Archives de catégorie : Outils de connaissances et méthodologie

L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?

L'articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ?Ce troisième numéro Relief dédié au Séminaire méthodologique d’Analyse du travail (SEMAT) du Céreq, porte sur un sujet qui n’est pas nouveau en soi, mais qui constitue encore aujourd’hui une question vive dans le champ des sciences humaines et sociales en général, et dans les disciplines qui s’intéressent aux questions de formation, d’emploi et de travail. C’est celui de l’articulation entre les approches quantitatives et les approches qualitatives.

Lire le Relief sur le site du Céreq

Samira Mahlaoui, L’articulation des démarches quantitative et qualitative pour analyser le travail : mythe ou réalité ? – Marseille : Céreq, 2015. – 91 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 52) .

Les classes sociales en Europe

Affiche-classessoceurope-15&16dec2014

Journées d’étude des réseaux
« Classes sociales, inégalités, fragmentations » (RT 5),

« Méthodes » (RT 20), « Sociologie des élites » (RT 42) et « Justice sociale » (GT 44)

Association française de sociologie (AFS)
conjointement avec le Ceraps (UMR 8026), le Cresppa (UMR 7217), et la Maison des Sciences de l’Homme de Lorraine.

15 et 16 décembre 2014
Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

Les travaux comparatistes menés au niveau européen sont majoritairement quantitatifs, et restent mal connus des sociologues non statisticiens en France. Pourtant il y a un enjeu central à développer d’une part une réflexion sur les groupes sociaux et les inégalités à l’échelle européenne, mais aussi à développer des comparaisons entre structures sociales et inégalités entre pays. Ces journées visent donc à présenter un ensemble de débats qui traversent les travaux quantitatifs portant sur les groupes sociaux en Europe, et à expliciter la place qu’y occupe (ou non) la sociologie des classes sociales. Elles visent également à inciter à lier les enquêtes quantitatives et les enquêtes de terrain pour développer une réflexion sur les classes sociales et les inégalités en Europe, réflexion particulièrement cruciale dans un contexte de crise économique. Une première journée sera centrée sur la conception et l’usage des nomenclatures socio-professionnelles et des enjeux à la fois théoriques et méthodologiques qui les sous-tendent. Une deuxième journée sera centrée sur les travaux comparatifs sur les classes sociales en Europe, et sur la comparaison entre travaux menés dans différents cadres nationaux et à susciter de nouvelles perspectives de recherche.

Contacts :
etienne.penissat@gmail.com
yasmine.siblot@univ-paris8.fr

PROGRAMME

Lundi 15 décembre
Les nomenclatures socio-professionnelles en Europe : enjeux théoriques et outils

Nomenclatures en usage et théories sociologiques.
Introduction générale de la journée et présidence : Étienne Penissat

  • La nomenclature EGP (Erikson-Goldthorpe-Portocarero) et sa mise en œuvre en Europe. Louis-André Vallet
  • Valeurs économiques, valeurs culturelles et classes sociales : les mesures de statut socioprofessionnel (SIOPS, EGP, ESeC, ISEI) dans l’enquête sur les Valeurs des Européens. Frédéric Gonthier
  • Quelle nomenclature pour décrire les espaces socio-professionnels européens ? Une approche en termes de capitaux culturel et économique. Cécile Brousse

La nomenclature ESeG (European Socio-economic Groups) : Quel bilan des premières études menées à partir d’ESeG au niveau européen ?
Présidence et lancement de la discussion Thomas Amossé

  • La nomenclature socioprofessionnelle européenne ESeG et son élaboration, Monique Meron
  • Homogamie et inégalités dans les régions d’Europe : une utilisation de la nomenclature ESeG. Milan Bouchet-Valat
  • L’espace des conditions en Europe à partir d’ESeG. Frédéric Lebaron

Mardi 16 décembre
Penser et comparer les classes sociales en Europe

Capital culturel, pratiques culturelles et différences de classes.
Présidence et lancement de la discussion : Philippe Coulangeon

