Archives de catégorie : Santé et travail

Enquête expérimentale sur la qualité de la vie au travail

Enquête sur la qualité de la vie au travail (QVT)

QVT est une enquête méthodologique, complémentaire à l’enquête Conditions de Travail 2012. L’objectif principal de l’enquête QVT est de mesurer la sensibilité des résultats au mode de collecte en comparant ses résultats à ceux de Conditions de Travail 2012. Plus précisément : Comparer la qualité et le contenu des réponses selon le mode de collecte : face à face/internet d’une part et auto-questionnaire sous casque/internet d’autre part ; Par des questions ouvertes, faire émerger des questions pour couvrir certains thèmes de l’enquête risque psychosociaux 2015.

Thèmes abordés :
L’enquête complémentaire sur la qualité de la vie au travail (QVT) reprend globalement les mêmes thématiques que l’enquête conditions de travail 2012 transposées sur internet. Rappel des divers thèmes : Les horaires et l’organisation du temps de travail, l’organisation et les rythmes de travail, les risques, les pénibilités et leur prévention, les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail.

Le champ de l’enquête couvre les personnes (individus ou ménages) ayant déclaré un revenu issu du travail dans déclaration fiscale 2011. Personnes salariées ou non.  Individus vivant dans des logements ordinaires (hors institutions)

Producteur : INSEE
Enquête unique réalisée de novembre 2012 à mi-janvier 2013, qui s’inscrit dans les préconisations du rapport de l’Inspection Générale de l’Insee sur la collecte multi-mode (internet et papier).
Publications des résultats : courant 2013, après la publication des résultats de l’enquête Conditions de travail 2012 par la Dares

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Enquête conditions de travail 2012

Enquête conditions de travail – Questionnaire Actif occupé, Enquête auprès des établissements.

Cette enquête a pour objectifs de permettre des analyses fines par catégorie socioprofessionnelle et secteur d’activité et, grâce à sa profondeur temporelle, d’apprécier les évolutions. L’enquête comprend deux volets :
– Le volet  » Actifs occupés  »
– Le volet  » Employeurs  » permet d’obtenir des employeurs, une information complémentaire par rapport à celle collectée auprès des salariés.

Thèmes :
Le volet  » Actifs occupés  » aborde principalement :
– les horaires et l’organisation du temps de travail,
– l’organisation et les rythmes de travail,
– les risques, les pénibilités et leur prévention,
– les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail.

Le volet  » Employeurs  » aborde les principaux thèmes concernant :
– le positionnement économique et les relations de l’entreprise avec son environnement
– l’organisation du travail
– les pratiques de prévention des risques
– la gestion des ressources humaines.

Champ de l’enquête et couverture géographique :
La cible du volet  » Actifs occupés  » est constituée de l’ensemble des personnes ayant un emploi, indépendant ou salarié, public ou privé, stable ou temporaire.
Le volet  » Employeurs  » est constitué d’une part des employeurs des salariés interrogés lors du volet  » Actifs occupés  » si l’établissement emploi 10 salariés ou plus, d’une part d’un échantillon indépendant d’établissement publics et privés employant au moins un salarié.
Pour la première fois dans l’enquête 2012, il est prévu d’étendre l’enquête dans quatre départements d’outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Guyane), en plus de la France métropolitaine.

Producteur : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), en partenariat avec Direction de la recherche, de l’évaluation, des études et de la statistique (DREES) Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP),
Périodicité : L’enquête a été reconduite tous les 7 ans depuis 1978.
Enquêtes disponibles : 1978, 1984, 1991, 1998, 2005. (Les premiers résultats de l’enquête 2012 seront produits en 2013)

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Complément :
Les fichiers de données des enquêtes conditions de travail 1984 à 2005 sont disponibles gratuitement dans une finalité de recherche pour les chercheurs, enseignants chercheurs, doctorants et étudiants des masters français et étrangers.
La description des fichiers et leur diffusion est réalisée par l’ADISP (Archives de Données Issues de la Statistique Publique), équipe CNRS du Centre Maurice Halbwachs (CMH, Lasmas), rattachée au Greco.
L’Adisp est membre du Réseau Quetelet et du réseau européen des archives de données CESSDA.
– Enquêtes conditions de travail 1984
– Enquêtes conditions de travail 1991
– Enquêtes conditions de travail 1998
– Enquêtes conditions de travail 2005

 

 

Bonne pratique. La branche céramique fait le lien entre absentéisme et conditions de travail

Les partenaires sociaux de la branche des industries céramiques ont sollicité l’expertise de l’Anact et du cabinet ESSOR Consultants pour mieux comprendre le phénomène de l’absentéisme et rechercher des pistes de prévention.

