Archives de catégorie : Management et organisation du travail

Le Cinéma. Travail et organisation

Laure De Verdalle et Gwenaële Rot (dir.)
Le Cinéma. Travail et organisation

Paris : La Dispute – 240 p., avril 2013 – ISBN : 9782843032370

L’industrie française du cinéma connaît d’importants bouleversements : redéfinition des règles de financement des films, passage aux techniques numériques pour le tournage, la postproduction et la diffusion en salle… Pour mieux saisir ces transformations et leurs enjeux, cet ouvrage analyse l’évolution des métiers et des circuits de l’industrie cinématographique.
Comment se concrétisent les projets de film ? Les contraintes économiques de la production peuvent-elles s’adapter aux choix esthétiques des réalisateurs ? De quelle manière s’organise la division du travail qui mobilise tant de métiers différents ?
Les auteurs ont mené une vaste enquête sur les conditions de la fabrication des films aujourd’hui en France. Du documentaire au long métrage de fiction, de la conception d’un film à sa fabrication proprement dite, ils donnent une vision précise de l’organisation du cinéma français. Ils proposent des éclairages inédits sur la contribution centrale de professionnels souvent laissés dans l’ombre (producteurs, distributeurs, agents, techniciens, etc.), ainsi que des pistes de réflexion sur les transformations des métiers de la culture et plus généralement du salariat.
Ce livre intéressera tous ceux qui, sociologues du travail ou de la culture, étudiants ou amateurs de cinéma, professionnels du secteur ou responsables des politiques culturelles, cherchent à mieux saisir la réalité complexe de l’industrie contemporaine du cinéma.

Contributions de :
Vincent Cardon, Adeline Lamberbourg, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Delphine Naudier, Olivier Pilmis, Gwenaële Rot, Olivier Roueff, Émilie Sauguet, Laure de Verdalle, Antoine Vernet

Table des matières sur le site de l’éditeur

En avant-première, le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail

La 10ème Semaine pour la qualité de vie au travail se déroulera du 10 au 14 juin 2013, l’occasion de découvrir des bonnes pratiques qui améliorent la situation des salariés et participent à l’efficacité de l’entreprise. Anact.fr vous en dévoile le programme pour que vous puissiez dès aujourd’hui bloquez votre agenda.

via A vos agendas ! Découvrez en avant-première le programme de la Semaine pour la qualité de vie au travail.

Anact-Anvie : Comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail

L’Anvie lance en partenariat avec l’Anact un nouveau groupe de travail interentreprise sur le thème « Transformations des organisations et performance : comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail ? ». Trois réunions sont programmées les 14 mai, 30 mai et 20 juin 2013. Les inscriptions se font auprès de l’Anvie.

via Participez à un nouveau groupe de travail sur comment mieux accompagner les démarches qualité de vie au travail.

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013Dans le cadre de la 10ème Semaine pour la Qualité de Vie au Travail qui aura lieu du 10 au 14 juin 2013, l’ARACT des Pays de la Loire Action Régionale pour l’Amélioration des Conditions de Travail organise son second concours de pocket-films amateurs sur le travail.

Filmez votre travail avec un smartphone ! Concours de pocket-film 2013.

La qualité de vie au travail : vers un renouvellement des politiques RH ?

Ce séminaire de formation vise à présenter aux acteurs RH et dirigeants d’entreprise les travaux conduits par le réseau Anact sur les démarches de qualité de vie au travail.

Image d'illustration de l'article

Présentation

La qualité de vie  au travail est à l’ordre du jour de l’agenda social ; les partenaires sociaux sont amenés aujourd’hui à négocier autour de ce sujet.

Absentéisme, RPS, TMS, mise en cause du management, pénibilité, maintien dans l’emploi des salariés, inégalités professionnelles…. Autant de symptômes qui dénotent un mal-être au travail dont l’évolution n’est qu’imparfaitement freinée par les actions engagées par les services RH

Faut-il changer notre manière de voir ? Est-ce le signe d’une disjonction entre stratégie de l’entreprise et activités de travail des salariés ?