  • Capital culturel et pratiques culturelles. Les enjeux d’une comparaison européenne depuis l’enquête SILC-EU 2006. Cédric Hugrée, Etienne Pénissat, Alexis Spire, Cécile Brousse
  • Le capital culturel au Danemark et en Grande-Bretagne, Annick Prieur
  • Comparer les élites en Europe. Présidence et lancement de la discussion : Sylvain Laurens
  • Comment construire le champ du pouvoir français au regard de l’expérience norvégienne. François Denord
  • Construire et comparer des champs de pouvoir, Johs Hjellbrekke et Olav Korsnes

Saisir les recompositions des classes populaires contemporaines au delà du cadre national : comparaisons et circulations.
Présidence et lancement de la discussion : Anne Bory

  • Les analyses des recompositions des classes populaires en France. Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy, Yasmine Siblot.
  • La sociologie portugaise des classes sociales et la place des ouvriers et employés, Virgilio Borges Pereiera.
  • Présentation de Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire (Agone) traduction française de Formations of Class and Gender : Becoming Respectable, de Beverley Skeggs. Anne-Marie Devreux.

Programme détaillé en PDF

Dictionnaire des inégalités

Dictionnaire des inégalités - couv.Alain Bihr et Roland Pfefferkorn (dirs.), Dictionnaire des inégalités Paris : Armand Colin, 2014 – 444 p.

Résumé : « Les inégalités n’ont cessé de s’accroître ces dernières années dans nos sociétés contemporaines Perçue par une large part du public, cette tendance est confirmée par de nombreuses études scientifiques, si bien que la question des inégalités est devenue un objet de préoccupation majeure Loin de se limiter à dresser un état des lieux, l’ambition de cet ouvrage est de fournir les clefs indispensables à la compréhension de cette dynamique Riche de plus de cinq cents entrées, ce dictionnaire couvre l’ensemble des dimensions des inégalités sociales : inégalités entre classes, entre sexes, entre âges et générations, entre nationalités et groupes ethniques, ou encore entre différents espaces (centres et périphéries, villes et campagnes…) Afin de dépasser le seul cadre hexagonal, plusieurs entrées sont consacrées à des pays ou à des comparaisons internationales Pour autant, ne sont négligés ni les débats et controverses ni les aspects méthodologiques relatifs à l’étude des inégalités et à leur mesure Enfin, l’aspect systémique des inégalités est mis en évidence, en analysant comment celles-ci s’engendrent bien souvent conjointement Fruit de la collaboration de sociologues, ethnologues, historiens, géographes, économistes, statisticiens, philosophes, médecins et juristes, ce dictionnaire pluridisciplinaire, premier du genre, apporte un éclairage inédit sur le fonctionnement de nos sociétés.
8 champs d’exploration : – les inégalités entre classes sociales, – les inégalités de genre ou entre sexes sociaux, – les inégalités entre classes d’âge et entre générations, – les inégalités entre nationalités, ethnies, groupes racisés ou racialisés à l’intérieur d’un même État, – les inégalités sociospatiales (entre quartiers urbains, centres et périphéries, entre villes et campagnes, entre régions), – les inégalités au niveau mondial (entre États et groupes d’États, entre continents ou régions continentales, etc), – les débats autour des inégalités sociales et du concept d’inégalité sociale mettant aux prises les principaux courants philosophiques, politiques et idéologiques contemporains, – enfin les questions de méthode que posent l’étude et la mesure empiriques des inégalités »

7e Colloque International GeCSO Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations

7ème Colloque International GeCSO

« Gestion des Connaissances dans la Société
et les Organisations »

http://www.agecso.com

Le 7e Colloque International GeCSO organisé par le LEST, se déroulera à :
Aix en Provence les 4, 5 et 6 Juin 2014.

La thématique portera sur :« Dynamiques cognitives et transformations sociétales : Comment se forment les connaissances et où nous conduisent-elles ? »

Ce 7e colloque s’inscrit dans une perspective « indisciplinaire » et vise à croiser différentes approches académiques dans le but de repérer et de faire émerger les tendances qui se dessinent aujourd’hui dans les domaines suivants : la société de la connaissance en évolution, l’économie de la connaissance, la gestion des connaissances aux frontières et les dynamiques cognitives. Ce colloque a un double objectif. Il s’agit, d’une part, de faire un bilan sur les avancées des analyses théoriques dans le domaine des organisations et, d’autre part, de tenter de comprendre les mutations rencontrées aux frontières et au sein des organisations depuis plusieurs années, et en corollaire de mettre en évidence les principaux enjeux de société liés à ces mutations.

