Archives de catégorie : Santé et travail

Appel à communication « Les émotions dans les relations de soin et de service »

Vous trouverez ci-joint l’appel à communication de la Journée d’étude

Les émotions dans les relations de soin et de service

qui aura lieu le
21 juin 2016
à Paris Ouest Nanterre La Défense

Manifestation scientifique soutenue par la MSH Paris Nord, l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’IDHES UMR 8533, l’IRIS UMR 8156 et le CERMES 3 UMR 8211.

AAC-JE-Emotions

Cet appel à communications est ouvert à tou-te-s les chercheur-e-s en sciences humaines et sociales. Les propositions faites par de « jeunes chercheurs » (en master 2, doctorat ou post-doctorat) sont largement encouragées.
Le résumé, de 3000 caractères au maximum espaces compris, devra préciser l’objet de la réflexion et sa méthodologie. Les informations suivantes sont également attendues : le nom, le prénom, le statut, la discipline, l’affiliation, l’adresse e-mail, le numéro de téléphone, et l’axe pressenti (1, 2, 3 ou 4).
Ce résumé est attendu le 1er mars 2016 à minuit et doit être envoyé à l’adresse suivante : je.emotions@gmail.com

CALENDRIER

Le résumé de la communication doit être envoyé avant le 1er mars 2016 à minuit.
Les communications seront sélectionnées et les auteurs prévenus le 4 avril 2016.
Un texte plus long (entre 10 000 et 20 000 signes) sera attendu pour le 20 mai 2016.

Le comité d’organisation
Maud Arnal, Diane Desprat, Pearl Morey

Du handicap au maintien dans l’emploi, une affaire de conditions de travail

synth handicapL’amélioration des conditions de travail et la qualité de vie au travail constituent des éléments importants de progrès social. Elles contribuent à l’insertion professionnelle et participent au maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap dans un contexte marqué par un fort taux de chômage et une intégration partielle dans le monde du travail. L’Anact a cherché, au travers de l’étude de six accords d’entreprise consacrés au handicap, à cerner la façon dont les conditions de travail y sont prises en compte. La disparité des contenus spécifiques domine, témoignant, sans doute, de la difficulté d’appréhender clairement la situation du handicap au sein de l’entreprise. En outre, l’absence d’éléments de bilan permet difficilement d’en mesurer la portée, même si des enseignements sur les efforts restant à produire apparaissent nettement.

Source: Du handicap au maintien dans l’emploi, une affaire de conditions de travail

La définition du travail répétitif comme facteur de pénibilité

geste répétitifDans le prolongement du rapport publié en mai 2015 sur le Compte personnel de prévention de la pénibilité, le présent rapport, demandé à Hervé Lanouzière, directeur général de l’ANACT, porte sur la définition du facteur de pénibilité « travail répétitif ». La définition actuelle de ce facteur a été jugée trop imprécise par les entreprises, alors même qu’il est en application depuis le 1er janvier 2015. Ce rapport a pour objet de proposer une « définition opérante » de ce facteur de pénibilité, « adaptée à la réalité du travail dans les entreprises » et qui permette : « de dire de façon simple quels sont les salariés qui y sont exposés » ; « de ne laisser subsister aucun doute sur son application ».

Source: La définition du travail répétitif comme facteur de pénibilité – Rapports publics – La Documentation française

5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Découvrez 5 actions réalisées par le réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail.

1/ Déploiement d’un plan d’action pour la qualité de vie au travail et la prévention des risques professionnels dans la filière alimentaire.

2/ Maintien dans l’emploi des salariés atteints de maladies chroniques évolutives et diffusion de bonnes pratiques

3/ Amélioration des conditions de travail, de la performance et de l’attractivité des entreprises dans la filière bois.

4/ Amélioration des conditions de travail dans la Fonction publique

5/ Prévention des risques professionnels et de l’usure : l’Anact, la Cnamts et la Cnav s’engagent

Source: 5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Sinistralité au travail : des tendances d’évolution différenciées selon le sexe

L’Anact actualise chaque année, depuis 4 ans, une analyse des accidents du travail, de trajet et des maladies professionnelles selon le sexe, réalisée à partir des tableaux statistiques de sinistralité de la Cnam-TS. Cette étude quantitative met en lumière l’évolution sur 12 ans des écarts entre les femmes et les hommes en matière de santé au travail. Enseignements et préconisations.

