Archives de catégorie : Colloques

Séminaire de l’atelier « Mondes sociaux des TPE-PME » le 24 mai 2017 à Montpellier

Le prochain séminaire de l’atelier « Les mondes sociaux des TPE-PME » se tiendra à Montpellier le 24 mai. Il aura pour thème : « Apports et limites de la  proximité dans les pratiques de GRH des petites entreprises. »

Organisateurs : Zeineddine Khelfaoui,  maître de conférences en sciences économiques, directeur du centre associé du Céreq – ARTDev, université de Montpellier 3 , Stéphane Michun, chargé d’étude au centre associé du Céreq – ARTDev, université de Montpellier 3.

Inscription obligatoire

L’incomplétude relative des petites entreprises et l’importance de la proximité dans les choix, jugements et pratiques de nombreux dirigeants-propriétaires ont alimenté toutes sortes de discours et de politiques associant comme une évidence petite entreprise et territoire dans une dépendance réciproque. En s’appuyant sur ces entreprises à « taille humaine » et en favorisant leur maillage, on pourrait impulser un développement endogène apportant aux territoires emplois, stabilité et solidarité (districts industriels, systèmes productifs locaux, pôles de compétitivité). Inversement, en s’appuyant sur les acteurs supports du territoire, on pourrait aider efficacement les petites entreprises à se moderniser, à affiner leurs pratiques de GRH voire à croître (thématique des « guichets » ou des « services de proximité »). Certes, les acteurs du développement territorial sont de plus en plus nombreux à associer les petites entreprises à leurs projets et d’innombrables petites entreprises sont amenées à prendre appui sur les potentialités de leur environnement local afin d’améliorer la résolution de nombreux problèmes d’information, d’innovation, d’organisation du travail, de recrutement ou de formation mais ne conclut-on pas un peu hâtivement à la primauté du territoire ? Cette journée reviendra sur les approches en termes de proximité (géographique, organisationnelle, institutionnelle, cognitive, etc.) et les objets, territoire et réseau, qui leur sont associés. L’accent sera mis sur leur pertinence du point de vue de la compréhension (et de l’outillage) des pratiques de GRH des petites entreprises : dialogue social, recrutement, partage de main-d’œuvre, formation, etc. Une attention particulière sera portée aux entreprises les plus petites et au défi de leur théorisation malgré leur extrême diversité.

Télécharger le programme

Journées d’étude : « Le syndicalisme en actes », 27-28 avril 2017, Aix-en-Provence

Journées d’études organisées par le LEST autour du thème « Le syndicalisme en actes : approches ethnographiques du travail syndical » les 27 et 28 avril 2017.

Comité d’organisation : Baptiste Giraud – LEST-AMU, Yolaine Gassier – CHERPA-LEST, IEP/AMU, Cristina Nizzoli – IRES-LEST.

 Fred Séchaud interviendra le 28 avril, dans le cadre de l’atelier n°3 : « L’activité des  mandataires syndicaux dans les organismes paritaires. La professionnalisation du paritarisme au prisme d’un outil de rationalisation et de reconnaissance du travail syndical ».

Affiche du colloqueL’analyse du travail syndical a rarement été abordée en tant que telle, en dehors d’un récent numéro de la Nouvelle revue de psychosociologie (2014). Dans le prolongement de cette première contribution, l’ambition de ces journées d’étude peut être résumée autour de trois enjeux. Elle est d’abord de mettre en évidence ce que peut apporter à la compréhension des métamorphoses et des ressorts de l’activité des militants et des représentants syndicaux une approche ethnographique de leurs pratiques, équipée notamment de la “boîte à outils” de la sociologie de l’action collective. Par ailleurs, les travaux rassemblés dans ces journées d’étude visent à interroger ces processus de recomposition des modalités du travail syndical à différentes échelles, dans ses différentes scènes d’interaction (dans ses relations aux salariés, aux adhérents, aux directions), et donc sous ses différentes dimensions : qu’il s’agisse du travail de représentation institutionnelle ou bien du travail de mobilisation des groupes défendus. Enfin, la volonté de ces journées d’études est de ne pas réduire l’analyse du travail syndical aux seules organisations syndicales de salariés. L’objectif est au contraire de mettre en perspective les pratiques de leurs représentants avec celles que l’on peut observer auprès de leurs homologues dans les organisations patronales et agricoles. Il s’agit ainsi de saisir le travail qui se déroule à l’intérieur de ces différents espaces de l’action syndicale dans ce qu’ils ont à la fois de distinct et de commun.

