Archives de catégorie : Publications

Les partenaires sociaux, acteurs de la certification professionnelle

Lire le Bref n° 395 sur le site du Céreq

Les diplômes et titres professionnels sont créés selon des modalités et par des instances spécifiques, impliquant des représentants du monde du travail (les partenaires sociaux) et des différents ministères qui les délivrent. La loi du 5 septembre 2018 rebat les cartes et accorde aux partenaires sociaux une place nouvelle dans ce paysage. Elle introduit simultanément un nouveau cadre national de référence pour les certifications, qui définit huit niveaux de qualification et s’appuie explicitement pour la première fois sur des savoirs et des compétences acquis. Fort de son expertise en matière de certifications, le Céreq analyse du point de vue du droit les modifications institutionnelles en cours.

Pascal Caillaud, Les partenaires sociaux, acteurs de la certification professionnelle in Bref n° 395 (2020). – 4 p.

Que nous apprennent les pratiques d’évaluation des professionnels d’entreprise ?

Lire le Bref n° 394 sur le site du Céreq

Lorsque les professionnels évaluent des candidats à une certification publique, on pourrait supposer qu’ils se positionnent en garants des exigences du travail réel et de « la vraie vie ». Une étude du Céreq auprès de jurys des titres du ministère du Travail, constitués exclusivement de professionnels, témoigne d’une approche plus complexe. Celle-ci interroge en retour les conceptions de la professionnalité, des compétences et de la formation qui sont au cœur des politiques publiques.

Catherine Galli, Josiane Paddeu, Patrick Veneau, Que nous apprennent les pratiques d’évaluation des professionnels d’entreprise ? in Bref n° 394 (2020). – 4 p.

Constructing the skills of the future in the construction and civil engineering (CCE) sector

Lire le Bref n° 389 sur le site de Céreq

Du CAP aux écoles d’ingénieurs, le BTP propose différents parcours de formations aux jeunes souhaitant s’orienter vers ses métiers. S’il attire de nombreux apprentis, le secteur ne parvient cependant pas suffisamment à les garder tout au long de leur apprentissage, ni à les stabiliser dans ses emplois.  L’évolution des métiers liée aux transitions écologique et numérique sera-t-elle l’occasion de renouveler l’attractivité de la filière auprès des jeunes ? Une étude du Céreq auprès des professionnels du secteur apporte de premiers éléments de réponse.

Antoine Bonleu, Olivier Joseph, Emmanuel Sulzer, Marie-Hélène Toutin, Construire les compétences de demain dans le BTP, in Bref n° 389 (2020). – 4 p

A comparative perspective on training in Europe: French companies hit a glass ceiling

Lire le Bref n° 392 sur le site du Céreq

Depuis 2005, l’effort de formation des entreprises européennes est en croissance et les pratiques se diversifient. Les entreprises françaises, initialement parmi les plus formatrices, font preuve d’une grande stabilité dans le temps, conservant un modèle prédominant fondé sur les cours et les stages. La loi Avenir professionnel, impulsant de nouvelles pratiques d’entreprises, pourrait faciliter le maintien des compétences des salariés dans une conjoncture économique défavorable.

Agnès Checcaglini, Isabelle Marion-Vernoux, Regards comparatifs sur la formation en Europe : un plafond de verre du côté des entreprises françaises in Bref n° 392 (2020). – 4 p.

L’adaptation locale des diplômes : Retours sur la mise en œuvre du plan « 500 nouvelles formations »

Lire le Céreq études sur le site du Céreq

Ce rapport rend compte d’un projet de recherche mené pour le compte de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO ) entre 2017 et 2018. Les questions qu’il soulève autour d’une meilleure adaptation des diplômes professionnels aux besoins du monde économique n’en demeurent pas moins d’actualité en 2020. En effet, la recherche d’une meilleure adéquation entre formation et emploi, qualifiée en son temps par des spécialistes du champ d’ « introuvable »1 traverse le débat public depuis des décennies.

L’origine de la convention de recherche passée avec la DGESCO remonte à 2016. Á cette période en effet, le ministère de l’Éducation nationale s’est engagé, dans le cadre d’un partenariat Etat/Régions, à dynamiser la formation professionnelle des jeunes en créant 500 nouvelles formations professionnelles à la rentrée 2017 sur tout le territoire, ciblées notamment sur les métiers en tension et les métiers d’avenir, du CAP au BTS . Comme le rappelait la Ministre en mars 2017, « la carte des formations de l’enseignement professionnel et son élaboration conjointe avec les Régions, est un élément essentiel pour l’insertion professionnelle : celle-ci doit être adaptée aussi bien aux aspirations et aux projets de nos élèves qu’aux besoins économiques des territoires»

Françoise Kogut-Kubiak ; Emmanuel Quenson, Collab.; Florence Ryk, Collab. L’adaptation locale des diplômes : Retours sur la mise en œuvre du plan « 500 nouvelles formations »   – Marseille : Céreq, 2020. – 44 p. – (Céreq Etudes; 33)

