Archives de catégorie : Management et organisation du travail

La promotion interne fait de la résistance

La promotion interne fait de la résistanceEn dépit des évolutions du marché du travail qui devraient lui être défavorables, l’usage de la promotion interne résiste  remarquablement dans les politiques d’entreprise. C’est notamment le cas dans celles qui déploient des stratégies fondées sur le développement et le maintien d’une expertise spécifique et distinctive, ou dans celles qui peinent à recruter. Ses avantages organisationnels et managériaux sont finalement très nombreux.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Jean-Paul Cadet, La promotion interne fait de la résistance in Bref n° 337 (juillet-août 2015). – 4 p

La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

LemaitreCARDONA GIL Emmanuel, LEMAÎTRE Denis (dir.). La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game. Paris : L’Harmattan, 2015, 273 p.

Cet ouvrage a été écrit par les enseignants-chercheurs de l’Axe 4 “Organisation et formation” du CRF (Cnam Paris).

Les formations au management ont de plus en plus recours à des dispositifs pédagogiques numérisés (Moocs, jeux d’entreprises). La mise en représentation des pratiques managériales à travers des simulations, fictions ou jeux de rôle, etc., suppose un délicat travail de modélisation, à la frontière entre les sciences sociales et les sciences informatiques. Continuer la lecture de La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Travail &  Changement, n°359

Entre contraintes économiques et changements sociétaux, les trois fonctions publiques vivent une profonde mutation. Devant les tensions croissantes et la perte de repères ressentie par les agents, la question des conditions de travail et de la qualité de vie au travail s’impose.

Lire la revue

Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi

Site de l'éditeurRachid Bouchareb et Martin Thibault (dir.) Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi, Presses universitaires du Septentrion, coll. Le regard sociologique – 150 p., avril 2015

Présentation de l’éditeur :
En montrant les dynamiques sociales qui façonnent le travail, compris en tant que rapport social qui dépasse la seule sphère de production qu’est l’entreprise, cet ouvrage collectif a choisi de croiser l’étude des changements dans les milieux de travail et les institutions publiques qui « accompagnent » le retour à l’emploi.

Il met en discussion ces deux domaines de recherche : les rapports sociaux dans le travail et en dehors, afin d’appréhender les similitudes et de définir les statuts et identités sociales des individus. Les injonctions à la responsabilisation comme les processus d’individualisation et la casse des collectifs de travail sont suivis à partir de différentes enquêtes qui entrent en résonance : dans le secteur public comme dans le privé, dans l’industrie comme dans le tertiaire, auprès d’ouvriers comme d’employés, dans les agences pour l’emploi et les cellules de reclassement, en appréhendant les fermetures de sites comme les restructurations internes aux entreprises.

Contributions d’Armelle Gorgeu, René Mathieu, Martin Thibault, Rachid Bouchareb, Sylvie Contrepois, Louis-Marie Barnier, Aline Bingen, François Brun ; Post-face de Mateo Alaluf

Sommaire sur le site de l’éditeur

(Faire) travailler plus : vers l’extension des durées de travail ?

 

Appel de « la Nouvelle Revue du Travail « 

Coordination : Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior, Simon Paye

logo de la NRTLe premier corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’est intéressé aux nouvelles temporalités du travail et à ses effets sur le travail et les travailleurs, en mettant l’accent sur l’éclatement des temps professionnels. Le détricotage progressif des 35 heures pour augmenter de nouveau le temps de travail – de la loi Fillon du 17 janvier 2003 à la loi Macron du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques – s’est doublé d’une volonté de procéder à l’allongement de la vie professionnelle via l’allongement de la durée de cotisation. Ce onzième Corpus pose la question de l’extension des durées du travail.

Date limite :  6 janvier 2017

Pour aller plus loin :  Carnet de la NRT

La comédie humaine du travail

Linhart-ComedieDanièle Linhart, La comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale Toulouse : Erès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 158 p.

 

Avec Taylor, le « père » de l’organisation scientifique du travail, les ouvriers devenaient un rouage passif, astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d’esprit, de leurs états d’âme et de leurs savoirs.

