Archives de catégorie : Management et organisation du travail

10 questions sur … Le management du travail | anact

Et si l’amélioration de la performance économique et sociale des organisations passait par une refonte des systèmes et pratiques de management ?

Que ce soit au regard de questions liées à l’amélioration de la performance, à des changements d’organisation du travail ou à la prévention des risques professionnels, le management est à la fois pointé comme une source de dysfonctionnements et comme un levier d’action. Les salariés dénoncent des modes d’organisation et de gestion qui ont conduit à multiplier les objectifs de performance (productivité, qualité, réactivité, flexibilité) et à accroître les contraintes et les contradictions sur le lieu du travail. On reproche ainsi aux manageurs d’avoir des pratiques managériales inadaptées tout en regrettant leur éloignement des problématiques du terrain. Dans ce contexte, en écho aux préconisations faites par les partenaires sociaux en matière de qualité de vie au travail (ANI juin 2013), les entreprises sont invitées à agir.

Le modèle du management du travail développé par le réseau Anact-Aract apporte un nouveau cadre d’analyse et d’action susceptible d’aider les entreprises à repenser leur mode de management.

Source : 10 questions sur … Le management du travail | anact

La définition du travail répétitif comme facteur de pénibilité

geste répétitifDans le prolongement du rapport publié en mai 2015 sur le Compte personnel de prévention de la pénibilité, le présent rapport, demandé à Hervé Lanouzière, directeur général de l’ANACT, porte sur la définition du facteur de pénibilité « travail répétitif ». La définition actuelle de ce facteur a été jugée trop imprécise par les entreprises, alors même qu’il est en application depuis le 1er janvier 2015. Ce rapport a pour objet de proposer une « définition opérante » de ce facteur de pénibilité, « adaptée à la réalité du travail dans les entreprises » et qui permette : « de dire de façon simple quels sont les salariés qui y sont exposés » ; « de ne laisser subsister aucun doute sur son application ».

Source: La définition du travail répétitif comme facteur de pénibilité – Rapports publics – La Documentation française

5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Découvrez 5 actions réalisées par le réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail.

1/ Déploiement d’un plan d’action pour la qualité de vie au travail et la prévention des risques professionnels dans la filière alimentaire.

2/ Maintien dans l’emploi des salariés atteints de maladies chroniques évolutives et diffusion de bonnes pratiques

3/ Amélioration des conditions de travail, de la performance et de l’attractivité des entreprises dans la filière bois.

4/ Amélioration des conditions de travail dans la Fonction publique

5/ Prévention des risques professionnels et de l’usure : l’Anact, la Cnamts et la Cnav s’engagent

Source: 5 actions du réseau Anact-Aract en faveur de l’amélioration des conditions de travail

Numérique et conditions de travail : des défis essentiels à relever pour l’entreprise

L’évolution des technologies numériques continue d’opérer une transformation profonde au sein des entreprises. Elles impactent à la fois l’organisation, le management, la culture, le rapport au travail, les compétences ainsi que l’ensemble des acteurs de l’entreprise. Incontournables, leurs effets sont parfois subis. Mais elles représentent également de vraies opportunités pour re-questionner l’organisation du travail et tous les fonctionnements de l’entreprise.

Source: Numérique et conditions de travail : des défis essentiels à relever pour l’entreprise

L’entreprise libérée : une véritable innovation managériale ?

L’entreprise libérée suscite un engouement croissant en France depuis la parution française en 2012 de l’ouvrage d’Isaac Getz et Brian M. Carney, « Liberté et Cie » et la diffusion en février 2015 du documentaire « Le bonheur au travail » par la chaîne Arte. Serait-elle le nouveau modèle sur lequel fonder l’organisation de l’entreprise ?

Source: L’entreprise libérée : une véritable innovation managériale ?