Les promesses que nous adresse la qualité de vie au travail sont les suivantes :

  • Il est possible de passer d’une « théorie des expositions » à une « théorie de l’engagement » des individus au travail.
  • Il est plus performant pour l’entreprise de manager le travail que de manager le système. Manager le travail est la capacité du collectif de travail à produire de la valeur.
  • La qualité de vie au travail n’est pas la version positive des RPS, mais un investissement politique de l’entreprise.
  •  Il est nécessaire d’ouvrir dans l’entreprise le débat conjoint du travail et de la performance à tous les niveaux.

Cette formation vise à décrypter ces promesses. Le contenu de ce séminaire de formation s’appuie largement sur le travail réalisé par le réseau Anact avec des entreprises engagées dans des démarches de qualité de vie au travail.

Tarif du séminaire : 480 € TTC par personne
Public : RH et dirigeants d’entreprise

Je souhaite participer au séminaire

Retour sur… la rencontre du Club QVT « Des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent »

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

Image d'illustration de l'article

Le terme qualité de vie au travail est utilisé depuis 30 ans dans les entreprises. Initialement associée à la prévention des risques professionnels, le débat social lui donne aujourd’hui une autre dimension. Initiative originale et innovante, le Club Qualité de vie au travail, fondé en 2009 par EDF, comprend une douzaine de grandes d’entreprises engagées dans des expérimentations sur ce sujet.

Le 29 janvier 2013, l’ANACT et Réalité du Dialogue Social ont organisé la matinée « Rencontre du Club QVT : des entreprises engagées pour la qualité de vie au travail témoignent ». L’événement a réuni des dirigeants de la SNCF, d’Air France, du Crédit Agricole (FNCA) et d’EDF.

La synthèse sur anact.fr

Absentéisme et conditions de travail, l’énigme de la présence

Pourquoi les salariés viennent-ils au travail ? Pourquoi s’absentent-ils… s’agit-il d’un choix ou d’une impossibilité de faire autrement ? Si oui, qu’est-ce qui motive ceux-ci ? Les réponses à ces questions passent par l’analyse de l’environnement et des conditions de travail dans lesquelles évoluent les salariés. Pour Thierry Rousseau, c’est même le levier le plus déterminant, avec les conditions d’organisation et de gestion de l’entreprise. Fort de cette approche novatrice, son essai nous entraine vers un nouveau modèle d’analyse de l’absentéisme. Pour cela, il s’appuie sur un tour d’horizon critique et approfondi des différentes définitions et manifestations de l’absentéisme. Et sur son expérience de terrain, au travers d’analyses de cas d’entreprise très fouillés. Ce faisant, il nous montre qu’un traitement efficace de l‘absentéisme est possible.

En savoir plus

Le nez dans le micro – Travailler sous guidage vocal dans les entrepôts de la grande distribution

Lundi 21 janvier, de 10h à 13h, site Pouchet du CNRS, salle 159 (1er étage)

David Gaborieau, IDHE-Laboratoire Georges Friedmann/Université Paris 1 : « Souffrance au travail dans les entrepôts de la grande distribution. Émergence des enjeux de santé suite à l’introduction du guidage vocal. »

Dans les entrepôts de la grande distribution alimentaire, l’introduction d’un nouvel outil de travail, le guidage par commande vocale, a considérablement modifié le travail des préparateurs de commande. Auparavant caractérisée par l’absence d’enchaînement et la possibilité de prendre de l’avance, l’activité de préparation a évolué vers une temporalité restrictive comparable à celle d’un ouvrier sur chaîne. Sous guidage vocal, « le nez dans le micro », le savoir-faire des préparateurs est réduit à un engagement physique. L’usage du corps constitue alors une ressource en tant mode d’appropriation du sens au travail, mais également un rempart lorsque des pathologies font apparaître les limites de l’intensification. [Résumé repris de de l’article de David Gaborieau dans la Nouvelle revue du travail, n°1/2012]

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », animé par Laure Pitti (Cresppa-CSU) et Pascal Marichalar (CMH). Le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles, sans inscription préalable.

Les postures de l’évaluateur : pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale

BUREAU Marie-Christine, SARFATI François, SIMHA Jules, TUCHSZIRER Carole. « Les postures de l’évaluateur. Pour une approche pragmatique de l’expérimentation sociale ». In Mateo Alaluf, Pierre Desmarez et Marcelle Stroobants (ed.), Mesures et démesures du travail, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2012, pp. 101-112.

