Tous les articles par Doc du Cresppa

La rationalisation dans tous ses états

Goussard-rationnalisationLucie Goussard, avec Laëtitia Sibaud (dir.), La rationalisation dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 236 p.

Cet ouvrage déconstruit les processus de rationalisation omnipotents qui régissent les activités sociales en France et en Occident. Il propose, d’une part, une réactualisation analytique de cet outil et offre, d’autre part, des critiques renouvelées des processus de rationalisation et de leurs effets sur les individus et sur les corps intermédiaires qui font sens dans nos sociétés en organisant les liens sociaux.

Le travail de service

Bercot-anactRégine Bercot et Nadia Rahou (coord.), Le travail de service Lyon : Anact, coll. « Études et documents », 2014 – 148 p.

Résumé : « « L’objectif du groupe de travail composé d’intervenants de l’Anact et de chercheurs était de construire une réflexion théorique autour de la production du service ; nous avons choisi délibérément de mixer des interrogations autour de deux configurations très différentes : les services rendus à la personne et les services à destination du grand public (comprenant les services commerciaux et les services publics) Le service doit être considéré en lien avec le fait qu’il se situe au cœur de rapports sociaux qui le  rendent plus difficile à construire, voire impossible lorsque sa construction se heurte à des contradictions difficilement réductibles ou à des rapports de force défavorables Il renvoie à des mutations économiques et du travail majeures ; le passage d’une économie industrielle à une économie de service place le bénéficiaire — client ou encore usager — au cœur de l’organisation et du travail. »

Dictionnaire des inégalités

Dictionnaire des inégalités - couv.Alain Bihr et Roland Pfefferkorn (dirs.), Dictionnaire des inégalités Paris : Armand Colin, 2014 – 444 p.

Résumé : « Les inégalités n’ont cessé de s’accroître ces dernières années dans nos sociétés contemporaines Perçue par une large part du public, cette tendance est confirmée par de nombreuses études scientifiques, si bien que la question des inégalités est devenue un objet de préoccupation majeure Loin de se limiter à dresser un état des lieux, l’ambition de cet ouvrage est de fournir les clefs indispensables à la compréhension de cette dynamique Riche de plus de cinq cents entrées, ce dictionnaire couvre l’ensemble des dimensions des inégalités sociales : inégalités entre classes, entre sexes, entre âges et générations, entre nationalités et groupes ethniques, ou encore entre différents espaces (centres et périphéries, villes et campagnes…) Afin de dépasser le seul cadre hexagonal, plusieurs entrées sont consacrées à des pays ou à des comparaisons internationales Pour autant, ne sont négligés ni les débats et controverses ni les aspects méthodologiques relatifs à l’étude des inégalités et à leur mesure Enfin, l’aspect systémique des inégalités est mis en évidence, en analysant comment celles-ci s’engendrent bien souvent conjointement Fruit de la collaboration de sociologues, ethnologues, historiens, géographes, économistes, statisticiens, philosophes, médecins et juristes, ce dictionnaire pluridisciplinaire, premier du genre, apporte un éclairage inédit sur le fonctionnement de nos sociétés.
8 champs d’exploration : – les inégalités entre classes sociales, – les inégalités de genre ou entre sexes sociaux, – les inégalités entre classes d’âge et entre générations, – les inégalités entre nationalités, ethnies, groupes racisés ou racialisés à l’intérieur d’un même État, – les inégalités sociospatiales (entre quartiers urbains, centres et périphéries, entre villes et campagnes, entre régions), – les inégalités au niveau mondial (entre États et groupes d’États, entre continents ou régions continentales, etc), – les débats autour des inégalités sociales et du concept d’inégalité sociale mettant aux prises les principaux courants philosophiques, politiques et idéologiques contemporains, – enfin les questions de méthode que posent l’étude et la mesure empiriques des inégalités »

Séminaire Emotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions

Manifestation scientifique de l’équipe GTM du Cresppa, soutenue par le Dim Gestes, Région Île-de-France et par la MSH Paris Nord

Le séminaire « Emotions et travail : quels apports sociologiques ? Portée heuristique et effets d’une approche du travail en termes d’émotions » devrait comporter quatre séances d’ici juin 2014 et se clôturera par un colloque international. Son point de départ est le constat et la proposition suivants, envisagés dans une confrontation pluridisciplinaire :
 
