Archives de catégorie : Marché de l’emploi

Des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ?

couvMalgré la crise financière de fin 2008, le chômage des jeunes entrés sur le marché du travail en 2004 arrive, sept ans plus tard, fin 2011, à un niveau voisin de celui de leurs aînés entrés en 98. Pour autant, les non-diplômés auront dès le départ pâti de la mauvaise conjoncture et des statuts précaires. Les diplômés du secondaire semblent, eux, avoir été largement impactés par la crise. Les progressions de salaire ont aussi été freinées, notamment pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

Voir ce Bref sur le site du Céreq

 

Zora Mazari et Isabelle RecotilletGénération 2004 : des débuts de trajectoire durablement marqués par la crise ? in Bref n° 311 (juin 2013). – 4 p.

Agence d’objectifs IRES : Jeunesses précaires. Impasses et horizons

Editeur : CFTC

Auteur : BORDIEC, Sylvain

Résumé : « Jeunes et précarité sont des thèmes abondamment déclinés sous diverses formes et massivement investis pas les sphères politique, syndicale, médiatique, le domaine administratif et même la société civile. Récemment, le « contrat de génération », mis en place par le gouvernement, a placé la jeunesse, au cœur des préoccupations. Pourtant les principaux intéressés se retranchent dans une sorte de silence. Jeunesses précaires, jeunesses atones ? […] Dans la continuité de l’Université d’été CFTC de 2010 sur les jeunes, cette étude, après un état des lieux précis, tente d’esquisser une série de propositions afin de mieux prendre en compte les aspirations des jeunes de notre pays. Quelles solutions pour une jeunesse discriminée économiquement, désocialisée culturellement et sous-représentée politiquement ? « 

La compétitivité de l’industrie française : évolution des débats, initiatives et enjeux

Le dernier Document de travail de l’Ires  vient de sortir. Il est disponible en accès libre sur le site de l’Institut.

Auteurs : SAUVIAT, Catherine et SERFATI, Claude

Résumé :

La compétitivité est devenue centrale dans les débats de politique économique en France, après que de nombreux rapports dont le dernier en date, le rapport Gallois, l’eurent remise au goût du jour dans les années 2000. Elle est même apparue plus récemment comme un enjeu commun des partenaires sociaux. Ainsi l’illustre la signature de l’ANI du 13 janvier 2013 par les trois organisations patronales françaises et trois organisations syndicales, retranscrit dans la loi sur la sécurisation de l’emploi adoptée par le Parlement le 14 mai. Elle a également inspiré la création du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, dispositif visant à créer un « choc d’offre » par le truchement d’un allègement des charges fiscales des entreprises à hauteur de 20 milliards  €. D’une question liée jusqu’au début des années 1980 à la politique industrielle, elle a fini par se réduire au cours des années à celle de la compétitivité coût, vue pour l’essentiel sous le prisme du coût du travail. Cette focalisation sur la compétitivité coût, et plus particulièrement sur le coût du travail, a sans doute été renforcée par le jeu même des mécanismes inhérents à l’Union économique et monétaire et par le primat donné par la Commission européenne à la concurrence, comme principal vecteur des spécialisations industrielles des pays membres. Ce faisant, le débat actuel a occulté des facteurs tels que le dualisme croissant du système productif et sa spécialisation inadaptée qui, sur le long terme, apparaissent centraux aux problèmes que rencontre l’industrie française aujourd’hui. Si l’objectif de réindustrialisation poursuivi par les pouvoirs publics doit être pris au sérieux, il y aurait tout intérêt à revenir à la notion de compétitivité structurelle et à renouer avec une réflexion holiste, à l’instar du débat en cours aux Etats-Unis sur l’érosion des « communs industriels ».

Gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences (GPECT) : la synergie des acteurs devient un levier d’action pour les entreprises

L’Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l’innovation sociale et l’amélioration des conditions de travail (Aravis) travaille depuis plusieurs années sur le concept de GPECT. Cette démarche a pour but de sortir l’entreprise de son isolement en l’inscrivant dans un réseau d’acteurs territoriaux. Aravis a organisé tout au long de l’année 2011, une série d’ateliers sur ce thème avec pour objectif de « Formaliser des outils et méthodes pour conduire des actions de GPECT et plus globalement des actions aux services des ressources humaines. »

La restitution de ces travaux a donné lieu à un séminaire regroupant plus de 80 participants, le 14 septembre à Lyon.

Cette rencontre a été l’occasion, pour les différents participants, acteurs du territoire, de partager « ce qu’ils ont appris » tout au long de cette année de travail collaboratif et d’échanger sur le concept et les enjeux de la GPECT aujourd’hui.

Qu’est-ce que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale ?