Le management moderne semble aux antipodes d’une telle orientation. Il clame sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés, mise sur leur subjectivité, leur personnalité et tend à « psychologiser » les rapports de travail.

Pourtant Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : dans les deux cas, s’organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le résultat est le même : un travail qui perd son sens, qui épuise. Pire encore, le travail moderne précarise subjectivement les salariés, qui, constamment mis à l’épreuve, sont conduits à douter de leur propre valeur et légitimité.

En rapprochant Taylor des managers modernes, l’auteur questionne cette idéologie qui prend de plus en plus de place dans la réalité du travail telle qu’elle se dégage à travers ses propres enquêtes et celles des spécialistes en sciences sociales du travail.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation

Lomba-Travailleurs-medicPierre Fournier, Cédric Lomba et Séverin Muller (Coord.) Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation, éditions Erès, coll. « Clinique du travail », 2014.

L’industrie pharmaceutique n’est connue du public que par les scandales sanitaires qui émaillent régulièrement son actualité et donnent lieu à des batailles d’experts. Mais finalement, que sait-on du fonctionnement concret du monde pharmaceutique ? Est-il au service de l’innovation, de la connaissance, de la maîtrise complète des risques sanitaires, mobilisant haute technologie et personnels hyper-qualifiés ?
L’enquête collective menée par dix chercheurs en sciences sociales au sein même d’entreprises pharmaceutiques permet de mieux comprendre ce qui se passe dans les usines de fabrication de médicaments, dans les hôpitaux, dans les entrepôts des grossistes, dans les pharmacies d’officine et avec les visiteurs médicaux.
De la production à la distribution, elle donne à voir des organisations du travail en lien direct avec le système de rente qui caractérise cette industrie. Sans sous-estimer les contraintes propres aux activités pharmaceutiques, les auteurs montrent le quotidien des travailleurs du médicament, des petites mains aux personnels les plus qualifiés, pour mieux saisir les tensions entre leurs pratiques, parfois à la limite de la légalité, et le cadre réglementaire dont le secteur sait tirer profit. (Quatrième de couverture)

Contributions d’A.-M. Arborio, I. Feroni, P. Fournier, J. Greffion, A. Labrousse, C. Lomba, S. Muller, Q. Ravelli, D. Subramanian et L. de Verdalle.

Voir le carnet de terrain, Les travailleurs du médicament. Carnet d’observation de l’industrie pharmaceutique sous le regard des sciences sociales qui complète la lecture de l’ouvrage.

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants

 

La rationalisation dans tous ses états

Goussard-rationnalisationLucie Goussard, avec Laëtitia Sibaud (dir.), La rationalisation dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 236 p.

Cet ouvrage déconstruit les processus de rationalisation omnipotents qui régissent les activités sociales en France et en Occident. Il propose, d’une part, une réactualisation analytique de cet outil et offre, d’autre part, des critiques renouvelées des processus de rationalisation et de leurs effets sur les individus et sur les corps intermédiaires qui font sens dans nos sociétés en organisant les liens sociaux.

Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client

Les professionnels de la vente à l'épreuve de la relation clientLes stratégies d’entreprise centrées sur le client influencent directement les métiers de vendeurs, commerciaux et téléconseillers. La montée des exigences du client et les pratiques de gestion liées à ces stratégies modifient le contenu de leur activité. Ces effets sont variables selon les métiers, les contextes organisationnels et les choix managériaux.

Dans tous les cas, les professionnels de la vente doivent relever le défi d’une relation clientèle à la fois plus normée et plus singulière.

Lire le document sur le site du Céreq

Jean-Paul Cadet, Samira Mahlaoui, Dominique Maillard, Les professionnels de la vente à l’épreuve de la relation client in Bref n° 321 (mai 2014). – 4 p.

7e Colloque International GeCSO Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations

7ème Colloque International GeCSO

« Gestion des Connaissances dans la Société
et les Organisations »

http://www.agecso.com

Le 7e Colloque International GeCSO organisé par le LEST, se déroulera à :
Aix en Provence les 4, 5 et 6 Juin 2014.