Les organisations de travail entendent de plus en plus mobiliser les émotions des travailleurs, qui expriment pour leur part un malaise croissant au travail. Les premières mettent les émotions au travail en les normant et en les instrumentalisant (le « travail émotionnel »), les seconds éprouvent une large palette d’émotions, parmi lesquelles la peur, l’ennui, l’excitation sont sans doute les plus courantes. Mais loin d’être homogènes, des colorations émotionnelles varient en fonction du métier, des formations suivies à l’origine, du genre…
Aujourd’hui, prendre en considération les émotions au travail est une démarche incontournable pour qui veut saisir les enjeux sociaux et subjectifs du travail et les transformations organisationnelles, afin de comprendre tant les moteurs et les capacités d’expression de soi recelés par le travail, que la souffrance et les conflits dont c’est la scène.
Le concept d’émotion se caractérise notamment par sa double valence, positive et négative, et par son caractère relationnel. Sa portée heuristique est grande ; reste à entreprendre de le renforcer. Non seulement le concept d’émotion oblige à une observation et une écoute fines et outillées de ce qui se passe au travail, mais en plus, dans son acception sociologique, il incite à une problématisation qui dépasse la conception interne, naturelle et individuelle, pour mettre l’accent sur les rapports que les individus tissent avec leur activité, avec les autres (collègues, subordonnés, supérieurs, clients ou publics), avec le monde et ses valeurs, avec eux-mêmes, enfin (de manière incarnée et prenant place au sein d’une histoire singulière).

Responsabilité scientifique : Aurélie Jeantet (Maître de conférences, Univ. Sorbonne Nouvelle Paris 3, Cresppa-GTM)
Organisatrices : Aurélie Jeantet, Régine Bercot, Albena Tcholakova, Diane Desprat
Renseignements : despratdiane@yahoo.fr et  albena.tcholakova@laposte.net

Le séminaire est ouvert au public, sans inscription et se déroule sur le site CNRS Pouchet : 59 rue Pouchet, Paris 17ème.
Métro « Guy Môquet » ou « Brochant », ligne 13 ; bus n°66 arrêt « La Jonquière » ; RER C, Porte de Clichy, sortie rue de la Jonquière.

 

Jeudi 30 janvier 2014 de 14h à 17h

Corps et émotions 

Intervenants :
Dominique Memmi, Politologue et sociologue, CNRS / Cresppa – CSU
Gilles Raveneau, Ethnologue, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense / LESC
Un affect « violemment » somatisé : le dégoût professionnel, entre aveu et dénégation

Discutantes :
Diane Desprat,
Sociologue, Doctorante, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense / IDHE
Isabelle Gernet,
Psychologue, Maître de conférences, Université Paris Descartes / LPCP

 

Lundi 31 Mars 2014 de 14h à 17h (salle de conférences)

 Dialogue interdisciplinaire

 Intervenants :
Dominique LHUILIER, Psychologue, Professeure émérite des universités, Cnam – CRTD
Peur, anxiété, angoisse: travail et résonances fantasmatiques

 Pierre ROCHE, Sociologue, chargé d’étude au DTEP – Céreq
Clinique sociologique du travail et affects

 

Mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h (salle de conférences)

Le travail des émotions dans les rapports de santé

 Intervenants :
Michel Castra, Sociologue, Université de Lille III –CeRIES :
La régulation des émotions dans les services de soins palliatifs
Alexandra Laurent, Psychologue, Université de Franche-Comté – EA 3188 :
Les professionnels de réanimation à l’épreuve de la relation

Discutante : Hélène Marche, Sociologue, CNRS – Univ. Bretagne Occidentale – ESO

 

Jeudi 12 juin 2014 de 14h à 17h (salle 159)

Formations et socialisation professionnelles aux émotions

Intervenants :
Florent Schepens, Sociologue, Université de Bourgogne – CGC :
Apprendre les bonnes émotions face à l’activité pour pouvoir travailler. Le cas des médecins et des forestiers.
Mathieu Trachman, Sociologue, INED – Démographie, genre et sociétés :
Travail émotionnel et script pornographique
Discutante : Sabine Fortino, Sociologue, Univ. Paris Ouest Nanterre Défense – Cresppa-GTM

 

Programme en PDF

Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives » (4è année)

Le séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », organisé par Pascal Marichalar et Laure Pitti reprendra le 23 janvier 2014 à l’EHESS.

Initié en 2010, ce séminaire de sciences sociales est un lieu d’échange autour des mobilisations collectives contre les maladies industrielles. Nous définissons ces dernières comme l’ensemble des affections néfastes pour la santé des travailleurs et des riverains qui résultent de certaines activités industrielles. Une attention particulière est portée à la définition sociale de la santé et des maladies, aux conditions de possibilité des mobilisations et à la forme de ces dernières, à la construction politique d’une notion de risque « acceptable » et aux efforts pour la déconstruire, ainsi qu’aux interactions entre ce qui se passe dans et hors de l’usine.
Des enquêtes sociologiques et historiques récentes ou en cours forment la base de la réflexion du séminaire, qui est ouvert à tous (notamment étudiants, enseignants-chercheurs, autres professions intéressées par ces questions).

ouvert à toutes et tous, le séminaire se tient le jeudi de 14h à 17h, à l’EHESS, salle 587, 5e étage, avenue de France, 75013 Paris .

Séances à venir :

Jeudi 23 janvier, 14h-17h
Séance introductive : Maladies industrielles & mobilisations collectives, quelle actualité scientifique et sociale ?