Présentation de l’ouvrage : Le comble de la mesure, c’est le travail. On travaille en mesure, selon des cadences incorporées dans les flux de production et selon des pressions intériorisées. Le travail divise, se divise, se rémunère, il se présente comme étalon de tous les biens, mais n’a pas de valeur absolue. Et il faut bien des conventions pour que l’équivalence entre travaux puisse être établie. On dénombre des cycles, des heures et des jours ouvrables dont le travail déborde. Le travail ne se mesure jamais mieux que dans sa démesure, par excès ou par défaut, quand il brille par son absence, s’évade, surmène, résiste, fait grève ou bien s’épuise. A présent, la mesure est comble. Partout, des pratiques professionnelles sont saisies par une profusion de mesures renouvelées : évaluation des compétences, indicateurs de performances, catégorisation des objectifs, normes de qualité, standardisation des procédures, benchmarking, facteurs d’impact. La démesure du travail serait-elle un corollaire de la production «sur mesure» ? Qui mesure quoi, comment et avec quels effets ? Les tensions entre mesures et démesures traversent toute la sociologie du travail. Cet ouvrage collectif a fait le pari de «remettre à zéro» le compteur du travail, d’actualiser ces tensions jusqu’à éprouver les références qui servent de commune mesure aux chercheurs. Les différents angles de recherche s’y déploient en sept parties, amorcées par une présentation permettant de situer l’originalité de chaque contribution dans les mouvements de la sociologie du travail contemporaine.

http://metices.ulb.ac.be/spip.php?article448

 Marie-Christine Bureau est sociologue au  Lise -Cnam-Cnrs.

François Sarfati est chercheur au Centre d’Etudes de l’Emploi, membre associé du Lise.

Jules Simha est doctorant à l’IDHE et chargé de mission au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Carole Tuchszirer est chercheuse au Centre d’Etudes de l’Emploi.

Apprendre au travail

Étienne Bourgeois, Marc Durand (dir.). Apprendre au travail. Paris : Puf, 2012, 232 p.

Dans bon nombre de contextes professionnels, ce qu’il est convenu d’appeler traditionnellement la « formation », organisée dans des espaces-temps distincts du travail, tend aujourd’hui à céder le pas à une variété de pratiques visant à favoriser les apprentissages au cœur même des situations de travail, à rendre le travail plus « formateur ». Face à un tel engouement, il est temps de s’interroger en profondeur sur les processus spécifiques à l’œuvre dans ce type d’apprentissage, sur les facteurs individuels et contextuels qui y participent et, in fine, sur les pratiques censées favoriser l’apprentissage du et au travail.
S’appuyant sur les théories et les recherches les plus récentes, des pistes de réflexion et d’action sont ici fournies en réponse aux préoccupations et questions des professionnels de la formation, de l’accompagnement et du management.

http://www.puf.com/Autres_Collections:Apprendre_au_travail

Les auteurs

Étienne Bourgeois est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Genève. Ses activités d’enseignement et de recherche concernent les processus d’apprentissage chez les adultes, notamment en situation de travail.

Marc Durand est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Genève et membre du Centre de recherche sur la formation (CRF-Cnam). Ses activités de recherche portent sur l’activité humaine dans diverses pratiques sociales et ses transformations, notamment dans des dispositifs de formation professionnelle.

Sommaire

Introduction. Étienne Bourgeois et Marc Durand

Travailler et apprendre. Vers une approche de l’activité. Marc Durand

Apprendre et transmettre le travail. Étienne Bourgeois et Cécilia Mornata

Apprendre en situation de travail : À quelles conditions ? Cécilia Mornata et Étienne Bourgeois

Des savoirs pour travailler et apprendre. Marc Durand

Interactions langagières et apprentissage au travail. Laurent Filliettaz

Apprentissage et communauté de pratiques. Bernadette Charlier

Technique et transformation de l’activité humaine. Annie Goudeaux

Apprendre et travailler dans les environnements simulés. Zoya Horcik

Apprendre des gestes techniques. Blandine Bril

Alternance, apprentissage et formation. Laurent Veillard

Quand l’activité professionnelle s’invite dans la formation académique : le cas des stages en enseignement. Sabine Vanhulle

Politiques d’entreprise et organisation du travail et de la formation. Sandra Enlart

Organisation apprenante et knowledge management. Charlotte Fillol

Favoriser un environnement « capacitant » dans les organisations. Solveig Fernagu-Oudet

Compétence, travail et formation. Alain Muller et Itziar Plazaola Giger

Colloque « Bourdieu et le travail », les 13 et 14 décembre 2012

Un colloque international « Bourdieu et le travail » se tiendra à Paris, les 13 et 14 décembre prochains, site CNRS Pouchet.