La GPEC territoriale est une opportunité pour conduire des démarches coordonnées d’entreprises et d’acteurs locaux (Conseil régionaux, généraux, OPCA, acteurs relais) au sein d’un territoire (bassin d’emploi, département, région, inter-région, zone d’activités, pôle de compétitivité) dans l’objectif mutuellement profitable de construire des parcours professionnels et d’accompagner les besoins d’évolution en gestion d’emplois et de compétences des entreprises.

Les disparités des contextes et configurations territoriales rendent complexes l’approche de la GPECT dans les régions, et, d’autant plus, d’envisager une démarche normative. C’est le premier constat sur lequel s’accordent les différentes parties prenantes à l’issu des travaux menés par Aravis. Pour autant, les enjeux restent importants. Le territoire apparaît désormais comme un levier d’action incontournable pour gérer, voire anticiper, les mutations économiques auxquelles sont soumises les entreprises.

Identifier les éléments déterminants à une démarche de GPECT réussie

L’objet de ces ateliers fut, dans un premier temps, de débroussailler la notion même de GPECT afin de trouver une définition cohérente pour l’ensemble des acteurs participants. Les travaux se sont poursuivis sur la base de témoignages et de retours de pratiques d’action d’entreprises en région afin d’aboutir à la formulation d’une démarche d’intervention opérationnelle à proposer aux acteurs de la GPECT.

Travailler ensemble

Un principe essentiel s’est rapidement imposé : la GPECT ne peut être envisagée sans la participation active, collaborative et constante de l’ensemble des acteurs institutionnels et opérationnels appartenant au monde de l’entreprise.

« Les acteurs de l’entreprise et du territoire, ont tout à gagner à mettre en commun leurs compétences et à prendre le temps de travailler ensemble. »

Didier Graff, chargé de mission de l’UT 42 de la DIRECCTE rapporte ainsi l’expérience d’une action collective, toujours en cours, dans une grappe d’entreprises de la Loire. Un réseau d’entreprises s’est constitué pour faire face à la crise affectant leur secteur et mettre au point une stratégie de développement. Si le volet économique apparaissait largement instruit par les entreprises, les problématiques d’emploi et de compétences étaient, elles, peu prises en compte. L’action collective a permis d’établir un dialogue, un lien de confiance avec les acteurs institutionnels de l’emploi et de la formation. Leur appui aux démarches de GPECT ont été d’autant plus pertinent qu’elles ont été menées à partir d’un réseau d’entreprises déjà constitué.
Comprendre l’entreprise ET le territoire

« Il n’y a pas de GPECT sans une compréhension fine des situations et des besoins des entreprises. » Comprendre son activité, les métiers qui la composent, les compétences dont elle a besoin et la politique RH qui en découle n’est qu’une première approche. Une démarche GPECT ne peut s’envisager sans un travail d’accompagnement auprès des entreprises au travers de diagnostics, de bilans, d’actions collectives etc.

Ce préalable doit être mis en parallèle avec d’une véritable analyse de l’environnement territorial et du contexte économique qui les conditionnent.

En effet, les caractéristiques des territoires sont multiples et leurs interactions complexes. Leurs spécificités impactent directement entreprises et salariés, comme l’ont montré les retours d’expériences présentés ici.

A l’issu de ces travaux, cinq dimensions sont désignées comme devant être prioritairement instruites dans une démarche de GPECT : le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation, l’emploi et les compétences.

Partager analyses, incertitudes et réflexions

C’est le 3ème enseignement tiré de cette restitution et rendu très visible lors des ateliers. Philippe Nicolas, directeur de l’UT 38 de la DIRECCTE et Cyril Gorges, animateur du CTEF du Nord Isère, mettent en évidence les liens nécessaires entre les services de l’Etat et ceux de la Région. Ils insistent aussi sur les liens avec les partenaires sociaux et les acteurs opérationnels travaillant sur les dimensions emploi, formation, activités éco et aménagement du territoire. Faire en sorte de partager enjeux et préoccupations entre acteurs institutionnels, opérationnels, locaux est une des clés du succès d’une démarche GPECT.

Mais les acteurs du territoire sont nombreux et viennent d’horizons multiples : entreprises, représentants syndicaux partenaires sociaux, institutionnels, élus locaux, acteurs de l’emploi et de la formation, consulaires etc. Tous n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes enjeux, qui font parfois l’objet de tensions. S’engager dans une démarche de GPECT nécessite d’identifier tous les éléments contextuels, de les instruire et de les discuter. Les difficultés doivent être prises en compte dans leur globalité et sans faux semblant à l’intérieur des projets et des dispositifs.