 Jeudi 27 mars, 14h-17h
Les accidents du travail dans la sidérurgie : le destin probable des ouvriers
avec Cédric Lomba, CRESPPA-CSU

 Jeudi 3 avril, 14h-17h (attention salle inhabituelle : salle 1, RdC)
Le métier d’inspecteur du travail, ses évolutions, ses contradictions
avec Marie Szarlej, CENS.

 Jeudi 22 mai, 14h-17h
Pour quoi faire reconnaître sa maladie professionnelle (et pourquoi elle n’est pas reconnue)
avec Cécile Durand, GISCOP 93, et Anne Marchand, sociologue, Université d’Evry et GISCOP 93.

 Jeudi 12 juin, 14h-17h
Les travailleurs sous-traitants de l’industrie nucléaire
avec Marie Ghis, CEMS.

Séminaire soutenu par les laboratoires IRIS (UMR 8156) et CRESPPA-équipe CSU (UMR 7217).

  • Programme en PDF
  • Années précédentes
    Les programmes et intervenants 2010-2013 sont consultables sur le site du CSU, accompagnés d’une bibliographie indicative.
  • Lien sur ce site

Soutenance de thèse

Angèle GROVEL, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense et Cresppa-GTM
« Les Officiers de la Marine Marchande : un groupe professionnel dans la tempête ? Accès au métier, socialisations et carrières des élèves des écoles supérieures maritimes au début du XXIème siècle. »

A 9h, le lundi 9 décembre 2013, – Université Paris 10 Nanterre – 200 Avenue de la République,  92000 Nanterre – Bâtiment B, salle des thèses.

Thèse menée sous la direction de Frédéric Charles, Université Paris 10 Nanterre.

Composition du Jury :
Frédéric Charles,  Marlaine Cacouault-Bitaud (rapporteure), Philippe Combessie, Charles Gadéa (rapporteur), André Grelon, Denis LeMaître.

Résumé :
Cette thèse vise à étudier les logiques d’accès, de socialisation et de carrière des futurs Officiers de la Marine Marchande dans un contexte de déréglementations du marché du travail et de reconfiguration de la formation. Dans une première partie, il s’agit de mettre au jour les conditions d’émergence et d’institutionnalisation de la formation des Officiers et son rôle dans la dynamique du groupe professionnel, depuis les tentatives d’enseignement des savoirs nautiques au cours de l’Ancien Régime jusqu’à la reconnaissance des titres maritimes en titres d’ingénieur au début du XXIème Siècle. Cette sociohistoire des écoles d’Officiers met en lumière le caractère structurel de la « crise » du groupe et permet d’étudier les rhétoriques développées et les ressources mobilisées par ce dernier pour assurer sa « survie ». A partir de l’exploitation de deux enquêtes par questionnaires et de l’analyse d’entretiens avec des futurs et anciens navigants, il revient ensuite d’interroger dans quelles mesures les transformations de la formation, les mutations du marché de l’emploi et les évolutions du travail pèsent sur les cadres traditionnels de socialisation et de carrière. Après avoir réalisé une sociogenèse des dispositions sociales d’accès au métier, cette thèse décrit et analyse les mécanismes de socialisation au sein des établissements et à bord des navires marchands. Enfin, ce travail s’achève sur l’étude des trajectoires professionnelles des futurs et des anciens Officiers. Il est alors question de dégager les étapes de la carrière avant de se focaliser sur les facteurs qui expliquent les sorties du métier.

 Mots clés : Officiers de la Marine Marchande, écoles, formation, ingénieurs, crise, vocation, dispositions, socialisations, carrières, reconversion.

Genre, travail et mobilités au prisme des comparaisons internationales

Séminaire public de l’équipe GTM du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa)

Coordination : Fatiha Talahite, Sylvie Contrepois

Introduction :
Au cours de ces dernières années, les chercheur.e.s du GTM ont été impliqué.e.s dans différentes collaborations internationales. De ces multiples confrontations d’univers scientifiques, il ressort une connaissance enrichie des sociétés contemporaines et de leurs évolutions, mais aussi des interrogations sur la pertinence et la portée des catégories d’analyse utilisées au quotidien dans chacun des pays. L’objectif du séminaire du GTM pour 2013-2014, est d’offrir au public le récit à plusieurs voix de ces expériences.

Chaque chercheur.e impliqué.e dans des coopérations internationales a été encouragé.e à inviter ses collègues étrangers à présenter avec elles / eux les résultats des travaux communs et les questionnements émergeant de la confrontation de leurs différents univers d’interprétation.

Le séminaire de l’équipe GTM est ouvert au public, sans inscription, et se déroule sauf exception un lundi par mois sur le site CNRS Pouchet (Paris, 17ème), en salle des conférences.