Programme :

          Jeudi 13 décembre 2012     

9h-9h30 Accueil des participants
9h30 >9h45 Présentation du colloque par Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan)

Séances plénières
9h45 >10h30 « Colonisation et travail » par Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
10h30 >11h15 « Can the Subaltern Speak : Bourdieu Vs. Bourdieu » par Michael Burawoy (Université de Berkeley)
11h15 >12h00 Discussion avec la salle

 12h-13h – Déjeuner

 

13h30 > 18h : 3 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

1re partie : 13h30 >15h30
Politiques managériales
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Sébastien Chauvin(Université d’Amsterdam)
> Frédéric Péroumal (Cerlis, Paris V) : « “La double vérité” des dispositifs d’évaluation, les rapports de classes dans les groupes internationaux»
> Lionel Jacquot (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales,Université de Lorraine) : « Ce que manager veut dire. Une lecture bourdieusienne. Le travail de l’intermédiation hiérarchique dans le champ de la domination managériale »
> Pascal Martin (CSE-CESSP) : « L’ethos de l’État social managérial »
> Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS) : « Fermer progressivement le champ des possibles. Bourdieu et la professionnalisation des conseillers financiers de la Poste »

2e partie : 16h00 >18h00
Précarités, souffrance et dominations au travail
Discussion : Stephen Bouquin (Université d’Evry Vald’Essonne, Centre Pierre Naville)
Animation : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8)
> Rémy Caveng (CURAPP-UPJV, CESSP et LSQ) : « Marché du travail et dispositions à la précarité. Une analyse par les transactions et les trajectoires »
> Lucie Goussard (CRESPPA-GTM, Centre Pierre Naville) : « La vulnérabilité au travail des cadres transfuges sociaux »
> Vanessa Pinto (Université de Reims Champagne -Ardenne) : « La dénégation de la relation salariale. Ethnographie d’un centre d’appels »
> Sébastien Bauvet (ERIS, CMH, EHESS) : « Sur la notion de capital dans l’analyse des espaces professionnels »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

1re partie : 13h30 >15h30
Le travail enseignant
Discussion : Christophe Brochier (Paris 8-CREDA)
Animation : Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA)
> Bertrand Geay (CURAPP-CNRS) : « Le travail enseignant chez Pierre Bourdieu »
>Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine, Centre EmileDurkheim) : « Bourdieu et le travail enseignant : délimitation et actualité d’un objet peu visible et transversal »
> Joëlle Bourgin (Université Grenoble 3) : « Le travail des enseignants universitaires au prisme de Bourdieu »

2e partie : 16h00 >18h00
Le travail artistique
Discussion : Julien Duval (CESSP-EHESS)
Animation : Nicolas Sembel (IUFM d’Aquitaine,Centre Emile Durkheim)
>
Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) :
« Rénover la sociologie du travail artistique : réhabiliter l’usage des concepts issus de la sociologie de Bourdieu »
> Marc Perrenoud (UNIL-ISS) : « Les économies symboliques du travail. Pour un usage étendu de “l’économie des biens symboliques”»
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

       Atelier thématique. Habitus professionnels

1re partie : 13h30 >15h30
Métiers de corps et incorporation du métier
Discussion : Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU –Paris 8)
Animation : Cédric Lomba (CRESPPA-CSU-CNRS)
> Elyamine Settoul (INED –Science Po CERI) :
« Décrypter le métier des armes avec les armes de Pierre Bourdieu. La professionnalisation des armées à l’épreuve des concepts de Pierre Bourdieu »
> Laurence Proteau (CESSP/CSE, EHESS) : « Architecture physique et cadre symbolique. Être et paraître policier »
> Bénédicte Reynaud (PJSE-ENS) : « Règles, usages et habitus. Le cas d’un établissement de la RATP »
> Yolande Witman (Sioo Research Fellow, Pays-Bas) : « Don’t underrate the hidden curriculum. The medical habitus as a “second birth” »

