Bilans et rapports : La négociation collective en 2011

 

Extrait du sommaire « Les relations collectives de travail reposent en France sur une articulation subtile entre les niveaux de la loi et de la négociation collective. À la lecture des rapports annuels sur la négociation collective établis depuis une trentaine d’années se dessine une fresque de l’évolution du système de relations professionnelles marquée par un renforcement de la place de la négociation collective et du dialogue social. »

  •  754 pages
  • Date de parution : 2012
  • Editeur : ministère du travail de l’emploi et de la santé
  • Texte intégral 

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail ; état des lieux et nouveaux enjeux

Colloque international organisé par le laboratoire CIREL

Les 26, 27 et 28 septembre 2012 à Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique

Plusieurs membres du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam) interviendront à cette occasion :

  • Richard Wittorski (CRF Cnam), avec Thierry ArdouinLaurence Bonnafous et Patrice Gravé : Dynamique de professionnalisation des formateurs-consultants indépendants en France.
  • Muriel Deltand (CRF Cnam) : L’expérience entreprenariale comme processus émancipatoire : le cas de femmes congolaises.
  • Joris Thievenaz (CRF Cnam), avec Catherine Tourette-Turgis Se professionnaliser au contact d’autrui : le développement de l’expérience en situation d’interaction soignante.
  • Pierre Parage (Formateur consultant, associé Cnam), avec Grégory Munoz, Michel Dumas : Le processus de réalisation du dossier de VAE : entre concrétisation d’un objet technique et objectivation d’une oeuvre.
  • Fabrice Gutnik : Expérience partagées et professionnalisation des acteurs de la formation.
  • Nathalie Lavielle Gutnik : Expérience et enjeux identitaires pour des jeunes « dits décrochés » de l’enseignement supérieur.
  • Vanessa Remery (CRF Cnam) : La part d’autrui dans l’élaboration d’une culture interprétative de l’action : l’exemple e l’accompagnement en VAE.
Le colloque se conclura par ailleurs sur une conférence de Pierre Pastré (CNAM Paris), intitulée « Développement, apprentissage, expérience ».

Consulter le programme détaillé : http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Le travail de conseiller en insertion

LIMA Léa, TROMBERT Christophe (dir.)Le travail de conseiller en insertion. Esf Editeur, 2012, 208 p. EAN : 978-2-7101-2415-3

Le champ de l’insertion sociale et professionnelle a connu un essor massif et emploie plusieurs milliers d’intervenants qui accompagnent des publics aussi différents que les jeunes en difficulté, les bénéficiaires du RSA, les personnes en situation de handicap, les demandeurs d’emploi de longue durée ou encore des personnes sous main de justice.
Cet ouvrage propose d’outiller ces professionnels de l’insertion qui évoluent dans des contextes institutionnels mouvants et auprès de publics changeants en se centrant sur l’analyse du travail réel du conseiller dans son environnement. Il se veut impertinent : on n’y trouvera pas une vision idéalisée et normative du travail du conseiller en insertion ou l’énoncé de principes généraux inapplicables ou peu appliqués dans les faits, mais la description fine du métier, des contraintes, des problèmes pratiques à résoudre et des possibilités d’action pour le professionnel. Cet ouvrage promeut un modèle de conseiller au fait des ressources et des enjeux de son environnement de travail, mais aussi conscient des eff ets non voulus pouvant découler de son action. Tourné vers l’expérience de travail, la connaissance des publics, des dispositifs et des enjeux du champ de l’insertion, ce manuel répond autant au besoin d’autoformation et d’autodocumentation de professionnels n’ayant pas bénéficié de formation spécifique qu’à celui des étudiants ou stagiaires se destinant aux métiers de l’insertion (DEUST, DUT, licences professionnelles, titres RNCP, titre AFPA).

