Archives de catégorie : Formation tout au long de la vie

Accès à la formation : pourquoi souhaiter se former ne suffit pas

Lire le Bref n° 451 sur le site du Céreq

La loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel s’inscrit dans un ensemble de réformes qui responsabilisent davantage le salarié dans la construction de son parcours de formation. Or, il s’avère que le simple souhait de se former ne suffit pas à accéder à la formation. L’environnement créé par l’entreprise a également son importance, qu’il s’agisse du budget consacré à la formation, de la volonté d’informer le salarié sur les dispositifs existants ou de l’accompagner dans sa démarche. Faute de quoi, les inégalités d’accès à la formation sont amenées à perdurer.

Camille Stephanus, Accès à la formation : pourquoi souhaiter se former ne suffit pas in Céreq Bref n° 451 (2024). – 4 p.

Formation professionnelle en entreprise, la France se distingue de ses voisins européens

Lire le Bref n° 450 sur le site du Céreq

En 2020, comme tous les pays d’Europe, la France a maintenu son effort de formation malgré la crise sanitaire, selon les dernières données statistiques disponibles.

Les pratiques de formation et les façons de former se sont néanmoins modifiées, les entreprises françaises se distinguant par leur capacité à s’adapter au contexte et à profiter des dispositifs publics. Les résultats de l’enquête CTVS soulignent également des spécificités françaises quant à la façon dont les entreprises ont intégré la formation dans leurs stratégies RH et de développement.

Agnès Checcaglini, Isabelle  Marion-Vernoux, Formation professionnelle en entreprise, la France se distingue de ses voisins européens in Céreq Bref n° 450 (2024). – 4 p.

Poursuite d’études des bacheliers scientifiques toulousains : continuités et ruptures suite à l’introduction du nouveau baccalauréat général

Lire le Working Paper n° 25 sur le site du Céreq

Cette publication fait suite à un post-doctorat à temps partiel (50 %) d’un an réalisé au sein du laboratoire du CERTOP (CNRS, Université Jean-Jaurès), laboratoire centre associé du Céreq de Toulouse. Ce contrat s’inscrit dans la continuité de celui réalisé par Margot Déage l’année précédente, ayant abouti à une publication dans la collection Céreq Working Paper (Déage 2022). De la même manière, ce post-doctorat a pu bénéficier d’un financement associé au projet ACORDA. Il s’agissait d’analyser les interactions entre le territoire et l’origine sociale, et leur impact sur les inégalités d’orientation, en plus d’une analyse plus classique portant sur les déterminants des aspirations d’orientation dans l’enseignement supérieur en Midi-Pyrénées. L’analyse combine ainsi statistiques descriptives et modèles de régressions, permettant d’obtenir rapidement des chiffres clés, mais également de saisir le poids de chacune des différentes variables d’intérêt. La recherche a pu bénéficier du soutien du rectorat de l’académie de Toulouse, où s’est effectué un accueil spécifique pour l’accès aux données administratives, leur appariement et leur exploitation.

Mathieu Rossignol-Brunet, Poursuite d’études des bacheliers scientifiques toulousains : continuités et ruptures suite à l’introduction du nouveau baccalauréat général . – Marseille : Céreq, 2024. – 132 p. – (Working Paper; 25)

Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités

Lire le Céreq Etudes n° 54 sur le site du Céreq

Cette recherche intitulée « Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités » (Projet C>Terre) constitue une réponse à l’appel à projets « La formation des personnes en recherche d’emploi » lancé par le comité scientifique de l’évaluation du Plan d’Investissement dans les Compétences.

Cette recherche de nature essentiellement inductive a mobilisé différentes méthodologies. L’approche statistique repose sur la base des données produites par le Céreq via ses grandes enquêtes : l’enquête Génération portant sur les jeunes sortants du système éducatif à tous les niveaux de formation une année donnée, et DEFIS (dispositif d’enquête sur les formations et les itinéraires des salariés), une enquête couplée qui a interrogé tous les ans entre 2014 et 2019, les salariés présents en entreprise en décembre 2013 et leurs employeurs à cette date. L’analyse de l’action publique auprès des acteurs de branche a porté sur les secteurs du BTP, du commerce et de l’économie sociale et solidaire. Par la suite, six monographies d’entreprises de ces mêmes secteurs ont été documentées à partir d’un corpus d’une cinquantaine d’entretiens et d’observations des situations de travail. 