Source: Sinistralité au travail : des tendances d’évolution différenciées selon le sexe

Burnout : un guide pour prévenir le syndrome d’épuisement professionnel

Découvrez le guide « Le syndrome d’épuisement professionnel ou burnout. Mieux comprendre pour mieux agir » réalisé par la Direction générale du travail (DGT), l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et l’Anact, ainsi que des enseignants-chercheurs et experts de terrain.

Source: Burnout : un guide pour prévenir le syndrome d’épuisement professionnel

Le genre du mal-être au travail

Bercot-genre-maletreRégine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Toulouse : Octarès éditions, coll. « Le travail en débats, série colloques et congrès », 2015 – 218 p.

 

Comment révéler mais aussi rendre compte de certains aspects du travail qui sont ignorés par les acteurs, soit parce qu’ils n’en ont pas conscience, soit parce que la mémoire les efface ou leur donne une signification qui les rend naturels et donc non dicibles ? Et pourtant le travail de terrain, l’observation, l’entretien, l’enquête ethnographique le plus souvent, permettent non seulement de révéler des faits, des comportements, des relations mais aussi de se rendre compte qu’elles sont porteuses de difficultés pour les acteurs et parfois de mal-être. La notion de mal-être a été choisie pour rendre compte de ces problèmes qui apparaissent parfois naturalisés, parfois minimisés et considérés comme normaux y compris par ceux ou celles qui ont à en subir les conséquences. Le travail effectué par les chercheurs est aussi d’expliciter les différences que crée l’existence d’un rapport social de sexe, rapport social qui interfère sur les places attribuées, sur les comportements et les représentations des acteurs.

C’est dans le travail, mais aussi dans l’articulation du travail et du hors travail que se tapissent des sources de mal-être dont certaines sont ignorées des grandes enquêtes. Cet ouvrage, construit autour des résultats des enquêtes de terrain, révèle une part de l’invisible : invisibilité quant aux contraintes qui pèsent pour orienter le choix des places et des rôles, notamment des femmes dans les mondes masculins, invisibilité des impositions de sens et d’orientation des conduites.

Si les dimensions factuelles sont importantes pour analyser les conditions de travail, ce livre interroge aussi les dimensions idéelles qui sous tendent les relations entre acteurs. C’est ainsi que l’on peut débusquer ce qui atteint : des formes de vêture à respecter dans le monde des experts, des manières de se comporter et de faire face à des émotions tant dans la police que dans le soin.

Contributions de : Régine Bercot, Isabelle Boni, Lucie Goussard, Anne Jacquelin, Marc Loriol, Efthymia Makridou, Haude Rivoal, Armelle Testenoire

Sommaire sur le site de l’éditeur

 

Le livre fait suite au séminaire « Le genre du mal-être au travail« , organisé d’octobre 2012 à décembre 2013 par Régine Bercot (Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM-GESTES, de la MSH Paris-Nord et de la Région Île-de-France, site Pouchet du CNRS. (Voir aussi…)

Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité

DejoursLa souffrance au travail est une réalité mais pas une fatalité.

Depuis trente ans qu’il les étudie, Christophe Dejours a mis à jour les conséquences néfastes, pour la santé mentale, des organisations du travail gestionnaires, généralisées depuis les années quatre vingt. Depuis une dizaine d’années, l’histoire lui donne malheureusement raison: les suicides se multiplient dans des entreprises et des secteurs différents travail,  dans le secteur public comme privé.

