Archives de catégorie : Genre

Accès des jeunes femmes et des jeunes hommes aux emplois cadres, une égalité trompeuse

Pour la première fois, en 2013, la part de jeunes femmes qui occupaient, trois ans après leur entrée sur le marché du travail, un emploi de cadre, est devenue équivalente à celle des jeunes hommes.

Pour autant, leur accès aux postes de cadres en début de vie professionnelle n’est toujours pas à la mesure de l’importance de leur investissement éducatif. L’évolution de leur niveau de diplôme est supérieure au rattrapage qu’elles opèrent en accédant plus massivement qu’auparavant à l’emploi cadre.

Lire le Bref

Plus d’information sur le site du Céreq

Vanessa Di Paola, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Stéphanie Moullet , Accès des jeunes femmes et des jeunes hommes aux emplois cadres, une égalité trompeuse in Bref n° 359 (2017). – 4 p.

Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ?

Ce document aLes-pratiques-manageriales-peuvent-elles-reduire-les-inegalites-professionnelles-de-genre-L-exemple-de-la-promotion-et-de-la-formation_largeborde la question du rôle des pratiques RH dans la réduction des disparités professionnelles de genre observées dans l’accès à la promotion et à la formation en entreprise. Les résultats sont issus de traitements économétriques effectués sur des données issues de l’enquête couplée entreprise-salariés conduite en 2010-2012 (Difes 2).

L’analyse montre ainsi que dans les entreprises ayant une politique RH plus structurée, les écarts des taux de promotion entre les femmes et les hommes diminuent de manière considérable ainsi que les écarts dans l’accès à la formation générale. L’écart dans les taux d’accès à la formation spécifique est quasi inexistant.

Lire le document sur le site du Céreq

Couprie, Hélène; Melnik, Ekaterina. Les pratiques managériales peuvent-elles réduire les inégalités professionnelles de genre ? : L’exemple de la promotion et de la formation  – Marseille : Céreq, 2016. – 54 p. – (Net.Doc; 158) .

Expérience sociale Tremplin – Les lycées ont-ils un rôle actif à jouer dans l’insertion des jeunes issus de formation professionnelle ?

Experience-sociale-Tremplin-Les-lycees-ont-ils-un-role-actif-a-jouer-dans-l-insertion-des-jeunes-issus-de-formation-professionnelle_largeCe rapport rend compte de l’évaluation de l’expérience sociale Tremplin, menée de septembre 2012 à mars 2015 dans des lycées professionnels auprès de jeunes en CAP et bac pro. Cette expérience comportait les objectifs suivant : développer un projet d’établissement qui prenne en compte la dimension insertion professionnelle des jeunes ; construire un réseau d’acteurs sociaux et professionnels des territoires ; améliorer l’employabilité des jeunes ; lutter contre les inégalités à l’embauche, réduire les inégalités de genre dans l’insertion professionnelle.

Lire le document sur le site du Céreq

Gleizes, Martine; Lawes, Shirley; Perthuis de Laillevault, François-Xavier de; Rousset, Patrick; Sgarzi, Matteo, Expérience sociale Tremplin – Les lycées ont-ils un rôle actif à jouer dans l’insertion des jeunes issus de formation professionnelle ?   – Marseille : Céreq, 2016. – 99 p. – (Net.Doc; 153) .

Le genre du mal-être au travail

Bercot-genre-maletreRégine Bercot (dir.), Le genre du mal-être au travail, Toulouse : Octarès éditions, coll. « Le travail en débats, série colloques et congrès », 2015 – 218 p.