Ces différents points de réflexion seront développés dans le cadre de cinq ateliers  :

  • Produire et tenir l’organisation syndicale
  • Rendre service. Formes et usages des activités de service dans les organisations syndicales françaises
  • Gérer, cogérer
  • Négocier. Les modalités pratiques du travail de négociation
  • Mobiliser. Savoirs et savoir-faire dans la mobilisation

Présentation et programme détaillé sur le site du LEST

Les transitions professionnelles tout au long de la vie. Nouveaux regards, nouveaux sens, nouvelles temporalités ?

XXech-1IIIèmes Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail Rennes, 8 et 9 décembre 2016 CREM – Université de Rennes1

Les XXIIIèmes Journées du longitudinal (JDL) proposent cette année de porter un nouveau regard sur les transitions professionnelles. Il ne s’agit plus seulement d’une menace qu’il faut craindre mais également, sous certaines conditions, d’opportunités dans le parcours des individus, susceptibles d’ouvrir à une réorientation professionnelle ou à de nouvelles perspectives de mobilités.

La problématique des transitions professionnelles tout au long de la vie se propose donc d’englober, d’une part les dynamiques à l’œuvre dans les parcours biographiques et professionnels au-delà des seules périodes d’entrée dans la vie active et, d’autre part, les conséquences des changements structurels et institutionnels sur l’anticipation des transitions. Elle vise également à prendre en compte la pluralité des transitions et la diversité des publics concernés.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Maurice Baslé, Nathalie Beaupère, Chantal Guéguen, Sabina Issehnane, Fabien Moizeau, Anne Moysan-Louazel, Gérard Podevin, Jennifer Urasadettan, Gérard Boudesseul, Thomas Couppié, Jean-François Giret, Philippe Lemistre et Patrick Werquin (coordonnateurs), Les transitions professionnelles tout au long de la vie. Nouveaux regards, nouveaux sens, nouvelles temporalités ? XXIIIèmes Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail Rennes, 8 et 9 décembre 2016 CREM Université de Rennes1 in  Marseille : Céreq, 2016. – 520 p. – (Céreq Echanges; 1) .

Séminaire de recherche – Sociologie du travail : l’apport des approches cliniques

Le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) vous invite le

jeudi 27 octobre 2016, de 9H30 à 16h30

Sociologie du travail :
l’apport des approches cliniques

Que peut nous apprendre – sur le travail, son organisation et ses modes de management – une sociologie qui nous invite à inclure dans son objet de recherche le vécu, les affects, les émotions et la subjectivité des individus ? Quels enseignements épistémologiques et méthodologiques majeurs pouvons-nous tirer de sa pratique qui requiert notamment, de la part du chercheur, une interrogation permanente sur sa propre implication subjective et une interpellation des acteurs avec lesquels il coopère en tant que sujets porteurs de savoirs ? Comment peut-elle nous aider à transformer le travail ? Quelle est ici sa contribution spécifique ? C’est autour de ces questions centrales pour comprendre les relations complexes entre objet de recherche, chercheurs et acteurs dans l’analyse du travail qu’interviendront dans ce séminaire de recherche Vincent de Gaulejac, professeur émérite à l’université Paris 7-Saint Denis Diderot, Marie-Anne Dujarier, professeur à l’université Paris 7-Saint Denis Diderot et Pierre Roche, sociologue au Céreq, notamment à partir de leurs derniers ouvrages.

  • Vincent de Gaulejac (en collaboration avec Fabienne Hanique), Le capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Paris, Seuil, 2015.
  • Marie-Anne Dujarier, Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, La Découverte, 2015.
  • Pierre Roche,  La puissance d’agir au travail. Recherches et interventions cliniques, Toulouse, Erès, 2016.

Le séminaire aura lieu dans les locaux du Céreq, 10 place de la Joliette, 13002 Marseille.

Programme complet à télécharger ici

Inscription obligatoire auprès de nathalie.lemenager@cereq.fr

Former des individus « entreprenants » : un modèle éducatif pour faire face à la crise ?