Emmanuel Sulzer (Coord.), Répondre aux besoins en compétences à l’heure de la transition écologique : représentations et réalités, Céreq Etudes, n° 54, 2024, 329 p.

Les référentiels à l’épreuve de leurs usages entre travail et formation

Présentation du Formation emploi n° 164 sur le site du Céreq

On interroge ici la construction et l’usage des référentiels. Omniprésents dans les mondes de la formation, du travail et de l’emploi, ils ne font pourtant qu’en partie référence, comme l’illustrent la conception des référentiels des diplômes du ministère de l’Agriculture ; la co-construction d’un référentiel de compétence pour les Écoles de la deuxième chance ; les démarches dérogatoires pour la création accélérée de certifications pour des « métiers en émergence ou en forte évolution » ; les usages des référentiels dans la médiation numérique, l’informatique ou la protection sociale, ou encore dans la validation des acquis de l’expérience (VAE) à l’université.

Formation emploi, n° 163, 2023/3 : La certification : vers un nouveau paradigme de la formation ?

Présentation du Formation Emploi n° 163 sur le site du Céreq

Ce nouveau numéro de Formation Emploi, par des explorations complémentaires rarement menées, éclaire la logique de certification, devenue l’un des maîtres-mots du système français de formation. On y souligne les ambivalences juridiques de la certification et on y révèle comment l’accent mis sur la certification transforme la conception des diplômes et titres professionnels. On examine en outre les certifications interuniversitaires en Belgique francophone, l’impact des périodes de mobilités certifiantes à l’étranger dans l’ingénierie de la formation, ainsi que les pratiques d’évaluation des titres professionnels du ministère du Travail, par des professionnels d’entreprises.

Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée »

Lire le Céreq Études n° 49 sur le site du Céreq.

Ce rapport propose une analyse du déploiement d’une politique portée par la région Normandie et l’agence régionale de santé de Normandie : le dispositif Formation Accompagnée (DFA). Ce dispositif entend « favoriser l’accès » à la formation professionnelle qualifiante des personnes en recherche d’emploi ayant une reconnaissance administrative d’un handicap, et un besoin d’accompagnement médico-social. Jusqu’ici, ce public pouvait soit intégrer un organisme de formation de droit commun, en mobilisant des dispositifs financés par l’Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées (Agefiph), soit se former dans l’un des Établissements et service de réadaptation professionnelle (ESRP) normands. Dans ces établissements du secteur spécialisé, les stagiaires sont suivi·es par des formateur·trices et des intervenant·es médico-sociaux (infirmier·e, psychologue, ergothérapeute, assistant·e sociale, etc.). Partant de l’idée que l’offre de formation était risquée (avec la menace d’abandons de formation dans le droit commun, en raison d’une compensation du handicap insuffisante par rapport aux besoins de certain·es), ou limitée (avec un nombre trop restreint de formations possibles dans le secteur de la réadaptation professionnelle), le dispositif veut proposer un accès alternatif à la formation qualifiante. L’évaluation du déploiement du DFA permet de souligner un certain nombre de constats et résultats.

Michaël Segon (dir.), Jérôme Bas, Catherine Galli, Laure Gayraud, Marion Goffart, Grégoire Leclerc, Évaluation qualitative du dispositif « Formation Accompagnée » . – Marseille : Céreq, 2023. – 190 p. – (Céreq Etudes; 49) .