 

Comment révéler mais aussi rendre compte de certains aspects du travail qui sont ignorés par les acteurs, soit parce qu’ils n’en ont pas conscience, soit parce que la mémoire les efface ou leur donne une signification qui les rend naturels et donc non dicibles ? Et pourtant le travail de terrain, l’observation, l’entretien, l’enquête ethnographique le plus souvent, permettent non seulement de révéler des faits, des comportements, des relations mais aussi de se rendre compte qu’elles sont porteuses de difficultés pour les acteurs et parfois de mal-être. La notion de mal-être a été choisie pour rendre compte de ces problèmes qui apparaissent parfois naturalisés, parfois minimisés et considérés comme normaux y compris par ceux ou celles qui ont à en subir les conséquences. Le travail effectué par les chercheurs est aussi d’expliciter les différences que crée l’existence d’un rapport social de sexe, rapport social qui interfère sur les places attribuées, sur les comportements et les représentations des acteurs.

C’est dans le travail, mais aussi dans l’articulation du travail et du hors travail que se tapissent des sources de mal-être dont certaines sont ignorées des grandes enquêtes. Cet ouvrage, construit autour des résultats des enquêtes de terrain, révèle une part de l’invisible : invisibilité quant aux contraintes qui pèsent pour orienter le choix des places et des rôles, notamment des femmes dans les mondes masculins, invisibilité des impositions de sens et d’orientation des conduites.

Si les dimensions factuelles sont importantes pour analyser les conditions de travail, ce livre interroge aussi les dimensions idéelles qui sous tendent les relations entre acteurs. C’est ainsi que l’on peut débusquer ce qui atteint : des formes de vêture à respecter dans le monde des experts, des manières de se comporter et de faire face à des émotions tant dans la police que dans le soin.

Contributions de : Régine Bercot, Isabelle Boni, Lucie Goussard, Anne Jacquelin, Marc Loriol, Efthymia Makridou, Haude Rivoal, Armelle Testenoire

Sommaire sur le site de l’éditeur

 

Le livre fait suite au séminaire « Le genre du mal-être au travail« , organisé d’octobre 2012 à décembre 2013 par Régine Bercot (Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM-GESTES, de la MSH Paris-Nord et de la Région Île-de-France, site Pouchet du CNRS. (Voir aussi…)

La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales

Bercot-sante_travail_prismeR. Bercot (Coord.), La santé au travail au prisme du genre : épistémologie, entêtes et perspectives internationales, Octarès, collection le travail en débats, série colloques et congrès 2014.

Comment rendre compte de la santé au travail en tenant compte des appartenances de genre ? Cette question suppose de saisir les différences tant au niveau sociétal qu’au niveau du travail lui-même, d’intégrer des dimensions liées à la socialisation et à l’ethos des groupes, de rendre compte des effets du travail dans son articulation aux contextes de vie et aux trajectoires.

Que nous disent les grandes enquêtes quantitatives ? Prenant appui sur des enquêtes quantitatives nationales au Québec et au Chili les auteurs affinent les résultats en mettant en exergue les différences hommes femmes ainsi que les sources de ces différences. Ils questionnent les enjeux et les rapports de force autour de la construction des indicateurs. Au fil des chapitres, on découvrira tout à la fois les données produites et les problèmes de méthodes qui se posent au chercheur souhaitant faire apparaître des corrélations entre différentes situations et différents contextes.

Une focale mise sur les conducteurs de bus au Portugal illustre la manière dont les acteurs et particulièrement les femmes sont fragilisées par des rythmes de travail incompatibles avec leurs contraintes de vie.

Avec les contributions de :
Karen Messing, Elisa Ansoleaga, Angelo Soares, Marianne Lacomblez, Nicky Le Feuvre ; Introduction de Régine Bercot.

Voir aussi le programme du séminaire « Le mal-être du genre au travail » organisé par l’Anact, le Cresppa-GTM, la MSH Paris-Nord avec le soutien du Dim Gestes Région Île-de-France de 2012 à 2014.