Image d'illustration de l'article

Les entreprises de la branche des Industries céramiques de France, inquiètent de l’impact significatif de la suppression du délai de carence sur les absences de courte durée et la performance, ont souhaité aborder la problématique de l’absentéisme par le biais des conditions de travail (santé au travail, usure professionnelle, management, parcours professionnels, etc.).

Pour cela, la Confédération des Industries Céramiques de France a travaillé en 2011 avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (qui a piloté le projet) et ESSOR Consultants.

Lire la suite de l’article

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives »

Séminaire organisé par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du DIM Gestes et de la Région Île-de-France

« Maladies sociales avec des aspects médicaux », selon l’expression du pneumologue Irving Selikoff, les maladies industrielles n’ont d’existence que dans un champ de forces où leur réalité, leur gravité et leur étiologie sont remises en cause à chaque instant. Du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’objet de ce séminaire est ainsi d’analyser les conditions de possibilité de mobilisations qui les prennent pour objet, fruits d’alliances improbables entre salariés, riverains, chercheurs, médecins et avocats.

Centré sur les « maladies industrielles », selon l’expression du sociologue Paul Jobin, et non exclusivement professionnelles, ce séminaire entend étudier ces mobilisations à l’intérieur et à l’extérieur des lieux de travail, cherchant ainsi à éclairer les croisements mais aussi parfois les logiques de concurrence entre maladies professionnelles et maladies environnementales. Comment s’articulent les luttes des salariés et des riverains – parfois en contradiction lorsque l’emploi des premiers est menacé, parfois en convergence (Ishimure, 1990 ; Collectif intersyndical sécurité, 1977) ? Comment les acteurs de ces mobilisations se réapproprient-ils les savoirs médicaux et techniques institués – ou encore contribuent-ils à leur avancée ?

Les séances se tiennent un lundi par mois de 10h à 13h, au centre CNRS Pouchet,
59/61 rue Pouchet – Paris 75 017 (métro Brochant ou Guy Môquet), Plan d’accès

  • Contacts : Pascal Marichalar et Laure Pitti
  • Programme et intervenants 2012-2013 (3ème année) en pdf
  • Une présentation détaillée accompagnée d’une bibliographie indicative et du programme des deux années précédentes est consultable sur le site du CSU (Cresppa-CSU, UMR7217)

Comment prendre en charge les conditions de travail aujourd’hui ?

Des entreprises, des filières ou des territoires innovent en matière de dialogue social et de prise en charge les conditions de travail. Cette demi-journée présentera certaines de ces nouvelles formes d’approches. Son objectif : en comprendre le fonctionnement, leurs avantages et leurs limites.

Image d'illustration de l'article

Le Réseau ANACT organise la 9ème édition de la Semaine pour la qualité de vie au travail du 18 au 26 octobre 2012. Cette édition coïncide avec le 30ème anniversaire des CHSCT. A cette occasion, l’ANACT organise quatre demi-journées thématiques consacrées à cette instance les 24 et 25 octobre prochain à la Maison de la RATP à Paris.

Celle organisée le jeudi 25 octobre après-midi aura pour thème « les formes renouvelées de prise en charge des conditions de travail ». Point de départ, le constat d’un travail et de conditions de travail qui évoluent. Les formes d’entreprises et d’organisation entre entreprises également. La taille de l’entreprise ou son insertion dans un territoire, une filière ou une branche, ont une influence sur les conditions de travail. Face à cette diversité, les formes traditionnelles de prise en charge des conditions de travail atteignent parfois leurs limites. Il peut être nécessaire de chercher de nouvelles formes de dialogue social autour de ces questions. Des innovations voient le jour et se diffusent.

Cette manifestation permettra de mettre en lumière certaines formes d’approches, d’en comprendre le fonctionnement, de présenter leurs avantages et de poser leurs limites. Pascale LEVET, directrice scientifique et technique de l’ANACT, et Olivier LIAROUTZOS, responsable du département Changements Technologiques et Organisationnels de l’ANACT, co-animeront cet échange.