La thématique portera sur :« Dynamiques cognitives et transformations sociétales : Comment se forment les connaissances et où nous conduisent-elles ? »

Ce 7e colloque s’inscrit dans une perspective « indisciplinaire » et vise à croiser différentes approches académiques dans le but de repérer et de faire émerger les tendances qui se dessinent aujourd’hui dans les domaines suivants : la société de la connaissance en évolution, l’économie de la connaissance, la gestion des connaissances aux frontières et les dynamiques cognitives. Ce colloque a un double objectif. Il s’agit, d’une part, de faire un bilan sur les avancées des analyses théoriques dans le domaine des organisations et, d’autre part, de tenter de comprendre les mutations rencontrées aux frontières et au sein des organisations depuis plusieurs années, et en corollaire de mettre en évidence les principaux enjeux de société liés à ces mutations.

Lieu du colloque : Aix-Marseille Université, 3 Avenue Robert Schuman, Aix-en-Provence. France.

Programme : http://www.lest.cnrs.fr/IMG/pdf/programme_gecso_2014_aix_en_provence140401.pdf

Contacts :
administratif : Jocelyne Martiniere-Tesson
scientifique : Claude Paraponaris

 

 

Séminaire Emotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Manifestation scientifique de l’équipe GTM du Cresppa, soutenue par le Dim Gestes, Région Île-de-France et par la MSH Paris Nord

Le séminaire « Emotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions » devrait comporter quatre séances d’ici juin 2014 et se clôturera par un colloque international. Son point de départ est le constat et la proposition suivants, envisagés dans une confrontation pluridisciplinaire :
 
Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…
Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.
Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Responsabilité scientifique : Aurélie Jeantet (Maître de conférences, Univ. Sorbonne Nouvelle Paris 3, Cresppa-GTM)
Organisatrices : Aurélie Jeantet, Régine Bercot, Albena Tcholakova, Diane Desprat
Renseignements : despratdiane@yahoo.fr et  albena.tcholakova@laposte.net

Le séminaire est ouvert au public, sans inscription et se déroule sur le site CNRS Pouchet : 59 rue Pouchet, Paris 17ème.
Métro « Guy Môquet » ou « Brochant », ligne 13 ; bus n°66 arrêt « La Jonquière » ; RER C, Porte de Clichy, sortie rue de la Jonquière.

 

Jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 17h

Corps et émotions 

Intervenants :
Dominique Memmi, Politologue et sociologue, CNRS / Cresppa – CSU
Gilles Raveneau, Ethnologue, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense / LESC
Un affect « violemment » somatisé : le dégoût professionnel, entre aveu et dénégation

Discutantes :
Diane Desprat,
Sociologue, Doctorante, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense / IDHE
Isabelle Gernet,
Psychologue, Maître de conférences, Université Paris Descartes / LPCP

 

Lundi 31 Mars 2014 de 14h à 17h (salle de conférences)

 Dialogue interdisciplinaire

 Intervenants :
Dominique LHUILIER, Psychologue, Professeure émérite des universités, Cnam – CRTD
Peur, anxiété, angoisse: travail et résonances fantasmatiques

 Pierre ROCHE, Sociologue, chargé d’étude au DTEP – Céreq
Clinique sociologique du travail et affects

 

Mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h (salle de conférences)

Le travail des émotions dans les rapports de santé

 Intervenants :
Michel Castra, Sociologue, Université de Lille III –CeRIES :
La régulation des émotions dans les services de soins palliatifs
Alexandra Laurent, Psychologue, Université de Franche-Comté – EA 3188 :
Les professionnels de réanimation à l’épreuve de la relation

Discutante : Hélène Marche, Sociologue, CNRS – Univ. Bretagne Occidentale – ESO

 

Jeudi 12 juin 2014 de 14h à 17h (salle 159)

Formations et socialisation professionnelles aux émotions

Intervenants :
Florent Schepens, Sociologue, Université de Bourgogne – CGC :
Apprendre les bonnes émotions face à l’activité pour pouvoir travailler. Le cas des médecins et des forestiers.
Mathieu Trachman, Sociologue, INED – Démographie, genre et sociétés :
Travail émotionnel et script pornographique
Discutante : Sabine Fortino, Sociologue, Univ. Paris Ouest Nanterre Défense – Cresppa-GTM

 

Programme en PDF

Politique d’entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorer

Politique d'entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorerLa sécurisation des parcours des salariés est souvent mise en relation avec la politique de formation de l’entreprise. En réalité, un ensemble plus vaste de facteurs englobant la gestion des ressources humaines et l’organisation du travail semble devoir être pris en compte.