Jeudi 9 juin, de 9h30 à 16h30 au Céreq à Marseille : Former des individus « entreprenants » : un modèle éducatif pour faire face à la crise ?

En présence de Lucie Tanguy, Caroline Verzat, Olivier Toutain.

Nous recevrons le matin Lucie Tanguy , sociologue et directrice de recherche émérite au CNRS, laboratoire Genre Travail et Mobilités (CNRS-université Paris-X-Nanterre), qui présentera son dernier ouvrage “Enseigner l’esprit d’entreprise à l’école : le tournant politique des années 1980-2000 en France”, paru en mars 2016 aux éditions La Dispute. L’après-midi, Caroline Verzat (enseignante chercheure en sciences de gestion à Novancia Business School Paris ) et Olivier Toutain (enseignant chercheur en sciences de gestion à l’ESC Dijon ) présenteront leur note de synthèse “Former et accompagner des entrepreneurs potentiels, diktat ou défi ?” publiée dans le dernier numéro de la revue Savoirs.

Inscriptions et  renseignements : nathalie.lemenager@cereq.fr

L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?

L'articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?Ce troisième numéro Relief dédié au Séminaire méthodologique d’Analyse du travail (SEMAT) du Céreq, porte sur un sujet qui n’est pas nouveau en soi, mais qui constitue encore aujourd’hui une question vive dans le champ des sciences humaines et sociales en général, et dans les disciplines qui s’intéressent aux questions de formation, d’emploi et de travail. C’est celui de l’articulation entre les approches quantitatives et les approches qualitatives.

Lire le Relief sur le site du Céreq

Samira Mahlaoui, L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ? – Marseille : Céreq, 2015. – 91 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 52) .

Prospective de l’emploi, des métiers et des qualifications

Prospective de l’emploi, des métiers  et des qualifications. Démarches et outils au service des territoires et des individusTitre complet : Prospective de l’emploi, des métiers et des qualifications. Démarches et outils au service des territoires et des individus. Cinquièmes rencontres interrégionales Céreq – Dares – Réseau des Carif-Oref

Les cinquièmes rencontres interrégionales Céreq-Dares-Réseau des Carif-Oref se sont tenues à Nantes le 16 juin 2015. Cette année, la question posée était celle de la prospective des métiers et des qualifications en tant que démarches et outils au service des territoires et des individus. L’ambition de cet événement perdure : présenter des travaux, débattre autour d’un thème fédérateur et mieux identifier les apports respectifs et complémentaires de chaque réseau, au-delà des collaborations qui peuvent se nouer en région.

Lire le Relief sur le site du Céreq

Prospective de l’emploi, des métiers et des qualifications. : Démarches et outils au service des territoires et des individus. Cinquièmes rencontres interrégionales Céreq-Dares-Réseau des Carif-Oref (2015; Nantes). – Marseille : Céreq, 2015. – 105 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 51) .

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpinsCe document est le compte rendu du colloque de restitution de six ans de recherche sur le développement de la précarité, l’émergence de nouvelles formes d’emploi et l’analyse empirique d’actions de sécurisation des parcours professionnels. Ces recherches ont été conduites en partenariat avec des chercheurs du Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG) et les partenaires sociaux en région Rhône-Alpes.

Trois secteurs ont été analysés, le secteur de l’aide à domicile, le secteur du tourisme loisirs, les systèmes locaux d’innovation et en particulier les pôles de compétitivité.

Le travail a montré que des formes de dialogue social novatrices sont nécessaires pour impliquer une pluralité d’acteurs relativement en amont dans la gestion anticipatrice des parcours des salariés.

Télécharger le Net.Doc sur le site du Céreq

Bruno Lamotte, Cécile Abattu, Colloque (12 décembre 2013; Conseil régional Rhône-Alpes, Lyon) Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins. – Marseille : Céreq, 2015. – 54 p. – (Net.Doc; n° 141) .

Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Le 22 juin 2016, le GTES* du Céreq (Réseau d’échange et de production sur les  parcours de formation et d’insertion des inscrits de l’enseignement supérieur ) et le RESUP* (Réseau d’études de l’enseignement supérieur) organisent une journée d’études sur « Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : Perspective comparée »

La journée d’étude aura lieu à Toulouse. La conférence d’ouverture sera faite par Vincent Carpentier (University College London, Institute of Education)

Les propositions de communication sont à transmettre  avant le 31  décembre 2015 sous forme d’un résumé et de 2 pages maximum.