Lieu du colloque : Aix-Marseille Université, 3 Avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence. France.

Programme : http://www.lest.cnrs.fr/IMG/pdf/programme_gecso_2014_aix_en_provence140401.pdf

Contacts :
administratif : Jocelyne Martiniere-Tesson
scientifique : Claude Paraponaris

 

 

L’analyse du travail et la relation formation-emploi

L'analyse du travail et la relation formation-emploi. Quatre approches et démarches en usage au CéreqTitre complet : L’analyse du travail et la relation formation-emploi : Quatre approches et démarches en usage au Céreq. Séminaire Analyse du travail.

Le Céreq pratique l’analyse du travail sous toutes ses formes depuis de nombreuses années. Pour ce qui concerne plus particulièrement le recours à l’étude des contenus d’activités, le Céreq développe en permanence son expertise en la matière, en fonction des problématiques qui lui sont soumises, dans le cadre des travaux qu’il réalise. Il a cherché plus récemment à créer en parallèle un processus de capitalisation des acquis sur le thème du travail en installant, à partir de 2009, un séminaire d’échange et de production sur l’analyse du travail : le SEMAT (SEMinaire Analyse du Travail).

Le présent document constitue ainsi un bilan-synthèse des connaissances et des compétences acquises par les chercheurs et chargé(e)s d’études du Céreq sur quatre approches couramment mobilisées dans leurs travaux. Il permet de caractériser les fondements scientifiques et méthodologiques de chacune d’elles. Il contribue également à montrer le large spectre dans lequel se déploie l’activité du Céreq en matière d’analyse du travail.

Accéder au document en ligne

Samira Mahlaoui, dir., L’analyse du travail et la relation formation-emploi : Quatre approches et démarches en usage au Céreq. Séminaire Analyse du travail – Marseille : Céreq, 2013. – 83 p. – (Relief. Échanges du Céreq; 44) .

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (2è année)

Séminaire organisé par Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis, Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Les séances ont lieu au Cresppa-GTM, Paris, site CNRS Pouchet – Plan d’accès

Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.
Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres. Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.
Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.
Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

1ère séance, jeudi 10 octobre de 14h à 17h

« Travail, mondialisation et imbrication des rapports sociaux : réflexion autour du travail considéré comme féminin et des « vases communicants » ».
Jules Falquet, Maîtresse de conférences HDR ; CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes)- CSPRP (Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques) ; Responsable de la spécialité de Master (recherche) Genre et Développement ; UFR de Sciences sociales, Université Paris Diderot
Discutante, Michelle Paiva, Doctorante en sociologie, Paris 8 – CRESPPA-GTM, associée au GISCOP93
(salle255)

2è séance, jeudi 14 novembre de 14h à 17h

« Genre et classes populaires: dominations et agency »
Les organisateur(ice)s du séminaire « Genre et Classes Populaires » voir le carnet du séminaire GCP
(salle255)

3ème séance, jeudi 12 décembre de 14h à 17h

« Croisement, décroisement : le travail domestique au cœur des rapports sociaux »
Rose-Myrlie JOSEPH, Doctorante à l’Université de Lausanne/Paris
(salle255)

4ème séance, jeudi 16 janvier de 14h à 17h

« Comment mettre en scène les rapports de domination ? « 
Les comédien.ne.s du Théâtre de l’opprimé
(la salle sera précisée ultérieurement)

5ème séance, jeudi 20 février de 14h à 17h

« Sexage’ en recomposition : le cas des travailleuses domestiques résidentes au Canada »
Elsa Galerand, Professeur de sociologie à l’UQAM et Martin Gallié, professeur de droit à l’UQAM (Québec)
(salle255)

