Archives de catégorie : Santé et travail

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

 

Appel à contributions 

Ouvrage collectif

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

dirigé par Jean Foucart, Haute École Louvain en Hainaut, Belgique.

…Le thème de la souffrance occupe une place de plus en plus centrale dans les réflexions sociales, qu’il s’agisse de « la misère du monde » (Bourdieu), de la souffrance au travail (Desjours), du burn-out ou de la fatigue professionnelle, de l’échec scolaire, etc. Cette question irradie de multiples discours ou pratiques depuis les interventions dans les quartiers en difficulté en passant par la souffrance du malade, le stress post-traumatique, la souffrance des victimes, etc.

Le but de ce livre de « visibiliser » cette souffrance, à première vue multiforme. La question essentielle n’est pas de se demander : « Y a-t-il plus de souffrance aujourd’hui qu’hier ? », car à question aussi générale, on ne peut répondre que par des évidences, ou par des a priori. Elle est plutôt de s’interroger sur l’émergence et l’importance prises par cette question.

PLUS D’INFORMATION

http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article2183

CALENDRIER

Propositions : à envoyer pour le 30 juin 2013
Avis renvoyé : le 1er septembre 2013
Texte : le 30 décembre 2013

En avant-première, le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail

La 10ème Semaine pour la qualité de vie au travail se déroulera du 10 au 14 juin 2013, l’occasion de découvrir des bonnes pratiques qui améliorent la situation des salariés et participent à l’efficacité de l’entreprise. Anact.fr vous en dévoile le programme pour que vous puissiez dès aujourd’hui bloquez votre agenda.

via A vos agendas ! Découvrez en avant-première le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail.

Anact-Anvie : Comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail

L’Anvie lance en partenariat avec l’Anact un nouveau groupe de travail interentreprise sur le thème « Transformations des organisations et performance : comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail ? ». Trois réunions sont programmées les 14 mai, 30 mai et 20 juin 2013. Les inscriptions se font auprès de l’Anvie.

via Participez à un nouveau groupe de travail sur comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail.

Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

via Comment passer du mal être au travail à un travail source de santé et d’efficacité ?.

Travailler avec une maladie chronique : un guide de bonnes pratiques à destination des DRH

Avec une personne touchée sur cinq en France, les maladies chroniques évolutives (MCE) concernent un nombre croissant de salariés. Or le retour ou le maintien dans l’emploi nécessitent de faire tomber certaines idées reçues et d’aménager un cadre professionnel tenant compte des incidences de la maladie. Le réseau européen pour la promotion de la santé au travail et l’Anact proposent un guide de bonnes pratiques.

Sclérose en plaques, myopathie, maladie de Parkinson, VIH, hépatites, diabète, cancer sont quelques unes des maladies dites « chroniques évolutives ». Elles ont en commun d’être des affections de longue durée qui, en règle générale, évoluent lentement. En France, 15 millions de personnes sont concernées par ces pathologies, soit près de 20% de la population.

Pour près de la moitié des personnes, la maladie survient alors qu’elles sont encore dans la vie active. Une proportion qui pourrait s’accentuer avec le recul de l’âge du départ en retraite. En plus des difficultés rencontrées par les salariés atteints, les MCE ont en général des répercutions sur l’organisation de la production. Les absences répétées peuvent ainsi se cumuler à des situations de handicap face à une situation de travail pour générer des problèmes de répartition de la charge au sein des équipes (…)

En savoir plus

Séminaires Risques psychosociaux (RPS)

Prochain séminaire RPS

Mardi 9 Avril 2013 de 14h à 17h à la MMSH dans  la salle Duby à Aix-en-Provence

Gilbert de Terssac (sociologue, directeur de recherche CNRS au CERTOP) et Armand Creus (Responsable syndical au Grand Lyon, Membre du CHSCT) : “Malaise dans l’organisation : un regard croisé entre syndicaliste et sociologue”.

Résumé : Quand les choix ou les décisions d’organisation sont imposés sans aucun dialogue, quand le débat sur les orientations du service est étouffé, quand la hiérarchie avance des valeurs qu’elle ne respecte pas, quand les règles sont sans cesses contredites par des applications discutables, on a à faire une organisation blessante. Quand l’individu ne peut plus faire son travail correctement ni rendre le service que le public attend, quand sa place est remise en cause du fait de réorganisations sans qu’il ait pu se préparer à changer, quand il ne peux plus communiquer avec sa hiérarchie pour faire reconnaître son travail, quand ses repères s’en vont du fait de la remise en cause des collectifs, alors on a à faire à des blessures organisationnelles.Le malaise organisationnel est le produit de la rencontre entre l’organisation blessante qui entoure les activités et les blessures organisationnelles que présente le sujet. C’est ce qui ressort de deux ans de recherche dans la fonction publique territoriale.