Contact
En savoir plus sur la journée d’étude Resup/GTES

Continuer la lecture de Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : appel à communication pour une journée d’études (co)organisée par le GTES et le RESUP

Lundi 1er juin 2015 – Colloque international : Les mains invisibles de la “culture populaire”. Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision

poster-Mains-invisibles-webLe lundi 1er juin 2015 le Cresppa-LabToP organise un colloque international “Les mains invisibles de la « culture populaire ». Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision” de 9h30 à 18h en salle des conférences (59-61 rue Pouchet, 75849 Paris Cedex 17, RdC).

Organisation et contacts : Violaine Roussel & Audrey Mariette :

vroussel@univ-paris8.fr

audrey.mariette@univ-paris8.fr

Programme : FinalProgramFr&Engl

Résumés des interventions – abstracts : résumés-abstracts

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

PROGRAMME

9h30 : accueil des participants

10h-12h30 : Matinée (en français)

Introduction : Violaine Roussel (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Présidence : Laurent Jeanpierre (Université Paris 8/CRESPPA-LabTop)

Panel 1. LA FORCE DES LIENS INVISIBLES

-Emilie Sauguet (Université Paris Ouest Nanterre-IDHES) – Faire œuvre de programmateur ou s’effacer derrière les films ? L’organisation des projections de films documentaires au prisme de l’invisibilité.

-Karim Hammou (CNRS/CRESPPA-CSU) et Laure de Verdalle (CNRS/Printemps) (avec Audrey Mariette, Université Paris 8/CRESPPA-CSU et Delphine Naudier, CNRS/CRESPPA-CSU) – S’engager sur un premier film : producteurs, distributeurs et chaînes face aux nouveaux réalisateurs français (2000-2010).

-Muriel Mille (EHESS-CMH) – Coopérations et concurrences dans le processus de fabrication d’un feuilleton télévisé.

Discussion : Gwenaële Rot (Sciences Po-CSO)

12h30-14h : déjeuner

 

14h-18h : Après-midi (in English) 

Présidence : Anne-Marie Autissier (Université Paris 8, LabToP-Cresppa)

Panel 2. NOUVELLES TÉLÉVISIONS, NOUVEAUX INTERMÉDIAIRES

-Denise Bielby (University of California, Santa Barbara) – Retour sur la notion de télévision mondialisée.

-Laura Grindstaff (University of California, Davis) – Artistes et intermédiaires culturels à l’âge de la téléréalité.

Discussion : Séverine Sofio (CNRS/CRESPPA-CSU)

15h40-16h : Pause

 

Panel 3. DANS LES COULISSES TRANSNATIONALES DU MARCHÉ DES FILMS

-Roderik Smits (University of York) – Faire la médiation entre transnational et national : les agents spécialisés dans la vente internationale des films comme “gatekeepers”.

-Romain Lecler (Université Paris 1/CESSP) – Construire une juridiction transnationale. Les professionnels des marchés internationaux du film et de la série télévisée.

Discussion : Joël Augros (Université Paris 8/ESTCA)

Conclusion : Audrey Mariette (Université Paris 8/CRESPPA-CSU)

Intervenant-e-s :

Joël Augros (Maître de conférences en économie du cinéma, Université Paris 8/ESTCA)

Anne-Marie Autissier (Maîtresse de conférence, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Denise Bielby (Professeure de sociologie, University of California, Santa Barbara)

Laura Grindstaff (Professeure de sociologie, University of California, Davis)

Karim Hammou (Chargé de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laurent Jeanpierre (Professeur de science politique, Université Paris 8, CRESPPA-Labtop)

Romain Lecler (Doctorant en science politique, Université Paris 1/CESSP, AGPR à l’ENS)

Audrey Mariette (Maîtresse de conférences en science politique, Université Paris 8, CRESPPA-CSU)

Muriel Mille (Docteure en sociologie, EHESS-CMH)

Delphine Naudier (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Gwenaële Rot (Professeur de sociologie à Sciences Po-CSO)

Violaine Roussel (Professeure de sociologie, Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

Emilie Sauguet (Doctorante en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre-IDHES)

Roderik Smits (Doctorant, Film studies, University of York)

Séverine Sofio (Chargée de recherche au CNRS, CRESPPA-CSU)

Laure de Verdalle (Chargée de recherche au CNRS, Laboratoire Printemps)

Ce colloque bénéficie du soutien du CRESPPA-CNRS et est organisé dans le cadre d’une Marie Curie International Outgoing Fellowship du 7e programme cadre de la Commission européenne. 