6ème séance, jeudi 20 mars de 14h à 17h

« Comment penser les catégories d’intersectionnalité et de consubstantialité à partir des débats du « colloque international – Théories et pratiques du care. Comparaisons internationales, Paris, juin, 2013 » ? »
Helena Hirata, Sociologue, Directrice de recherche émérite, CNRS
Efthymia Makridou, Doctorante en sociologie, Paris 8 – CRESPPA-GTM
(la salle sera précisée ultérieurement)

7ème séance, jeudi 10 avril de 14h à 17h

« La femme de paille » (titre provisoire)
Carmen DIOP, Doctorante en sociologie, Paris-V-René-Descartes
(la salle sera précisée ultérieurement)

8ème séance, jeudi 22 mai de 14h à 17h

« Travailler dans l’industrie cosmétique au croisement des catégories » (titre provisoire)
Fanny GALLOT, Docteure en histoire contemporaine, LHEST-IDHE
Michelle PAIVA, Doctorante Cresppa-GTM, Université Paris 8, associée au GISCOP93
(la salle sera précisée ultérieurement)

9ème séance de Conclusion, jeudi 19 juin de 14h à 17h

Séance de clôture et bilan de l’année
Les organisatrices du séminaire et tou.te.s les présent.e.s
(la salle sera précisée ultérieurement)

Programme 2013-2014 en PDFProgramme de la 1ère année, 2012-2013

 

 

Usines. Ouvriers, militants, intellectuels

Cédric Lomba, Julian Mischi (coord.) « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels » Actes de la recherche en sciences sociales n°196-197, 2013 – 157 p.

[…] En partant des usines, ce numéro s’intéresse d’une part aux rôles joués par les intellectuels dans l’action militante ouvrière et aux relations qu’ouvriers et intellectuels entretiennent dans différentes sphères sociales, et, d’autre part, aux rapports des classes populaires aux savoirs comme modalité de transformation de leurs conditions sociales, comme instruments de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier. Cette perspective qui associe l’observation des relations de travail à la question des savoirs et des idéologies dans l’étude des pratiques militantes, fait apparaître que la classe ouvrière, tout en subissant un déclin numérique et une marginalisation politique, bénéficie dans le même temps d’une élévation de son niveau d’instruction, d’une institutionnalisation poussée (à travers notamment le rôle accordé aux « partenaires sociaux ») et d’un accès à une forme de maîtrise savante de l’expertise. La constitution d’un arsenal de moyens d’expression publique rend alors d’autant plus frappante la dépossession ouvrière de son usage. […] [Extrait de l’article d’introduction au dossier]

Articles de : Christian Corouge, Michel Pialoux, Cédric Lomba, Paul Boulland, Sophie Pochic, Ingrid Hayes, Kimi Tomizaki, Pascal Marichalar, Laure pitti, Audrey Mariette

Sommaire et résumés

Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale

Être chômeur à Paris, São Paulo, TokyoDidier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita
Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale
Paris: Presses de sciences po, coll. Académique, mars 2013 – ISBN: 978-2-7246-1305-6

Présentation de l’éditeur:
La condition de chômeur est marquée par l’obligation de recherche d’emploi, mais cette définition internationale dissimule des réalités hétérogènes. L’objectif de ce livre est d’explorer la diversité des significations du chômage : comment les chômeurs vivent-ils et interprètent-ils leur situation à Paris, à São Paulo et à Tokyo ? Le chômage a-t-il le même sens partout ?
L’ouvrage retrace les manières dont le chômage est vécu par des hommes et des femmes de milieux sociaux et d’âges différents dans ces trois métropoles. Cette démarche comparative permet de repérer plusieurs échelles de variation : internationale, avec un univers de significations commun aux chômeurs des trois pays ; nationale, avec l’affirmation de modèles de référence spécifiques à chaque territoire ; transnationale, avec des expériences qui se recoupent selon le sexe, l’âge et la catégorie sociale, quel que soit le pays.
Fruit d’enquêtes par entretiens biographiques approfondis et d’une méthode inédite de comparaison internationale, ce livre renouvelle les connaissances sur le chômage d’une façon aussi originale que passionnante.

