Tous les articles par CDFT

La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

LemaitreCARDONA GIL Emmanuel, LEMAÎTRE Denis (dir.). La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game. Paris : L’Harmattan, 2015, 273 p.

Cet ouvrage a été écrit par les enseignants-chercheurs de l’Axe 4 “Organisation et formation” du CRF (Cnam Paris).

Les formations au management ont de plus en plus recours à des dispositifs pédagogiques numérisés (Moocs, jeux d’entreprises). La mise en représentation des pratiques managériales à travers des simulations, fictions ou jeux de rôle, etc., suppose un délicat travail de modélisation, à la frontière entre les sciences sociales et les sciences informatiques. Continuer la lecture de La modélisation des activités managériales au défi de la formation : analyse d’un serious game

Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité

DejoursLa souffrance au travail est une réalité mais pas une fatalité.

Depuis trente ans qu’il les étudie, Christophe Dejours a mis à jour les conséquences néfastes, pour la santé mentale, des organisations du travail gestionnaires, généralisées depuis les années quatre vingt. Depuis une dizaine d’années, l’histoire lui donne malheureusement raison: les suicides se multiplient dans des entreprises et des secteurs différents travail,  dans le secteur public comme privé.

L’ explosion de la souffrance au travail est aujourd’hui reconnue, y compris dans les directions qui ne veulent pas avoir à gérer des suicides, mais  il est aussi de la responsabilité du chercheur de formuler de nouvelles hypothèses d’organisation et même de pouvoir prouver qu’elles fonctionnent. Christophe Dejours relate l’expérience de son intervention avec un économiste au sein d’une entreprise pendant sept ans, et la mise en place d’une réorganisation progressive du travail . Un gain en termes de santé mentale  mais en termes économiques également.

http://leblog.bayard-editions.com/sciences-humaines/le-choix

Christophe DEJOURS est professeur titulaire de la chaire psychanalyse-santé-travail au Cnam

Les professionnels et leurs formations

WittorskiWITTORSKI, Richard, MAULINI Olivier, SOREL Maryvonne (éds.). Les professionnels et leurs formations. Entre développement des sujets et projets des institutions. Frankfurt am Main : Peter Lang, 2015, 237 p.

Avec les contributions de plusieurs membres du CRF : Pascal Roquet, La professionnalisation : vers de nouvelles perspectives de recherche ? et Maryvonne Sorel, La professionnalisation, un processus en tension.

Le titre de ce livre traduit l’intention des auteurs d’étudier la professionnalisation du point de vue double du développement des personnes et de l’organisation sociale de leurs activités. Il s’agit donc de s’intéresser à la fois à la manière dont un individu singulier devient professionnel au fil des apprentissages qu’il développe dans son itinéraire de vie et professionnel et à la manière dont l’activité qu’il déploie fait l’objet d’une formalisation, d’une reconnaissance voire d’une codification sociales. La question est donc moins celle des professions que celles des dynamiques sociales associées aux phénomènes de professionnalisation des individus et des activités ; celles-ci diffèrent sensiblement selon qu’elles sont portées par les organisations à l’adresse des individus ou qu’elles sont portées par les individus eux-mêmes. L’hypothèse est qu’il existerait de fait une tension entre l’offre ou l’exigence de professionnalisation dans et par les dispositifs proposés par les institutions d’une part et les individus dans leur logique ou leur projet de développement professionnel d’autre part.

Richard WITTORSKI est Professeur des Universités au CNAM, Centre de recherche sur la formation

Olivier MAULINI est Professeur associé à l’Université de Genève

Maryvonne SOREL est Maître de conférences honoraire à l’Université Paris Descartes et membre associé du Centre de recherche sur la formation du CNAM.

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=83387&concordeid=431569 

Construire un syndicalisme de proximité pour les petites entreprises

REY Frédéric, BORISOVA Ksenia et THOBOIS Pascal. Construire un syndicalisme de proximité pour les petites entreprises. Stratégies, pratiques et actions syndicales en direction des salariés des petites entreprises : le cas de la CFDT. Paris : Cnam ; Noisy-le-Grand : Ires, 2014, 244 p.

