Archives de catégorie : Accès thématique

Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar

Cada vez más aprendices, con un nivel de formación más alto y que conservan a pesar de la crisis una inserción notablemente más favorable que los jóvenes que siguen el camino de la escuela. El tono globalmente positivo de este cuadro general oculta sin embargo diferencias según el nivel de diploma, el sector y sobre todo una selectividad en la entrada a esta vía de formación cuyos efectos hay que considerar.

Lire le Calificaciones y empleo n° 98

Alberto Lopez, Emmanuel Sulzer, Inserción de los aprendices: una ventaja a cuestionar in Calificaciones y empleo n° 98 (2017). – 4 p.

El trabajo en el corazón de los aprendizajes en empresa

Para la mayoría de los empleadores, las competencias de los trabajadores se adquieren menos por medio de formaciones organizadas que mediante el ejercicio del trabajo. El dispositivo Defis permite mostrar que los trabajadores inscriptos en las dinámicas de trabajo más portadoras de aprendizajes informales son también los que más acceden a la formación organizada. Esta constatación es particularmente marcada para los asalariados que ocupan los puestos menos calificados.

Lire le Calificaciones y empleo n° 99

Christine Fournier, Marion Lambert, Isabelle Marion-Vernoux, El trabajo en el corazón de los aprendizajes en empresa in Calificaciones y empleo n° 99 (2017). – 4 p.

Las formaciones obligatorias en empresa: formaciones como las demás?

Las formaciones obligatorias y reglamentarias constituyen el primer puesto de gastos de las empresas en materia de formación. Las empresas de los sectores tradicionalmente menos formadores así como los asalariados menos calificados son los más afectados. Pero las empresas en las que las formaciones obligatorias representan la casi totalidad de los gastos tienen las mismas características que las menos formadoras. En filigrana se plantea la cuestion del papel de las formaciones obligatorias en la reducción de las desigualdades de acceso.

Lire le Calificaciones y empleo n° 100

Delphine Beraud, Las formaciones obligatorias en empresa: formaciones como las demás? in Calificaciones y empleo n° 100 (2017). – 4 p.

Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs

Le vingtième siècle a vu une forte croissance du nombre d’étudiantes, pourtant largement minoritaires en début de siècle. Désormais, 57% des étudiants à l’université sont des femmes. Elles représentent plus de la moitié des étudiants en licence et en master, mais elles sont minoritaires dans les formations sélectives telles que les DUT, les écoles d’ingénieurs, les classes préparatoires aux grandes écoles. Elles sont aussi très peu nombreuses dans la plupart des formations industrielles à l’université.

Les jeunes femmes ont de meilleurs résultats scolaires que les jeunes hommes et pourtant elles choisissent plus souvent que leurs camarades masculins de faire des études scientifiques à l’université, plutôt qu’en école d’ingénieurs. En effet, même si on assiste à une lente féminisation de ces cursus, les jeunes femmes y restent largement minoritaires.

Les diplômé.e.s d’école d’ingénieurs ont des conditions d’insertion sur le marché du travail très favorables. De fait, les indicateurs traditionnels tels que le temps d’accès à l’emploi, le temps d’accès à l’EDI, ou encore le temps passé en emploi depuis la fin des études ne sont pas très pertinents pour évaluer les différences genrées. Par contre, lorsqu’on s’intéresse au salaire, on remarque que les jeunes femmes accusent un retard. De la même façon, elles sont moins souvent encadrantes que leurs homologues masculins et bénéficient de moins de promotions. En outre, elles sont plus souvent déclassées. En définitive, la situation des jeunes femmes ingénieures sur le marché du travail s’avère moins favorable que celle de leurs collègues masculins.

Lire le Working Paper n° 5

Eloïse Corazza, Les jeunes femmes investissent les études supérieures, mais pas encore les écoles d’ingénieurs – Marseille : Céreq, 2017. – 48 p. – (Working Paper; n° 5) .

D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question

Interrogés à plusieurs reprises par le Céreq sur la manière dont ils envisagent leur avenir professionnel, les jeunes des Générations 1998 comme 2010 se déclarent majoritairement optimistes.

Ils sont néanmoins 28 % à se dire inquiets après 3 ans de vie professionnelle dans la Génération 2010, témoignant d’un sentiment d’insécurité professionnelle. Celui-ci mérite d’autant plus d’être analysé, qu’il évolue de manière opposée au sein de chaque Génération, en écho aux aléas de la conjoncture économique.

Lire le Bref

Lire le Bref+ sur le site du Céreq

Catherine Béduwé, Arnaud Dupray , D’une Génération à l’autre : l’inquiétude des jeunes en question in Bref n° 361 (2018). – 4 p.