Pour tout renseignement : sandra.nicolas@gtm.cnrs.fr – plan d’accès

Programme :

Mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, toute la journée
Organisation et conditions du travail moderne. Emploi, chômage et précarité au travail
Colloque international de clôture du Programme COFECUB – CAPES (France-Brésil)
Sabine Fortino, sociologue, maître de conférences université Paris 10, chercheure GTM-Cresppa – Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherches émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Lucie Tanguy, sociologue, GTM-Cresppa
Retour sur le programme du colloque (Les Échos du travail, 5 octobre 2013)

Lundi 04 novembre 2013, 14h-17h
Mayotte, 101e département : une sociologie du postcolonial Outre-Mer
Nicolas Roinsard, sociologue, maître de conférences université de Clermont-Ferrand, chercheur GTM-Cresppa

Lundi 9 décembre 2013, 14h-17h
Désindustrialisation et identités collectives
Sylvie Contrepois, sociologue, chercheure Working Lives Research Institute, London Metropolitan University (LMU) et CSU-Cresppa – Kazimiera Wodz, sociologue, professeure université de Silésie, Pologne – Cilla Ross, historienne, reader, Working Lives Research Institute, LMU – Steve Jefferys, historien, directeur du Faculty Advanced Institute for Research, LMU – Juan Carlos Revilla, sociologue, professeur université de Compultense, Madrid

Lundi 13 janvier 2014, 14h-17h
Genre et conflits en Afrique subsaharienne
Marguerite Rollinde, sociologue, GTM-Cresppa – Jacques Tshibwabwa, sociologue, Réseau Universitaire des Chercheurs en Genre (RUCG) de l’Université de Kinshasa (RDC)

Lundi 10 février 2014, 14h-17h
« Aidants familiaux », articulation des trajectoires professionnelle et de care. Comparaison France-Japon
Aurélie Damamme, sociologue, maitre de conférences université Paris 8, chercheure au GTM-Cresppa – Kurumi Sugita, sociologue anthropologue, chargée de recherches au CNRS, Institut d’Asie orientale, Lyon

Lundi 10 mars 2014, 14h-17h
Le chômage: une stratégie de comparaison internationale
Didier Demazière, sociologue, directeur de recherche au CNRS, CSO-CNRS-Sciences Po – Helena Hirata, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa

Lundi 7 avril 2014, 14h-17h
Politiques d’emploi et régimes de genre en Bulgarie
Danièle Kergoat, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, GTM-Cresppa – Katia Vladimirova, économiste, professeure université de Sofia

Lundi 12 mai 2014, 14h-17h
Les enquêtes démographiques au Mexique du projet EDER
Carole Brugeilles, démographe, maître de conférences université Paris 10, CERPOS – Pascal Sebille, Maitre de conférences université Paris 10, CERPOS

Lundi 2 juin 2014, 14h-17h
Les « savoirs migrer »
Adelina Miranda, sociologue, maître de conférences université de Naples, chercheure associée au GTM-Cresppa – Djaouida Sehili, sociologue, PAST, université Paris 13, chercheure au GTM-Cresppa – Sara Maria Lara Florès, sociologue, chercheure, Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Nacional Autonoma de México (UNAM), Mexico

Programme en pdf

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (2è année)

Séminaire organisé par Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis, Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Les séances ont lieu au Cresppa-GTM, Paris, site CNRS Pouchet – Plan d’accès

Dans le contexte actuel, la complexité des dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s impose une analyse mobilisant simultanément, et au minimum, les rapports sociaux de race/sexe/classe. Cette analyse est tout autant nécessaire pour repérer les marges de manœuvre et comprendre la nature des résistances et des luttes individuelles et collectives. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux n’est pas entreprise facile. Car ne raisonner qu’en termes de catégories, de surcroît de façon additive, ne permet pas forcément d’analyser les effets produits par l’enchevêtrement des rapports sociaux. Tels étaient les points de départ de l’année passée. Après une année de réflexion collective, c’est sans doute au niveau méthodologique que les acquis sont les plus sensibles : propositions d’« agencement » des rapports sociaux afin d’organiser la pensée de leur emboîtement, mise en évidence de la subjectivité qui traverse le travail de catégorisation, propositions quant au choix des terrains (partir des marges, comment croiser macro/méso/micro…), etc. Le séminaire continuera d’y accorder toute son attention.
S’agissant de l’analyse du croisement des rapports sociaux au travail, nous avons mis en débat la notion de catégories. Comment celles-ci sont-elles façonnées ? Quelle portée explicative ont-elles ? Nous poursuivrons la réflexion sur ce thème ainsi que sur le potentiel heuristique respectif des deux dispositifs théoriques que sont l’intersectionnalité et la consubstantialité. Ce sera le premier thème transversal du séminaire.
Par ailleurs, ce croisement des rapports sociaux produit des marges de manœuvres. Ainsi, la question de la capacité d’agir individuelle et collective, apparue à maintes reprises l’an dernier constituera le second thème transversal.
Le séminaire 2013-2014 a donc un double objectif : approfondir les acquis de l’année précédente sur la thématique du croisement des catégories au travail et proposer une lecture transversalisante des séances à venir sur le plan de la capacité d’agir.
Pour ce faire, nous proposons des séances alternées : certaines qui peuvent être dites « classiques », un-e intervenant.e présentant ses travaux, alterneront avec la rencontre avec d’autres séminaires, colloques, acteurs de la vie sociale, culturelle, etc. Le postulat étant que le procès de cumulation sur les problèmes qui nous intéressent – le travail, les rapports sociaux – gagnera à la confrontation avec d’autres acteurs sociaux et d’autres lieux scientifiques. C’est cette nouvelle façon de faire séminaire que nous tenterons de poursuivre durant l’année qui vient.