Si la CFDT est l’organisation syndicale qui a le plus tôt transformé l’objet « petites entreprises » en catégorie légitime de son action syndicale, comment, où et avec qui continue-t-elle ce travail aujourd’hui ? Comment surmonte-t-elle les obstacles structurels, historiques et culturels qui ont contribué à maintenir durablement les petites entreprises aux marges du système de relations professionnelles français ? Les TPE-PE se caractérisent en effet par une grande hétérogénéité (7 millions de salariés sont répartis dans 1,17 millions d’entreprises de 1 à 49 salariés), des effectifs réduits (75% des TPE n’emploient qu’un ou deux salariés), moins de droits sociaux (seuils de 11 et 49 salariés pour les IRP) et une préférence pour les arrangements informels qui compliquent l’action syndicale, mais ne la rendent pas impossible. L’étude montre en effet comment la CFDT s’investit concrètement, au quotidien, pour construire un syndicalisme de proximité pour les petites entreprises. Après avoir présenté l’objet TPE-PE et l’histoire de sa prise en charge par l’organisation de 1970 à nos jours (partie 1), l’étude apporte un éclairage à partir de quatre types d’actions syndicales (partie 2) : 1.Les « opérations de rencontre » régulières organisées par les militants en direction des salariés des petites entreprises, dans les centres villes et leurs périphéries ; 2.L’animation des lieux d’accueil qui assurent une présence syndicale pérenne sur les territoires ; 3.L’accompagnement des petites entreprises lors des négociations de protocoles préélectoraux ; 4.Le dialogue social territorial dans les CPRIA. Quarante entretiens ont été réalisés auprès de responsables et de militants. Six « opérations de rencontre » ont été observées, trois responsables « TPE-PE » ont réalisés des « carnets de bord » et quarante questionnaires ont été diffusés auprès de l’ensemble des membres du « réseau TPE-PE », animé par la délégation PME de la CFDT.

Accéder à l’étude en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/LISE-CNRS/halshs-01117549v1

Frédéric REY et Ksenia BORISOVA sont membres du laboratoire LISE (CNAM)

Pascal THOBOIS est chercheur à Sciences Po

L’âge du faire : hacking, travail, anarchie

LallementLALLEMENT Michel. L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie. Paris : Seuil, 2015, 448 p.

De nouveaux lieux de conception, de production et de collaboration voient aujourd’hui le jour un peu partout dans le monde. Équipés de machines industrielles comme des plus récents équipements informatiques, les hackers inventent un nouveau modèle d’activité : le faire (make). À distance des exigences imposées par le marché et les grandes organisations bureaucratiques, les membres des hackerspaces et autres laboratoires de fabrication font du travail une fin en elle-même, sans que quiconque n’impose d’objectifs, de délais, de contraintes… Juste l’envie de faire pour soi. Fruit d’une enquête ethnographique menée dans la région de San Francisco, là où les chantres de la contre-culture libertaire côtoient les entrepreneurs de la Silicon Valley, ce livre plonge au cœur du mouvement faire. Il en décrit les origines historiques ainsi que ses multiples impacts sur l’économie et la société. Michel Lallement a partagé la vie des hackers, les a regardé inventer, bidouiller et s’organiser au quotidien dans des communautés frottées, pour certaines d’entre elles, aux principes de l’anarchisme. Il les a fait raconter et expliquer leurs vie, leurs choix, leurs idées. En expérimentant une utopie concrète, les hackers font plus qu’imaginer une autre manière de travailler. C’est une nouvelle grammaire du vivre ensemble que, sous nos yeux, ils sont en train de composer.

http://www.seuil.com/livre-9782021190496.htm

Michel LALLEMENT est professeur du CNAM, titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail et membre du laboratoire LISE

Doctorat et monde professionnel

DoctoratBOMBARON Edwige, CROS Françoise, VITALI Marie-laure (dir.). Doctorat et monde professionnel. Paris : L’Harmattan, 2014, 156 p.