Le programme

  • 14h00 : Accueil par Jean-Luc VERGNE, Président du Conseil d’Administration, ANACT
  • 14h15 : Les Observatoires de la Qualité de Vie au Travail
  • • 15h00 : Les CPRIA et la prise en charge des conditions de travail dans les TPE : l’expérience de la CPRIA de Poitou-Charentes : Jean-Paul LIZE, Secrétaire Général, UPA et un représentant d’une organisation syndicale
  • 15h45 : La filière comme lieu de pilotage de l’action sur les conditions de travail : l’exemple de l’Industrie Agro-alimentaire en Languedoc-Roussillon : ALAIN DJAFFO, OPCALIM ; Sophie PUJOL, CFE-CGC, Coopérative de Névian ; Antoine CHACON, SNIV, Bigard Distribution
  • 16h30 : EDF : la déclinaison d’un accord sur les RPS par la mise en place de groupes multidisciplinaires animé par Yves GARCIER, Délégué Qualité de Vie et Santé au Travail, EDF-DPI
  • 17h00 : Une approche territoriale : l’égalité professionnelle et l’amélioration des conditions de travail comme ressources pour innover en matière de GPEC territoriale, l’exemple du Beaujolais, Laurence LANGER, Acteurs et Politiques Publiques ; Vincent MANDINAUD, Chargé de Mission, ANACT  et les acteurs territoriaux du projet
  • 17h30 : Clôture

Inscription

– Accès au site de la SQVT
– Toutes les manifestations de la 9ème SQVT

Comment passer du « mal être au travail » à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

Image d'illustration de l'article

S’engager durablement dans le développement de la santé au sein des organisations du travail contemporaines implique de revisiter le triptyque travail, performance et gouvernance des entreprises, en portant une attention particulière au rôle des acteurs (managers, partenaires sociaux, experts…), à la confiance nécessaire et au partenariat indispensable qui doivent s’établir entre eux et à la qualité du dialogue social.

Une session nationale organisée par l’ANACT, l’Observatoire social international (OSI), et l’association Réalités du dialogue social (RDS), a réuni une vingtaine d’acteurs engagés dans des entreprises ou institutions, des fédérations ou confédérations syndicales sur la question des RPS. Cette session a permis des échanges nombreux pour rechercher les conditions de leur prévention durable et, au-delà, de l’amélioration des conditions de travail.

A l’issue de cette session, une synthèse a été produite par l’ANACT et l’Observatoire social international (OSI) ainsi que des propositions d’orientations pour passer de la prise en charge du « mal-être au travail » au développement d’organisations permettant d’ « être bien au travail », conditions de la santé et de la performance.

Des bases pour renouveler l’approche des questions de santé au travail

Le travail, comme facteur de santé.

Au-delà de la prévention de la « souffrance » au travail, il y a urgence et intérêt à considérer le travail comme une ressource, comme un élément favorable à la santé des salariés. Yves Clot, notamment, a souligné combien la problématique du travail bien fait, de l’empreinte que les salariés laissent dans leur travail, des liens qu’ils créent entre les choses et les personnes, redéfinit un professionnalisme essentiel à la qualité de vie et à la santé au travail. Au-delà de la prévention des risques psychosociaux, il s’agit de faire du travail, de ses conditions et de son organisation, un enjeu fondamental du développement humain.

Une approche plus globale des questions du travail et de la santé

S’intéresser au travail conduit à replacer la question des risques psychosociaux dans un ensemble plus vaste, celui de l’organisation et des conditions du travail qui intègre aussi la pénibilité, l’usure professionnelle dans une vie professionnelle qui s’allonge, le maintien dans l’emploi des seniors, l’articulation vie professionnelle/vie privée… Il importe donc de ne plus appréhender séparément les sujets, de ne plus multiplier les approches cloisonnées mais de redonner une cohérence à la question des conditions de travail et de favoriser des stratégies globales de prévention.

Cette approche contribue aussi à une prise en compte plus globale de la santé et des impacts des mauvaises conditions de travail en matière de santé publique. En termes de coûts pour la santé des salariés d’une part et en termes d’effets négatifs sur la qualité des produits et des services d’autre part, avec des impacts dommageables potentiels pour les consommateurs ou l’environnement (cf. exemples de Patrick Légeron, Yves Clot, F. Cochet).