La promotion interne fait de la résistance

La promotion interne fait de la résistanceEn dépit des évolutions du marché du travail qui devraient lui être défavorables, l’usage de la promotion interne résiste  remarquablement dans les politiques d’entreprise. C’est notamment le cas dans celles qui déploient des stratégies fondées sur le développement et le maintien d’une expertise spécifique et distinctive, ou dans celles qui peinent à recruter. Ses avantages organisationnels et managériaux sont finalement très nombreux.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Jean-Paul Cadet, La promotion interne fait de la résistance in Bref n° 337 (juillet-août 2015). – 4 p

La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

LemaitreCARDONA GIL Emmanuel, LEMAÎTRE Denis (dir.). La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game. Paris : L’Harmattan, 2015, 273 p.

Cet ouvrage a été écrit par les enseignants-chercheurs de l’Axe 4 “Organisation et formation” du CRF (Cnam Paris).

Les formations au management ont de plus en plus recours à des dispositifs pédagogiques numérisés (Moocs, jeux d’entreprises). La mise en représentation des pratiques managériales à travers des simulations, fictions ou jeux de rôle, etc., suppose un délicat travail de modélisation, à la frontière entre les sciences sociales et les sciences informatiques. Continuer la lecture de La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Conditions de travail et performance des organisations publiques

Travail &  Changement, n°359

Entre contraintes économiques et changements sociétaux, les trois fonctions publiques vivent une profonde mutation. Devant les tensions croissantes et la perte de repères ressentie par les agents, la question des conditions de travail et de la qualité de vie au travail s’impose.

Lire la revue

Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi

Site de l'éditeurRachid Bouchareb et Martin Thibault (dir.) Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi, Presses universitaires du Septentrion, coll. Le regard sociologique – 150 p., avril 2015

Présentation de l’éditeur :
En montrant les dynamiques sociales qui façonnent le travail, compris en tant que rapport social qui dépasse la seule sphère de production qu’est l’entreprise, cet ouvrage collectif a choisi de croiser l’étude des changements dans les milieux de travail et les institutions publiques qui « accompagnent » le retour à l’emploi.

Il met en discussion ces deux domaines de recherche : les rapports sociaux dans le travail et en dehors, afin d’appréhender les similitudes et de définir les statuts et identités sociales des individus. Les injonctions à la responsabilisation comme les processus d’individualisation et la casse des collectifs de travail sont suivis à partir de différentes enquêtes qui entrent en résonance : dans le secteur public comme dans le privé, dans l’industrie comme dans le tertiaire, auprès d’ouvriers comme d’employés, dans les agences pour l’emploi et les cellules de reclassement, en appréhendant les fermetures de sites comme les restructurations internes aux entreprises.

Contributions d’Armelle Gorgeu, René Mathieu, Martin Thibault, Rachid Bouchareb, Sylvie Contrepois, Louis-Marie Barnier, Aline Bingen, François Brun ; Post-face de Mateo Alaluf

Sommaire sur le site de l’éditeur

(Faire) travailler plus : vers l’extension des durées de travail ?

 

Appel de “la Nouvelle Revue du Travail “

Coordination : Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior, Simon Paye

logo de la NRTLe premier corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’est intéressé aux nouvelles temporalités du travail et à ses effets sur le travail et les travailleurs, en mettant l’accent sur l’éclatement des temps professionnels. Le détricotage progressif des 35 heures pour augmenter de nouveau le temps de travail – de la loi Fillon du 17 janvier 2003 à la loi Macron du 6 août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques – s’est doublé d’une volonté de procéder à l’allongement de la vie professionnelle via l’allongement de la durée de cotisation. Ce onzième Corpus pose la question de l’extension des durées du travail.

Date limite :  6 janvier 2017

Pour aller plus loin :  Carnet de la NRT

La comédie humaine du travail

Linhart-ComedieDanièle Linhart, La comédie humaine du travail : de la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale Toulouse : Erès, coll. « Sociologie clinique », 2015, 158 p.