Certaines configurations d’entreprise vont de pair avec un maintien dans l’entreprise plus durable et en cas de départ de l’entreprise, un maintien en emploi ou un retour à l’emploi mieux assuré.

Voir le Bref sur le site du Céreq

Jean-Claude Sigot, Josiane Vero, Politique d’entreprise et sécurisation des parcours : un lien à explorer in Bref n° 318 (janvier 2014). – 4 p.

Colloque international « Travailler au Brésil et en France. Sens des changements et changements de sens »

Les mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, de 9h à 18h, Paris, site pouchet du CNRS, plan d’accès

Organisé par :
Aparecida Neri de Souza, (Université de Campinas, faculté d’éducation, Unicamp – Brésil), Sabine Fortino (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Cresppa-GTM) et Danièle Linhart (Cresppa-GTM)
Avec le soutien du programme CAPES-COFECUB.

Le colloque se tient en salle des conférences, les communications seront en français.

 

Mercredi 9 Octobre

9h Accueil
9h15 Ouverture du colloque par les organisatrices

Première session :
Dynamiques du marché du travail au Brésil et en France
Introduction et présidence : Lucie Tanguy (Cresppa-GTM)

10h-10h30  Marcia de Paula Leite (Unicamp), Le travail au Brésil : Tendances actuelles

10h30-11hMargaret Maruani (Cerlis) et Monique Méron (INSEE-LSQ), Le marché du travail français au féminin au 20ème siècle

11h/11h15 Pause

11h15 – 11h45 › Angela Maria Carneiro Araujo (Unicamp) et Maria Rosa Lombardi (Fundacao Carlos Chagas/Unicamp), Travail informel, genre et race au Brésil dans les années 2000

11h45 – 12h15Nicolas Jounin (Cresppa-CSU), Au croisement des rapports sociaux : travail et action collective dans le bâtiment

12h15 – 13 hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Deuxième session :
Transformations du travail dans le secteur public
Présidente : Liliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp)

14h-14h30 › Carmen Lucia Rodrigues Arruda (Unicamp), Enjeux et conflits de la formation d’un corps d’enseignants des arts dans l’Université Brésilienne

14h30-15hAparecida Néri de Souza (Unicamp), L’endroit et l’envers des réformes du travail dans le secteur public au Brésil, les années 2003-2010

15h-15H30Vincent de Gaulejac (LCS, Université Paris 7), La recherche malade du management

15h30/15h45 Pause

15h45-16h15 › Salvatore Maugeri (Université d’Orléans) et Jean-Luc Metzger (France Telecom), Financiarisation, dispositifs de gestion et travail : du désordre global à l’ordre local

16h15-17 h30Sabine Fortino (Université Paris Ouest, Cresppa-GTM), Les effets de la new public management sur la participation des salariés

17h30-18h ›  Discussion

 Jeudi 10 octobre

Troisième session :
Rapports de force et sens du travail

Présidente : Danièle Linhart (Cresppa-GTM)

9h30-10hLiliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp), Redéfinitions de l’art et de l’artiste au temps du néolibéralisme au Brésil

10h-10h30 › Polymnia Zagefka (La Sorbonne nouvelle, Institut des hautes études d’Amérique Latine), Métiers d’artistes ou métiers culturel ? Nouvelles configurations à l’ère informatique

11h/11h15 Pause

10h45-11h15 Selma Venco (Unicamp), Le Travail enseignant, à l’épreuve des nouvelles politiques publiques dans l’état de Sao Paulo