2e partie : 16h00 >18h00
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail social
Discussion : Matthieu Hély (IDHE-Paris Ouest)
Animation : Nadège Vézinat (CEE-CMH-EHESS)
> Jean-François Gaspar (Haute École Louvain en Hainaut & Haute École Namur-Liège-Luxembourg,CESSP) :
« Les apports de Pierre Bourdieu à la compréhension de l’univers du travail social »
> Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS) : « Faire sa place à l’école : les infirmières de l’éducation nationale, entre champ médical et institution scolaire »
> Maricel Rodriguez Blanco (EHESS-UBA) : « Entre mobilisation et encadrement des “classes populaires” : les assemblées des organisations piqueteras en Argentine »
3e partie vendredi 13 décembre, 14h30>16h30 (suite de l’atelier)

        Vendredi 14 décembre 2012       

9h00 > 13h15 : 2 Ateliers thématiques

       Atelier thématique. Bourdieu, sociologue du travail ?

1re partie : 9h00 >11h00
Bourdieu, l’Algérie et la question du salariat
Discussion : Tassadit Yacine (LAS-EHESS)
Animation : Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay)
> Claude Didry (IDHE-ENS Cachan): « Dénaturalisation du travail et histoire sociale. Les apports de la sociologie bourdieusienne de l’Algérie »
> Brahim Labari et Loubna Belgriri (Université d’Agadir): « La société algérienne face aux logiques économiques “importées” : Bourdieu et l’homme de tradition »
> Fabien Sacriste (Université de Toulouse, FRAMESPA-GRHI): « L’analyse du travail dans les recherches algériennes de Pierre Bourdieu : un autre exemple de l’opposition entre tradition et modernité ? »

2e partie : 11h15 >13h15
De l’Algérie aux pays du « Sud »
Discussion : Denis Merklen (IHEAL-CREDA)
Animation : Yohan Selponi (MILDT -EHESS – CADIS-EHESS)
> Pedro Robertt (Université de Pelotas, Brésil) et Marcos Supervielle (Université de la République, Uruguay) :
« Les usages de Pierre Bourdieu en Sociologie du Travail en Amérique latine »
> Edwin Catacora Vidangos (Université National de Altiplano, Perou) : « Ética andina, migraciones, trabajo y reconfiguraciones de los habitus en el Peru contemporáneo »
> Pascale Absi, Laurent Bazin et Monique Sélim (CRITERES, IRD) : « Le travail et les amphibologies de la domination. Réflexions à partir d’enquêtes sur les travailleurs en Algérie, les prostituées en Bolivie et les diplômées en Chine »

       Atelier thématique. Positions subalternes et intermédiaires au travail et appartenance de classe

1re partie : 9h00 >11h00
Professions et agents intermédiaires : entre relégation et renforcement des positions
Discussion : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
Animation : Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille)
> Cécile Rabot (CESSP-EHESS) : « Bibliothécaire, un métier de l’ombre dans une institution périphérique »
> Anne Lambert (AGPR, ENS-CMH-EHESS) : « Devenir Solvable : travail et rôle des agents intermédiaires dans l’accès pavillonnaire des classes populaires (des années 1980 à nos jours) »
> Stanislas Morel (Université de Saint-Etienne, ECP-CESSP) : « Champ et “champ d’intervention professionnelle” »

2e partie : 11h15 >13h15
« Travailleurs manuels » : le choix du nécessaire ?
Discussion : Cédric Lomba (CRESSPA-CSU-CNRS)
Animation : Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2-Triangle)
> Benoît Leroux (CESSP-EHESS) : « Travail et travailleurs en agriculture biologique. De l’étude de cas au champ »
> Frédéric Nicolas (LaSSP-IEP Toulouse) : « L’enracinement, ou l’incorporation d’un ordre des choses agricoles. Chroniques ethnographiques d’installations en agriculture biologique »
> Thibaut Menoux (CESSP-EHESS-Paris Ouest) : « La distinction au travail : les concierges d’hôtel de luxe »
> Julien Gros (ETT-EHESS-ENS) : « Esprit d’ouvrier ou esprit d’entrepreneur. Les bûcherons, des ouvriers non salariés »

13H15 >14H30 déjeuner

Ateliers thématiques (suite du 13 décembre)