Des liens affirmés entre qualité du travail, efficacité et performance

La question du coût économique et financier des mauvaises conditions de travail se pose ; et aussi, à l’inverse, celui des bénéfices qu’une politique de santé au travail assure à l’entreprise en matière de performance ; même si, sur ce sujet, il reste à mieux démonter les liens possibles.

Faire du travail l’enjeu central conduit à travailler à mieux établir des liens entre santé, qualité du travail et travail bien fait d’une part et efficacité, innovation, performance et compétitivité d’autre part. Des liens sont aussi à envisager avec les critères de RSE et de développement durable (Vigéo) même si la recherche d’indicateurs ou de système de notation sociale soulèvent des risques d’interprétation et d’utilisation détournée.

Au-delà de ces réflexions, l’évolution durable et massive des activités économiques vers plus de sollicitation, d’engagement et de créativité des salariés ne peut se passer d’un développement de la qualité de vie au travail  et de la valorisation d’un certain capital social qui constitue un ressort de la performance.

Redonner dans l’entreprise une place centrale à l’analyse du travail et au travail lui-même conduit à renforcer sa dimension humaine. Ce mouvement invite aussi l’entreprise à revisiter ses missions et sa responsabilité sociale dans la société et, par conséquent, sa stratégie industrielle ou commerciale.

Des orientations pour l’action

 

Séminaire « Le mal être du genre au travail »

L’équipe Genre travail, mobilité du Cresppa (Cresppa-GTM), organise un séminaire de recherche sur le question du « Mal être du genre au travail ». Le séminaire est animé par Régine Bercot (professeur à l’Université paris 8, Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM Geste et la participation de l’Anact.

Les séances auront lieu à Paris, site CNRS Pouchet, 59 rue Pouchet, plan d’accès

Présentation du séminaire :
En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.

 

Programme et intervenants des premières séances (octobre-février) :
Programme-&-intervenants-oct2012-fevr2013

Journée d’étude du GESTE « Dire et entendre la souffrance au travail »

GESTES (Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail), organise une première journée ayant pour thème:
« Dire et entendre la souffrance au travail: l’objectivation des maux »
le mardi 13 novembre 2012, à l’ENS-CACHAN, 61, avenue du Président Wilson / 94235 Cachan Cedex,  à partir de 9h00, Bâtiment d’Alembert, Salle Condorcet.

Cette journée, qui vise avant tout à mettre en valeur la diversité des recherches sur les questions qui structurent le DIM et à permettre aux différentes disciplines de croiser leurs approches, s’organisera autour de deux table-ronde et de trois ateliers :

Expertise et évaluation de la souffrance : les instruments et les acteurs
Table ronde animée par Claire Edey Gamassou, Université Paris-Est (UPEC)

 Le croisement des savoirs et des discours
Table ronde animée par Isabelle Vacarie, Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense (IRERP)

Atelier 1 : Transformation des métiers, cause de souffrance ou remède à la souffrance
Président de séance : Yves Clot, CNAM, Chaire de Psychologie du travail
Discutant : Thierry Pillon, Université de Rouen, Laboratoire DySoLa

 Atelier 2 : Dialogue et action collective : enjeux et obstacles
Président de séance : Michel Pigenet, Université de Paris I, Centre d’histoire sociale du XXe siècle
Discutante : Nathalie Ferré, Université Paris 13, IRIS-EHESS

 Atelier 3 : Dire, taire et entendre la souffrance au travail
Président de séance : Philippe Bataille, EHESS, Centre d’analyse et d’intervention sociologiques
Discutante : Marie-Anne Dujarier, Université Paris 3, LISE-CNRS

Programme et intervenants :
Programme-JE-Geste-13nov2012
Plan d’accès à l’ENS Cachan

Après-midi d’étude : « Le travail nucléaire »

« Le travail nucléaire »
Après-midi d’étude organisées dans le cadre du séminaire Cresppa-CSU « Maladies industrielles et mobilisations collectives »
par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du Groupe d’études sur le travail et la souffrance au travail (GESTES, Région Île-de-France).