Plus d’informations : Carnet de recherche « Séminaire RPS  sur les  risques psychosociaux « 

La qualité de vie au travail : vers un renouvellement des politiques RH ?

Ce séminaire de formation vise à présenter aux acteurs RH et dirigeants d’entreprise les travaux conduits par le réseau Anact sur les démarches de qualité de vie au travail.

Image d'illustration de l'article

Présentation

La qualité de vie  au travail est à l’ordre du jour de l’agenda social ; les partenaires sociaux sont amenés aujourd’hui à négocier autour de ce sujet.

Absentéisme, RPS, TMS, mise en cause du management, pénibilité, maintien dans l’emploi des salariés, inégalités professionnelles…. Autant de symptômes qui dénotent un mal-être au travail dont l’évolution n’est qu’imparfaitement freinée par les actions engagées par les services RH

Faut-il changer notre manière de voir ? Est-ce le signe d’une disjonction entre stratégie de l’entreprise et activités de travail des salariés ?

Les promesses que nous adresse la qualité de vie au travail sont les suivantes :

  • Il est possible de passer d’une « théorie des expositions » à une « théorie de l’engagement » des individus au travail.
  • Il est plus performant pour l’entreprise de manager le travail que de manager le système. Manager le travail est la capacité du collectif de travail à produire de la valeur.
  • La qualité de vie au travail n’est pas la version positive des RPS, mais un investissement politique de l’entreprise.
  •  Il est nécessaire d’ouvrir dans l’entreprise le débat conjoint du travail et de la performance à tous les niveaux.

Cette formation vise à décrypter ces promesses. Le contenu de ce séminaire de formation s’appuie largement sur le travail réalisé par le réseau Anact avec des entreprises engagées dans des démarches de qualité de vie au travail.

Tarif du séminaire : 480 € TTC par personne
Public : RH et dirigeants d’entreprise

Je souhaite participer au séminaire

Retour sur… la rencontre du Club QVT « Des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent »

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

Image d'illustration de l'article

Le terme qualité de vie au travail est utilisé depuis 30 ans dans les entreprises. Initialement associée à la prévention des risques professionnels, le débat social lui donne aujourd’hui une autre dimension. Initiative originale et innovante, le Club Qualité de vie au travail, fondé en 2009 par EDF, comprend une douzaine de grandes d’entreprises engagées dans des expérimentations sur ce sujet.

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

La synthèse sur anact.fr

Travail et santé au travail : quels apports du regard sociologique ?

Appel à articles

Nouvelle Revue du Travail

Depuis quelques années le domaine de la santé au travail fait l’objet d’une production foisonnante en sciences sociales. Cette dynamique est en rapport avec l’intérêt renouvelé porté à ces questions dans l’espace public, à la dégradation des indicateurs de la santé au travail et aux transformations des expressions des pénibilités du travail, voire à la crise du système de santé au travail : ne s’est-il pas révélé incapable de prévenir une catastrophe sanitaire majeure comme celle de l’amiante, se traduisant par des dizaines de milliers de victimes ? Ce dossier de la NRT souhaite mettre en exergue les apports du regard sociologique au sein de et sur cette dynamique : quels sont les effets d’un certain retard – du moins relativement à l’ergonomie, la psychologie du travail, l’épidémiologie ou même à l’histoire – de notre discipline dans la prise en compte de cette thématique ? Quels sont les limites et/ou les angles morts de la production dominante que la sociologie permet ou permettrait de dépasser ou de combler ? …

PLUS D’INFORMATION

http://nrt.hypotheses.org/337

CALENDRIER

Date limite : 20 juin 2013

 

Le nez dans le micro – Travailler sous guidage vocal dans les entrepôts de la grande distribution

Lundi 21 janvier, de 10h à 13h, site Pouchet du CNRS, salle 159 (1er étage)

David Gaborieau, IDHE-Laboratoire Georges Friedmann/Université Paris 1 : « Souffrance au travail dans les entrepôts de la grande distribution. Émergence des enjeux de santé suite à l’introduction du guidage vocal. »