Hors, coopérer, travailler ensemble, s’accorder sur les enjeux, les actions à mener,  partager le travail, établir une feuille de route…bref, mettre en synergie tous les acteurs ne se décrète pas. C’est un processus qui se met progressivement en place. Si les coopérations ne vont initialement pas de soi, les rencontres permettent de construire un sens commun, de modifier les représentations de chacun, la perception du territoire. Elles permettent de gagner en convergences, de travailler plus efficacement et d’avancer. Il s’agit d’apprendre ensemble, à l’image de ce qu’ont produit ce cycle d’ateliers.
La démarche « VAA » : Vision, Action, Ancrage.

La démarche issue de ces travaux et présentée par Odile Desbat, chargée de mission à Aravis, repose sur 3 notions.

La Vision : Travailler ensemble permet de définir une représentation qui convienne à l’ensemble des acteurs sur les problématiques des entreprises et du territoire. Il s’agit de se mettre d’accord sur une vision commune.

L’Action : C’est « l’Agir ensemble » qui permet de construire une démarche efficiente. Les actions doivent permettre de tendre vers le futur souhaité. Les acteurs doivent faire le choix des actions prioritaires  et leur donner un cadre temporel.

L’Ancrage désigne la mise en forme d’une mémoire collective à transmettre afin de pérenniser l’action. Un bon « ancrage » permettra d’assurer l’appropriation et la prise de relais des nouveaux acteurs du territoire.

L’ancrage reste le point de vigilance à l’issue de la mise en place d’une telle démarche. « Il s’agit de la concevoir dans la durée sans la remettre en cause à chaque bouleversements contextuels mais plutôt en adaptant les actions au regard de l’analyse des évolutions », précise Odile Desbat.

Un atelier…du dialogue social territorial

Le format de ces ateliers a permis d’identifier des axes de progrès et des perspectives en permettant aux différents acteurs du territoire de travailler ensemble. A l’instar de ces travaux, on constat qu’il est intéressant que la démarche de GPECT instaure un dialogue social « territorial » complémentaire au dialogue social propre à l’entreprise. En proposant à une palette élargie d’acteurs de se rencontrer et d’échanger, la pratique du dialogue social participe à un élargissement des possibles du territoire. La confrontation des différents acteurs, qu’ils soient institutionnels, opérationnels ou locaux, offre la possibilité de faire évoluer les postures, les représentations, les rapports et les positionnements de chacun. Ainsi, lorsque des actions concrètes sont engagées auprès des entreprises, elles ne le sont plus sur la base de la seule légitimité institutionnelle mais sur celle de la crédibilité et de rapports de confiance.

Avoir une vision prospective ensemble, permet de briser l’isolement, renouer le dialogue partagé, aide à affronter la crise. Tout l’enjeu alors pour les parties prenantes est de faire vivre, d’animer et d’étoffer et surtout de pérenniser les lieux d’échanges et de réflexion et ce, malgré les changements d’acteurs.

Cette journée de restitution aura clairement montré, que les questions difficiles à résoudre au sein de l’entreprise trouvent également tout leur sens et potentiellement de vraies solutions dans la collaboration entre les acteurs au sein d’un territoire.

Stéphanie Léger

Réseau Anact/Aract
Mission Veille et Management de l’Information

Retour sur les ateliers GPEC-T

Téléchargez pour chaque atelier une synthèse rédigée par Aravis ainsi que les comptes-rendus des travaux de chaque groupe. Retrouvez également les documents de certains des intervenants :

www.aravis.aract.fr/nos-domaines-dexpertise/grh-et-territoires/ressources-ateliers/contenu-des-ateliers/

Couv-GPECT

Restitution des apprentissages des « ateliers de la GPEC-T »

Thème : GRH et territoire Objectifs : Ce document est une synthèse des ateliers de la GPEC-T qui se sont déroulés de mai 2011 à janvier 2012 contenant quelques points clés pour traiter un processus de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans une approche Territoriale.

Télécharger

Travail et dépossession

Revue Savoir/agir, n° 21
Travail et dépossession
Dossier coordonné par Manuel Schotté et Laurent Willemez
Bellecombe-en-Bauges: Éditions du Croquant, septembre 2012 – ISBN: 978-2-36512012-8