 

Avec Taylor, le « père » de l’organisation scientifique du travail, les ouvriers devenaient un rouage passif, astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d’esprit, de leurs états d’âme et de leurs savoirs.

Le management moderne semble aux antipodes d’une telle orientation. Il clame sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés, mise sur leur subjectivité, leur personnalité et tend à « psychologiser » les rapports de travail.

Pourtant Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : dans les deux cas, s’organise en réalité une disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience qui tend à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. Le résultat est le même : un travail qui perd son sens, qui épuise. Pire encore, le travail moderne précarise subjectivement les salariés, qui, constamment mis à l’épreuve, sont conduits à douter de leur propre valeur et légitimité.

En rapprochant Taylor des managers modernes, l’auteur questionne cette idéologie qui prend de plus en plus de place dans la réalité du travail telle qu’elle se dégage à travers ses propres enquêtes et celles des spécialistes en sciences sociales du travail.

Sommaire sur le site de l’éditeur

Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation

Lomba-Travailleurs-medicPierre Fournier, Cédric Lomba et Séverin Muller (Coord.) Les travailleurs du médicament. L’industrie pharmaceutique sous observation, éditions Erès, coll. « Clinique du travail », 2014.

L’industrie pharmaceutique n’est connue du public que par les scandales sanitaires qui émaillent régulièrement son actualité et donnent lieu à des batailles d’experts. Mais finalement, que sait-on du fonctionnement concret du monde pharmaceutique ? Est-il au service de l’innovation, de la connaissance, de la maîtrise complète des risques sanitaires, mobilisant haute technologie et personnels hyper-qualifiés ?
L’enquête collective menée par dix chercheurs en sciences sociales au sein même d’entreprises pharmaceutiques permet de mieux comprendre ce qui se passe dans les usines de fabrication de médicaments, dans les hôpitaux, dans les entrepôts des grossistes, dans les pharmacies d’officine et avec les visiteurs médicaux.
De la production à la distribution, elle donne à voir des organisations du travail en lien direct avec le système de rente qui caractérise cette industrie. Sans sous-estimer les contraintes propres aux activités pharmaceutiques, les auteurs montrent le quotidien des travailleurs du médicament, des petites mains aux personnels les plus qualifiés, pour mieux saisir les tensions entre leurs pratiques, parfois à la limite de la légalité, et le cadre réglementaire dont le secteur sait tirer profit. (Quatrième de couverture)

Contributions d’A.-M. Arborio, I. Feroni, P. Fournier, J. Greffion, A. Labrousse, C. Lomba, S. Muller, Q. Ravelli, D. Subramanian et L. de Verdalle.

Voir le carnet de terrain, Les travailleurs du médicament. Carnet d’observation de l’industrie pharmaceutique sous le regard des sciences sociales qui complète la lecture de l’ouvrage.

Émotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Colloque international, Paris, 16 et 17 octobre 2014.

Colloque-Emotions-16&17oct2014

Manifestation scientifique soutenue par le Dim Gestes de la Région Île-de-France, le Cresppa-GTM UMR 7217, la MSH Paris Nord, l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, l’Université Paris 8 et le Lise-Cnam UMR 3320.

Lieu du colloque : Amphithéâtre Jean-Batiste Say – 292 rue Saint-Martin, Paris (75003)

Le colloque est ouvert au public, gratuit et sur inscription.

Contacts : Diane Desprat et Albena Tcholakova

 

Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.

Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Programme et intervenants

 

La rationalisation dans tous ses états

Goussard-rationnalisationLucie Goussard, avec Laëtitia Sibaud (dir.), La rationalisation dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 236 p.

Cet ouvrage déconstruit les processus de rationalisation omnipotents qui régissent les activités sociales en France et en Occident. Il propose, d’une part, une réactualisation analytique de cet outil et offre, d’autre part, des critiques renouvelées des processus de rationalisation et de leurs effets sur les individus et sur les corps intermédiaires qui font sens dans nos sociétés en organisant les liens sociaux.