1ère séance, jeudi 10 octobre de 14h à 17h

« Travail, mondialisation et imbrication des rapports sociaux : réflexion autour du travail considéré comme féminin et des « vases communicants » ».
Jules Falquet, Maîtresse de conférences HDR ; CEDREF (Centre d’Enseignement, de Documentation et de Recherches pour les Etudes Féministes)- CSPRP (Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques) ; Responsable de la spécialité de Master (recherche) Genre et Développement ; UFR de Sciences sociales, Université Paris Diderot
Discutante, Michelle Paiva, Doctorante en sociologie, Paris 8 – CRESPPA-GTM, associée au GISCOP93
(salle255)

2è séance, jeudi 14 novembre de 14h à 17h

« Genre et classes populaires: dominations et agency »
Les organisateur(ice)s du séminaire « Genre et Classes Populaires » voir le carnet du séminaire GCP
(salle255)

3ème séance, jeudi 12 décembre de 14h à 17h

« Croisement, décroisement : le travail domestique au cœur des rapports sociaux »
Rose-Myrlie JOSEPH, Doctorante à l’Université de Lausanne/Paris
(salle255)

4ème séance, jeudi 16 janvier de 14h à 17h

« Comment mettre en scène les rapports de domination ? « 
Les comédien.ne.s du Théâtre de l’opprimé
(la salle sera précisée ultérieurement)

5ème séance, jeudi 20 février de 14h à 17h

« Sexage’ en recomposition : le cas des travailleuses domestiques résidentes au Canada »
Elsa Galerand, Professeur de sociologie à l’UQAM et Martin Gallié, professeur de droit à l’UQAM (Québec)
(salle255)

6ème séance, jeudi 20 mars de 14h à 17h

« Comment penser les catégories d’intersectionnalité et de consubstantialité à partir des débats du « colloque international – Théories et pratiques du care. Comparaisons internationales, Paris, juin, 2013 » ? »
Helena Hirata, Sociologue, Directrice de recherche émérite, CNRS
Efthymia Makridou, Doctorante en sociologie, Paris 8 – CRESPPA-GTM
(la salle sera précisée ultérieurement)

7ème séance, jeudi 10 avril de 14h à 17h

« La femme de paille » (titre provisoire)
Carmen DIOP, Doctorante en sociologie, Paris-V-René-Descartes
(la salle sera précisée ultérieurement)

8ème séance, jeudi 22 mai de 14h à 17h

« Travailler dans l’industrie cosmétique au croisement des catégories » (titre provisoire)
Fanny GALLOT, Docteure en histoire contemporaine, LHEST-IDHE
Michelle PAIVA, Doctorante Cresppa-GTM, Université Paris 8, associée au GISCOP93
(la salle sera précisée ultérieurement)

9ème séance de Conclusion, jeudi 19 juin de 14h à 17h

Séance de clôture et bilan de l’année
Les organisatrices du séminaire et tou.te.s les présent.e.s
(la salle sera précisée ultérieurement)

Programme 2013-2014 en PDFProgramme de la 1ère année, 2012-2013

 

 

Colloque international « Travailler au Brésil et en France. Sens des changements et changements de sens »

Les mercredi 9 et jeudi 10 octobre 2013, de 9h à 18h, Paris, site pouchet du CNRS, plan d’accès

Organisé par :
Aparecida Neri de Souza, (Université de Campinas, faculté d’éducation, Unicamp – Brésil), Sabine Fortino (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Cresppa-GTM) et Danièle Linhart (Cresppa-GTM)
Avec le soutien du programme CAPES-COFECUB.

Le colloque se tient en salle des conférences, les communications seront en français.

 

Mercredi 9 Octobre

9h Accueil
9h15 Ouverture du colloque par les organisatrices

Première session :
Dynamiques du marché du travail au Brésil et en France
Introduction et présidence : Lucie Tanguy (Cresppa-GTM)

10h-10h30  Marcia de Paula Leite (Unicamp), Le travail au Brésil : Tendances actuelles

10h30-11hMargaret Maruani (Cerlis) et Monique Méron (INSEE-LSQ), Le marché du travail français au féminin au 20ème siècle

11h/11h15 Pause

11h15 – 11h45 › Angela Maria Carneiro Araujo (Unicamp) et Maria Rosa Lombardi (Fundacao Carlos Chagas/Unicamp), Travail informel, genre et race au Brésil dans les années 2000

11h45 – 12h15Nicolas Jounin (Cresppa-CSU), Au croisement des rapports sociaux : travail et action collective dans le bâtiment

