tendre vers le futur souhaité. Les acteurs doivent faire le choix des actions prioritaires  et leur donner un cadre temporel.

L’Ancrage désigne la mise en forme d’une mémoire collective à transmettre afin de pérenniser l’action. Un bon « ancrage » permettra d’assurer l’appropriation et la prise de relais des nouveaux acteurs du territoire.

L’ancrage reste le point de vigilance à l’issue de la mise en place d’une telle démarche. « Il s’agit de la concevoir dans la durée sans la remettre en cause à chaque bouleversements contextuels mais plutôt en adaptant les actions au regard de l’analyse des évolutions », précise Odile Desbat.

Un atelier…du dialogue social territorial

Le format de ces ateliers a permis d’identifier des axes de progrès et des perspectives en permettant aux différents acteurs du territoire de travailler ensemble. A l’instar de ces travaux, on constat qu’il est intéressant que la démarche de GPECT instaure un dialogue social « territorial » complémentaire au dialogue social propre à l’entreprise. En proposant à une palette élargie d’acteurs de se rencontrer et d’échanger, la pratique du dialogue social participe à un élargissement des possibles du territoire. La confrontation des différents acteurs, qu’ils soient institutionnels, opérationnels ou locaux, offre la possibilité de faire évoluer les postures, les représentations, les rapports et les positionnements de chacun. Ainsi, lorsque des actions concrètes sont engagées auprès des entreprises, elles ne le sont plus sur la base de la seule légitimité institutionnelle mais sur celle de la crédibilité et de rapports de confiance.

Avoir une vision prospective ensemble, permet de briser l’isolement, renouer le dialogue partagé, aide à affronter la crise. Tout l’enjeu alors pour les parties prenantes est de faire vivre, d’animer et d’étoffer et surtout de pérenniser les lieux d’échanges et de réflexion et ce, malgré les changements d’acteurs.

Cette journée de restitution aura clairement montré, que les questions difficiles à résoudre au sein de l’entreprise trouvent également tout leur sens et potentiellement de vraies solutions dans la collaboration entre les acteurs au sein d’un territoire.

Stéphanie Léger

Réseau Anact/Aract
Mission Veille et Management de l’Information

Retour sur les ateliers GPEC-T

Téléchargez pour chaque atelier une synthèse rédigée par Aravis ainsi que les comptes-rendus des travaux de chaque groupe. Retrouvez également les documents de certains des intervenants :

www.aravis.aract.fr/nos-domaines-dexpertise/grh-et-territoires/ressources-ateliers/contenu-des-ateliers/

Couv-GPECT

Restitution des apprentissages des « ateliers de la GPEC-T »

Thème : GRH et territoire Objectifs : Ce document est une synthèse des ateliers de la GPEC-T qui se sont déroulés de mai 2011 à janvier 2012 contenant quelques points clés pour traiter un processus de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans une approche Territoriale.

Télécharger

Séminaire « Le mal être du genre au travail »

L’équipe Genre travail, mobilité du Cresppa (Cresppa-GTM), organise un séminaire de recherche sur le question du « Mal être du genre au travail ». Le séminaire est animé par Régine Bercot (professeur à l’Université paris 8, Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM Geste et la participation de l’Anact.

Les séances auront lieu à Paris, site CNRS Pouchet, 59 rue Pouchet, plan d’accès

Présentation du séminaire :
En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.

 

Programme et intervenants des premières séances (octobre-février) :
Programme-&-intervenants-oct2012-fevr2013

Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne

Sabine Fortino, Benjamín Tejerina, Beatriz Cavia  et José Calderón (dir.)
Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
Nîmes: Champ social Éditions, coll. Questions de société – 308 p., septembre 2012
ISBN: 978-2-35371-278-6

Présentation de l’éditeur:
Ce livre se propose d’explorer les différentes facettes de la précarisation sociale, dans un contexte de transformation touchant à la fois le modèle économique, les mécanismes de solidarité sociale et les modalités prises par les actions collectives tentant de s’y opposer. Si un intérêt particulier est porté à l’étude des transformations du rapport au travail et des pratiques du travail des précaires, à l’analyse des marchés de l’emploi, notre regard sur la précarité va au-delà de la seule sphère socio-économique. La question du rapport aux enjeux temporels, aux modèles de consommation, à la culture et aux identités est également développée car ce sont toutes ces dimensions du social et du privé que la précarité impacte désormais, dans un contexte où le fait d’avoir un emploi n’est pas nécessairement synonyme d’intégration sociale.

Une autre singularité de cet ouvrage est d’offrir des regards croisés entre la France et l’Espagne, deux pays frontaliers constituant des modèles sociétaux qui, à bien des égards, se ressemblent et s’opposent tout à la fois. C’est par le nécessaire exercice de la comparaison internationale que nous démarrons cet ouvrage avant de convier le lecteur à une exploration des travaux scientifiques conduits par les contributeurs(trices) français et espagnols de ce livre.