 

Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité

Femmes dans des "métiers d'hommes" : entre contraintes et déni de légitimitéPour une femme, exercer un métier traditionnellement masculin, c’est prendre le risque de se heurter à des résistances. Si des accords d’entreprise sur l’égalité professionnelle sont parfois signés, ils ne suffisent pas à protéger les femmes du sexisme. En pratique, faire ses preuves ne suffit pas.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Alexandra D’Agostino, Dominique Epiphane, Irène Jonas, Frédéric Séchaud, Emmanuel Sulzer, Femmes dans des « métiers d’hommes » : entre contraintes et déni de légitimité in Bref n° 324 (novembre 2014). – 4 p.

What recruiters say about job applicants and gender

 ‘Men tend to be go-getting but women are better organised’: what recruiters say about job applicants and genderTitre complet : ‘Men tend to be go-getting but women are better organised’: what recruiters say about job applicants and gender

Discrimination when hiring new staff is punishable by law. And yet gender is seldom a neutral criterion during the recruitment process. The assumption that women are less flexible in respect of their working hours is not the only issue at stake. A whole set of personality traits that are still regarded as ‘innate’ to men and women can bias the selection process. The statements made by recruiters, both men and women, show that the stereotypes die hard…

Voir le document sur le site du Céreq

Lydie Chaintreuil, Dominique Epiphane, « Men tend to be go-getting but women are better organised » : what recruiters say about job applicants and gender in Training and employment n° 107 (septembre-octobre 2013). – 4 p.

Genre, travail et mobilités au prisme des comparaisons internationales

Séminaire public de l’équipe GTM du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa)

Coordination : Fatiha Talahite, Sylvie Contrepois

Introduction :
Au cours de ces dernières années, les chercheur.e.s du GTM ont été impliqué.e.s dans différentes collaborations internationales. De ces multiples confrontations d’univers scientifiques, il ressort une connaissance enrichie des sociétés contemporaines et de leurs évolutions, mais aussi des interrogations sur la pertinence et la portée des catégories d’analyse utilisées au quotidien dans chacun des pays. L’objectif du séminaire du GTM pour 2013-2014, est d’offrir au public le récit à plusieurs voix de ces expériences.

Chaque chercheur.e impliqué.e dans des coopérations internationales a été encouragé.e à inviter ses collègues étrangers à présenter avec elles / eux les résultats des travaux communs et les questionnements émergeant de la confrontation de leurs différents univers d’interprétation.

Le séminaire de l’équipe GTM est ouvert au public, sans inscription, et se déroule sauf exception un lundi par mois sur le site CNRS Pouchet (Paris, 17ème), en salle des conférences.

Pour tout renseignement : sandra.nicolas@gtm.cnrs.fr – plan d’accès

Programme :

Mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, toute la journée
Organisation et conditions du travail moderne. Emploi, chômage et précarité au travail
Colloque international de clôture du Programme COFECUB – CAPES (France-Brésil)
Sabine Fortino, sociologue, maître de conférences université Paris 10, chercheure GTM-Cresppa – Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Lucie Tanguy, sociologue, GTM-Cresppa
Retour sur le programme du colloque (Les Échos du travail, 5 octobre 2013)

Lundi 04 novembre 2013, 14h-17h
Mayotte, 101e département : une sociologie du postcolonial Outre-Mer
Nicolas Roinsard, sociologue, maître de conférences université de Clermont-Ferrand, chercheur GTM-Cresppa

Lundi 9 décembre 2013, 14h-17h
Désindustrialisation et identités collectives
Sylvie Contrepois, sociologue, chercheure Working Lives Research Institute, London Metropolitan University (LMU) et CSU-Cresppa – Kazimiera Wodz, sociologue, professeure université de Silésie, Pologne – Cilla Ross, historienne, reader, Working Lives Research Institute, LMU – Steve Jefferys, historien, directeur du Faculty Advanced Institute for Research, LMU – Juan Carlos Revilla, sociologue, professeur université de Compultense, Madrid