Enquête expérimentale sur la qualité de la vie au travail

Enquête sur la qualité de la vie au travail (QVT)

QVT est une enquête méthodologique, complémentaire à l’enquête Conditions de Travail 2012. L’objectif principal de l’enquête QVT est de mesurer la sensibilité des résultats au mode de collecte en comparant ses résultats à ceux de Conditions de Travail 2012. Plus précisément : Comparer la qualité et le contenu des réponses selon le mode de collecte : face à face/internet d’une part et auto-questionnaire sous casque/internet d’autre part ; Par des questions ouvertes, faire émerger des questions pour couvrir certains thèmes de l’enquête risque psychosociaux 2015.

Thèmes abordés :
L’enquête complémentaire sur la qualité de la vie au travail (QVT) reprend globalement les mêmes thématiques que l’enquête conditions de travail 2012 transposées sur internet. Rappel des divers thèmes : Les horaires et l’organisation du temps de travail, l’organisation et les rythmes de travail, les risques, les pénibilités et leur prévention, les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail.

Le champ de l’enquête couvre les personnes (individus ou ménages) ayant déclaré un revenu issu du travail dans déclaration fiscale 2011. Personnes salariées ou non.  Individus vivant dans des logements ordinaires (hors institutions)

Producteur : INSEE
Enquête unique réalisée de novembre 2012 à mi-janvier 2013, qui s’inscrit dans les préconisations du rapport de l’Inspection Générale de l’Insee sur la collecte multi-mode (internet et papier).
Publications des résultats : courant 2013, après la publication des résultats de l’enquête Conditions de travail 2012 par la Dares

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Les observatoires territoriaux. Sens et enjeux

Paris, La Documentation Française, 2011, 107 pages

500 observatoires territoriaux sont actuellement recensés sur en France.Ce type de dispositif, recouvre un grand nombre d’organismes aux formes juridiques, champs d’activités et périmètres géographiques les plus divers. A partir d’une enquête réalisée sur un échantillon de 185 dispositifs d’observation et de 40 structures, cet ouvrage propose un état des lieux et des pistes de réflexion inédites en la matière. En plus d’alimenter l’action publique en données statistiques, l’observation par et pour les territoires s’avère en effet porteuse d’enjeux stratégiques : pour la mise en oeuvre des politiques publiques, pour la diffusion d’une culture de la coopération entre partenaires territoriaux ou encore, pour mieux impliquer les acteurs et citoyens dans la vie des territoires.

 

Cinéma et travail

Travailler 2012/1 n°27

Travailler, n° 27, 2012
« Cinéma et travail » dossier coordonné par Isabelle Gernet, Aurélie Jeantet – 186 p.

Extrait de l’introduction :
Rendre visible le travail ne peut se limiter à l’activité de « représentation » du travail et de sa réalité, même si elle en constitue une forme cardinale. Les conditions de révélation du travail, par la fiction, mais aussi par le documentaire, par le roman, ou encore par la mise en scène du théâtre, requièrent également une mise en forme par le filtre de la subjectivité du réalisateur, du metteur en scène, ou de l’écrivain. C’est d’ailleurs ce dont un dossier antérieur de la revue coordonné par A. Fernandez-Zoïla, paru en 2001, portant sur « le travail dans les fictions littéraires », avait cherché à rendre compte, en discutant le rôle du roman comme outil de description de la centralité du travail dans la condition humaine.
Les différentes contributions du présent dossier introduisent le lecteur à la complexité des processus à l’œuvre, dont une part importante ressortit en propre au travail du spectateur. Nous nous situons en plein cœur de la question de l’action puisqu’il s’agit ici de pouvoir faire advenir des formes originales et impensées jusqu’alors. La mise en scène, qui résulte elle-même d’un travail spécifique, consiste en effet à inventer une forme de rhétorique pour rendre visible une partie de la dimension énigmatique du travail. Ce processus contribue à susciter, chez le réalisateur, comme chez le spectateur, un mouvement d’élaboration pour penser ce qui résiste de l’expérience du travail qui, sinon, risque toujours d’être occulté. Lire l’introduction