La société actuelle interroge de manière vive les qualités économiques et professionnelles de l’ensemble des diplômes accordés par l’Université. Dans cette perspective, cet ouvrage questionne les forces et les faiblesses du doctorat en sciences sociales et humaines face au monde économique, à travers une triple orientation : historique, de comparaison internationale avec des pays comme la Finlande ou le Canada et épistémologique.

Edwige BOMBARONFrançoise CROS et Marie-Laure VITALI sont membres du Centre de recherche sur la formation (CRF) du CNAM.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=44752

Dictionnaire des concepts de la professionnalisation

imagesJORRO Anne (dir.). Dictionnaire des concepts de la professionnalisation. Paris : De Boeck, 2014, 368 p.

La professionnalisation des acteurs constitue une priorité pour les pays qui valorisent l’éducation tout au long de la vie. Les mutations du monde du travail et les besoins d’adaptation des acteurs aux contextes évolutifs ont intensifié l’intérêt pour les questions de formation professionnalisante, de dispositif d’alternance, de validation des acquis de l’expérience, de démarches d’accompagnement à l’insertion professionnelle, de reconnaissance professionnelle.

Afin de permettre aux acteurs de se repérer dans les théories et concepts se rapportant à la professionnalisation, cet ouvrage propose des entrées conceptuelles d’une grande lisibilité. Les cinquante auteurs, qui ont participé à ce projet éditorial, ont particulièrement soigné la présentation des concepts, souligné les enjeux de débat autour de chaque concept et veillé à proposer des références complémentaires aux lecteurs. Ce dictionnaire de la professionnalisation est un outil indispensable pour les étudiants de licence, master et doctorat, il est aussi un instrument pour les intervenants (formateurs, consultants, chercheurs, experts) du champ de la formation.

Anne JORRO est Professeur au Cnam, et directrice du Centre de Recherche sur la formation

La communication interpersonnelle en formation. Usages, effets et enjeux.

CrosCROS Françoise, MEYER Claude (coord.). La communication interpersonnelle en formation. Usages, effets et enjeux. Lyon, Chronique sociale, 2014, 224 p.

Avec des contributions de : Martha ARCINIEGAS, Edwige BOMBARON, Françoise CROS, Martine MORISSE, Padma PRAT, Long Pham QUANG, Marie-José QUESNEL GACOGNE et Marie-Laure VITALI.

Tous les auteurs de cet ouvrage sont membres du Centre de Recherche sur la Formation (Axe 3 «  La communication en formation et professionnalisation  »).

La communication est un des enjeux et des atouts majeurs de nos sociétés. Elle est au cœur des échanges entre les hommes. La communication, fortement révélatrice de nos comportements sociaux, joue un rôle fondamental et souvent implicite, dans le domaine du développement de l’homme dans toute société et, notamment, sur son apprentissage et sa formation. En d’autres termes  : comment la communication interpersonnelle dans des dispositifs de formation permet-elle d’éclairer d’un jour nouveau la compréhension du déroulement et les effets d’une formation professionnelle  ? De même, comment les dispositifs de formation contribuent-ils à comprendre la notion de communication interpersonnelle  ? Cet ouvrage s’adresse à des professionnels de la formation et du développement professionnel, à des chercheurs s’intéressant au sujet en formation, et à des personnes en formation qui voudraient comprendre le processus de professionnalisation, il peut également intéresser des chefs d’entreprise, des responsables, des directeurs des ressources humaines.

http://www.chroniquesociale.com/index.php?ID=3004710&detailObjID=3006110&detailResults=3004708&dataType=cata&ssTopic=3006153#ssTopic

Exister au travail : les hommes du nucléaire

JobertJOBERT Guy. Exister au travail. Les hommes du nucléaire. Toulouse : Erès, 2014, 342 p.