Présentation de l’éditeur :
Le dossier s’interroge sur la signification et les effets sur les travailleurs des nouvelles formes d’emploi et des statuts apparus depuis les années 1970 : travail intérimaire, emplois associatifs, statut d’auto-entrepreneur, groupements d’employeurs, développement des coopératives, etc.
Ces formes d’emploi sont au cœur de débats scientifiques et politiques sur ce qu’est et sur ce que doit être le travail. Étudiées séparément, elles sont rarement pensées ensemble. L’ambition de ce dossier est précisément de réfléchir à ce qu’elles veulent dire, et d’avancer dans la compréhension de ce qu’est le travail aujourd’hui. Ces formes d’emploi sont en effet au cœur de deux questions fondamentales : celle de la flexibilité et celle de l’investissement au travail. En plus de mettre au jour ce que ces réalités recouvrent, le numéro vise aussi à rendre compte de la façon dont ces deux dimensions s’articulent. Si la flexibilité est souvent – et à juste titre – associée à la souffrance au travail, il arrive qu’elle soit vécue un moteur de l’investissement au travail : le « succès » d’un dispositif comme celui d’auto-entrepreneur ne répond pas qu’à une nécessité économique qui consiste, pour un chômeur, à se créer son emploi. Il est aussi conçu comme une façon de s’approprier son travail, quelque soit le coût en termes de conditions de travail, l’auto-entrepreneur se faisant ainsi le complice de sa propre exploitation.

Articles de :
Mathieu Grégoire, Matthieu Hély, Alain Oriot, Emmanuelle Puissant, Hélène Stevens, Laurent Willemez, Karel Yon

Sommaire

Dictionnaire du travail – Bevort A., Jober A., Lallement M., Mias A. (Dirs.)

Résumé de l’éditeur :

« En multipliant les points de vue, ce Dictionnaire donne à voir le travail dans toute sa diversité. Les plus de 140 entrées qui le composent relèvent de disciplines multiples (histoire, sociologie, droit, économie, psychologie…) avec pour objectif de satisfaire la curiosité du plus grand nombre. Plusieurs types d’entrées sont proposés : la manière dont le travail est pratiqué et vécu (risques, rémunération, conflits…), les identités et catégories professionnelles, les mondes sociaux du travail (entreprise, professions…), ou encore les multiples statuts et institutions liés au travail (chômage, syndicats, droit du travail…). D’autres entrées mettent en scène des auteurs, des paradigmes ou des approches disciplinaires (Marx, théorie de la régulation sociale, économie du travail, reconnaissance…) ou aident à voir le travail au prisme d’événements marquants (Premier Mai, Front Populaire). »

  • 880 pages
  • ISBN : 978-2-13-057715-7
  • Collection « Quadrige dicos poche« 
  • Date de parution : 18/01/2012

Lire la suite

Notice CEE

Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique


Fabrice Colomb
Les politiques de l’emploi (1960 – 2000). Sociologie d’une catégorie de politique publique
Presses universitaires de Rennes, coll. Res publica – 226 p., juillet 2012 – ISBN: 978-2-7535-2014-1

Présentation de l’éditeur:
Adoptant une démarche sociologique, ce livre identifie les sens qu’ont les politiques de l’emploi pour les acteurs qui en sont à l’origine. Il met en évidence les redéfinitions successives de la catégorie, qui correspondent à des tournants dans le contenu des politiques menées. À partir d’entretiens et de documents écrits, l’auteur montre que l’interaction entre des acteurs aux profils et expériences divers au sein des scènes de la décision produit des orientations à chaque fois originales laissant en grande partie les fondements cognitifs des politiques de l’emploi indéterminés.

Introduction et table des matières sur le site de l’éditeur :
http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=2941

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).

Enquête statistique sur les mouvements de main-d’oeuvre (Emmo)

Enquête trimestrielle sur les mouvements de main-d’œuvre

L’enquête vise à décrire les mouvements de personnel par nature du contrat ou motif de sortie. Elle permet de compléter, pour les établissements de 1 à 49 salariés, les informations obtenues grâce à la déclaration des mouvements de main-d’œuvre (DMMO) qui porte sur les établissements de 50 salariés et plus.

Thèmes :
– les effectifs de début et fin de trimestre,
– les entrées dans l’établissement selon la date et la nature des contrats (contrat à durée indéterminée, à durée déterminée,…),
– les sorties par date et motif (fin de contrat, démission, licenciement…), selon l’âge des salariés concernés et la qualification requise.

Champ de l’enquête et couverture géographique :
Établissements de 1 à 49 salariés du secteur marchand concurrentiel, France entière.

Producteur : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares)
Périodicité : Enquête trimestrielle réalisée sans discontinuité depuis 1989.

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Compléments sur le site de la DARES :
Présentation de l’enquête, questionnaire et dernières études publiées

Voir aussi :
La Déclaration de mouvement de main-d’œuvre (DMMO), déclaration mensuelle obligatoire pour les établissements employant au moins 50 salariés.
Séries statistiques : Flux de main-d’oeuvre trimestriels et annuels (fichiers xls).
Publications : les chiffres sur les mouvements de main-d’œuvre paraissent dans la série Dares analyses – Dares indicateurs.