Regards croisés sur le secteur des activités sportives et le métier d’éducateur sportif

Le ministère des Sports a confié au Céreq la réalisation d’un portrait statistique de « l’emploi sportif ». Cette notion comprend à la fois l’exercice des métiers de l’encadrement des pratiques sportives quel que soit l’employeur, et l’ensemble de l’emploi dans les clubs de sport et centres de culture physique, dans la gestion d’installations et l’enseignement de disciplines sportives.
L’objectif est de mettre à disposition de l’ensemble des acteurs, publics ou privés, concernés par les questions d’emploi et de qualification dans le sport, un socle synthétique de connaissances et de repères quantitatifs.
Cet état des lieux caractérise les formes d’emploi sportif en croisant le secteur du sport défini par ses activités et les spécificités du métier d’éducateur sportif. Il s’appuie sur des données quantitatives issues de différentes sources de la statistique publique et se focalise sur la situation de l’emploi sportif en France métropolitaine et sur les grandes tendances d’évolution.

Lire le Céreq enquêtes n° 2

Mickaële Molinari-Perrier, Regards croisés sur le secteur des activités sportives et le métier d’éducateur sportif . – Marseille : Céreq, 2018. – 77 p. – (Céreq Enquêtes; 2) .

Access to management jobs for young men and women: apparent equality misleading

In 2013, the share of young women employed in management positions1 three years after their entry into the labour market reached parity for the first time with that for young men. Nevertheless, their access to management jobs at the beginning of their working lives still does not match the scale of their investment in education. The process of catching up with their male counterparts by accessing management jobs in much greater numbers than previously is not keeping pace with the rise in their levels of qualification.

Lire le Training and employment n° 132

Vanessa Di Paola, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Stéphanie Moullet, Access to management jobs for young men and women: apparent equality misleading in Training and employment n° 132 (November-December 2017). – 4 p.

Retours précoces sur la voie des diplômes : vers une formation «tout au long du début de la vie» ?

Parmi les jeunes de la génération 2010, un sur huit a obtenu un nouveau diplôme dans les cinq années suivant la fin de sa formation initiale. Les formes de ces retours précoces sur le chemin des diplômes sont très variées, de même que les logiques individuelles qui y conduisent. Les démarches qui visent à se réorienter ou faire progresser une carrière semblent cependant plus efficaces en termes d’insertion que celles destinées à résoudre des difficultés d’accès à l’emploi.

Lire le Bref sur le site du Céreq

Virginie Mora, Alexie Robert, Retours précoces sur la voie des diplômes : vers une formation «tout au long du début de la vie» ? in Bref n° 360 (décembre 2017). – 4 p.

Construire des espaces de coopération pour l’emploi, la formation et le développement économique

L’Institut national du travail de l’emploi et de la formation professionnelle (Intefp) et le Céreq s’associent pour co-éditer l’ouvrage de restitution des travaux de la 34e session nationale de l’Intefp qui a eu lieu de juin 2015 à juin 2016. La thématique retenue était celle des nouvelles manières de coopérer à l’heure où la numérisation accélère les changements économiques et sociaux.
Un détour par la Silicon Valley et la Haute Bavière à l’occasion de deux voyages d’études permet de saisir l’ampleur des bouleversements engendrés par la révolution numérique. Ces nouveaux enjeux incitent à explorer d’autres formes de collaboration et de coopération : de l’entreprise « libérée » aux coopératives ou aux groupements d’employeurs, l’ouvrage explore de nouvelles manières de travailler ensemble.
Les sessions nationales de l’Intefp rassemblent chaque année une trentaine d’acteurs (les auditeurs) issus du monde de l’entreprise, des syndicats, des collectivités territoriales, des administrations d’Etat, des médias autour de thématiques liées aux évolutions économiques et sociales. Elles sont une occasion inédite pour chaque participant d’amorcer un processus de réflexion et d’action en dehors de ses grilles de lecture habituelles.

Lire l’ouvrage en ligne

Rosenfeld, Pierre-Louis, dir. ; Aubert, Jean-Pierre, dir. ; Azais, Jean-Pierre; Ballot, Nicolas; Barban, Laurent; Bigot, Catherine; Castillo, Etienne; Chaussée, Pascal; Degay, Aline; Delalande, Franck; Depret-Bixio, Isabelle; Wavrechin, Gilles de; Dupont, Jérôme; Fonteix, Patrick; Fougerouse, Bernadette; Gasparina, François; Georget, Martial; Juy, Marie-Germaine; Latouche, Thierry; Lecerf, Christine; Lecouteur, Christine; Ledeme, Dominique; Leroy, Serge; Lesne, Thomas; Macher, Jean; Marechau, Armelle; Pellerin, Thierry; Trichard, Yann; Valette-Wursthen, Aline; Viry-Allemoz, William; Watelet, Véronique; Zenou, Delphine; Ateliers de l’INTEFP, Repenser les espaces de coopération au service de l’emploi, (34ème; juin 2016; Maison de la Chimie, Paris). Construire des espaces de coopération pour l’emploi, la formation et le développement économique – Marcy-l’Etoile : Institut national du Travail de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (INTEFP) ; Marseille : Céreq, 2017. – 120 p.