Avec des contributions de  : Martha ARCINIEGAS, Solen BERHUET, Marie-Christine BUREAU, Martine DUTOIT, Raymond ISAAC, Léa LIMA, Patrick NIVOLLE, Barbara RIST, Abdia TOUAHRIA-GAILLARD et Christophe TROMBERT.

http://www.esf-editeur.fr/detail/760/travail-de-conseiller-en-insertion–le-.html

SOMMAIRE :

Introduction

1. Vulnérables et vulnérabilités

Les différentes approches de l’exclusion
Les facteurs de risque et les déterminants socio-économiques de la vulnérabilité
Une approche en termes de parcours et de processus
Conclusion

2. Les marchés du travail et la gestion de la main-d’oeuvre

Tendances actuelles de l’emploi et du travail
Les espaces économiques : secteurs, branches, professions, territoires et entreprises
La relation formation-emploi
Les manières de recruter
Conclusion

3. Les dispositifs d’insertion

Les grandes orientations des dispositifs d’insertion
L’insertion professionnelle
L’insertion dans le champ du handicap
L’hébergement et le relogement d’insertion
L’insertion par la culture
Conclusion

4. Les professionnels de l’insertion

Les professionnels de l’insertion : un groupe disparate
L’insertion face au travail social
Travail en partenariat ou concurrence ?
Les formations aux métiers de l’insertion et leurs débouchés
Conclusion

5. Le travail du professionnel de l’insertion

Une semaine type dans un service d’insertion
Les écueils de la mise en oeuvre des mesures d’insertion : risque d’écrémage et contraintes de remplissage
La construction du jugement dans le cours de l’accompagnement
L’évaluation des situations des bénéficiaires
Conclusion

6. Les usagers face aux services d’insertion et à l’accompagnement

Une évaluation de la défiance des usagers
L’accompagnement mis à mal par les malentendus
Les effets non voulus de l’accompagnement sur les usagers
Conclusion

Conclusion

Glossaire des principaux sigles et acronymes

Bibliographie

La Revue de l’IRES : La participation des salariés au niveau européen : comités d’entreprise européens, sociétés européennes, syndicats européens.

« Les formes de participation au niveau transnational des entreprises en Europe sont relativement récentes et encore en construction par les acteurs sociaux. […] Le niveau de l’entreprise transnationale analysé dans ce numéro est encore peu étudié alors qu’il constitue un des éléments cruciaux de l’Europe sociale : il s’agit des droits qui organisent la participation des salariés dans les entreprises transnationales communautaires. Toutefois, avec la crise économique et financière puis le développement de politique d’austérité, l’Europe sociale est à un tournant. Les enjeux actuels mettent en péril les arrangements traditionnels des relations professionnelles au niveau national (Leonardi 2012) alors que la construction sociale et la participation des salariés au niveau communautaire reste encore à ses débuts. De quelle représentation et de quelle démocratie participative disposent les salariés face à des entreprises transnationales dont les stratégies sont de plus en plus globales mais dont les politiques sociales sont peu réglementées aux niveaux international et européen ? Telle est la question à laquelle répondent les articles présentés dans ce numéro spécial.  » Extrait introductif par Isabel da Costa et Udo Rehfeldt

 