Lundi 13 janvier 2014, 14h-17h
Genre et conflits en Afrique subsaharienne
Marguerite Rollinde, sociologue, GTM-Cresppa – Jacques Tshibwabwa, sociologue, Réseau Universitaire des Chercheurs en Genre (RUCG) de l’Université de Kinshasa (RDC)

Lundi 10 février 2014, 14h-17h
« Aidants familiaux », articulation des trajectoires professionnelle et de care. Comparaison France-Japon
Aurélie Damamme, sociologue, maitre de conférences université Paris 8, chercheure au GTM-Cresppa – Kurumi Sugita, sociologue anthropologue, chargée de recherches au CNRS, Institut d’Asie orientale, Lyon

Lundi 10 mars 2014, 14h-17h
Le chômage: une stratégie de comparaison internationale
Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS, CSO-CNRS-Sciences Po – Helena Hirata, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa

Lundi 7 avril 2014, 14h-17h
Politiques d’emploi et régimes de genre en Bulgarie
Danièle Kergoat, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Katia Vladimirova, économiste, professeure université de Sofia

Lundi 12 mai 2014, 14h-17h
Les enquêtes démographiques au Mexique du projet EDER
Carole Brugeilles, démographe, maître de conférences université Paris 10, CERPOS – Pascal Sebille, Maitre de conférences université Paris 10, CERPOS

Lundi 2 juin 2014, 14h-17h
Les « savoirs migrer »
Adelina Miranda, sociologue, maître de conférences université de Naples, chercheure associée au GTM-Cresppa – Djaouida Sehili, sociologue, PAST, université Paris 13, chercheure au GTM-Cresppa – Sara Maria Lara Florès, sociologue, chercheure, Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Nacional Autonoma de México (UNAM), Mexico

Programme en pdf

Quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s

" Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées " : quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-sTitre complet : ” Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées ” : quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s

 

Les discriminations à l’embauche sont punies par la loi. Pourtant, lors d’un recrutement, le critère du sexe est rarement neutre. Le supposé manque de disponibilité des femmes n’est pas seul en cause. Tout un ensemble de traits de personnalité encore assignés « naturellement » aux hommes et aux femmes peut venir biaiser la sélection.

Les propos de recruteurs, des deux sexes, montrent que les stéréotypes ont la vie dure…

Voir ce Bref sur le site du Céreq

Lydie Chaintreuil; Dominique Epiphane, ” Les hommes sont plus fonceurs mais les femmes mieux organisées “ : Quand les recruteur-e-s parlent du sexe des candidat-e-s, in Bref n° 315 (octobre 2013). – 4 p.

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (1ère année)

Atelier de recherche ouvert organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis et Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Présentation de l’atelier :
Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le
pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-
doctorantes, chercheuse). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner la réflexion sur le croisement des catégories et l’imbrication des rapports de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la
conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de
réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon
dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique.

Les séances se tiennent site CNRS Pouchet, au 59/61 rue Pouchet 75017Paris

         1ère séance,  vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) –  Introduction
Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne) – « La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)

         2e séance, vendredi 29 mars de 14h à 16 (Salle 159) Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) – « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)

          3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle.
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) – « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)

          4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) – Les femmes dans les coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil) –  « Rapports sociaux de genre et de classe dans les expériences de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, LARHRA et LHEST)

          5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à 221) – Séance conclusion
« Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective. »

 

Les liens entre organisation du travail, santé et mal être chez les hommes et femmes

Mardi 22 janvier 2013, 14h-18h, site Pouchet du CNRS en salle de conférences :

Marc Loriol, « Définition de la situation et coping collectif: dépasser l’opposition entre approches objective et subjective du mal-être au travail. »

 Si les psychologues cognitivo-comportementalistes ont, avec l’approche transactionnelle, fait du stress le produit d’une double évaluation par l’individu des difficultés et des moyens d’y faire face, les sociologues et épidémiologistes ont critiqué cette vision trop individualisante pour mettre l’accent sur des facteurs plus objectifs liés aux conditions et à l’organisation du travail. L’approche proposée ici propose une sorte de troisième voie fondée sur l’idée que l’évaluation est pour une grande part collective et que la capacité plus ou moins grande de donner un sens aux contraintes est liée aux formes d’organisation comme aux conditions dans les quelles se déroule l’activité. La variabilité de la régulation sociale du mal-être au travail sera notamment analysée à travers l’exemple de métiers très typés du point de vue du genre (infirmières, policiers, conducteurs de bus, etc.)