Sommaire :

Aurélie Jeantet, Cinéma et travail, p.17-36

Guillaume Le Saulnier, Ce que la fiction fait aux policiers. Réception des médias et identités professionnelles, p.37-63

Aurélie Jeantet et Emmanuelle Savignac, Représentations du monde professionnel et du rapport subjectif au travail dans les films de fiction français contemporains, p.65-85

Monique Peyrière, Filmer le travail, filmer contre le cinéma ? p.87-102

David Faroult, Mettre le spectateur au travail ? La programmation d’un travail du spectateur par l’avant-garde cinématographique militante issue de Mai-68, p.103-122

Nicolas Fraix, Projection de films et mise en débat : l’expérience de Ciné Travail, p.123-142

Christophe Dejours et al.   « Saisir la subjectivité et le travail par le film de fiction ». Rencontre avec Jean-Marc Moutout, p.123-142

Résumés sur Cairn

Les politiques de la mesure : l’analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l’action régionale

Les politiques de la mesure. L'analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l'action régionale

Bornand, Elvire, Mespoulet, Martine et Verdier, Eric (sous la dir.  de).
Les politiques de la mesure : l’analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l’action régionale
, Science Politique Comparée, Paris : Khartala ; Aix-en-Provence : Sciences Po, 2012. 280 p.

La production de chiffres a joué un rôle majeur dans la construction des États-Nations. Or, ébranlée par l’européanisation de l’action publique, la prééminence historique des statistiques nationales l’est aussi par la décentralisation. Comme le montre ce livre, cette question ne se pose pas seulement en France mais aussi au Québec et au Canada. Les réponses y empruntent toutefois des cheminements institutionnels et politiques propres à chaque pays en fonction des jeux d’échelle particuliers qui s’y déroulent.

La comparaison s’attache aussi à l’échelon régional et à ses spécificités. On assiste à un foisonnement d’initiatives dans la production d’informations chiffrées en région, parallèlement ou conjointement à celle effectuée par l’INSEE, les services statistiques ministériels ou d’autres organismes nationaux. La dimension opérationnelle de ces statistiques est analysée selon deux registres : comme outil de gouvernement et comme représentation politique de l’espace territorial en cause. Non seulement les politiques de la mesure traduisent l’émergence de nouvelles configurations politiques et institutionnelles, mais, au-delà, elles contribuent à les instituer. Il en résulte de nombreuses interrogations.

À partir de recherches menées à titre principal dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône Alpes, ce livre étudie des procédures d’évaluation des observatoires régionaux emploi-formation, des schémas prévisionnels de formation, des diagnostics territoriaux, des services statistiques de l’État déconcentré ou encore des programmes de formation de chômeurs. Dans tous les cas de figure, les auteurs mettent au jour les fondements intellectuels et normatifs de ces instruments qui dessinent les actuelles politiques de la mesure en région.

Paru le : 13/06/2012

 

La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990

La sociologie du travail en France

Lucie Tanguy
La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990,
Paris: La Découverte, coll. Recherches, 2011 – 272 p.

Résumé:
Discipline aujourd’hui très présente dans le monde académique, la sociologie du travail a également pénétré le monde de l’entreprise. Mais pour mieux comprendre la nature des apports et le rôle des sociologues du travail, il est important de connaître leur histoire.
C’est ce que propose ici Lucie Tanguy : mobilisant un vaste corpus d’archives, elle replace l’histoire, en France, de cette jeune discipline dans son contexte social et intellectuel, évoque ses déterminants et les luttes de courants qui l’ont traversée. Elle retrace les actions des chercheurs pour définir un modèle scientifique, le faire reconnaître, s’organiser en communauté, débattre des perspectives érigées en théorie et faire admettre des normes de scientificité à destination des générations suivantes. Enfin, elle analyse les politiques et programmes de recherches impulsés par la gauche dans les années 1980, les inflexions de style et d’orientations de recherches, ainsi que la conception même du métier de sociologue, qui en sont découlées : les sociologues peuvent-ils conjuguer autonomie de la pensée et engagement dans la société de leur temps ? Comment concilier pluralité d’approches, déplacements d’objets et cumulativité des connaissances ? Le métier de sociologue, et plus largement celui de chercheur scientifique, peut-il encore se définir au singulier ?