L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 47 sur le site du Céreq

Le projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness) est un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. Il s’agit d’un projet mis en œuvre, depuis 2020, par un consortium de partenaires italiens et français, dont le chef de file est l’INAPP (Institut national d’analyse des politiques publiques – Italie). Il s’intéresse aux parcours personnalisés de développement et de reconnaissance des compétences numériques de base, pour les salarié-e-s les moins qualifiés, et en particulier les plus âgés d’entre eux / elles. Il vise ainsi, côté italien, à concevoir puis expérimenter, dans plusieurs régions et avec des entreprises volontaires, un dispositif de formation et certification des compétences numériques de base et transversales afin de favoriser l’adaptation des ressources humaines les plus en difficultés, aux évolutions engendrées par la transition numérique dans le champ professionnel. Côté français, le projet a mobilisé le Céreq pour, dans un premier temps, mettre en exergue la problématique du développement des compétences et le rapport au numérique des salariés les moins qualifiés à partir des données de l’enquête Défis, et dans un second temps, apporter des éclairages à l’expérimentation italienne notamment au travers d’une enquête de terrain focalisée sur les retours d’expériences des parties prenantes de dispositifs, existants dans le système français, de repérage, développement et reconnaissance des compétences numériques de base, et en particulier de la certification Cléa numérique.

Anaïs Chatagnon , Matteo Sgarzi , L’évaluation et la certification des compétences numériques de base en France à destination des adultes moins qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN. – Marseille : Céreq, 2023. – 18 p. – (Céreq Etudes; 47) .

Le développement des compétences des salariés peu qualifiés

Lire le Céreq Etudes n° 46 sur le site du Céreq

Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet VAL.U.E C.H.A.IN Competitiveness (VALidating and Upskilling Employees’ Competences Hence Accruing INdustry competitiveness), un projet européen bénéficiant d’un financement dans le cadre du programme EaSI (emploi, affaires sociales et inclusion) de la Commission européenne. L’objectif ici est de dresser un panorama des travailleurs peu qualifiés de plus de 50 ans en France, de leurs relations avec la formation continue et plus particulièrement avec les compétences numériques. Le document est organisé en trois parties distinctes. La première examine tout d’abord les différentes définitions possibles d’un travailleur peu qualifié, exercice nécessaire pour pouvoir mener une analyse statistique de cette population spécifique. La faible qualification n’implique pas nécessairement l’absence de qualité : un individu sans qualifications formelles n’est pas sans compétences, de même que tout emploi requiert nécessairement un minimum de savoir-faire et de connaissances.

Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, Le développement des compétences des salariés peu qualifiés : Projet VAL.U.E.C.H.A.IN.  – Marseille : Céreq, 2023. – 42 p. – (Céreq Etudes; 46) .

Les mondes pluriels de la formation des demandeurs d’emploi

Lire le Bref n° 440 sur le site du Céreq

Le paysage de la formation des demandeurs d’emploi connaît depuis les années 2000 une série de réformes, dont la plus emblématique concerne la refonte du compte personnel de formation (CPF) par la loi du 5 septembre 2018.
Comment ces évolutions ont-elles affecté les organismes de formation et leur offre ?
Une recherche conduite par le Céreq montre que ce paysage, décrit jusque-là comme plutôt homogène, est en réalité pluriel et traversé par des conceptions de la formation très différentes. Celles-ci constituent des « mondes » aux logiques hétérogènes. Deux de ces « mondes » se distinguent cependant dans ce paysage : celui de la formation « agile » et celui de la formation « marchande ».

Josiane Paddeu, Patrick Veneau, Les mondes pluriels de la formation des demandeurs d’emploi in Céreq Bref n° 440 (2023). – 4 p.

Comment les entreprises ont-elles formé en 2020 ?

Lire le Bref n° 438-439 sur le site du Céreq

En 2020, malgré la crise sanitaire, les trois quarts des entreprises de 10 salariés et plus ont formé au moins un des membres de leur personnel. Cette proportion est stable depuis 2005. En revanche, les modalités de formation ont changé : davantage d’entreprises ont eu recours à l’autoformation, aux formations en situation de travail et aux formations à distance, moins aux cours ou stages. Si certaines de ces évolutions sont étroitement liées à l’adaptation à la situation sanitaire, d’autres pourraient être plus structurelles. En dépit de ces transformations, la part des effectifs formés dans le cadre de cours ou stages (47 %) reste proche de ses niveaux antérieurs. Par ailleurs, les déterminants du recours à la formation professionnelle restent inchangés : il est croissant avec la taille de l’entreprise et variable suivant le secteur d’activité, celui des finances et de l’assurance formant le plus.