Armelle Testenoire, « Évènements de santé, parcours professionnel et familial : leurs interrelations. »

A partir d’une post enquête de l’enquête SIP, cette communication se propose d’analyser les interrelations entre le travail, la santé, et le parcours biographique des individus. Autrement dit, il ne s’agit pas d’analyser l’impact du travail sur la santé ou inversement, mais d’appréhender comment le travail et la santé interagissent et peuvent mutuellement se porter atteinte. Si la santé peut influer sur le travail et le travail sur la santé, cela résulte souvent d’un processus qui n’est pas linéaire. Il n’est de plus pas indépendant du genre et du parcours biographique des individu-es. C’est donc à  l’articulation de trois trajectoires : de travail, de santé et de vie familiale que seront analysés les processus de recomposition de l’action lorsque la capacité physique et psychique d’agir dans le contexte social habituel est altérée.

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Le genre du mal être au travail », animé par Régine Bercot (Cresppa-GTM)

 

« Men ‘Doing’ In-Equalities Research » (Call for papers)

Special Issue

Journal Equality, Diversity and Inclusion

 

Equality, Diversity and Inclusion
 » We invite contributors to submit papers that discuss their research and fieldwork in the Diversity and Equalities field with an implicit focus on the dynamics created by their gender and other intersectional influences. For the purposes of this special issue the focus of papers is on the research process rather than the research findings per se. As such, critical reflections of the role of the researcher’s gender and (multiple) identities on the epistemological, methodological and fieldwork experience are particularly welcome. » (…)

 

PLUS D’INFORMATION

http://www.emeraldinsight.com/products/journals/call_for_papers.htm?id=4390


CALENDRIER

1 November 2012: Call for papers
30 June 2013 – First paper submission
30 November 2013 – Completion of articles
Spring 2014: Publication

 

Séminaire « Sexe, race, classe dans le monde du travail »

« Sexe, race, classe dans le monde du travail » est un séminaire EHESS animé par Christelle Avril (Iris-Université Paris 13) et Yasmine Siblot (Cresppa-CSU-Université Paris 8)
Il propose une lecture approfondie et critique des enquêtes classiques et plus contemporaines qui entendent penser l’articulation sexe, race, classe dans le monde du travail. Que nous apprennent ces approches sur le monde du travail ? Quelles pistes méthodologiques dessinent-elles ?

Ouvert à toutes et tous, il se tient à partir du 6 décembre 2012, un jeudi sur deux, de 17 à 19h, à l’EHESS Paris, 190-198 avenue de France, 13è.

Premières séances :

  • Jeudi 6 décembre 2012 : Introduction : sexe, race, classe dans le monde du travail
    Cette séance sera consacrée à la présentation du séminaire et à ses enjeux. Pour les personnes concernées, les conditions de validation seront également explicitées à cette occasion.
  • Jeudi 20 décembre 2012 : L’approche matérialiste des rapports sociaux de sexe, de race et de classe
    Cette séance sera consacrée à la présentation de l’approche matérialiste qui, par définition, situe l’imbrication des rapports sociaux de sexe, de race et de classe dans l’univers du travail. Elle portera une attention particulière aux travaux de Colette Guillaumin et Danièle Kergoat. On se posera la question de son apport et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.
  • Jeudi 17 janvier 2013 : L’approche historiographique américaine de l’imbrication sexe, race, classe
    L’historiographie américaine et en particulier les travaux s’inscrivant dans le mouvement du Black feminism ont largement contribué à enrichir l’approche empirique de l’articulation sexe, race, classe, en partant notamment du cas des plantations. La séance sera consacrée à la présentation d’études classiques de ce courant et à des travaux plus contemporains comme ceux d’Elsa Dorlin. On se posera la question de l’apport de cette approche et de ses limites pour étudier le monde du travail contemporain.

