Archives de catégorie : Parcours professionnel

Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne

Sabine Fortino, Benjamín Tejerina, Beatriz Cavia  et José Calderón (dir.)
Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
Nîmes: Champ social Éditions, coll. Questions de société – 308 p., septembre 2012
ISBN: 978-2-35371-278-6

Présentation de l’éditeur:
Ce livre se propose d’explorer les différentes facettes de la précarisation sociale, dans un contexte de transformation touchant à la fois le modèle économique, les mécanismes de solidarité sociale et les modalités prises par les actions collectives tentant de s’y opposer. Si un intérêt particulier est porté à l’étude des transformations du rapport au travail et des pratiques du travail des précaires, à l’analyse des marchés de l’emploi, notre regard sur la précarité va au-delà de la seule sphère socio-économique. La question du rapport aux enjeux temporels, aux modèles de consommation, à la culture et aux identités est également développée car ce sont toutes ces dimensions du social et du privé que la précarité impacte désormais, dans un contexte où le fait d’avoir un emploi n’est pas nécessairement synonyme d’intégration sociale.

Une autre singularité de cet ouvrage est d’offrir des regards croisés entre la France et l’Espagne, deux pays frontaliers constituant des modèles sociétaux qui, à bien des égards, se ressemblent et s’opposent tout à la fois. C’est par le nécessaire exercice de la comparaison internationale que nous démarrons cet ouvrage avant de convier le lecteur à une exploration des travaux scientifiques conduits par les contributeurs(trices) français et espagnols de ce livre.

Contributions de:
Luis Enrique Alonso, Lorenzo Cachón, José Calderón, Juan-Jose Castillo, Beatriz Cavia, Yves Clot, Collectif asplan, Eduardo Crespo, Sabine Fortino, Danièle Linhart, Pablo López Calle, María Martínez, Pascale Molinier, María Paz Martín, Ramón Ramos Torre, Andrés Seguel, Amparo Serrano, Benjamín Tejerina, Teresa Torn

Sommaire

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail ; état des lieux et nouveaux enjeux

Colloque international organisé par le laboratoire CIREL

Les 26, 27 et 28 septembre 2012 à Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique

Plusieurs membres du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam) interviendront à cette occasion :

  • Richard Wittorski (CRF Cnam), avec Thierry ArdouinLaurence Bonnafous et Patrice Gravé : Dynamique de professionnalisation des formateurs-consultants indépendants en France.
  • Muriel Deltand (CRF Cnam) : L’expérience entreprenariale comme processus émancipatoire : le cas de femmes congolaises.
  • Joris Thievenaz (CRF Cnam), avec Catherine Tourette-Turgis Se professionnaliser au contact d’autrui : le développement de l’expérience en situation d’interaction soignante.
  • Pierre Parage (Formateur consultant, associé Cnam), avec Grégory Munoz, Michel Dumas : Le processus de réalisation du dossier de VAE : entre concrétisation d’un objet technique et objectivation d’une oeuvre.
  • Fabrice Gutnik : Expérience partagées et professionnalisation des acteurs de la formation.
  • Nathalie Lavielle Gutnik : Expérience et enjeux identitaires pour des jeunes « dits décrochés » de l’enseignement supérieur.
  • Vanessa Remery (CRF Cnam) : La part d’autrui dans l’élaboration d’une culture interprétative de l’action : l’exemple e l’accompagnement en VAE.
Le colloque se conclura par ailleurs sur une conférence de Pierre Pastré (CNAM Paris), intitulée « Développement, apprentissage, expérience ».

Consulter le programme détaillé : http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/

Agence d’objectif : Des ruptures conventionnelles vues par des salariés

Résumé de l’étude : »L’objet de cette étude est de comprendre les logiques d’usages de la rupture conventionnelle et de rendre compte des résultats d’une enquête qualitative menée auprès d’une centaine de salariés tirés au hasard dans un échantillon scientifiquement construit.Les résultats bruts montrent que les profils des salariés et des entreprises auxquels ils appartiennent sont variés. Les indemnités de rupture sont en grande majorité proches de l’indemnité légale. Les salariés sont très isolés avant, pendant et après la procédure. 6 mois après la rupture conventionnelle, 75 cas sur les 100 sont encore inscrits à Pôle Emploi. Le même nombre de salariés porte néanmoins un avis positif sur le dispositif, qui s’explique par le fait que la RC a permis à un nombre important de salariés de quitter une situation devenue intenable. En effet, l’exploitation raisonnée des 101 cas et la recherche de ressemblances avec d’autres modèles de rupture du contrat de travail met en évidence que si moins du quart de l’échantillon présente de nombreux traits communs avec la démission, plus du tiers avec des prises d’acte ou des résiliations judiciaires et un peu moins de la moitié avec des licenciements. Si la RC a atteint ses objectifs pour une partie des salariés (elle a sécurisé la transition professionnelle de ceux qui avaint un projet professionnel ou privé), elle a privilégié la séparation sur la possible amélioration des conditions de travail et d’emploi et recouvert un nombre de situations beaucoup plus large que celles pour lesquelles elle était prévue.Le rapport propose un certain nombre de pistes susceptibles d’améliorer le dispositif et plus largement, de redonner aux salariés un pouvoir de négociation et d’expression sur leurs conditions de travail qui leur fait défaut aujourd’hui. »

Texte intégral en ligne

Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière

Deux générations dans la débine

Jean-François Laé, Numa Murard
Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière.

Paris: Bayard, 2012 – 420 p.

Présentation de l’éditeur :
A la fin des années 1970, Numa Murard et Jean-François Laé avaient conduit une première enquête à Elbeuf, ville ouvrière de Seine Maritime.
Dans les cités provisoires édifiées à la hâte pour éponger les bidonvilles et les taudis, les dernières « poches de pauvreté » semblaient alors devoir s’effacer. Grosse erreur. Aujourd’hui en France, la fragilité des chômeurs de longue durée et des travailleurs pauvres est une réalité familière et presque acceptée, tant elle est massive. Trente ans après, les deux sociologues sont revenus dans la ville pour y rencontrer les anciens de la cité, Leurs enfants et petits-enfants, enregistrer les changements, les formes nouvelles de la vie familiale, l’adaptation à la précarité économique.
La parole et les sentiments explosent. Nous saisissons de l’intérieur l’expérience de la pauvreté.

Compte-rendu :
Compte-rendu de Sophie Maunier, Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012
mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 15 novembre 2012.

Compléments :
Jean-François Laé, Numa Murard, Extraits de leur journal de terrain parus dans :
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, première partie
, Vacarme n°57, automne 2011.
Retour sur enquête : ethnographie d’une ville ouvrière, Elbeuf 1980-2010, deuxième partie, Vacarme n°58, hiver 2012.

Echos du travail

Carnet de veille collaboratif sur le travail, l’emploi et la formation dont l’objet sera de diffuser des informations bibliographiques, appels à contributions, appels à projet, séminaires, sélections de sources d’information, notes de lecture, etc. Ces informations émaneront des institutions partenaires ou de leurs documentalistes : Anact, Centre Inffo, Céreq, Cdft, Cee, Cresppa, Ires, Lest.

(Ce carnet remplacera sans doute à terme le Carnet des Docks récemment ouvert par le Céreq).