Compte-rendu :
Compte-rendu de José Rose, Formation emploi [en ligne], n°116, octobre-décembre 2011, p.69-74
mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 14 novembre 2012.

 

Chômeurs, précaires, demandeurs d’emploi : définitions et usages des catégories statistiques

Le chômage au sens du Bureau international du travail (BIT) comptabilise les personnes en âge de travailler (conventionnellement 15 ans ou plus) qui :
1°) n’ont pas travaillé, ne serait-ce qu’une heure, au cours de la semaine de référence ;
2°) sont disponibles pour travailler dans les deux semaines ;
3°) ont entrepris des démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent, ou ont trouvé un emploi qui commence dans les 3 mois.

Source DARES. Lire la suite de l’article

Les demandeurs d’emploi sont des personnes qui sont inscrites à Pôle emploi. Les statistiques sont construites à partir des fichiers administratifs qu’utilise Pôle emploi pour son activité (8 catégories administratives) et sont regroupées en 5 catégories statistiques [A, B, C, D, E]. Conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la définition d’indicateurs en matière d’emploi, de chômage, de sous-emploi et de précarité de l’emploi (septembre 2008), la Dares et Pôle emploi présentent à des fins d’analyse statistique les données sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en fonction des catégories suivantes :

  • catégorie A : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi ;
  • catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte   (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
  • catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du mois) ;
  • catégorie D : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi ;
  • catégorie E : demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

Sources : DARES et Pôle emploi.

Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées

Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba, Séverin Muller (dir.)
Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées. Paris: La Découverte, coll.  Recherches, 2008 – 352 p. – ISBN : 9782707153883

Présentation de l’éditeur :
Depuis les années 1980, des recherches attentives aux pratiques concrètes du travail se développent. Loin de se satisfaire de grands modèles explicatifs sur son évolution, des chercheurs observent des situations singulières, s’intéressent aux rôles et aux contraintes de diverses catégories de travailleurs dans leurs univers professionnels. Pour accéder à ce regard de « plain-pied », nombre d’entre eux combinent l’ethnographie, pour caractériser les usages, et l’histoire, pour en tracer les continuités et les changements.
Cet ouvrage, qui rassemble principalement des sociologues et des historiens du travail, revient sur cette démarche croisée : quels chercheurs s’y engagent ? Pour quels motifs et dans quels buts ? Quels sont les apports pour l’analyse du travail ? À partir de leurs expériences de recherche et de leurs trajectoires, des auteurs expliquent de quelles manières ils ont été amenés à dépasser les frontières de leurs disciplines pour étudier les rapports aux normes de production, le travail à côté de l’usine ou l’intensification du travail. D’autres indiquent comment ils ont renouvelé des problématiques telles que la succession des générations, la mise en œuvre de règles normatives, le traitement administratif des populations, l’évolution des statuts dans le petit commerce, le travail sur les biens culturels ou encore la place des activités sexuelles dans les univers professionnels. Élargissant le champ de la réflexion, plusieurs textes proposent une mise en perspective de ces approches combinées dans l’évolution récente des sciences sociales.
Cet ensemble de contributions, par la variété des domaines étudiés et par la cohérence des modes d’investigation, souligne l’interdépendance du passé et du présent pour comprendre les transformations des univers contemporains du travail.

Contributions de :
Cédric Lomba, Françoise de Barros, Claire Zalc, Alexis Spire, Marie Cartier, Jean-Noël Retière, Léonie Hénaut, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Michael Burawoy, Jean Peneff, Alf Lüdtke, Florence Weber, Christian Chevandier, Philippe Masson, Marc Suteau, Lynne Haney, Ruth Horowitz, Jean-Michel Chapoulie, Catherine Omnès, Séverin Muller, Yves Cohen

[Plus d’infos]

Table des matières sur le site de l’éditeur
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Observer_le_travail-9782707153883.html

Comptes-rendus :