Autour de trois recherches sociologiques récentes sur le travail exposé à la radioactivité, qui s’inscrivent dans la suite d’études classiques sur le sujet (cf.notamment Thébaud-Mony, L’industrie nucléaire, sous-traitance et servitude, 2000), tout en variant les territoires – Afrique, France, Japon – et en étudiant différents stades de la division internationale du travail nucléaire : travail dans les mines d’uranium, travail quotidien dans les centrales nucléaires, travail extraordinaire en situation de catastrophe déclarée.
Dans l’esprit du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », une attention particulière sera portée au lien entre santé, travail et environnement.

Programme et intervenants

Contacts : Pascal Marichalar ; Laure Pitti

Le DIM GESTES, Groupe d’Etudes sur le Travail et la Souffrance au travail

Le DIM GESTES, Groupe d’Études sur le Travail et la Souffrance au travail est un réseau scientifique pluridisciplinaire, créé en 2011 à l’initiative de la Région Ile-de-France dans l’un des 16 domaines d’intérêt majeur qui bénéficient d’un soutien à la recherche scientifique de la part du Conseil régional.
Son programme de recherche est doté d’un financement pluriannuel lui permettant de soutenir des projets pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales sur le thème du travail et de la souffrance au travail et relevant d’un des quatre axes suivants :

  • Déni, expression et objectivation de la souffrance au travail et du rapport au travail
  • Causes et conséquences (économiques, gestionnaires et organisationnelles, sociales, médicales, psychologiques) des maux du travail
  • Travail et travailleurs, temporalités et territoires
  • Limiter les risques ou émanciper le travail ? Quelle conception de l’action ?

Le DIM GESTES rassemble plus de 200 chercheurs, une quarantaine de doctorants et fédère 30 équipes de recherche en SHS de l’Île de France.

Le Centre d’analyse et d’intervention sociologique (CADIS), le Centre d’études de l’emploi (CEE), le Centre d’économie de la Sorbonne – Axe Institutions (CES-I, ex-Matisse), le Centre européen de sociologie et de sciences politiques (CESSP), le Centre de gestion scientifique (Mines Paris Tech), le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Centre Maurice Halbwachs (CMH), le Centre Pierre Naville, le Centre de recherche sur l’âge et la population au travail (Creapt), le Centre de recherche en économie et statistiques (Crest), le Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD-EPCTA), le Centre de sociologie des organisations (CSO), le Centre de sociologie urbaine (CSU-CRESPPA), Dauphine recherche en management, Études sociales et politiques des populations, de la protection sociale et de la santé (ESOPP), Institutions et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), l’Institut de recherche sur l’entreprise et les relations professionnelles (IRERP), l’Institut de recherche en gestion de Paris-Est, l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (Dauphine), le Laboratoire adaptations travail individu (LATI), le Laboratoire techniques, territoires et Société (LATTS), le Laboratoire de Changement Social (LCS), le Centre d’études et de recherche sociologiques (CERS), le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), la Chaire Mutations, anticipations, innovations de l’IAE de Paris, le Laboratoire Professions, Institutions et Temporalités (Printemps), Paris-Jourdan sciences économiques (PSE)

La direction du programme et la coordination scientifique du réseau sont actuellement assurés par Michel Gollac (Directeur du laboratoire de sociologie quantitative, CREST) et Jérôme Pélisse (Directeur du laboratoire PRINTEMPS,UVSQ-CNRS)

Les projets de thèses, de recherches post-doctorales, de séminaires et de colloques sélectionnés en 2012 sont consultables sur le site du DIM GESTES. D’autres appels à projets seront lancés fin 2012.

Plus d’informations : http://gestes.net/

Risques du travail, la santé négociée

Catherine Courtet et Michel Gollac (dir.)
Risques du travail, la santé négociée Paris: La Découverte, coll. Recherches – 328 p., juin 2012 – ISBN: 9782707173089