        Atelier thématique. L’entreprise : dominations et conflits

3e partie : 14h30 >16h30
L’entreprise : un espace de conflits
Discussion : Paul Bouffartigue (LEST-CNRS)
Animation : Julien Gros (ETT-EHESS-ENS)
> Sophie Béroud (Université Lumière Lyon 2 -Triangle) : « Sur la pertinence heuristique du concept de champ syndical »
> Pierre-Emmanuel Sorignet (PRISSMH – EA 4561 -F2SMH) et Nicolas Spire (APTEIS -Analyse pluridisciplinaire du travail, études et intervention sociales) : « L’expertise CHSCT au prisme de la sociologie critique»
> Baptiste Giraud (Université Aix-Marseille, LEST) : « Les apports du cadre d’analyse bourdieusien appliqué à l’analyse des grèves »
> Adrien Mazières-Vaysse (Centre Emile Durkheim, IEP Bordeaux) : « Bourdieu et les subalternes. L’apport de l’analyse bourdieusienne des classes pour penser les subjectivités du salariat précaire »

       Atelier thématique. Travailleurs intellectuels

3e partie : 14h30 >16h30
Travailleurs intellectuels : luttes des places
Discussion : Gisèle Sapiro (CESSP-EHESS) (sous réserve)
Animation : Gérard Mauger (CESSP-EHESS)
> Pierre Bataille (FNS-Labso, Anthropole, Université de Lausanne) :
« Le capital social normalien, représentations et usages en contexte professionnel »
> Boris Attencourt (CESSP-EHESS) : « Le travail de la “visibilité intellectuelle” : le cas des conférences “grand public”»
> Pierre Lénel (Lise-CNRS-CNAM) et Annie-Joëlle Priou (LCS – Paris 7, UVSQ – Ifsi) : « Ce que parler de la violence veut dire : du métier de sociologue à la violence symbolique ? »
> Alexandra Bidet (CNRS-CMH) et Marielle Macé (CNRS-CRAL) : « Styles au travail, à partir de Pierre Bourdieu »

       Atelier thématique. Habitus professionnels

3e partie : 14h30 >16h30
Bénévolat, encadrement et vocation : le travail sportif
Discussion : William Gasparini (Équipe Sciences sociales du sport, Université de Strasbourg)
Animation : Stanislas Morel (Université de SaintÉtienne, ECP-CESSP)
> Gildas Loirand (Université de Nantes, CENS) :
« Pierre Bourdieu et le réensemencement conceptuel de la sociologie du travail et des professions : le cas du travail d’encadrement sportif associatif en France »
> Pascal Bauger (OREFQ, Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) et Lilian Pichot (Équipe Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « Le structuralisme constructiviste de Bourdieu et l’emploi sportif »
> Sandrine Knobé et Carole Schorlé-Stefan (Équipe de recherche en Sciences Sociales du Sport, Université de Strasbourg) : « À l’épreuve de la causalité du probable : devenir professionnel d’une génération de malchanceux aux contours du recrutement des professeurs d’éducation physique et sportive »

16h30 >17h00 Conclusion du colloque par Paul Bouffartigue, Gérard Mauger et Maxime Quijoux

17h00 CoCktails

Comité Scientifique :
Osvaldo Battistini (UBA-Piette Conicet) / Stéphane Beaud (ENS-EHESS) / Michael Burawoy (Université de Berkeley) / Paul Bouffartigue (LEST) / Sébastien Chauvin (Université d’Amsterdam) / Jean-Pierre Faguer (CESSP-EHESS) / Pierre Fournier (LAMES-Université Aix-Marseille) / Michel Gollac (CREST) / Nicolas Hatzfeld (IDHE-Université d’Evry Val d’Essonne) / Annie Lamanthe (LEST) / Cédric Lomba (CRESPPA-CSU CNRS) / Gérard Mauger (CESSP-EHESS) / Michel Pialoux (CESSP-EHESS) / Gwenaële Rot (IDHE-Paris Ouest) / Delphine Serre (CESSP-Paris 1) / Yasmine Siblot (CRESPPA-CSU-Paris 8) et Marcos Supervielle (Universidad de la República, Montevideo).

Comité d’organisation :
Paul Bouffartigue (LEST, Aix-en-Provence) / Gérard Mauger (CESSP, EHESS) et Maxime Quijoux (IDHE-ENS Cachan).