Dans les entrepôts de la grande distribution alimentaire, l’introduction d’un nouvel outil de travail, le guidage par commande vocale, a considérablement modifié le travail des préparateurs de commande. Auparavant caractérisée par l’absence d’enchaînement et la possibilité de prendre de l’avance, l’activité de préparation a évolué vers une temporalité restrictive comparable à celle d’un ouvrier sur chaîne. Sous guidage vocal, « le nez dans le micro », le savoir-faire des préparateurs est réduit à un engagement physique. L’usage du corps constitue alors une ressource en tant mode d’appropriation du sens au travail, mais également un rempart lorsque des pathologies font apparaître les limites de l’intensification. [Résumé repris de de l’article de David Gaborieau dans la Nouvelle revue du travail, n°1/2012]

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », animé par Laure Pitti (Cresppa-CSU) et Pascal Marichalar (CMH). Le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles, sans inscription préalable.

Les liens entre organisation du travail, santé et mal être chez les hommes et femmes

Mardi 22 janvier 2013, 14h-18h, site Pouchet du CNRS en salle de conférences :

Marc Loriol, « Définition de la situation et coping collectif: dépasser l’opposition entre approches objective et subjective du mal-être au travail. »

 Si les psychologues cognitivo-comportementalistes ont, avec l’approche transactionnelle, fait du stress le produit d’une double évaluation par l’individu des difficultés et des moyens d’y faire face, les sociologues et épidémiologistes ont critiqué cette vision trop individualisante pour mettre l’accent sur des facteurs plus objectifs liés aux conditions et à l’organisation du travail. L’approche proposée ici propose une sorte de troisième voie fondée sur l’idée que l’évaluation est pour une grande part collective et que la capacité plus ou moins grande de donner un sens aux contraintes est liée aux formes d’organisation comme aux conditions dans les quelles se déroule l’activité. La variabilité de la régulation sociale du mal-être au travail sera notamment analysée à travers l’exemple de métiers très typés du point de vue du genre (infirmières, policiers, conducteurs de bus, etc.)

Armelle Testenoire, « Évènements de santé, parcours professionnel et familial : leurs interrelations. »

A partir d’une post enquête de l’enquête SIP, cette communication se propose d’analyser les interrelations entre le travail, la santé, et le parcours biographique des individus. Autrement dit, il ne s’agit pas d’analyser l’impact du travail sur la santé ou inversement, mais d’appréhender comment le travail et la santé interagissent et peuvent mutuellement se porter atteinte. Si la santé peut influer sur le travail et le travail sur la santé, cela résulte souvent d’un processus qui n’est pas linéaire. Il n’est de plus pas indépendant du genre et du parcours biographique des individu-es. C’est donc à  l’articulation de trois trajectoires : de travail, de santé et de vie familiale que seront analysés les processus de recomposition de l’action lorsque la capacité physique et psychique d’agir dans le contexte social habituel est altérée.

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Le genre du mal être au travail », animé par Régine Bercot (Cresppa-GTM)

 

Séminaire Savoirs et activités du malade au service du maintien de soi en vie

Organisé par la chaire de recherches en éducation thérapeutique Upmc-Crf-Cnam et dans le programme collaboratif  « Savoirs et compétences » du Labex Hastec

A partir du 12 janvier 2013, à l’EHESS, Paris

Les nouvelles réglementations en santé publique, l’essor des mouvements d’usagers du système de soins et de leurs aidants, ont entraîné une multiplication des compétences utiles et requises pour le traitement des maladies chroniques et l’émergence d’un nouvel acteur : le sujet malade. Jusqu’à présent les sciences sociales se sont surtout intéressées aux conséquences de ces transformations du point de vue des soignants. Le séminaire se propose d’associer un public de chercheurs et de patients à une réflexion critique sur la production des savoirs relatifs à l’expérience de la maladie et sur les activités de soin de soi et de délégation du souci de soi à autrui.

Au cours de la première année, trois axes de problèmes seront définis, portant sur l’analyse :

  1. de la formation et des modalités du savoir expérientiel des patients et sa rencontre avec les savoirs savants et techniques,
  2. de la caractérisation des composantes des activités de maintien de soi en santé et en vie,
  3. des formes contractuelles de délégation du souci de soi à autrui, mises en œuvre dans les situations de soin, d’aide et d’accompagnement.