Agnès Checcaglini, Marc-Antoine Estrade, Isabelle Marion-Vernoux, Serena Rosa, Comment les entreprises ont-elles formé en 2020 ? in Céreq Bref n° 438-439 (2023). – 8 p.

L’impact de la crise sanitaire sur les entreprises et leurs organismes de formation

Lire le Céreq Etudes36 sur le site du Céreq

La crise sanitaire a eu un retentissement de grande ampleur dans tous les domaines de l’économie dès le début de 2020. La mise à l’arrêt de pans entiers de l’activité suivie d’épisodes de reprise a affecté les marchés, l’emploi et le monde du travail. La formation professionnelle a été un secteur également touché par les mesures de restrictions sanitaires, les offreurs en ayant pâti dès le départ en tant que lieux accueillant des publics. Face à cette conjoncture inédite, de quelle façon les agents économiques et de la formation y ont-ils fait face, notamment en recourant aux dispositifs publics de soutien et en faisant évoluer leurs pratiques professionnelles ? Éclairant ces questions, ce rapport d’étude présente les résultats d’une enquête auprès de vingt entreprises de divers secteurs, tailles ou localisations en France métropolitaine, choisies pour avoir créé leurs propres organismes de formation. Un tel choix a été motivé par le fait de pouvoir disposer d’une double entrée d’observation des effets de la pandémie, simultanément sur des entités productives et sur des offreurs de formation. Conclue en six mois, cette étude a bénéficié de la participation financière de la DARES du ministère du Travail de l’Emploi et de l’Insertion dans le cadre d’un appel à projets de recherche du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), « L’impact de la crise sanitaire sur les compétences et la formation professionnelle », organisé par la DARES.

Romani, Claudine, L’impact de la crise sanitaire sur les entreprises et leurs organismes de formation : Résultats d’une enquête auprès d’acteurs de terrain fin 2020 . – Marseille : Céreq, 2021. – 98 p. – (Céreq Etudes; 36) .

Normes environnementales : quels effets sur le travail et les formations ?

Lire le Bref n° 432 sur le site du Céreq

Ecolabel, HQE, ISO… derrière ces termes techniques se cachent l’ensemble des démarches, labels ou certifications visant à inciter les entreprises à produire sans détruire l’environnement. Ces normes relèvent en partie d’obligations légales, mais aussi largement de l’engagement volontaire des entreprises.
Dès lors, qu’en est-il de leur diffusion effective au sein du système de production et d’emploi ? Pour l’évaluer, ce Céreq Bref propose une première approche statistique de leur poids dans l’activité de travail et la formation des salariés.

Anne Delanoë, Nathalie Moncel, Normes environnementales : quels effets sur le travail et les formations ? in Céreq Bref n° 432 (2022). – 4 p.

Comment garantir le développement des compétences en télétravail ?

Lire le Bref n° 425 sur le site du Céreq

Peu pratiqué avant la crise sanitaire, le télétravail s’est imposé à nombre de salariés lors des périodes de confinement, et semble voué à s’installer durablement dans les pratiques. Son accroissement inédit et inattendu a bouleversé les modes d’échanges professionnels, dont le rôle dans le développement des compétences est reconnu. À partir de l’enquête Impact menée en 2021, ce Céreq Bref livre un portrait de ces télétravailleurs, et observe les changements intervenus pendant la crise dans les façons d’échanger, de se former et d’apprendre au travail.

Marion Lambert, Comment garantir le développement des compétences en télétravail ? in Céreq Bref n° 425 (2022). – 4 p.

Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation

Lire le Céreq Bref n° 421 sur le site du Céreq

La formation en situation de travail est souvent perçue comme une alternative au cadre traditionnel des cours et stages, particulièrement adaptée aux salariés les moins qualifiés ou aux petites entreprises. Elle est pourtant très largement utilisée par les entreprises innovantes du numérique pour former des salariés hautement qualifiés. Pourquoi ces entreprises font-elles le choix de ce mode de formation ? Dans quelle mesure est-il lié à l’innovation ? Une étude du Céreq propose des éléments de réponse.

Patrick Rousset, Le digital choisit la formation en situation de travail, catalyseur d’innovation in Céreq Bref n° 421 (2022). – 4 p.