 

Enquête expérimentale sur la qualité de la vie au travail

Enquête sur la qualité de la vie au travail (QVT)

QVT est une enquête méthodologique, complémentaire à l’enquête Conditions de Travail 2012. L’objectif principal de l’enquête QVT est de mesurer la sensibilité des résultats au mode de collecte en comparant ses résultats à ceux de Conditions de Travail 2012. Plus précisément : Comparer la qualité et le contenu des réponses selon le mode de collecte : face à face/internet d’une part et auto-questionnaire sous casque/internet d’autre part ; Par des questions ouvertes, faire émerger des questions pour couvrir certains thèmes de l’enquête risque psychosociaux 2015.

Thèmes abordés :
L’enquête complémentaire sur la qualité de la vie au travail (QVT) reprend globalement les mêmes thématiques que l’enquête conditions de travail 2012 transposées sur internet. Rappel des divers thèmes : Les horaires et l’organisation du temps de travail, l’organisation et les rythmes de travail, les risques, les pénibilités et leur prévention, les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail.

Le champ de l’enquête couvre les personnes (individus ou ménages) ayant déclaré un revenu issu du travail dans déclaration fiscale 2011. Personnes salariées ou non.  Individus vivant dans des logements ordinaires (hors institutions)

Producteur : INSEE
Enquête unique réalisée de novembre 2012 à mi-janvier 2013, qui s’inscrit dans les préconisations du rapport de l’Inspection Générale de l’Insee sur la collecte multi-mode (internet et papier).
Publications des résultats : courant 2013, après la publication des résultats de l’enquête Conditions de travail 2012 par la Dares

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Enquête conditions de travail 2012

Enquête conditions de travail – Questionnaire Actif occupé, Enquête auprès des établissements.

Cette enquête a pour objectifs de permettre des analyses fines par catégorie socioprofessionnelle et secteur d’activité et, grâce à sa profondeur temporelle, d’apprécier les évolutions. L’enquête comprend deux volets :
– Le volet  » Actifs occupés  »
– Le volet  » Employeurs  » permet d’obtenir des employeurs, une information complémentaire par rapport à celle collectée auprès des salariés.

Thèmes :
Le volet  » Actifs occupés  » aborde principalement :
– les horaires et l’organisation du temps de travail,
– l’organisation et les rythmes de travail,
– les risques, les pénibilités et leur prévention,
– les contraintes psychosociales, les relations avec le public, la violence au travail.

Le volet  » Employeurs  » aborde les principaux thèmes concernant :
– le positionnement économique et les relations de l’entreprise avec son environnement
– l’organisation du travail
– les pratiques de prévention des risques
– la gestion des ressources humaines.

Champ de l’enquête et couverture géographique :
La cible du volet  » Actifs occupés  » est constituée de l’ensemble des personnes ayant un emploi, indépendant ou salarié, public ou privé, stable ou temporaire.
Le volet  » Employeurs  » est constitué d’une part des employeurs des salariés interrogés lors du volet  » Actifs occupés  » si l’établissement emploi 10 salariés ou plus, d’une part d’un échantillon indépendant d’établissement publics et privés employant au moins un salarié.
Pour la première fois dans l’enquête 2012, il est prévu d’étendre l’enquête dans quatre départements d’outre-mer (Martinique, Guadeloupe, Réunion, Guyane), en plus de la France métropolitaine.

Producteur : Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), en partenariat avec Direction de la recherche, de l’évaluation, des études et de la statistique (DREES) Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP),
Périodicité : L’enquête a été reconduite tous les 7 ans depuis 1978.
Enquêtes disponibles : 1978, 1984, 1991, 1998, 2005. (Les premiers résultats de l’enquête 2012 seront produits en 2013)

Source : CNIS, consultée le 13 novembre 2012

Complément :
Les fichiers de données des enquêtes conditions de travail 1984 à 2005 sont disponibles gratuitement dans une finalité de recherche pour les chercheurs, enseignants chercheurs, doctorants et étudiants des masters français et étrangers.
La description des fichiers et leur diffusion est réalisée par l’ADISP (Archives de Données Issues de la Statistique Publique), équipe CNRS du Centre Maurice Halbwachs (CMH, Lasmas), rattachée au Greco.
L’Adisp est membre du Réseau Quetelet et du réseau européen des archives de données CESSDA.
– Enquêtes conditions de travail 1984
– Enquêtes conditions de travail 1991
– Enquêtes conditions de travail 1998
– Enquêtes conditions de travail 2005