4ème Biennale du Céreq, Mercredi 7 octobre à Paris

Négocier, réguler, accompagner. La relation formation-emploi au prisme des branches professionnelles.

WebQuelle place pour les diplômes dans la construction conventionnelle des qualifications ? Comment les branches construisent-elles leurs politiques emploi-formation ? Avec quels outils de diagnostic et de prospective ? L’articulation branches/territoires, quelles formes de coopération entre acteurs ?

Ces questions seront abordées lors de la 4ème Biennale du Centre d’études et de recherches sur les qualifications organisée le mercredi 7 octobre 2015 à la Cité internationale universitaire de Paris.

Pour plus d’informations >> biennale2015.cereq.fr

Stages : Comment les encadrer ?

STAGESPrésentation des résultats du projet Européen INTERNSTAGE

Matinée d’étude organisée par Sylvie Contrepois (Cresppa-CSU et London Metropolitan University), coordinatrice du projet Iternstage .

Le nombre de stages étudiants en entreprise s’est fortement accru dans tous les pays Européens, le plus souvent à la faveur des réformes des systèmes de formation nationaux. Les conditions de réalisation de ces stages et leur réglementation varient, toutefois, considérablement d’un pays à l’autre. Le projet INTERNSTAGE, financé par la Direction Générale de l’Emploi et des Affaires Sociales de la Commission Européenne, a dressé un état des lieux des situations existantes dans six pays (Espagne, France, Italie, Lettonie, Pologne et Royaume-Uni), en tentant d’évaluer l’apport réel des stages à la formation des étudiants à partir d’études de cas. Les résultats de ce travail vont déboucher sur des recommandations qui seront présentées à l’Union Européenne et aux partenaires sociaux européens et nationaux.
Cette demi-journée sera consacrée à une brève présentation publique des résultats de l’étude et à la mise en débat des recommandations que l’équipe de recherche entend présenter à la commission européenne.

Interventions :

  • Sylvie Contrepois : Les stages en Europe, situation et enjeux
  • Nick Clark : Unpaid work in Press & Media
  • Arturo Lahera-Sánchez : Training and working conditions in Engineering sectors in Spain and France
  • Rossana Cillo et Fabio Perocco : Internships in the touristic sector : training and working conditions
  • Aija Lulle : Working conditions in Public administration
  • Joanna Unterschuetz : Proposed recommendations to be presented to European Commission.

 

9h30-13h, site Pouchet du CNRS, 59 rue Pouchet, 75017 Paris, salle 159. (plan d’accès)

Contact : Sylvie Contrepois
Programme détaillé en pdf
Les interventions auront lieu en Français et en Anglais.

Les classes sociales en Europe

Affiche-classessoceurope-15&16dec2014

Journées d’étude des réseaux
« Classes sociales, inégalités, fragmentations » (RT 5),

« Méthodes » (RT 20), « Sociologie des élites » (RT 42) et « Justice sociale » (GT 44)

Association française de sociologie (AFS)
conjointement avec le Ceraps (UMR 8026), le Cresppa (UMR 7217), et la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine.

15 et 16 décembre 2014
Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

Les travaux comparatistes menés au niveau européen sont majoritairement quantitatifs, et restent mal connus des sociologues non statisticiens en France. Pourtant il y a un enjeu central à développer d’une part une réflexion sur les groupes sociaux et les inégalités à l’échelle européenne, mais aussi à développer des comparaisons entre structures sociales et inégalités entre pays. Ces journées visent donc à présenter un ensemble de débats qui traversent les travaux quantitatifs portant sur les groupes sociaux en Europe, et à expliciter la place qu’y occupe (ou non) la sociologie des classes sociales. Elles visent également à inciter à lier les enquêtes quantitatives et les enquêtes de terrain pour développer une réflexion sur les classes sociales et les inégalités en Europe, réflexion particulièrement cruciale dans un contexte de crise économique. Une première journée sera centrée sur la conception et l’usage des nomenclatures socio-professionnelles et des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques qui les sous-tendent. Une deuxième journée sera centrée sur les travaux comparatifs sur les classes sociales en Europe, et sur la comparaison entre travaux menés dans différents cadres nationaux et à susciter de nouvelles perspectives de recherche.

