Archives de catégorie : Parcours professionnel

Etude : Carrière et rapport à la carrière chez les jeunes salarié-e-s d’exécution du privé

Auteurs: Pascal BARBIER  (Chercheur, Université de Louvain, IACCHOS) – Pauline SEILLER (Maître de conférence, Université de caen, CerreV)

Résumé: 

Cette recherche s’intéresse aux salariés “stables” de l’industrie et des services, ceux dont l’emploi est à la fois garanti par un contrat à durée indéterminée et par l’appartenance à une grande entreprise. Elle apporte des éléments de compréhension sur un aspect du “rapport au travail” des salariés les plus stables: celui de la “carrièree interne dans une entreprise. En effet la carrière structure le rapport que les salariés entretiennent avec leur travail : elle cimente leus attentes professionnelles (valeur du diplôme, fermeture de la promition, etc.). En un mot, elle constitue un aspect central du rapport au travail, aspect aujourd’hui relégué dans l’espace public par la question des restructurations et des licenciements, mais dont l’importance dans le vécu des salariés ne saurait être ignorée.

Lire l’étude en ligne

Cette étude est consultable au Centre de documentation de l’IRES. Pour consulter la base documentaire de l’RES

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation “Agence d’objectifs” sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

 

 

 

Soutenance de thèse

Angèle GROVEL, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense et Cresppa-GTM
« Les Officiers de la Marine Marchande : un groupe professionnel dans la tempête ? Accès au métier, socialisations et carrières des élèves des écoles supérieures maritimes au début du XXIème siècle. »

A 9h, le lundi 9 décembre 2013, – Université Paris 10 Nanterre – 200 Avenue de la République,  92000 Nanterre – Bâtiment B, salle des thèses.

Thèse menée sous la direction de Frédéric Charles, Université Paris 10 Nanterre.

Composition du Jury :
Frédéric Charles,  Marlaine Cacouault-Bitaud (rapporteure), Philippe Combessie, Charles Gadéa (rapporteur), André Grelon, Denis LeMaître.

Résumé :
Cette thèse vise à étudier les logiques d’accès, de socialisation et de carrière des futurs Officiers de la Marine Marchande dans un contexte de déréglementations du marché du travail et de reconfiguration de la formation. Dans une première partie, il s’agit de mettre au jour les conditions d’émergence et d’institutionnalisation de la formation des Officiers et son rôle dans la dynamique du groupe professionnel, depuis les tentatives d’enseignement des savoirs nautiques au cours de l’Ancien Régime jusqu’à la reconnaissance des titres maritimes en titres d’ingénieur au début du XXIème Siècle. Cette sociohistoire des écoles d’Officiers met en lumière le caractère structurel de la « crise » du groupe et permet d’étudier les rhétoriques développées et les ressources mobilisées par ce dernier pour assurer sa « survie ». A partir de l’exploitation de deux enquêtes par questionnaires et de l’analyse d’entretiens avec des futurs et anciens navigants, il revient ensuite d’interroger dans quelles mesures les transformations de la formation, les mutations du marché de l’emploi et les évolutions du travail pèsent sur les cadres traditionnels de socialisation et de carrière. Après avoir réalisé une sociogenèse des dispositions sociales d’accès au métier, cette thèse décrit et analyse les mécanismes de socialisation au sein des établissements et à bord des navires marchands. Enfin, ce travail s’achève sur l’étude des trajectoires professionnelles des futurs et des anciens Officiers. Il est alors question de dégager les étapes de la carrière avant de se focaliser sur les facteurs qui expliquent les sorties du métier.

 Mots clés : Officiers de la Marine Marchande, écoles, formation, ingénieurs, crise, vocation, dispositions, socialisations, carrières, reconversion.

3ème biennale Formation-Emploi du Céreq : Quand l’entreprise forme – Quand la formation sécurise

Loin d’investir davantage sur la formation, les employeurs freinent leurs dépenses en période de conjoncture difficile. Alors que sous l’effet de la crise, les efforts de formation risquent de fléchir dans les entreprises, que les jeunes ont un accès de plus en plus difficile à l’emploi, le Céreq a choisi de placer « la formation, l’entreprise et la sécurisation des parcours » au premier plan de sa troisième biennale formation-emploi.

La manifestation se déroulera à : Paris, le jeudi 19 septembre 2013 à la Cité universitaire internationale.

Cette journée est destinée à présenter les études récentes menées par le Centre pour les soumettre à la discussion de divers acteurs de la formation professionnelle : partenaires sociaux, services de l’Etat, Régions, organismes de formation, etc.

Basées sur de grandes enquêtes nationales et européennes, les études du Céreq balaient certaines idées reçues.

Les débats seront scindés en deux thématiques :

  •  Comment sécuriser les parcours professionnels par la formation ?
  • Comment sécuriser la transition de l’école à l’emploi par l’apprentissage ?

 

Entrée libre sur inscription – sur le site de la Biennale Céreq : Informations et inscription

Contact presse : Marie-Christine Antonucci – servicepresse@cereq.fr – 04 91 13 28 94

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .

La construction de l’expérience

Zeitler André, Guérin Jérôme, Barbier Jean-Marie (coord.). “La construction de l’expérience”. Recherche et formation, n° 70, 2012, 162 p.

Les pionniers de la formation des adultes ont fait de l’expérience la spécificité de la formation de ce public (Knowles, 1973). Depuis, cette orientation s’est confirmée et généralisée aux formations à visée professionnelle telles que les formations par alternance. La prise en compte de l’expérience déborde aujourd’hui le cadre de la formation des adultes. Elle est en effet de plus en plus valorisée au sein de l’enseignement scolaire comme le montre la promotion des pratiques pédagogiques prônant le recours à l’expérience et à l’expérimentation comme source des apprentissages. L’expérience, à laquelle il est très couramment fait recours, tend à se généraliser dans les discours et les pratiques d’intervention sur autrui. Cet engouement est probablement suscité par la relation que certains auteurs font entre les processus d’apprentissage et l’expérience (Jarvis, 1987). Certaines de ces conceptions allant même jusqu’à identifier le processus d’apprentissage à la dynamique expérientielle comme dans le cas du modèle de Kolb (1984), par exemple. Dans une perspective plus récente, nous faisons l’hypothèse que la référence au paradigme socioconstructiviste dans le monde de la formation et de l’enseignement trouve un écho dans la valorisation de l’expérience en tant que processus d’apprentissage et de développement autonome de l’apprenant. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-recherche-et-formation-2012-2-page-9.htm

LES AUTEURS

  • André Zeitler : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)
  • Jean-Marie Barbier : CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) de Paris, CRF (Centre de recherche sur la formation)
  • Jérôme Guérin : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)

Sommaire

  • Analyse de l’expérience dans les processus de l’apprentissage humain/Peter Jarvis
  • Apprentissages interprétatifs et construction de l’expérience/André Zeitler
  • Vidéo-formation et construction de l’expérience professionnelle/Serge Leblanc, Carole Sève
  • L’activité d'”enquête” du médecin du travail/Joris Thievenaz
  • Pratique du jeu dramatique et construction de l’expérience/Jérôme Guérin, Catherine Archieri
  • Expérience du travail et développement pour de jeunes adultes en formation professionnelle/Patrick Mayen, Paul Olry
  • Autour des mots de la formation : “Expérience”/André Zeitler, Jean-Marie barbier
  • Entretien avec François Dubet/Jérôme Guérin, André Zeitler

Usines. Ouvriers, militants, intellectuels

Cédric Lomba, Julian Mischi (coord.) « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels » Actes de la recherche en sciences sociales n°196-197, 2013 – 157 p.

[…] En partant des usines, ce numéro s’intéresse d’une part aux rôles joués par les intellectuels dans l’action militante ouvrière et aux relations qu’ouvriers et intellectuels entretiennent dans différentes sphères sociales, et, d’autre part, aux rapports des classes populaires aux savoirs comme modalité de transformation de leurs conditions sociales, comme instruments de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier. Cette perspective qui associe l’observation des relations de travail à la question des savoirs et des idéologies dans l’étude des pratiques militantes, fait apparaître que la classe ouvrière, tout en subissant un déclin numérique et une marginalisation politique, bénéficie dans le même temps d’une élévation de son niveau d’instruction, d’une institutionnalisation poussée (à travers notamment le rôle accordé aux « partenaires sociaux ») et d’un accès à une forme de maîtrise savante de l’expertise. La constitution d’un arsenal de moyens d’expression publique rend alors d’autant plus frappante la dépossession ouvrière de son usage. […] [Extrait de l’article d’introduction au dossier]

Articles de : Christian Corouge, Michel Pialoux, Cédric Lomba, Paul Boulland, Sophie Pochic, Ingrid Hayes, Kimi Tomizaki, Pascal Marichalar, Laure pitti, Audrey Mariette

Sommaire et résumés

Les conditions de travail ont-elles un sexe ? A découvrir dans le n°348 de la revue de l’Anact

Le numéro de mars-avril de Travail & Changement, le bimestriel du Réseau Anact, est paru. Disponible en feuilletage ou en téléchargement, il prolonge un numéro précédant qui explorait dès 2009 l’égalité professionnelle sous l’angle des conditions de travail.

Ce deuxième volet confirme le constat initial : les femmes sont bien moins loties. Aujourd’hui, l’analyse comparée des conditions de travail permet d’évaluer finement les situations, sans oublier d’impliquer les hommes.

A l’heure où l’égalité professionnelle est un des sujets de la négociation “qualité de vie au travail”, de nombreux nouveaux témoignages (Brigitte Grésy de l’Igas, Muriel Pénicaud, DRH de Danone, ou encore Pascal Guénel de l’Inserm, entre autres), viennent compléter la feuille de route détaillée par la Ministre des Droits des femmes, Nadjat Vallaud-Belkacem. Toujours dans ce numéro de Travail et Changement, les partenaires sociaux réagissent et des exemples significatifs d’entreprises complètent la démonstration.

Feuilleter la publication

Les transitions professionnelles en questions

SANTELMANN Paul (coord.). “Les transitions professionnelles en questions”. Hors-série Afpa, Education permanente, 2012, 178 p.

La question des transitions professionnelles s’est imposée dans les débats relatifs à l’évolution des politiques de l’emploi et aux politiques ressources humaines des entreprises. L’accélération des innovations technologiques, des évolutions sectorielles, des transformations des métiers, dans une mondialisation qui bouscule les économies, a largement remis en cause le modèle de l’emploi stable à vie, qui était l’un des piliers de notre pacte social. Ce nouveau hors-série AFPA interroge notamment l’usage de la formation dans l’accompagnement des mobilités et des reconversions professionnelles, volontaires ou non, des actifs. Du point de vue de la formation des adultes, accompagner les mutations du travail, c’est contribuer à élargir les perspectives de tous les salariés, notamment de ceux qui ont le moins bénéficié de l’école, occupent les emplois du « bas de l’échelle » ou sont au chômage. L’exercice ne va pas de soi. Les contributions réunies dans cet ouvrage recensent les conditions de réussite des trajectoires professionnelles, mais aussi des obstacles et des modalités d’action permettant de les franchir.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1713

Sommaire

La mobilité professionnelle : une “activité de transition”/Stéphanie Mailliot – Analyser sa trajectoire professionnelle par son récit de vie au travail/Martine Poulin

Vers une modélisation des transitions professionnelles/Marc Robichon

La notion d'”emploi non qualifié” : un obstacle aux transitions professionnelles/Paul Santelmann

Conflits et mobilité dans l’espace d’une transition/Emmanuelle Reille-Baudrin

Le territoire, une ressource pour reconstruire collectivement des repères de professionnalité/Perrine Hanicotte, Mélanie Bocquet

Mobilité et formation au coeur des professions intermédiaires/Christine Guégnard, Nathalie Bosse

L’identification des compétences favorise-t-elle les transitions professionnelles ?/Olivier Bataille

Le tour de France : modèle de mobilité des compagnons du Devoir/Annabelle Hulin

L’accompagnement des ressources humaines aux évolutions professionnelles/Dino Santilli

Sécuriser les transitions professionnelles ?/Paul Santelmann

Un observatoire des transitions professionnelles des salariés en Cif/Frédérique Dorgère

Se reconvertir dans le cadre d’une plateforme d’accompagnement à l’emploi : le cas d’Horizon 93/Isabelle Pautrat, Erland Marcer

Conseiller carrière-mobilité en entreprise : analyse d’un métier en développement/Samira Mahlaoui, Jean-Paul Cadet

Accompagnement des travailleurs licenciés collectivement et transitions professionnelles : que nous apprennent les expériences européennes ?/Frédéric Naedenoen, Frédéric Bruggeman

“Context and Global Mobility: Diverse Global Work Arrangements” (Call for papers)

Special issue call for papers 2013

Journal of Global Mobility

 

Journal of Global Mobility

Guest Editors:  Wolfgang Mayrhofer, WU (Wirtschaftsuniversität Wien) B. Sebastian Reiche, IESE Business School

Due to the continuous growth in the globalization of business, an increasing number of people are taking on roles and responsibilities that reach beyond the domestic work context. Even the recent financial turmoil does not seem to have changed this trend (e.g., Brookfield, 2011). As a result, an increasing number of people are directly collaborating cross-nationally (Hinds, Liu, & Lyon, 2011). At the same time, the context in which this global work occurs is becoming more and more complex and the forms through which people engage in global work increasingly fragmented (Tharenou, 2005). First, while it has been common to view an international relocation as a single career event, more and more employees engage in repeated staff transfers, thereby increasing the intensity of global mobility over the course of employees’ careers (Shaffer, Kraimer, Chen, & Bolino, 2012).
(…)

PLUS D’INFORMATION

http://www.emeraldinsight.com/products/journals/call_for_papers.htm?id=4394

CALENDRIER
June 30, 2013, 5:00pm (manuscripts)

 

Enquête “information et vie quoditienne” (IVQ)

Information et vie quotidienne 2011

L’enquête IVQ, vise à évaluer des compétences sur une population adulte à travers l’usage de la lecture, de l’écriture et du calcul dans les gestes courants de la vie personnelle et professionnelle. L’enquête IVQ porte plus particulièrement son attention sur les personnes les plus en difficulté face à l’écrit, afin de mesurer les situations d’illettrisme en France.

Thèmes abordés :
– Evaluation des savoirs de base, recourt aux concepts de ” littératie ” et de ” numératie ” pour désigner les compétences de lecture, d’écriture, de calcul mobilisées dans des situations de la vie courante.
– Collecte d’informations socio-démographiques et biographiques sur la personne interrogée (parcours éducatif, activité professionnelle, enfance et famille, conditions de vie).
Plusieurs questions portent spécifiquement sur les langues parlées par la personne interrogée (dans l’enfance, à la maison…).

L’enquête couvre le champ des ménages ordinaires (résidences principales), en France métropolitaine.

Producteur : Insee, en partenariat avec la Depp et la Dares.
Première enquête IVQ : 2004
Périodicité : ponctuelle, apériodique. La collecte IVQ 2011 se déroule fin 2011 (4ème trimestre) / début 2012 (1er trimestre)
Les premières publications sont prévues au premier semestre 2013.

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010)

 Nadège Vézinat (Centre d’études de l’emploi)

Présentation de l’éditeur : La Poste suscite chez les Français un sentiment d’attachement sans égal parmi les services publics. En tant qu’institution et « lieu de mémoire », elle incarne une certaine idée du lien social. C’est la raison pour laquelle la privatisation inquiète à la fois les agents et les usagers, alors même que le développement des services financiers est présenté par l’entreprise comme la solution la plus adaptée pour faire face aux défis du marché et de la construction européenne.

Ce livre s’inscrit dans le débat sur le processus actuel de libéralisation des services publics où, à l’image de France Télécom, les tensions vécues par les salariés sont très fortes. À la Poste, le processus étudié a donné naissance à un groupe social particulier ayant favorisé le recrutement massif de contractuels : les conseillers financiers, commerciaux au sein d’une administration d’État.

En s’appuyant sur une enquête approfondie auprès des conseillers financiers de La Banque Postale, ce livre dévoile les mutations profondes que la Poste a traversées. Il rend compte de la genèse et de l’institutionnalisation d’un ensemble de valeurs marchandes qui côtoie une valeur de service public toujours très forte. Ce livre entend ainsi apporter une meilleure compréhension des transformations contemporaines du service public en France.

VEZINAT NADEGE , 2012, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, Presses Universitaires de France (PUF) , coll. Le lien social, 422 p.
Cote Documentation CEE : O6.7373

Plus de détails…

Bonne pratique. La branche céramique fait le lien entre absentéisme et conditions de travail

Les partenaires sociaux de la branche des industries céramiques ont sollicité l’expertise de l’Anact et du cabinet ESSOR Consultants pour mieux comprendre le phénomène de l’absentéisme et rechercher des pistes de prévention.

Image d'illustration de l'article

Les entreprises de la branche des Industries céramiques de France, inquiètent de l’impact significatif de la suppression du délai de carence sur les absences de courte durée et la performance, ont souhaité aborder la problématique de l’absentéisme par le biais des conditions de travail (santé au travail, usure professionnelle, management, parcours professionnels, etc.).

Pour cela, la Confédération des Industries Céramiques de France a travaillé en 2011 avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (qui a piloté le projet) et ESSOR Consultants.

Lire la suite de l’article

Les 20 ans du bilan de compétences

Thierry Ardouin et Sylvain Lacaille (dir.). Les 20 ans du bilan de compétences. Education permanente n° 192,  septembre 2012,  240 p.

Vingt ans après son introduction dans le Code du travail, le bilan de compétences répond-il encore à ses objectifs d’origine ? Ses pratiques, construites dans un questionnement permanent, se sont-elles stabilisées et ont-elles su évoluer avec les modifications des structures sociales et économiques de l’emploi ? Les divers acteurs et les salariés eux-mêmes occupent-ils toujours la même place et jouent-ils toujours le même rôle dans sa mise en œuvre ? Les contributions de ce dossier d’Education permanente laissent penser que le dispositif a montré son utilité, mais qu’un espace d’expérimentation reste en friche, dans lequel pourraient émerger des démarches novatrices, plus adaptées au contexte actuel, qui permettraient de mettre en évidence la réelle plus-value sociale et professionnelle d’un tel dispositif..

Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne

Sabine Fortino, Benjamín Tejerina, Beatriz Cavia  et José Calderón (dir.)
Crise sociale et précarité. Travail, modes de vie et résistances en France et en Espagne
Nîmes: Champ social Éditions, coll. Questions de société – 308 p., septembre 2012
ISBN: 978-2-35371-278-6

Présentation de l’éditeur:
Ce livre se propose d’explorer les différentes facettes de la précarisation sociale, dans un contexte de transformation touchant à la fois le modèle économique, les mécanismes de solidarité sociale et les modalités prises par les actions collectives tentant de s’y opposer. Si un intérêt particulier est porté à l’étude des transformations du rapport au travail et des pratiques du travail des précaires, à l’analyse des marchés de l’emploi, notre regard sur la précarité va au-delà de la seule sphère socio-économique. La question du rapport aux enjeux temporels, aux modèles de consommation, à la culture et aux identités est également développée car ce sont toutes ces dimensions du social et du privé que la précarité impacte désormais, dans un contexte où le fait d’avoir un emploi n’est pas nécessairement synonyme d’intégration sociale.

Une autre singularité de cet ouvrage est d’offrir des regards croisés entre la France et l’Espagne, deux pays frontaliers constituant des modèles sociétaux qui, à bien des égards, se ressemblent et s’opposent tout à la fois. C’est par le nécessaire exercice de la comparaison internationale que nous démarrons cet ouvrage avant de convier le lecteur à une exploration des travaux scientifiques conduits par les contributeurs(trices) français et espagnols de ce livre.

Contributions de:
Luis Enrique Alonso, Lorenzo Cachón, José Calderón, Juan-Jose Castillo, Beatriz Cavia, Yves Clot, Collectif asplan, Eduardo Crespo, Sabine Fortino, Danièle Linhart, Pablo López Calle, María Martínez, Pascale Molinier, María Paz Martín, Ramón Ramos Torre, Andrés Seguel, Amparo Serrano, Benjamín Tejerina, Teresa Torn

Sommaire

Expérience et professionnalisation dans les champs de la formation, de l’éducation et du travail ; état des lieux et nouveaux enjeux

Colloque international organisé par le laboratoire CIREL

Les 26, 27 et 28 septembre 2012 à Villeneuve d’Ascq, Cité Scientifique

Plusieurs membres du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam) interviendront à cette occasion :

  • Richard Wittorski (CRF Cnam), avec Thierry ArdouinLaurence Bonnafous et Patrice Gravé : Dynamique de professionnalisation des formateurs-consultants indépendants en France.
  • Muriel Deltand (CRF Cnam) : L’expérience entreprenariale comme processus émancipatoire : le cas de femmes congolaises.
  • Joris Thievenaz (CRF Cnam), avec Catherine Tourette-Turgis Se professionnaliser au contact d’autrui : le développement de l’expérience en situation d’interaction soignante.
  • Pierre Parage (Formateur consultant, associé Cnam), avec Grégory Munoz, Michel Dumas : Le processus de réalisation du dossier de VAE : entre concrétisation d’un objet technique et objectivation d’une oeuvre.
  • Fabrice Gutnik : Expérience partagées et professionnalisation des acteurs de la formation.
  • Nathalie Lavielle Gutnik : Expérience et enjeux identitaires pour des jeunes “dits décrochés” de l’enseignement supérieur.
  • Vanessa Remery (CRF Cnam) : La part d’autrui dans l’élaboration d’une culture interprétative de l’action : l’exemple e l’accompagnement en VAE.
Le colloque se conclura par ailleurs sur une conférence de Pierre Pastré (CNAM Paris), intitulée « Développement, apprentissage, expérience ».

Consulter le programme détaillé : http://cirel.recherche.univ-lille3.fr/experience2012/