Contributions de:
Luis Enrique Alonso, Lorenzo Cachón, José Calderón, Juan-Jose Castillo, Beatriz Cavia, Yves Clot, Collectif asplan, Eduardo Crespo, Sabine Fortino, Danièle Linhart, Pablo López Calle, María Martínez, Pascale Molinier, María Paz Martín, Ramón Ramos Torre, Andrés Seguel, Amparo Serrano, Benjamín Tejerina, Teresa Torn

Sommaire

Journée d’étude du GESTE « Dire et entendre la souffrance au travail »

GESTES (Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail), organise une première journée ayant pour thème:
« Dire et entendre la souffrance au travail: l’objectivation des maux »
le mardi 13 novembre 2012, à l’ENS-CACHAN, 61, avenue du Président Wilson / 94235 Cachan Cedex,  à partir de 9h00, Bâtiment d’Alembert, Salle Condorcet.

Cette journée, qui vise avant tout à mettre en valeur la diversité des recherches sur les questions qui structurent le DIM et à permettre aux différentes disciplines de croiser leurs approches, s’organisera autour de deux table-ronde et de trois ateliers :

Expertise et évaluation de la souffrance : les instruments et les acteurs
Table ronde animée par Claire Edey Gamassou, Université Paris-Est (UPEC)

 Le croisement des savoirs et des discours
Table ronde animée par Isabelle Vacarie, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense (IRERP)

Atelier 1 : Transformation des métiers, cause de souffrance ou remède à la souffrance
Président de séance : Yves Clot, CNAM, Chaire de Psychologie du travail
Discutant : Thierry Pillon, Université de Rouen, Laboratoire DySoLa

 Atelier 2 : Dialogue et action collective : enjeux et obstacles
Président de séance : Michel Pigenet, Université de Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
Discutante : Nathalie Ferré, Université Paris 13, IRIS-EHESS

 Atelier 3 : Dire, taire et entendre la souffrance au travail
Président de séance : Philippe Bataille, EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
Discutante : Marie-Anne Dujarier, Université Paris 3, LISE-CNRS

Programme et intervenants :
Programme-JE-Geste-13nov2012
Plan d’accès à l’ENS Cachan

Travail et dépossession

Revue Savoir/agir, n° 21
Travail et dépossession
Dossier coordonné par Manuel Schotté et Laurent Willemez
Bellecombe-en-Bauges: Éditions du Croquant, septembre 2012 – ISBN: 978-2-36512012-8

Présentation de l’éditeur :
Le dossier s’interroge sur la signification et les effets sur les travailleurs des nouvelles formes d’emploi et des statuts apparus depuis les années 1970 : travail intérimaire, emplois associatifs, statut d’auto-entrepreneur, groupements d’employeurs, développement des coopératives, etc.
Ces formes d’emploi sont au cœur de débats scientifiques et politiques sur ce qu’est et sur ce que doit être le travail. Étudiées séparément, elles sont rarement pensées ensemble. L’ambition de ce dossier est précisément de réfléchir à ce qu’elles veulent dire, et d’avancer dans la compréhension de ce qu’est le travail aujourd’hui. Ces formes d’emploi sont en effet au cœur de deux questions fondamentales : celle de la flexibilité et celle de l’investissement au travail. En plus de mettre au jour ce que ces réalités recouvrent, le numéro vise aussi à rendre compte de la façon dont ces deux dimensions s’articulent. Si la flexibilité est souvent – et à juste titre – associée à la souffrance au travail, il arrive qu’elle soit vécue un moteur de l’investissement au travail : le « succès » d’un dispositif comme celui d’auto-entrepreneur ne répond pas qu’à une nécessité économique qui consiste, pour un chômeur, à se créer son emploi. Il est aussi conçu comme une façon de s’approprier son travail, quelque soit le coût en termes de conditions de travail, l’auto-entrepreneur se faisant ainsi le complice de sa propre exploitation.

Articles de :
Mathieu Grégoire, Matthieu Hély, Alain Oriot, Emmanuelle Puissant, Hélène Stevens, Laurent Willemez, Karel Yon

Sommaire

Après-midi d’étude : « Le travail nucléaire »

« Le travail nucléaire »
Après-midi d’étude organisées dans le cadre du séminaire Cresppa-CSU « Maladies industrielles et mobilisations collectives »
par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail (GESTES, Région Île-de-France).

Autour de trois recherches sociologiques récentes sur le travail exposé à la radioactivité, qui s’inscrivent dans la suite d’études classiques sur le sujet (cf.notamment Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire, sous-traitance et servitude, 2000), tout en variant les territoires – Afrique, France, Japon – et en étudiant différents stades de la division internationale du travail nucléaire : travail dans les mines d’uranium, travail quotidien dans les centrales nucléaires, travail extraordinaire en situation de catastrophe déclarée.
Dans l’esprit du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », une attention particulière sera portée au lien entre santé, travail et environnement.

Programme et intervenants

Contacts : Pascal Marichalar ; Laure Pitti