12h15 – 13 hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Deuxième session :
Transformations du travail dans le secteur public
Présidente : Liliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp)

14h-14h30 › Carmen Lucia Rodrigues Arruda (Unicamp), Enjeux et conflits de la formation d’un corps d’enseignants des arts dans l’Université Brésilienne

14h30-15hAparecida Néri de Souza (Unicamp), L’endroit et l’envers des réformes du travail dans le secteur public au Brésil, les années 2003-2010

15h-15H30Vincent de Gaulejac (LCS, Université Paris 7), La recherche malade du management

15h30/15h45 Pause

15h45-16h15 › Salvatore Maugeri (Université d’Orléans) et Jean-Luc Metzger (France Telecom), Financiarisation, dispositifs de gestion et travail : du désordre global à l’ordre local

16h15-17 h30Sabine Fortino (Université Paris Ouest, Cresppa-GTM), Les effets de la new public management sur la participation des salariés

17h30-18h ›  Discussion

 Jeudi 10 octobre

Troisième session :
Rapports de force et sens du travail

Présidente : Danièle Linhart (Cresppa-GTM)

9h30-10hLiliana Rolfsen Petrilli Segnini (Unicamp), Redéfinitions de l’art et de l’artiste au temps du néolibéralisme au Brésil

10h-10h30 › Polymnia Zagefka (La Sorbonne nouvelle, Institut des hautes études d’Amérique Latine), Métiers d’artistes ou métiers culturel ? Nouvelles configurations à l’ère informatique

11h/11h15 Pause

10h45-11h15 Selma Venco (Unicamp), Le Travail enseignant, à l’épreuve des nouvelles politiques publiques dans l’état de Sao Paulo

11h15-11h45Julien Choquet (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), La déshumanisation du travail, le cas des employés de commerce

11h45-13hDiscussion

13h/14h Pause déjeuner

Quatrième session :
Le « nouvel esprit du capitalisme » au nord et au sud
Présidente : Marcia de Paula Leite (Unicamp)

14h-14h30 › Gaetan Flocco (Centre Pierre Naville, Université d’Evry), Le consentement des cadres au travail

14h30-15hDanièle Linhart (Cresppa-GTM), Les idéologies patronales et managériales du travail, de Taylor à Carlos Ghosn

15h00/15h15 Pause

15h15-15h45Sacha Leduc (Université d’Auvergne), Politiques publiques, soupçons et contrôles

15h45-16h30Aparecida Néri de Souza, Liliana Rolfsen Petrilli Segnini et Selma Venco (Unicamp), Transformations du travail et critiques sociales au Brésil

16h30 › Conclusion

 16h45-17hProjection d’une vidéo : Helena Hirata, cheville ouvrière des échanges franco-brésiliens, par Angelo Soares

 … Suivi d’un pot d’amitié internationale


Réseaux de recherche sur le travail, l’emploi et la formation

Accueil

Réseaux et groupes thématiques de l’Association française de sociologie

 

Réseaux constitués autour de projets/de financements de recherche

Le Cinéma. Travail et organisation

Laure De Verdalle et Gwenaële Rot (dir.)
Le Cinéma. Travail et organisation

Paris : La Dispute – 240 p., avril 2013 – ISBN : 9782843032370

L’industrie française du cinéma connaît d’importants bouleversements : redéfinition des règles de financement des films, passage aux techniques numériques pour le tournage, la postproduction et la diffusion en salle… Pour mieux saisir ces transformations et leurs enjeux, cet ouvrage analyse l’évolution des métiers et des circuits de l’industrie cinématographique.
Comment se concrétisent les projets de film ? Les contraintes économiques de la production peuvent-elles s’adapter aux choix esthétiques des réalisateurs ? De quelle manière s’organise la division du travail qui mobilise tant de métiers différents ?
Les auteurs ont mené une vaste enquête sur les conditions de la fabrication des films aujourd’hui en France. Du documentaire au long métrage de fiction, de la conception d’un film à sa fabrication proprement dite, ils donnent une vision précise de l’organisation du cinéma français. Ils proposent des éclairages inédits sur la contribution centrale de professionnels souvent laissés dans l’ombre (producteurs, distributeurs, agents, techniciens, etc.), ainsi que des pistes de réflexion sur les transformations des métiers de la culture et plus généralement du salariat.
Ce livre intéressera tous ceux qui, sociologues du travail ou de la culture, étudiants ou amateurs de cinéma, professionnels du secteur ou responsables des politiques culturelles, cherchent à mieux saisir la réalité complexe de l’industrie contemporaine du cinéma.

Contributions de :
Vincent Cardon, Adeline Lamberbourg, Wenceslas Lizé, Audrey Mariette, Delphine Naudier, Olivier Pilmis, Gwenaële Rot, Olivier Roueff, Émilie Sauguet, Laure de Verdalle, Antoine Vernet

Table des matières sur le site de l’éditeur

Usines. Ouvriers, militants, intellectuels

Cédric Lomba, Julian Mischi (coord.) « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels » Actes de la recherche en sciences sociales n°196-197, 2013 – 157 p.