L’ explosion de la souffrance au travail est aujourd’hui reconnue, y compris dans les directions qui ne veulent pas avoir à gérer des suicides, mais  il est aussi de la responsabilité du chercheur de formuler de nouvelles hypothèses d’organisation et même de pouvoir prouver qu’elles fonctionnent. Christophe Dejours relate l’expérience de son intervention avec un économiste au sein d’une entreprise pendant sept ans, et la mise en place d’une réorganisation progressive du travail . Un gain en termes de santé mentale  mais en termes économiques également.

http://leblog.bayard-editions.com/sciences-humaines/le-choix

Christophe DEJOURS est professeur titulaire de la chaire psychanalyse-santé-travail au Cnam

La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales

Bercot-sante_travail_prismeR. Bercot (Coord.), La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales, Octarès, collection le travail en débats, série colloques et congrès 2014.

Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre ? Cette question suppose de saisir les différences tant au niveau sociétal qu’au niveau du travail lui-même, d’intégrer des dimensions liées à la socialisation et à l’ethos des groupes, de rendre compte des effets du travail dans son articulation aux contextes de vie et aux trajectoires.

Que nous disent les grandes enquêtes quantitatives ? Prenant appui sur des enquêtes quantitatives nationales au Québec et au Chili les auteurs affinent les résultats en mettant en exergue les différences hommes femmes ainsi que les sources de ces différences. Ils questionnent les enjeux et les rapports de force autour de la construction des indicateurs. Au fil des chapitres, on découvrira tout à la fois les données produites et les problèmes de méthodes qui se posent au chercheur souhaitant faire apparaître des corrélations entre différentes situations et différents contextes.

Une focale mise sur les conducteurs de bus au Portugal illustre la manière dont les acteurs et particulièrement les femmes sont fragilisées par des rythmes de travail incompatibles avec leurs contraintes de vie.

Avec les contributions de :
Karen Messing, Elisa Ansoleaga, Angelo Soares, Marianne Lacomblez, Nicky Le Feuvre ; Introduction de Régine Bercot.

Voir aussi le programme du séminaire « Le mal-être du genre au travail » organisé par l’Anact, le Cresppa-GTM, la MSH Paris-Nord avec le soutien du Dim Gestes Région Île-de-France de 2012 à 2014.

 

Organisation, gestion productive et santé au travail

orga_gestion_prodFrançois Aballéa et Arnaud Mias (dir.) Organisation, gestion productive et santé au travail Toulouse: Octarès, coll. Le travail en débats – 383 p., mai 2014

Avec des contributions de :

Alexandra Garabige, Guillaume Tiffon, Pascal Barbier, Guy Lebeer, Mihaï Dinu Gheorghiu, Frédéric Moatty, Alexandre Benion, Marie Benedetto-Meyer, Jean-Luc Metzger, Antoine Valeyre, Jérôme Pélisse, Lucie Goussard, Patrick Conjard, Olivia Foli, Julien Kubiak, Martine Blanc, Catherine Peyrard, Lionel Jacquot, Loïc Lerouge et Gautier Debruyne, Philippe Douillet, Hélène Adam et Louis-Marie Barnier, Irène Gaillard et Gilbert de Terssac, Stéphanie Gallioz, Daniel Bachet, Pascal Marichalar, Arnaud Mias, Damien Cartron, Catherine Guaspare, Julien Choquet, Sarah Nechtschein, Isabelle Probst, Jean-Pierre Tabin, George Waardenburg, Constance Perrin-Joly, Pauline Seiller, Laïla Salah-Eddine, Jean-Pierre Durand, Pascal Ughetto.

 

Cet ouvrage, composé de 27 contributions, se propose de faire état des recherches en cours autour de quatre questions :

– l’impact des nouvelles formes d’organisation du travail sur la santé des salariés ;

– l’impact des nouveaux modes de gestion des ressources humaines sur la santé des salariés ;

– la prise en compte de la santé au travail dans les relations professionnelles ;

– les outils de diagnostic et d’analyse de la santé au travail.

 

Cet ouvrage fait suite au colloque du 16 et 17 décembre 2010, organisé par le GRIS, en collaboration avec l’AFS – RT 18 et RT 25 – Présentation et programme sur Calenda.

 

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives » (4è année)

Le séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », organisé par Pascal Marichalar et Laure Pitti reprendra le 23 janvier 2014 à l’EHESS.