Présentation de l’éditeur :
Analyser la santé au travail, c’est analyser le travail et ses transformations, les déterminants organisationnels et managériaux de l’activité, les contraintes qui pèsent sur elle et les ressources que les salariés mobilisent pour sa réalisation. C’est aussi analyser les transformations historiques de l’identification, de l’objectivation (scientifique, médicale, statistique) et de la prise en charge des pathologies dont le lien avec le travail est avéré ou suspecté. Entre conflits et définition de normes de protection ou de prévention, la santé au travail se négocie. Cette négociation ne porte pas que sur la reconnaissance et la réparation des maladies dites professionnelles ; elle influe sur le travail lui-même et détermine ses conséquences pour la santé.
Les contributions d’historiens, sociologues, économistes, ergonomes, psychologues, épidémiologistes, rassemblés dans cet ouvrage, sont issues de travaux de recherche parmi les plus innovants dans ce domaine. Elles associent l’examen des déterminants « objectifs » de la santé au travail à celui des processus sociaux qui président à cette objectivation. Leurs terrains d’observation et d’expérimentation s’attachent au poste de travail, à l’entreprise, à la branche et aux niveaux national et international, et visent à mieux comprendre les chaînes causales complexes qui font du travail un facteur de maladie ou de santé. Elles mettent ainsi en évidence les contraintes, mais aussi des marges de liberté. Mieux comprendre les liens entre santé et travail, c’est se donner les moyens d’agir.

Contributions de :
Paul V. Dutton, Anne-Sophie Bruno, Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Catherine Omnès, Alberto Baldasseroni, William Martinez, Paul-André Rosental, Bernard Thomann, Éric Verdier, Carole Gayet-Viaud, Anne de Labrusse (collab.), Joan Stavo-Debauge, Johannes Siegrist, Yves Roquelaure, Annette Leclerc, Fabien Coutarel, René Brunet, Sandrine Caroly, François Daniellou, Claudine Mélan, Nadine Cascino, Béatrice Barthe et Edith Galy, François Dubet, Danièle Linhart, Matthieu Detchessahar, Guy Minguet, Charles Gadea, Sophie Divay, Claire Edey Gamassou, Cathel Kornig, Marion Gilles,  Serge Volkoff


Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au 20e siècle. La France au regard des pays voisins.

Catherine Omnes, Laure Pitti (dir.)
Cultures du risque au travail et pratiques de prévention au 20e siècle. La France au regard des pays voisins.
Rennes : Presses universitaires de Rennes, coll. Pour une histoire du travail, 2009 – 262 p. – ISBN : 978-2-7535-0813-2

Présentation de l’éditeur :
Pourquoi le risque professionnel demeure-t-il un fléau humain et financier et une source d’aggravation des inégalités sociales ? Articulées autour de trois pôles – les professions, les instances et le terrain des luttes sociales –, les contributions de ce volume donnent une profondeur historique à ces enjeux actuels de la santé au travail. Elles montrent la difficile professionnalisation des métiers du risque et la longue timidité des pratiques des acteurs qui ne se rompt qu’au tournant des années 1960-1970. Enfin, elles esquissent une approche européenne par des éclairages sur l’Espagne, la Belgique et l’Italie.

Contributions de :
Laure Machu, Catherine Omnès, Laure Pitti, Aimée Moutet, Manuela Martini, Jean-Pierre Galland, Daniel La Parra, Isabelle Lespinet-Moret, Éric Geerkens, Odile Join-Lambert, Nicolas Hatzfeld, Françoise Fortunet, Nadia Blétry, Danièle Fraboulet, Pietro Causarano

[Plus d’infos]

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2100

Comptes-rendus :

  • Compte-rendu de Xavier Vigna, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 janvier 2010, consulté le 19 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/902

Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire

Cet article analyse, à partir d’un modèle intégratif et dynamique, la souffrance au travail et les manifestations de celle-ci chez les agents pénitentiaires en milieu carcéral au parloir. Si les questions de facteurs de risques, notamment de stress ou du burn-out, ont été abondamment traités dans la littérature, selon des approches factorielles, rares sont les modèles multidimensionnels existants qui permettent de comprendre la complexité et la spécificité des processus en jeu en milieu carcéral. La méthode de recherche relève d’une analyse comparative des espaces professionnels. Soixante-douze entretiens semi-directifs de recheche ont été conduits aurpès des surveillants occupant chacun des espaces, dans trois établissements pénitentiaires français. A partir de différents indicateurs, le modèle permet de saisir le processus et les étapes qui conduisent à la manifestation de souffrance au travail. Il offre à la fois des perspectives d’intervention et de prévention pour les cadres et psychologues chargés du soutien aux personnels.

MOULIN (V.), SEVIN (A.S.),  »Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire », in LE TRAVAIL HUMAIN, n° 2, 04/2012, pp. 147-178

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).