[…] En partant des usines, ce numéro s’intéresse d’une part aux rôles joués par les intellectuels dans l’action militante ouvrière et aux relations qu’ouvriers et intellectuels entretiennent dans différentes sphères sociales, et, d’autre part, aux rapports des classes populaires aux savoirs comme modalité de transformation de leurs conditions sociales, comme instruments de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier. Cette perspective qui associe l’observation des relations de travail à la question des savoirs et des idéologies dans l’étude des pratiques militantes, fait apparaître que la classe ouvrière, tout en subissant un déclin numérique et une marginalisation politique, bénéficie dans le même temps d’une élévation de son niveau d’instruction, d’une institutionnalisation poussée (à travers notamment le rôle accordé aux « partenaires sociaux ») et d’un accès à une forme de maîtrise savante de l’expertise. La constitution d’un arsenal de moyens d’expression publique rend alors d’autant plus frappante la dépossession ouvrière de son usage. […] [Extrait de l’article d’introduction au dossier]

Articles de : Christian Corouge, Michel Pialoux, Cédric Lomba, Paul Boulland, Sophie Pochic, Ingrid Hayes, Kimi Tomizaki, Pascal Marichalar, Laure pitti, Audrey Mariette

Sommaire et résumés

Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale

Être chômeur à Paris, São Paulo, TokyoDidier Demazière, Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita
Être chômeur à Paris, São Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale
Paris: Presses de sciences po, coll. Académique, mars 2013 – ISBN: 978-2-7246-1305-6

Présentation de l’éditeur:
La condition de chômeur est marquée par l’obligation de recherche d’emploi, mais cette définition internationale dissimule des réalités hétérogènes. L’objectif de ce livre est d’explorer la diversité des significations du chômage : comment les chômeurs vivent-ils et interprètent-ils leur situation à Paris, à São Paulo et à Tokyo ? Le chômage a-t-il le même sens partout ?
L’ouvrage retrace les manières dont le chômage est vécu par des hommes et des femmes de milieux sociaux et d’âges différents dans ces trois métropoles. Cette démarche comparative permet de repérer plusieurs échelles de variation : internationale, avec un univers de significations commun aux chômeurs des trois pays ; nationale, avec l’affirmation de modèles de référence spécifiques à chaque territoire ; transnationale, avec des expériences qui se recoupent selon le sexe, l’âge et la catégorie sociale, quel que soit le pays.
Fruit d’enquêtes par entretiens biographiques approfondis et d’une méthode inédite de comparaison internationale, ce livre renouvelle les connaissances sur le chômage d’une façon aussi originale que passionnante.

Comment penser le travail au croisement des catégories ? (1ère année)

Atelier de recherche ouvert organisé par Yahan Chuang, Fanny Gallot, Danièle Kergoat (Cresppa-GTM), Audrey Molis et Michelle Paiva (Cresppa-GTM)

Présentation de l’atelier :
Depuis quelques années, le concept d’intersectionnalité acquiert une reconnaissance croissante. De l’usine à l’école, de l’identité individuelle à l’action collective, il apparaît comme un des outils théoriques permettant d’élargir les réflexions non seulement sur le
pouvoir, la reproduction des dominations et les résistances qu’elles suscitent, mais aussi sur la segmentation des dominé-e-s.
Cependant, hormis les études prenant pour objet le travail du care, rares sont celles qui s’intéressent à l’analyse sur le travail dans cette perspective « intersectionnelle », et dans cette optique, plus rares encore sont celles consacrées à l’articulation entre précarisation du travail et métamorphoses des dominations.
Dans le contexte actuel, c’est pour rendre compte des multiples dominations, exploitations et oppressions subies par les travailleur-se-s que l’analyse des rapports sociaux de race/sexe/classe s’impose, et cela d’autant plus qu’ils/elles sont précaires et/ou immigré-e-s et/ou racisé-e-s. Mais également pour analyser leurs marges de manœuvre. Néanmoins, saisir la dynamique de co-construction et de reproduction de l’ensemble de ces rapports sociaux nous semble être une démarche délicate : En effet, traiter de ces catégories comme des variables additives ou de façon figée ne nous semble pas permettre d’analyser les effets produits par leur enchevêtrement.
C’est donc afin d’étudier ces situations complexes que nous avons entamé un atelier de recherche il y a un an (Atelier Ouvriers-Ouvrières) dans une approche interdisciplinaire puisque nous sommes un groupe de sociologues et d’historiennes (doctorantes, post-
doctorantes, chercheuse). En effet, travaillant sur le travail, bien que sur des terrains et objets distincts, il nous a paru essentiel d’affiner la réflexion sur le croisement des catégories et l’imbrication des rapports de domination/exploitation/oppression.
La première année de ce séminaire a été consacrée à l’itinéraire de chercheuses reconnues ayant toutes traité de l’objet travail et de sa complexité. C’est maintenant à partir de la présentation de recherches concrètes, que nous souhaitons mettre en lumière la
conjugaison de plusieurs rapports sociaux dans la division du travail. Cela implique non seulement de les identifier, d’en comprendre la formation et la dynamique mais aussi de mesurer comment ils s’alimentent et se modifient les uns les autres. Cela implique aussi de
réfléchir à la méthodologie nécessaire à ce type de recherche : quels outils théoriques permettent de rendre compte de cette complexité ? Comment construire l’objet de recherche sans réduire la richesse des pratiques sociales ? Comment délimiter un terrain de recherche qui permette de traiter le croisement de ces catégories ?
Autant de questions que nous souhaitons aborder avec des contributions qui partent d’analyses de terrains afin que nous puissions, ensemble, raisonner tant sur l’élaboration des catégories que sur l’imbrication théorique et pratique de celles-ci.
Les communications verront alterner doctorantes et chercheur-e-s confirmés. Ces derniers présenteront leurs recherches sur deux terrains « exemplaires » : le mouvement des sans papiers et le travail du « care ». Nous espérons ainsi contribuer à dévoiler la façon
dont les recompositions de la division internationale du travail et la flexibilisation du travail se croisent avec la division sexuelle et raciale du travail, dans le même temps que s’accentue l’essentialisme culturel et racial. Ensuite, deux doctorantes présenteront leurs travaux de thèse sur des travailleuses précaires dans différents secteurs économiques. A partir de ces matériaux, nous souhaitons montrer davantage comment la restructuration économique dans le secteur dit « atypique » influence la subjectivité des travailleuses précaires et contraint et construit leur marge de manœuvre. Dans la séance de conclusion, Danièle Kergoat fera une synthèse du semestre. Par le dialogue, nous espérons ainsi élargir nos réflexions entre l’évolution du monde social et l’innovation théorique.