Initié en 2010, ce séminaire de sciences sociales est un lieu d’échange autour des mobilisations collectives contre les maladies industrielles. Nous définissons ces dernières comme l’ensemble des affections néfastes pour la santé des travailleurs et des riverains qui résultent de certaines activités industrielles. Une attention particulière est portée à la définition sociale de la santé et des maladies, aux conditions de possibilité des mobilisations et à la forme de ces dernières, à la construction politique d’une notion de risque « acceptable » et aux efforts pour la déconstruire, ainsi qu’aux interactions entre ce qui se passe dans et hors de l’usine.
Des enquêtes sociologiques et historiques récentes ou en cours forment la base de la réflexion du séminaire, qui est ouvert à tous (notamment étudiants, enseignants-chercheurs, autres professions intéressées par ces questions).

ouvert à toutes et tous, le séminaire se tient le jeudi de 14h à 17h, à l’EHESS, salle 587, 5e étage, avenue de France, 75013 Paris .

Séances à venir :

Jeudi 23 janvier, 14h-17h
Séance introductive : Maladies industrielles & mobilisations collectives, quelle actualité scientifique et sociale ?

 Jeudi 27 mars, 14h-17h
Les accidents du travail dans la sidérurgie : le destin probable des ouvriers
avec Cédric Lomba, CRESPPA-CSU

 Jeudi 3 avril, 14h-17h (attention salle inhabituelle : salle 1, RdC)
Le métier d’inspecteur du travail, ses évolutions, ses contradictions
avec Marie Szarlej, CENS.

 Jeudi 22 mai, 14h-17h
Pour quoi faire reconnaître sa maladie professionnelle (et pourquoi elle n’est pas reconnue)
avec Cécile Durand, GISCOP 93, et Anne Marchand, sociologue, Université d’Evry et GISCOP 93.

 Jeudi 12 juin, 14h-17h
Les travailleurs sous-traitants de l’industrie nucléaire
avec Marie Ghis, CEMS.

Séminaire soutenu par les laboratoires IRIS (UMR 8156) et CRESPPA-équipe CSU (UMR 7217).

  • Programme en PDF
  • Années précédentes
    Les programmes et intervenants 2010-2013 sont consultables sur le site du CSU, accompagnés d’une bibliographie indicative.
  • Lien sur ce site

Appel à contribution. « L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux »

Pour le premier numéro de La revue des conditions de travail à paraître au 1er trimestre 2014, l’Anact lance un appel à contribution sur le thème des RPS.

L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux ?

Depuis le milieu des années 2000, les RPS constituent un vocable incontournable pour parler du travail et de son évolution. Mais l’irruption de cette thématique n’est pas sans poser de nombreux problèmes à l’intervention sur les conditions de travail. Si les RPS ont certainement permis de réintroduire les questions de santé au travail au cœur du débat public, il n’en reste pas moins que l’utilisation de cette notion soulève de nombreuses interrogations et débats. Le risque associé à l’usage des RPS, c’est évidemment de se cantonner à la réparation individuelle, à vouloir avant tout soigner les salariés plutôt que de prendre soin du travail et de transformer son organisation. Dans cette optique, il s’agirait alors de « changer le travail vécu plus que le travail réel »[1], de s’intéresser avant tout aux symptômes individuels et à l’expression du mal-être plutôt qu’à ce qui conditionne étroitement le travail et son organisation.

Face à ce tropisme, le réseau de l’Anact a toujours tenté d’inscrire les RPS dans les dynamiques de changements organisationnels et d’évolution du travail. L’enjeu est de comprendre le travail, de favoriser l’élucidation des controverses sur la qualité de celui-ci et de ses finalités afin de proposer des modes de transformation de l’organisation plus concertés et ouverts à une pluralité de logiques (rapports de service, travail bien fait, etc.). Pour traiter des RPS, il s’agit alors de placer au centre de la réflexion les questions d’environnement du travail et d’organisation. Cette posture implique de rompre avec une conceptualisation des RPS centrée prioritairement sur les symptômes et les facteurs de risques.