Agence d’objectif : Des ruptures conventionnelles vues par des salariés

Résumé de l’étude : »L’objet de cette étude est de comprendre les logiques d’usages de la rupture conventionnelle et de rendre compte des résultats d’une enquête qualitative menée auprès d’une centaine de salariés tirés au hasard dans un échantillon scientifiquement construit.Les résultats bruts montrent que les profils des salariés et des entreprises auxquels ils appartiennent sont variés. Les indemnités de rupture sont en grande majorité proches de l’indemnité légale. Les salariés sont très isolés avant, pendant et après la procédure. 6 mois après la rupture conventionnelle, 75 cas sur les 100 sont encore inscrits à Pôle Emploi. Le même nombre de salariés porte néanmoins un avis positif sur le dispositif, qui s’explique par le fait que la RC a permis à un nombre important de salariés de quitter une situation devenue intenable. En effet, l’exploitation raisonnée des 101 cas et la recherche de ressemblances avec d’autres modèles de rupture du contrat de travail met en évidence que si moins du quart de l’échantillon présente de nombreux traits communs avec la démission, plus du tiers avec des prises d’acte ou des résiliations judiciaires et un peu moins de la moitié avec des licenciements. Si la RC a atteint ses objectifs pour une partie des salariés (elle a sécurisé la transition professionnelle de ceux qui avaint un projet professionnel ou privé), elle a privilégié la séparation sur la possible amélioration des conditions de travail et d’emploi et recouvert un nombre de situations beaucoup plus large que celles pour lesquelles elle était prévue.Le rapport propose un certain nombre de pistes susceptibles d’améliorer le dispositif et plus largement, de redonner aux salariés un pouvoir de négociation et d’expression sur leurs conditions de travail qui leur fait défaut aujourd’hui. »

Texte intégral en ligne

Dictionnaire du travail – Bevort A., Jober A., Lallement M., Mias A. (Dirs.)

Résumé de l’éditeur :

« En multipliant les points de vue, ce Dictionnaire donne à voir le travail dans toute sa diversité. Les plus de 140 entrées qui le composent relèvent de disciplines multiples (histoire, sociologie, droit, économie, psychologie…) avec pour objectif de satisfaire la curiosité du plus grand nombre. Plusieurs types d’entrées sont proposés : la manière dont le travail est pratiqué et vécu (risques, rémunération, conflits…), les identités et catégories professionnelles, les mondes sociaux du travail (entreprise, professions…), ou encore les multiples statuts et institutions liés au travail (chômage, syndicats, droit du travail…). D’autres entrées mettent en scène des auteurs, des paradigmes ou des approches disciplinaires (Marx, théorie de la régulation sociale, économie du travail, reconnaissance…) ou aident à voir le travail au prisme d’événements marquants (Premier Mai, Front Populaire). »

  • 880 pages
  • ISBN : 978-2-13-057715-7
  • Collection « Quadrige dicos poche« 
  • Date de parution : 18/01/2012

Lire la suite

Notice CEE

Réflexivité et développement professionnel : une orientation pour la formation

Isabelle Vinatier (coordinatrice). Réflexivité et développement professionnel. Une orientation pour la formation. Toulouse : Octarès, 2012, 324 p.

Cet ouvrage collectif, préfacé par Pierre Pastré, engage une réflexion sur ce que l’on peut entendre par processus réflexif et tente de cerner en quoi et comment ce dernier peut constituer une condition du développement professionnel. L’étude de ce processus à l’oeuvre chez des formateurs et des enseignants s’appuie sur la conception de dispositifs de formation, véritables observatoires de l’activité réflexive, de son fonctionnement et de son développement. L’articulation entre réflexivité et développement professionnel fait écho à celle que L. S. Vygotski avait établie entre apprentissage et développement. Elle est ici abordée à travers le prisme de différentes épistémologies, elles-mêmes tributaires de différents contextes de recherche et/ou de formation. Enfin, la conception des dispositifs de formation qui s’en autorisent se réfléchit à partir des fins que se donnent les chercheurs.

Les diverses contributions qui, ici se confrontent, ou se complètent, ou s’éclairent l’une l’autre, montrent que la conceptualisation du rapport entre réflexivité et développement professionnel ouvre les dispositifs de formation à une variété de médiations. Cette diversité même conduit à poser la question centrale : quelle réflexivité pour quel développement professionnel ?

Explorant ainsi un éventail des possibles dont s’enrichissent à la fois la conception de dispositifs et des modalités d’échanges entre chercheurs et professionnels de l’enseignement et de la formation, cet ouvrage s’adresse aux étudiants, enseignants, formateurs et chercheurs.

http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=214

Source : http://travailformation.hypotheses.org/2774

Les seniors et la formation

Michel Parlier (dir.). Dossier « Les seniors et la formation ». In Education permanente, n° 191, juin 2012, 170 p.