Contacts :
etienne.penissat@gmail.com
yasmine.siblot@univ-paris8.fr

PROGRAMME

Lundi 15 décembre
Les nomenclatures socio-professionnelles en Europe : enjeux théoriques et outils

Nomenclatures en usage et théories sociologiques.
Introduction générale de la journée et présidence : Étienne Penissat

  • La nomenclature EGP (Erikson-Goldthorpe-Portocarero) et sa mise en œuvre en Europe. Louis-André Vallet
  • Valeurs économiques, valeurs culturelles et classes sociales : les mesures de statut socioprofessionnel (SIOPS, EGP, ESeC, ISEI) dans l’enquête sur les Valeurs des Européens. Frédéric Gonthier
  • Quelle nomenclature pour décrire les espaces socio-professionnels européens ? Une approche en termes de capitaux culturel et économique. Cécile Brousse

La nomenclature ESeG (European Socio-economic Groups) : Quel bilan des premières études menées à partir d’ESeG au niveau européen ?
Présidence et lancement de la discussion Thomas Amossé

  • La nomenclature socioprofessionnelle européenne ESeG et son élaboration, Monique Meron
  • Homogamie et inégalités dans les régions d’Europe : une utilisation de la nomenclature ESeG. Milan Bouchet-Valat
  • L’espace des conditions en Europe à partir d’ESeG. Frédéric Lebaron

Mardi 16 décembre
Penser et comparer les classes sociales en Europe

Capital culturel, pratiques culturelles et différences de classes.
Présidence et lancement de la discussion : Philippe Coulangeon

  • Capital culturel et pratiques culturelles. Les enjeux d’une comparaison européenne depuis l’enquête SILC-EU 2006. Cédric Hugrée, Etienne Pénissat, Alexis Spire, Cécile Brousse
  • Le capital culturel au Danemark et en Grande-Bretagne, Annick Prieur
  • Comparer les élites en Europe. Présidence et lancement de la discussion : Sylvain Laurens
  • Comment construire le champ du pouvoir français au regard de l’expérience norvégienne. François Denord
  • Construire et comparer des champs de pouvoir, Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes

Saisir les recompositions des classes populaires contemporaines au delà du cadre national : comparaisons et circulations.
Présidence et lancement de la discussion : Anne Bory

  • Les analyses des recompositions des classes populaires en France. Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Yasmine Siblot.
  • La sociologie portugaise des classes sociales et la place des ouvriers et employés, Virgilio Borges Pereiera.
  • Présentation de Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire (Agone) traduction française de Formations of Class and Gender : Becoming Respectable, de Beverley Skeggs. Anne-Marie Devreux.

Programme détaillé en PDF

« Comment le travail se négocie-t-il ? »

 

APPEL À COMMUNICATIONS :

 

Colloque du RT18 « Relations Professionnelles » 


Association Française de Sociologie (AFS),

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST, AMU et CNRS)

 

Aix-en-Provence, 28 et 29 Mai 2015
 

Ce colloque met l’accent sur la confrontation et la négociation sociales, relatives au contenu du travail – ses conditions d’exercice, son organisation, son évaluation, ses effets sur les personnes et les collectifs – et ceci, quels que soient les processus en cause : négociations formalisées, initiatives gouvernementales, conflits collectifs, tractations informelles…Les travaux attendus peuvent de situer à différentes échelles – territoriales, sectorielles, interprofessionnelles, nationales, européennes…

 

Calendrier

 Les propositions de communication de 3 000 signes doivent être adressées avant le 3 novembre 2014 à : mias@ens-cachan.fr et eric.verdier@univ-amu.fr.

 Retour vers les auteurs : mi-décembre 2014

 Envoi des articles complets : mi-mars 2014

Appel à communication

http://www.afs-socio.fr/node/3003

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants