Archives de catégorie : Parcours professionnel

Les transitions professionnelles tout au long de la vie. Nouveaux regards, nouveaux sens, nouvelles temporalités ?

XXech-1IIIèmes Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail Rennes, 8 et 9 décembre 2016 CREM – Université de Rennes1

Les XXIIIèmes Journées du longitudinal (JDL) proposent cette année de porter un nouveau regard sur les transitions professionnelles. Il ne s’agit plus seulement d’une menace qu’il faut craindre mais également, sous certaines conditions, d’opportunités dans le parcours des individus, susceptibles d’ouvrir à une réorientation professionnelle ou à de nouvelles perspectives de mobilités.

La problématique des transitions professionnelles tout au long de la vie se propose donc d’englober, d’une part les dynamiques à l’œuvre dans les parcours biographiques et professionnels au-delà des seules périodes d’entrée dans la vie active et, d’autre part, les conséquences des changements structurels et institutionnels sur l’anticipation des transitions. Elle vise également à prendre en compte la pluralité des transitions et la diversité des publics concernés.

Lire le Céreq Echanges sur le site du Céreq

Maurice Baslé, Nathalie Beaupère, Chantal Guéguen, Sabina Issehnane, Fabien Moizeau, Anne Moysan-Louazel, Gérard Podevin, Jennifer Urasadettan, Gérard Boudesseul, Thomas Couppié, Jean-François Giret, Philippe Lemistre et Patrick Werquin (coordonnateurs), Les transitions professionnelles tout au long de la vie. Nouveaux regards, nouveaux sens, nouvelles temporalités ? XXIIIèmes Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail Rennes, 8 et 9 décembre 2016 CREM Université de Rennes1 in  Marseille : Céreq, 2016. – 520 p. – (Céreq Echanges; 1) .

Bilan du dispositif d’information sur la formation employeurs-salariés

Bilan-du-dispositif-d-information-sur-la-formation-employeurs-salaries_largeCe document dresse un bilan du dispositif DIFES/2, conçu par le département Formation et Certification du Céreq dans la continuité de DIFES/1. DIFES/2 a été conçu comme un outil permettant de rendre compte de ce double ancrage de la FPC dans le travail et dans l’emploi. La thématique centrale de ce dispositif est ainsi de partir de l’expérience de travail et de son organisation pour penser l’articulation entre formation continue et changement professionnel, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’entreprise. Son originalité réside dans une interrogation conjointe des salariés et de l’entreprise dans laquelle ils travaillent.

Le bilan aborde des dimensions méthodologiques (questionnaires, plan de sondage…) et signale les publications passées et à venir ainsi que les principaux résultats issus de l’exploitation des données.

Télécharger le Net.Doc sur le site du Céreq

Lambert, Marion; Marion-Vernoux, Isabelle; Sigot, Jean-Claude; Vero, Josiane, Bilan du dispositif d’information sur la formation employeurs-salariés  – Marseille : Céreq, 2015. – 187 p. – (Net.Doc; 146) .

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins

Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpinsCe document est le compte rendu du colloque de restitution de six ans de recherche sur le développement de la précarité, l’émergence de nouvelles formes d’emploi et l’analyse empirique d’actions de sécurisation des parcours professionnels. Ces recherches ont été conduites en partenariat avec des chercheurs du Centre de recherche en économie de Grenoble (CREG) et les partenaires sociaux en région Rhône-Alpes.

Trois secteurs ont été analysés, le secteur de l’aide à domicile, le secteur du tourisme loisirs, les systèmes locaux d’innovation et en particulier les pôles de compétitivité.

Le travail a montré que des formes de dialogue social novatrices sont nécessaires pour impliquer une pluralité d’acteurs relativement en amont dans la gestion anticipatrice des parcours des salariés.

Télécharger le Net.Doc sur le site du Céreq

Bruno Lamotte, Cécile Abattu, Colloque (12 décembre 2013; Conseil régional Rhône-Alpes, Lyon) Sécurisation des parcours professionnels et dialogue social dans les territoires rhônalpins. – Marseille : Céreq, 2015. – 54 p. – (Net.Doc; n° 141) .

5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Découvrez 5 actions réalisées par le réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail.

1/ Déploiement d’un plan d’action pour la qualité de vie au travail et la prévention des risques professionnels dans la filière alimentaire.

2/ Maintien dans l’emploi des salariés atteints de maladies chroniques évolutives et diffusion de bonnes pratiques

3/ Amélioration des conditions de travail, de la performance et de l’attractivité des entreprises dans la filière bois.

4/ Amélioration des conditions de travail dans la Fonction publique

5/ Prévention des risques professionnels et de l’usure : l’Anact, la Cnamts et la Cnav s’engagent

Source: 5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Le numéro 2 de la Revue des Conditions de travail vient de paraitre

Consacré à « Déconstruire l’approche par les générations : comment le travail façonne les parcours professionnels des salariés », ce deuxième numéro de 129 pages comporte 14 contributions et 3 entretiens avec des chercheurs, consultants et experts des conditions de travail.

Au sommaire :

{avant-propos et présentation du numéro}
DECONSTRUIRE L’APPROCHE PAR LES GENERATIONS :
COMMENT LE TRAVAIL FAÇONNE LES PARCOURS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS?
Olivier Mériaux et Thierry Rousseau

{controverses et discussions}

LA TRANSMISSION DES SAVOIR-FAIRE DANS LES METIERS D’ARTS.
UNE ACTION COLLECTIVE POUR FAVORISER LES COLLABORATIONS INTERGÉNÉRATIONNELLES
par Aline Dronne

GRATTER TOUJOURS UN PEU PLUS.
LE TRAVAIL GRATUIT CHEZ LES COIFFEURS
par Laurent Erbs

ANCIENS COMPAGNONS ET NOUVEAUX PAUVRES :
EMMAÜS AU COEUR DES TENSIONS ENTRE GÉNÉRATIONS DE TRAVAILLEURS
par Joël Ambroisine

DEBATTRE DES CONDITIONS DE TRAVAIL A L’AIDE DES DONNEES SOCIODEMOGRAPHIQUES
LE CAS D’UNE ENTREPRISE AGROALIMENTAIRE
par Charles Parmentier, Didier Garros et Vincent Lengoswski

LES DIFFERENTES FACETTES DE LA CATEGORISATION GENERATIONNELLE AU TRAVAIL.
par Mélia Djabi et Sakura Shimada

LOI SENIOR DE 2008 ET APPROCHE CONDITIONNELLE DES RELATIONS ENTRE L’AGE, LE TRAVAIL ET LE VIEILLISSEMENT.
par Fabienne Caser

LES RENDEZ-VOUS MANQUES DU CONTRAT DE GENERATION.
LES LIMITES D’UNE APPROCHE INTERGÉNÉRATIONNELLE CENTRÉE SUR L’ÂGE
par Guillaume Mesmin

{entretiens}
DES EFFETS GENERATIONNELS SUR L’ENGAGEMENT AU TRAVAIL ?
Jean-François Tchernia (entretien réalisé par Béatrice Sarazin)

GENERATION Y ENTRE MYTHE ET REALITE :
POUR UNE APPROCHE DES SITUATIONS DE TRAVAIL
François Pichault (entretien réalisé par Thierry Rousseau)

ENTRE APPROCHE QUALITATIVE ET QUANTITATIVE :
L’ERGONOMIE ET LA DÉMOGRAPHIE DU TRAVAIL POUR OBJECTIVER LA SITUATION DES ÂGES
Serge Volkoff et Corinne Gaudart (entretien réalisé par Béatrice Sarazin)

{contribution ” hors dossier ”}
DES TRANSFORMATIONS DE LA MATERIALITE DU TRAVAIL AUX EXPERIMENTATIONS D’ESPACES DE DISCUSSION OU DE DIALOGUE.
par Pascal Ughetto

{recensions d’ouvrages}

en libre-accès sur le site anact.fr

L’âge du faire : hacking, travail, anarchie

LallementLALLEMENT Michel. L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie. Paris : Seuil, 2015, 448 p.

De nouveaux lieux de conception, de production et de collaboration voient aujourd’hui le jour un peu partout dans le monde. Équipés de machines industrielles comme des plus récents équipements informatiques, les hackers inventent un nouveau modèle d’activité : le faire (make). À distance des exigences imposées par le marché et les grandes organisations bureaucratiques, les membres des hackerspaces et autres laboratoires de fabrication font du travail une fin en elle-même, sans que quiconque n’impose d’objectifs, de délais, de contraintes… Juste l’envie de faire pour soi. Fruit d’une enquête ethnographique menée dans la région de San Francisco, là où les chantres de la contre-culture libertaire côtoient les entrepreneurs de la Silicon Valley, ce livre plonge au cœur du mouvement faire. Il en décrit les origines historiques ainsi que ses multiples impacts sur l’économie et la société. Michel Lallement a partagé la vie des hackers, les a regardé inventer, bidouiller et s’organiser au quotidien dans des communautés frottées, pour certaines d’entre elles, aux principes de l’anarchisme. Il les a fait raconter et expliquer leurs vie, leurs choix, leurs idées. En expérimentant une utopie concrète, les hackers font plus qu’imaginer une autre manière de travailler. C’est une nouvelle grammaire du vivre ensemble que, sous nos yeux, ils sont en train de composer.

http://www.seuil.com/livre-9782021190496.htm

Michel LALLEMENT est professeur du CNAM, titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail et membre du laboratoire LISE

XXIes journées du longitudinal : Réussite scolaire, réussite professionnelle

Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales.XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014Titre complet : Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales : XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014.

Dans un contexte où s’accumulent les difficultés scolaires au sein du système éducatif, puis les difficultés professionnelles sur un marché du travail de plus en plus sélectif, la question de la réussite se pose souvent en creux dans les interrogations de nombreux chercheurs. Elle constitue le thème central de ces XXIes journées du longitudinal.

Lire le document sur le site du Céreq

Gérard Boudesseul, dir. ; Thomas Couppié, dir. ; Cécile Détang-Dessendre, dir. ; Roméo Fontaine, dir. ; Jean-François Giret, dir. ; Christine Guégnard, dir. ; Philippe Lemistre, dir. ; Patrick Mayen, dir. ; Séverine Millotte, dir. ; Patrick Werquin ; Journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail (JDL n° XXI; 19-20 juin 2014; Dijon). Réussite scolaire, réussite professionnelle, l’apport des données longitudinales : XXIes journées d’étude sur les données longitudinales dans l’analyse du marché du travail, Dijon, 19-20 juin 2014, – Marseille : Céreq, 2014. – 482 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 48) .

Exister au travail : les hommes du nucléaire

JobertJOBERT Guy. Exister au travail. Les hommes du nucléaire. Toulouse : Erès, 2014, 342 p.

Dans le cadre de notre activité de travail, par quels moyens et à quel prix tentons-nous d’exister, de nous développer au milieu des autres, et de donner du sens à notre action ? En ethnologue du monde du travail, Guy Jobert a partagé la vie et écouté longuement les agents de conduite de centrales nucléaires françaises. Il analyse comment ceux-ci explorent des voies multiples pour tenter de faire de leur travail un lieu de construction identitaire, ou pour réduire les dangers qu’il fait peser sur leur équilibre. Au-delà des hommes du nucléaire, il montre que tout travailleur mène en permanence deux activités, distinctes mais totalement liées : l’une qui répond directement à sa mission productive ; l’autre qui consiste à exister personnellement dans et par son travail. Ces activités demandent toutes deux compétences, efforts, invention, et sont toutes deux menacées par l’échec. L’enjeu pour le travailleur est considérable. Cette perspective confère au travail une place centrale dans la construction de la personne humaine.

Guy JOBERT est professeur émérite au Cnam et membre du CRTD.

Entrée précoce sur le marché du travail de l’Est-Var

Entree-precoce-sur-le-marche-du-travail-de-l-Est-Var-Troisieme-vague-d-enquete_largeQuelles sont les raisons qui poussent une partie des jeunes à quitter le système scolaire ? Quelle vision ont-ils du marché du travail ? Quelle est leur situation au moment où ils s’y trouvent confrontés ? Sont concernés par l’entrée précoce sur le marché du travail des jeunes issus des classes de la 3ème à la terminale, ou de 1ère et 2ème année de CAP ou BEP.

Pour répondre à ces questions, la maison de l’emploi de l’Est-Var a confié au Céreq une étude longitudinale visant à connaître et comprendre le parcours des jeunes sortis du système scolaire en juin 2011 et domiciliés sur son territoire.  Ce rapport rend compte de la troisième vague d’interrogation, qui permet de reconstituer dans le détail près de deux ans et demi de parcours.

Voir le document sur le site du Céreq

Aline Valette-Wursthen, Anne Delanoë, Dominique Epiphane, Entrée précoce sur le marché du travail de l’Est-Var : Troisième vague d’enquête,  Net.Doc n° 120, Marseille : Céreq, 2014. – 65 p.

Travail et développement professionnel : construire l’expérience (2)

imagesMAILLIOT Stéphanie, PARLIER Michel (dir.). « Travail et développement professionnel. Construire l’expérience (2) ». Éducation permanente, n° 197, déc. 2013, 201 p.

Avec les contributions de plusieurs chercheurs du CNAM : Devenir un professionnel : le rôle multiforme de l’expérience, par Florence OSTY, membre du laboratoire LISE ; Le rôle de l’étonnement dans la construction de l’expérience, par Joris THIEVENAZ, membre du Centre de recherche sur la formation ; Agir en situation : quelle place faire à l’expérience ?, par Anne-Lise ULMANN, Maître de conférence au CRTD et membre de l’équipe Métiers de la formation

Comment l’expérience se construit-elle ? Aborder cette question sous l’angle de l’activité de travail, c’est la situer d’emblée dans une perspective développementale pour tous ceux qui s’intéressent aux dynamiques d’apprentissage en lien avec les pratiques professionnelles des adultes. Ce dossier d’Education permanente, qui ne prétend pas traiter de façon exhaustive les problématiques liées à la construction de l’expérience, articule trois angles d’approche de cette thématique : expérience et réflexivité (n° 196), expérience et travail (n°197), expérience et délibération (n° 198). Abordée par toutes les disciplines (psychologie, sociologie, philosophie, ergonomie, didactique professionnelle…), la notion d’expérience témoigne d’une hétérogénéité difficile à saisir, qui renvoie au cœur même du problème que pose son objectivation…

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1724

Etude : Carrière et rapport à la carrière chez les jeunes salarié-e-s d’exécution du privé

Auteurs: Pascal BARBIER  (Chercheur, Université de Louvain, IACCHOS) – Pauline SEILLER (Maître de conférence, Université de caen, CerreV)

Résumé: 

Cette recherche s’intéresse aux salariés « stables » de l’industrie et des services, ceux dont l’emploi est à la fois garanti par un contrat à durée indéterminée et par l’appartenance à une grande entreprise. Elle apporte des éléments de compréhension sur un aspect du « rapport au travail » des salariés les plus stables: celui de la « carrièree interne dans une entreprise. En effet la carrière structure le rapport que les salariés entretiennent avec leur travail : elle cimente leus attentes professionnelles (valeur du diplôme, fermeture de la promition, etc.). En un mot, elle constitue un aspect central du rapport au travail, aspect aujourd’hui relégué dans l’espace public par la question des restructurations et des licenciements, mais dont l’importance dans le vécu des salariés ne saurait être ignorée.

Lire l’étude en ligne

Cette étude est consultable au Centre de documentation de l’IRES. Pour consulter la base documentaire de l’RES

Cette étude est une Agence d’obectifs. L’Ires soutient l’effort de recherche propre à chaque organisation syndicale en finançant des programmes établis par chacune d’elles. Les résultats de ces recherches ou travaux regroupés sous l’appellation « Agence d’objectifs » sont menés sous leur responsabilité. Les résultats de ces recherches sont mis à la disposition de l’ensemble du mouvement syndical. Toutes  les agences d’objectifs sont regroupées sur le site de l’Ires.

 

 

 

Soutenance de thèse

Angèle GROVEL, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense et Cresppa-GTM
« Les Officiers de la Marine Marchande : un groupe professionnel dans la tempête ? Accès au métier, socialisations et carrières des élèves des écoles supérieures maritimes au début du XXIème siècle. »

A 9h, le lundi 9 décembre 2013, – Université Paris 10 Nanterre – 200 Avenue de la République,  92000 Nanterre – Bâtiment B, salle des thèses.

Thèse menée sous la direction de Frédéric Charles, Université Paris 10 Nanterre.

Composition du Jury :
Frédéric Charles,  Marlaine Cacouault-Bitaud (rapporteure), Philippe Combessie, Charles Gadéa (rapporteur), André Grelon, Denis LeMaître.