Formation continue et parcours professionnels : entre aspirations des salariés et contexte de l’entreprise

Lire le Céreq échange sur le site du Céreq

Les travaux présentés dans cet ouvrage collectif, réalisés dans le cadre du premier groupe d’exploitation du Dispositif d’enquêtes couplées sur les formations et les itinéraires des salariés (Defis), éclairent, chacun à sa façon et sous des angles variés, les multiples enjeux de la formation continue. Ils questionnent la formation des salariés en lien avec leurs aspirations et les parcours professionnels. Ils tentent également de mieux comprendre la manière dont les différentes configurations productives et le contexte des entreprises peuvent influencer leurs pratiques de formation, de recrutement et autres modes d’acquisition des compétences.

Conçu comme un lieu d’échanges et de dialogue pluridisciplinaire autour des données Defis, le groupe d’exploitation a réuni des chercheurs issus du Céreq, des universités ou laboratoires CNRS et autres organismes publics. Leurs appartenances disciplinaires sont variées (économie, sociologie, gestion, sciences de l’éducation) et les méthodologies mobilisées associent parfois une approche qualitative à l’analyse des données quantitatives.

Danièle Guillemot, dir., Ekaterina Melnik Olive, dir. Formation continue et parcours professionnels : entre aspirations des salariés et contexte de l’entreprise : Groupe d’exploitation des données Defis – Marseille : Céreq, 2020. – 146 p. – (Céreq Echanges; 15).

Cooperation for better career development advice: a close-up on local stakeholder practices

Lire le Training and employment sur le site du Céreq

CEP (Career development advice), which was introduced in France in 2014 in line with the recommendations of the Council of the European Union Resolution of 21 November 2008 on Lifelong Guidance, is designed to guarantee personalised support for all working people, whether currently in work or not, in implementing their career development plans. Its success depends on the development of interaction between providers in what are often compartmentalised areas of activity. A Céreq study examined the different practices of local stakeholders in several areas.

Alexandra D’Agostino, Liza Baghioni, Agnès Legay, Laure Gayraud, Aline Valette-Wursthen, Cooperation for better career development advice: a close-up on local stakeholder practices in Training and employment n° 146 (2020). – 4 p.

Regards comparatifs sur la formation en Europe : un plafond de verre du côté des entreprises françaises

Lire le Bref n° 392 sur le site du Céreq

Depuis 2005, l’effort de formation des entreprises européennes est en croissance et les pratiques se diversifient. Les entreprises françaises, initialement parmi les plus formatrices, font preuve d’une grande stabilité dans le temps, conservant un modèle prédominant fondé sur les cours et les stages. La loi Avenir professionnel, impulsant de nouvelles pratiques d’entreprises, pourrait faciliter le maintien des compétences des salariés dans une conjoncture économique défavorable.

Agnès Checcaglini, Isabelle Marion-Vernoux, Regards comparatifs sur la formation en Europe : un plafond de verre du côté des entreprises françaises in Bref n° 392 (2020). – 4 p.

Que deviennent les jeunes des quartiers prioritaires de la ville après leur bac ?

Lire le Bref n° 391 sur le site du Céreq

Les lycéens des quartiers prioritaires font face à des difficultés spécifiques pour décrocher le bac et poursuivre des études supérieures. Au-delà des effets liés à leurs appartenances sociales, le fait de résider en quartier prioritaire a-t-il un impact propre sur leur parcours post-bac et leur insertion professionnelle ? Une collaboration entre le Céreq et l’Agence nationale de la cohésion des territoires permet d’éclairer les trajectoires de formation et d’emploi des jeunes qui, sortis en 2013 du système éducatif, résidaient en quartier prioritaire au moment du bac.

Thomas Couppié, Pascal Dieusaert, Mélanie Vignale, Que deviennent les jeunes des quartiers prioritaires de la ville après leur bac ? in Bref n° 391 (2020). – 4 p

The impact of digital technology on skills in logistics warehouses

Lire le Training and employment n° 145 sur le site du Céreq

Driven by both technological developments and the boom in e-commerce, the logistics sector is currently undergoing far-reaching changes in its production processes. These dynamics could well lead to radical changes in working and employment conditions in a sector in which the demand for manual labour is very high. This edition of Training & Employment addresses the various challenges – including digitalisation, the sector’s attractiveness to workers and skill and career management – that French warehouses and logistics platforms are currently having to face.

Mathieu Hocquelet, The impact of digital technology on skills in logistics warehouses in Training and employment n° 145 (2020). – 4 p

Formation emploi, n° 149, 2020/1

Voir le sommaire du Formation emploi n° 149 sur le site du Céreq

Ce numéro souligne combien la professionnalisation est un processus complexe qui implique des acteurs multiples. Les articles de ce numéro montrent, chacun à leur manière et dans leur domaine, la fragilité de ce processus et sa dépendance à la fois au contexte socio-éducatif, à la conjoncture et à l’implication de certains acteurs.