11h15-11h45Julien Choquet (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), La déshumanisation du travail, le cas des employés de commerce

11h45-13hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Quatrième session :
Le « nouvel esprit du capitalisme » au nord et au sud
Présidente : Marcia de Paula Leite (Unicamp)

14h-14h30 › Gaetan Flocco (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), Le consentement des cadres au travail

14h30-15hDanièle Linhart (Cresppa-GTM), Les idéologies patronales et managériales du travail, de Taylor à Carlos Ghosn

15h00/15h15 Pause

15h15-15h45Sacha Leduc (Université d’Auvergne), Politiques publiques, soupçons et contrôles

15h45-16h30Aparecida Néri de Souza, Liliana Rolfsen Petrilli Segnini et Selma Venco (Unicamp), Transformations du travail et critiques sociales au Brésil

16h30 › Conclusion

 16h45-17hProjection d’une vidéo : Helena Hirata, cheville ouvrière des échanges franco-brésiliens, par Angelo Soares

 … Suivi d’un pot d’amitié internationale


Appel à contribution. « L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux »

Pour le premier numéro de La revue des conditions de travail à paraître au 1er trimestre 2014, l’Anact lance un appel à contribution sur le thème des RPS.

L’organisation du travail à l’épreuve des risques psychosociaux ?

Depuis le milieu des années 2000, les RPS constituent un vocable incontournable pour parler du travail et de son évolution. Mais l’irruption de cette thématique n’est pas sans poser de nombreux problèmes à l’intervention sur les conditions de travail. Si les RPS ont certainement permis de réintroduire les questions de santé au travail au cœur du débat public, il n’en reste pas moins que l’utilisation de cette notion soulève de nombreuses interrogations et débats. Le risque associé à l’usage des RPS, c’est évidemment de se cantonner à la réparation individuelle, à vouloir avant tout soigner les salariés plutôt que de prendre soin du travail et de transformer son organisation. Dans cette optique, il s’agirait alors de « changer le travail vécu plus que le travail réel »[1], de s’intéresser avant tout aux symptômes individuels et à l’expression du mal-être plutôt qu’à ce qui conditionne étroitement le travail et son organisation.

Face à ce tropisme, le réseau de l’Anact a toujours tenté d’inscrire les RPS dans les dynamiques de changements organisationnels et d’évolution du travail. L’enjeu est de comprendre le travail, de favoriser l’élucidation des controverses sur la qualité de celui-ci et de ses finalités afin de proposer des modes de transformation de l’organisation plus concertés et ouverts à une pluralité de logiques (rapports de service, travail bien fait, etc.). Pour traiter des RPS, il s’agit alors de placer au centre de la réflexion les questions d’environnement du travail et d’organisation. Cette posture implique de rompre avec une conceptualisation des RPS centrée prioritairement sur les symptômes et les facteurs de risques.

Il est temps de faire un bilan de cette expérience et d’en montrer les atouts et les limites, autant à partir des interventions du réseau que dans des problématiques plus générales, issues de la recherche et du conseil. Qu’en est-il alors des nouveaux objets d’intervention impliqués par les RPS – la qualité de vie au travail, l’organisation du travail et le renouvellement des formes de la négociation – et comment ces questions sont-elles traitées dans l’intervention en conditions de travail ? Le dossier entend valoriser des expériences qui ont tenté d’intégrer la compréhension des RPS dans des dynamiques de transformations de l’organisation du travail. Une attention particulière sera également portée à la façon dont ces expériences ont pu contribuer à mieux équiper les acteurs pour faire face au changement.

Dans cette perspective, La revue des conditions de travail propose un appel à contribution vers les communautés de chercheurs, de consultants et d’intervenants impliqués dans le champ des conditions de travail et les dynamiques de changements organisationnels.

[1] Marie-Anne Dujarier, « Une analyse sociologique des discours sur la souffrance au travail », dans Destins politiques de la souffrance. Intervention sociale, justice, travail, sous la direction de Thomas Périlleux et John Cultiaux, Érès, 2009, p. 131.

note: Vous souhaitez contribuer ?