Résumé :
Cette thèse vise à étudier les logiques d’accès, de socialisation et de carrière des futurs Officiers de la Marine Marchande dans un contexte de déréglementations du marché du travail et de reconfiguration de la formation. Dans une première partie, il s’agit de mettre au jour les conditions d’émergence et d’institutionnalisation de la formation des Officiers et son rôle dans la dynamique du groupe professionnel, depuis les tentatives d’enseignement des savoirs nautiques au cours de l’Ancien Régime jusqu’à la reconnaissance des titres maritimes en titres d’ingénieur au début du XXIème Siècle. Cette sociohistoire des écoles d’Officiers met en lumière le caractère structurel de la « crise » du groupe et permet d’étudier les rhétoriques développées et les ressources mobilisées par ce dernier pour assurer sa « survie ». A partir de l’exploitation de deux enquêtes par questionnaires et de l’analyse d’entretiens avec des futurs et anciens navigants, il revient ensuite d’interroger dans quelles mesures les transformations de la formation, les mutations du marché de l’emploi et les évolutions du travail pèsent sur les cadres traditionnels de socialisation et de carrière. Après avoir réalisé une sociogenèse des dispositions sociales d’accès au métier, cette thèse décrit et analyse les mécanismes de socialisation au sein des établissements et à bord des navires marchands. Enfin, ce travail s’achève sur l’étude des trajectoires professionnelles des futurs et des anciens Officiers. Il est alors question de dégager les étapes de la carrière avant de se focaliser sur les facteurs qui expliquent les sorties du métier.

 Mots clés : Officiers de la Marine Marchande, écoles, formation, ingénieurs, crise, vocation, dispositions, socialisations, carrières, reconversion.

3ème biennale Formation-Emploi du Céreq : Quand l’entreprise forme – Quand la formation sécurise

Loin d’investir davantage sur la formation, les employeurs freinent leurs dépenses en période de conjoncture difficile. Alors que sous l’effet de la crise, les efforts de formation risquent de fléchir dans les entreprises, que les jeunes ont un accès de plus en plus difficile à l’emploi, le Céreq a choisi de placer « la formation, l’entreprise et la sécurisation des parcours » au premier plan de sa troisième biennale formation-emploi.

La manifestation se déroulera à : Paris, le jeudi 19 septembre 2013 à la Cité universitaire internationale.

Cette journée est destinée à présenter les études récentes menées par le Centre pour les soumettre à la discussion de divers acteurs de la formation professionnelle : partenaires sociaux, services de l’Etat, Régions, organismes de formation, etc.

Basées sur de grandes enquêtes nationales et européennes, les études du Céreq balaient certaines idées reçues.

Les débats seront scindés en deux thématiques :

  •  Comment sécuriser les parcours professionnels par la formation ?
  • Comment sécuriser la transition de l’école à l’emploi par l’apprentissage ?

 

Entrée libre sur inscription – sur le site de la Biennale Céreq : Informations et inscription

Contact presse : Marie-Christine Antonucci – servicepresse@cereq.fr – 04 91 13 28 94

Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise

http://pmbz.cereq.fr/pmb/getimage.php?url_image=http%3A%2F%2Fimages-eu.amazon.com%2Fimages%2FP%2F%21%21isbn%21%21.08.MZZZZZZZ.jpg&noticecode=9782200280642&vigurl=Ils sont managers dans la restauration rapide, chefs d’atelier dans la construction automobile, cadres de santé à l’hôpital, techniciens dans l’industrie, commerciaux, conseillers clientèle, responsables administratifs… Leur point commun ? Ils appartiennent à la catégorie socioprofessionnelle des professions intermédiaires qui regroupe les agents de maîtrise, les techniciens, les commerciaux et les emplois d’administration-gestion. Leur caractéristique ? N’être ni ouvriers ou employés, ni cadres. Une identité en quelque sorte par défaut, alors même que les professions intermédiaires concentrent le quart de l’emploi salarié privé et occupent une position névralgique au sein des entreprises, à l’interface entre conception et exécution, entre management et opérateurs, entre entreprises et clients. L’objectif de cet ouvrage collectif, coordonné par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), est de combler le déficit de connaissances qui fait des professions intermédiaires un point aveugle des sciences sociales. Combinant données statistiques, revues de littérature et enquêtes en entreprises, l’ouvrage propose un état des savoirs sur les professions intermédiaires, une plongée dans les métiers et un bilan des problématiques qui s’y rattachent : recrutement, travail, formation, professionnalisation, gestion de l’emploi et des carrières.

Cadet, Jean-Paul, dir. ; Guitton, Christophe, dir., Les professions intermédiaires : des métiers d’interface au cœur de l’entreprise .  – Paris : Armand Colin ; Marseille : Céreq, 2013 – 393 p. – (Recherches) .