Les pouvoirs publics s’efforcent de favoriser l’allongement de la vie professionnelle, notamment en incitant les entreprises à se doter de politiques et de pratiques en matière de maintien en emploi des salariés âgés. Répondre à ces enjeux oblige de transformer en profondeur les startégies, notamment en veillant à une meilleure articulation entre formation et progression professionnelles. Alors que l’accès des seniors à la formation est faible, ce sont les salariés âgés les plus formés qui expriment le plus de besoins de formation. Face à ce double constat, il semblerait bien que la formation des seniors serait moins problématique si elle s’inscrivait dans une perspective de formation tout au long de la vie professionnelle. Comment penser l’engagement des travailleurs âgés en formation ? Doivent-ils bénéficier de dispositifs qui leur soient spécifiques ? Comment les aider à faire face à de nouvelles exigences de travail ? Comment se traduit pour eux l’expression « tout au long de la vie professionnelle » ? Quelles sont les pratiques des entreprises ? Quels enseignements peut-on tirer de ces expériences ? C’est à ces quelques questions que tente de répondre ce dossier d’Education permanente.

Vous retrouverez dans ce dernier numéro de la revue, publiée en partenariat avec l’équipe pédagogique « Métiers de la formation » du Cnam, un article de Corinne Gaudart (Lise, UMR Cnam-Cnrs), avec Catherine Delgoulet (Lati, EA 4469)Apprendre pour se maintenir dans le monde du travail en fin de carrière. Réflexion autour d’une formation au métier de formateur.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1711

Les observatoires territoriaux. Sens et enjeux

Paris, La Documentation Française, 2011, 107 pages

500 observatoires territoriaux sont actuellement recensés sur en France.Ce type de dispositif, recouvre un grand nombre d’organismes aux formes juridiques, champs d’activités et périmètres géographiques les plus divers. A partir d’une enquête réalisée sur un échantillon de 185 dispositifs d’observation et de 40 structures, cet ouvrage propose un état des lieux et des pistes de réflexion inédites en la matière. En plus d’alimenter l’action publique en données statistiques, l’observation par et pour les territoires s’avère en effet porteuse d’enjeux stratégiques : pour la mise en oeuvre des politiques publiques, pour la diffusion d’une culture de la coopération entre partenaires territoriaux ou encore, pour mieux impliquer les acteurs et citoyens dans la vie des territoires.

 

Les ambiguïtés du « care »

Travailler 2012/2

Travailler, n° 28, 2012
« Les ambiguïtés du  « care » » dossier coordonné par Pascale Molinier et Helena Hirata – 179 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les éthiques du care ont contribué à rendre visibles les dilemmes moraux qui organisent le travail de care et engagent de ce fait une responsabilité vis-à-vis d’autrui qui est intimement liée à la perception de la vulnérabilité de l’autre, comme de la sienne. Cette thématique de la responsabilité, que la plupart des conceptions du management ont tendance à vouloir réduire à une nécessité strictement individuelle, est pourtant au cœur du travailler et s’impose de ce fait comme une question sociale et politique.
Les autres articles du numéro soulignent, soit directement soit en filigrane, la manière dont l’expérience de la responsabilité à l’égard d’autrui est au rendez-vous du travail, ce qui interroge également la conception des valeurs liées à l’exercice du travail. Lire l’éditorial

Sommaire :

Helena Hirata et Pascale Molinier, Les ambiguïtés du care, p.15-31

Rhacel Salazar Parreñas, Le travail de care des hôtesses de bar au Japon, p.33-55

Pascale Molinier et Maria Fernanda Cepeda,   « Comme un chien à carreau » Des employées domestiques colombiennes entre care et justice, p.57-73

Fabienne Bardot, Regard clinique sur le travail des auxiliaires de vie, p.75-100

Natacha Borgeaud-Garciandía, Le care à demeure Le travail des cuidadoras migrantes à Buenos Aires, p.75-100

Résumés sur Cairn