Programme complet consultable sur le site de l’EHESS

Séminaire « Le mal être du genre au travail »

L’équipe Genre travail, mobilité du Cresppa (Cresppa-GTM), organise un séminaire de recherche sur le question du « Mal être du genre au travail ». Le séminaire est animé par Régine Bercot (professeur à l’Université paris 8, Cresppa-GTM), avec le soutien du DIM Geste et la participation de l’Anact.

Les séances auront lieu à Paris, site CNRS Pouchet, 59 rue Pouchet, plan d’accès

Présentation du séminaire :
En quoi l’appartenance de genre peut- elle modifier le mal être ou en quoi conduit-elle à le révéler ou à le domestiquer différemment ?  Notre réflexion portera simultanément sur des questions d’ordre épistémologique et méthodologique.
Nous penserons la question genrée non pas en termes d’égalité ou d’inégalité par rapport à la santé mais en termes de différences. Pour éviter les naturalisations concernant les situations, nous tiendrons compte de l’inscription de ces différences dans des contextes sociaux précis ; ceci conduit à tenir compte de différents cadres : le statut (précarité ou situation stable),  le niveau social, le niveau de responsabilité, le contexte de mixité sociale et la division sociale du travail entre emplois masculins et féminins ; enfin, il peut exister des différences générationnelles dans ce qui donne lieu à un mal être (les valeurs, les formes d’investissement au travail) et la manière de les exprimer .
L’analyse fera une part importante à l’articulation entre présupposés théoriques et méthodes choisies par les intervenants pour définir, analyser la question du mal être au travail. Nous traiterons des manifestations du mal être au travail, des sources différenciées du mal être en lien avec les attentes des salariés et les politiques des directions.

 

Programme et intervenants des premières séances (octobre-février) :
Programme-&-intervenants-oct2012-fevr2013

Les ambiguïtés du « care »

Travailler 2012/2

Travailler, n° 28, 2012
« Les ambiguïtés du  « care » » dossier coordonné par Pascale Molinier et Helena Hirata – 179 p.

Extrait de l’éditorial d’Isabelle Gernet et Aurélie Jeantet :
Les éthiques du care ont contribué à rendre visibles les dilemmes moraux qui organisent le travail de care et engagent de ce fait une responsabilité vis-à-vis d’autrui qui est intimement liée à la perception de la vulnérabilité de l’autre, comme de la sienne. Cette thématique de la responsabilité, que la plupart des conceptions du management ont tendance à vouloir réduire à une nécessité strictement individuelle, est pourtant au cœur du travailler et s’impose de ce fait comme une question sociale et politique.
Les autres articles du numéro soulignent, soit directement soit en filigrane, la manière dont l’expérience de la responsabilité à l’égard d’autrui est au rendez-vous du travail, ce qui interroge également la conception des valeurs liées à l’exercice du travail. Lire l’éditorial

Sommaire :

Helena Hirata et Pascale Molinier, Les ambiguïtés du care, p.15-31

Rhacel Salazar Parreñas, Le travail de care des hôtesses de bar au Japon, p.33-55

Pascale Molinier et Maria Fernanda Cepeda,   « Comme un chien à carreau » Des employées domestiques colombiennes entre care et justice, p.57-73

Fabienne Bardot, Regard clinique sur le travail des auxiliaires de vie, p.75-100

Natacha Borgeaud-Garciandía, Le care à demeure Le travail des cuidadoras migrantes à Buenos Aires, p.75-100

Résumés sur Cairn