Adapting skills : a challenge digital companies have to meet

Innovation is a key factor in growth in the digital sector. In order to foster innovation, digital companies must, to a greater extent than elsewhere in the economy, recruit skilled personnel and ensure that their employees’ skills are maintained and updated. Considerable use is made of initial education, continuing training in its various forms and block-release programmes in a continuum that might prefigure a more general tendency.

Training & employment n° 131

Jean-Marie Dubois, Patrick Rousset, Adapting skills : a challenge digital companies have to meet in Training and employment n° 131 (September-October 2017). – 4 p.

Company-based training vs. employees’ aspirations

Although employees in low-skilled jobs are as likely as any others to express an interest in receiving training, they actually submit significantly fewer applications for training. How can this gap be explained? While a wish to receive training goes hand in hand with employees’ perception of their career prospects, in conjunction with their aspirations, the submission of applications for training is determined more by companies’ practices.

Training & employment n° 130

Jean-Marie Dubois, Ekaterina Melnik-Olive, Company-based training vs. employees’ aspirations in Training and employment n° 130 (July-August 2017). – 4 p.

Quand l’Ecole est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2013. Résultats de l’enquête 2016

Depuis une vingtaine d’années, le Céreq conduit une série d’enquêtes à cadence triennale auprès d’un échantillon représentatif de l’ensemble des jeunes quittant le système éducatif une année donnée. Il s’agit des enquêtes Génération dont l’objectif principal est de permettre une mesure régulière de leur insertion professionnelle sur les trois premières années de vie active.

Cette sixième édition de Quand l’école est finie donne à voir des éléments clés des parcours d’entrée dans la vie active des jeunes de la génération 2013 (enquêtés en 2016). Les résultats qu’elle présente permettent de rendre compte de la pluralité des facteurs qui participent à l’explication de l’insertion professionnelle des jeunes en offrant une analyse de leurs parcours au cours des premières années de vie active au regard du niveau de diplôme atteint, de la filière de formation, ainsi que de leurs caractéristiques sociodémographiques.

Lire le document sur le site du Céreq

Valentine Henrard et Valérie Ilardi (coordination), Christophe Barret, Julien Calmand, Mady Cissé, Thomas Couppié, Arnaud Dupray, Dominique Epiphane, Émilie Gaubert, Graziella Izquierdo, Olivier Joseph, Zora Mazari, Fanette Merlin, Virginie Mora, Manon Olaria, Alexie Robert, Pascale Rouaud, Emmanuel Sulzer, Mélanie Vignale, Emmanuel Quenson, préf.; Jean-Claude Sigot, Josiane Vero. Quand l’École est finie. Premiers pas dans la vie active de la génération 2013. Résultats de l’enquête 2016  – Marseille : Céreq, 2017. – 75 p. – (Céreq Enquêtes; 1) .

2016 survey of the 2013 cohort: No improvement in the education-to-work transition for young people with lower secondary qualifications only

Against the background of a weak economic recovery, access to employment for young people in the 2013 cohort was slightly more favourable than for the preceding cohort.

In 2016, three years after they had left the education system, one young worker in five was looking for a job; in the case of those with only lower secondary qualifications, the figure was one in two. These levels are considerably higher than those recorded before the crisis.

Training & employment n° 129

Emilie Gaubert, Valentine Henrard, Alexie Robert, Pascale Rouaud, 2016 survey of the 2013 cohort : No improvement in the education-to-work transition for young people with lower secondary qualifications only in Training and employment n° 129 (May-June 2017). – 4 p.

In the chemical industries, ‘we attract, we train, we hire’

The changes that have been taking place in work in the chemical industries over the past thirty years have led to a reconfiguration of production and maintenance jobs. The profiles of these manual workers, technicians and supervisors, who now tend to be more highly qualified and more functionally flexible, have become more diverse. In a sector in which work has become considerably denser and modernised, albeit unevenly, the transmission of knowledge, on-the-job learning and internal mobility still predominate.

Training & employment n° 128

Agnès Legay, Fred Séchaud, In the chemical industries, ‘we attract, we train, we hire’ in Training and employment n° 128 (March-April 2017). – 4 p.