Au cours du séminaire, on interrogera particulièrement les théories mobilisées en médecine et en sciences humaines et sociales pour étayer les interventions en situation de soin et on dégagera les méthodologies requises pour l’exploration des problématiques liées à la nécessité de repenser l’éducation et la formation des malades.

Organisation :

  •  Jean-Marie Barbier, professeur au Conservatoire national des arts et métiers
  • Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS
  • Catherine Tourette-Turgis, maître de conférences à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris-VI)

En savoir plus : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/1149/

Vulnérabilités au travail

Claude Veil, Dominique Lhuilier (prés.). Vulnérabilités au travail. Naissance et actualité de la psychopathologie du travail. Paris, Erès, 2012.

L’ouvrage présente des textes essentiels d’un des fondateurs de la psychopathologie du travail : ils éclairent, dans un langage accessible à tous, les débats contemporains sur les processus de dégradation de la santé au travail et d’exclusion des dits « vulnérables ». Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des rééditions de textes des fondateurs de la psychopathologie du travail initiées chez érès avec Le Guillant et Tosquelles. En s’attachant à la question de la fabrication des « inaptes », « handicapés », « vulnérables », du statut assigné et du traitement différentialiste qui leur est réservé et qui les installent dans l’exclusion, Claude Veil donne des outils pour comprendre les processus à l’origine de la souffrance au travail et agir dans le but de les transformer. Des textes d’une grande actualité.

Claude Veil (1920-1999), psychiatre, médecin du travail, directeur de recherche à l’École des hautes études, a été l’un des fondateurs de la psychopathologie du travail dès les années 1945.

Son oeuvre est présentée par Dominique Lhuilier, professeure émérite de psychologie du travail au Centre de recherche sur le travail et le développement du CNAM. Elle a travaillé avec lui, dans les années 1990, lors de recherches et interventions sur l’exclusion.

http://www.editions-eres.com/parutions/sante-mentale/clinique-du-travail/p3058-vulnerabilites-au-travail.htm

Un personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital

Anne-Marie Arborio

Présentation de l’éditeur

Comment les salarié-e-s, dans leur très grande diversité, s’efforcent-ils de se réapproprier leurs temporalités et leur destin ? Quelle que soit l’échelle à laquelle  on se situe – l’individu, l’entreprise ou la société entière –, les temporalités font l’objet de conflits, de compromis et de régulations complexes qui ne se laissent pas défaire brutalement. D’où le décalage entre le démantèlement juridique des « 35 heures » depuis une décennie et sa faible mobilisation pratique. Reste que les « 35 heures » s’étaient soldées par un bilan très mitigé.

Anne-Marie ArborioUn personnel invisible : les aides-soignantes à l’hôpital,  2e édition augmentée, Paris, Economica, coll. «Sociologiques», 2012, 334 p., ISBN : 978-2-7178-6533-2.

Plus d’informations:
http://www.economica.fr/un-personnel-invisible-les-aides-soignantes-a-l-hopital,fr,4,9782717865332.cfm


 

Temps de travail et temps de vie – Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle

PUF

Paul Bouffartigue
avec la collaboration de Jacques Bouteiller

Présentation de l’éditeur

Comment les salarié-e-s, dans leur très grande diversité, s’efforcent-ils de se réapproprier leurs temporalités et leur destin ? Quelle que soit l’échelle à laquelle on se situe – l’individu, l’entreprise ou la société entière –, les temporalités font l’objet de conflits, de compromis et de régulations complexes qui ne se laissent pas défaire brutalement. D’où le décalage entre le démantèlement juridique des « 35 heures » depuis une décennie et sa faible mobilisation pratique. Reste que les « 35 heures » s’étaient soldées par un bilan très mitigé. La fragilisation multidimensionnelle du monde du travail, la conjoncture défensive dans laquelle il se trouve, la sous-estimation des enjeux de contenu, de sens et de qualité du travail y sont pour beaucoup. Ce livre met surtout l’accent sur les limites de la vision datée des liens entre travail et temporalités portée par cette réforme. Aujourd’hui les modes de disponibilité temporelle au travail, flexibilité plus « autonome » ou plus « hétéronome », invitent à repenser l’avenir d’un temps de travail à soi.

Paul Bouffartigue, Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, PUF, coll. « Le travail humain », 2012, 240 p., avec la collaboration de Jacques Bouteiller, ISBN : 978-2-13-060853-0.Plus d’informations:
http://www.puf.com/Autres_Collections:Temps_de_travail_et_temps_de_vie#L_27ouvrage