Les séances se tiennent site CNRS Pouchet, au 59/61 rue Pouchet 75017Paris

         1ère séance,  vendredi 22 février de 14h à 16h30 (Salle 159) –  Introduction
Ya-Han Chuang (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne) – « La dignité des travailleuses sans papiers : Le cas des femmes chinoises à Paris. »
Discutante : Audrey Molis (doctorante en sociologie, Centre Pierre Naville)

         2e séance, vendredi 29 mars de 14h à 16 (Salle 159) Xavier Dunezat (professeur de sciences économiques et sociales) – « Des chômeurs aux sans-papiers : des militants « intersectionnels » ? »
Discutante : Ya-Han CHUANG (doctorante en Sociologie, Paris-IV Sorbonne)

          3ème séance, vendredi 26 avril de 14h à 16h (Salle 159) – Le travail du « care » et l’analyse intersectionnelle.
Emmanuelle Lada (Chargée d’étude à l’INED) – « Emplois/travail de care et approche(s) intersectionnelle(s) : la mise à l’épreuve des terrains d’enquête. »
Discutante : Michelle Paiva (doctorante en sociologie, CRESPPA-GTM)

          4ème séance, vendredi 17 mai de 14h à 16h (Salle 255) – Les femmes dans les coopératives au Brésil: entre égalité et reproduction de la domination?
Carolina Cherfem (Doctorante en sociologie de l’éducation à l’Université de Campinas – UNICAMP, Brésil) –  « Rapports sociaux de genre et de classe dans les expériences de travail collectif au Brésil. »
Discutante : Fanny Gallot (post-doctorante, LARHRA et LHEST)

          5ème séance, vendredi 21 juin de 14h à 16h (Salle à 221) – Séance conclusion
« Synthèse du séminaire par Danièle Kergoat suivie d’une discussion collective. »

 

Le nez dans le micro – Travailler sous guidage vocal dans les entrepôts de la grande distribution

Lundi 21 janvier, de 10h à 13h, site Pouchet du CNRS, salle 159 (1er étage)

David Gaborieau, IDHE-Laboratoire Georges Friedmann/Université Paris 1 : « Souffrance au travail dans les entrepôts de la grande distribution. Émergence des enjeux de santé suite à l’introduction du guidage vocal. »

Dans les entrepôts de la grande distribution alimentaire, l’introduction d’un nouvel outil de travail, le guidage par commande vocale, a considérablement modifié le travail des préparateurs de commande. Auparavant caractérisée par l’absence d’enchaînement et la possibilité de prendre de l’avance, l’activité de préparation a évolué vers une temporalité restrictive comparable à celle d’un ouvrier sur chaîne. Sous guidage vocal, « le nez dans le micro », le savoir-faire des préparateurs est réduit à un engagement physique. L’usage du corps constitue alors une ressource en tant mode d’appropriation du sens au travail, mais également un rempart lorsque des pathologies font apparaître les limites de l’intensification. [Résumé repris de de l’article de David Gaborieau dans la Nouvelle revue du travail, n°1/2012]

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives », animé par Laure Pitti (Cresppa-CSU) et Pascal Marichalar (CMH). Le séminaire est ouvert à tous dans la limite des places disponibles, sans inscription préalable.