Il est temps de faire un bilan de cette expérience et d’en montrer les atouts et les limites, autant à partir des interventions du réseau que dans des problématiques plus générales, issues de la recherche et du conseil. Qu’en est-il alors des nouveaux objets d’intervention impliqués par les RPS – la qualité de vie au travail, l’organisation du travail et le renouvellement des formes de la négociation – et comment ces questions sont-elles traitées dans l’intervention en conditions de travail ? Le dossier entend valoriser des expériences qui ont tenté d’intégrer la compréhension des RPS dans des dynamiques de transformations de l’organisation du travail. Une attention particulière sera également portée à la façon dont ces expériences ont pu contribuer à mieux équiper les acteurs pour faire face au changement.

Dans cette perspective, La revue des conditions de travail propose un appel à contribution vers les communautés de chercheurs, de consultants et d’intervenants impliqués dans le champ des conditions de travail et les dynamiques de changements organisationnels.

[1] Marie-Anne Dujarier, « Une analyse sociologique des discours sur la souffrance au travail », dans Destins politiques de la souffrance. Intervention sociale, justice, travail, sous la direction de Thomas Périlleux et John Cultiaux, Érès, 2009, p. 131.

note: Vous souhaitez contribuer ?

Thèse de Doctorat : « Les pratiques des consultants dans la gestion des risques psychosociaux »

LES PRATIQUES DES CONSULTANTS
DANS LA GESTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX
AU TRAVAIL

Tarik CHAKOR

Thèse en vue de l’obtention du Doctorat ès Sciences de Gestion
Aix-Marseille Université , LEST UMR 7317

L’expression « risques psychosociaux au travail » (RPS) est apparue dans la seconde partie des années 2000, faisant progressivement l’objet de plusieurs initiatives de la part des pouvoirs publics, mettant en évidence un intérêt croissant autour de ce phénomène. Différents éléments peuvent permettre d’expliquer cet intérêt grandissant autour du « phénomène RPS » : un enjeu économique croissant, une évolution du travail et l’apparition de nouvelles attentes et d’un nouveau rapport au travail (…)

 

Agence d’objectifs IRES : Les risques psychosociaux des pratiques managériales chez les cadres

Editeur : CFE-CGC

Auteur : ROUSSEL, Eric

Résumé : Colmater, combler, s’arranger, s’accommoder, mais avec quels effets ? Voilà, pour l’essentiel, la ligne que suivra l’auteur de cette étude qui nous entraînera dans les effets, parfois délétères sur la santé, des pratiques managériales chez les cadres. Les risques psychosociaux y seront appréhendés comme les produits possibles des tentatives auxquelles se prêtent les cadres dans leur quotidien dès lors que ce qu’ils sont conduits à faire (compte tenu des politiques managériales à l’œuvre dans leur entreprise et des outils de management mis à leur disposition) les éloigne de ce qu’ils sont (sous diverses facettes de leur identité).

Consultation en ligne

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

 

Appel à contributions 

Ouvrage collectif

Aspects sociologiques de la souffrance au travail

dirigé par Jean Foucart, Haute École Louvain en Hainaut, Belgique.

…Le thème de la souffrance occupe une place de plus en plus centrale dans les réflexions sociales, qu’il s’agisse de « la misère du monde » (Bourdieu), de la souffrance au travail (Desjours), du burn-out ou de la fatigue professionnelle, de l’échec scolaire, etc. Cette question irradie de multiples discours ou pratiques depuis les interventions dans les quartiers en difficulté en passant par la souffrance du malade, le stress post-traumatique, la souffrance des victimes, etc.

Le but de ce livre de « visibiliser » cette souffrance, à première vue multiforme. La question essentielle n’est pas de se demander : « Y a-t-il plus de souffrance aujourd’hui qu’hier ? », car à question aussi générale, on ne peut répondre que par des évidences, ou par des a priori. Elle est plutôt de s’interroger sur l’émergence et l’importance prises par cette question.

PLUS D’INFORMATION

http://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article2183

CALENDRIER

Propositions : à envoyer pour le 30 juin 2013
Avis renvoyé : le 1er septembre 2013
Texte : le 30 décembre 2013