Dans le cadre de notre activité de travail, par quels moyens et à quel prix tentons-nous d’exister, de nous développer au milieu des autres, et de donner du sens à notre action ? En ethnologue du monde du travail, Guy Jobert a partagé la vie et écouté longuement les agents de conduite de centrales nucléaires françaises. Il analyse comment ceux-ci explorent des voies multiples pour tenter de faire de leur travail un lieu de construction identitaire, ou pour réduire les dangers qu’il fait peser sur leur équilibre. Au-delà des hommes du nucléaire, il montre que tout travailleur mène en permanence deux activités, distinctes mais totalement liées : l’une qui répond directement à sa mission productive ; l’autre qui consiste à exister personnellement dans et par son travail. Ces activités demandent toutes deux compétences, efforts, invention, et sont toutes deux menacées par l’échec. L’enjeu pour le travailleur est considérable. Cette perspective confère au travail une place centrale dans la construction de la personne humaine.

Guy JOBERT est professeur émérite au Cnam et membre du CRTD.

Travail et développement professionnel : construire l’expérience (2)

imagesMAILLIOT Stéphanie, PARLIER Michel (dir.). « Travail et développement professionnel. Construire l’expérience (2) ». Éducation permanente, n° 197, déc. 2013, 201 p.

Avec les contributions de plusieurs chercheurs du CNAM : Devenir un professionnel : le rôle multiforme de l’expérience, par Florence OSTY, membre du laboratoire LISE ; Le rôle de l’étonnement dans la construction de l’expérience, par Joris THIEVENAZ, membre du Centre de recherche sur la formation ; Agir en situation : quelle place faire à l’expérience ?, par Anne-Lise ULMANN, Maître de conférence au CRTD et membre de l’équipe Métiers de la formation

Comment l’expérience se construit-elle ? Aborder cette question sous l’angle de l’activité de travail, c’est la situer d’emblée dans une perspective développementale pour tous ceux qui s’intéressent aux dynamiques d’apprentissage en lien avec les pratiques professionnelles des adultes. Ce dossier d’Education permanente, qui ne prétend pas traiter de façon exhaustive les problématiques liées à la construction de l’expérience, articule trois angles d’approche de cette thématique : expérience et réflexivité (n° 196), expérience et travail (n°197), expérience et délibération (n° 198). Abordée par toutes les disciplines (psychologie, sociologie, philosophie, ergonomie, didactique professionnelle…), la notion d’expérience témoigne d’une hétérogénéité difficile à saisir, qui renvoie au cœur même du problème que pose son objectivation…

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1724

Réflexivité et pratique professionnelle. Construire l’expérience

196-couvPARLIER Michel, ULMANN Anne-Lise (dir.). « Réflexivité et pratique professionnelle : construire l’expérience ». Éducation permanente, n° 196, sept. 2013, 200 p.

La thématique « réflexivité et pratique professionnelle » constitue le premier volet d’un ensemble de trois dossiers successifs d’Education permanente qui aborderont, sous des angles différents (réflexivité, travail et délibération), la notion d’expérience, ses modalités de construction et ses usages dans le champ de la formation des adultes. Les liens entre réflexivité et expérience ne sont évidemment pas nouveaux ; ils ont déjà été explorés, notamment par Schön, mais avant lui par Desroche, Chombart de Lauwe, Dominicé… avec diverses méthodes destinées à permettre à l’individu « une reconquête de soi », en le révélant à lui-même par un travail de paroles qui ouvre au dialogue avec autrui. Ces démarches réflexives incitent le sujet à prendre sa propre action comme objet de réflexion pour l’amener à la connaissance de soi et des autres. Si ces pratiques langagières contribuent à transformer le sujet, elles ne manquent pas de questionner les usages qui peuvent en être faits en formation : quelle place faire aux savoirs et aux formateurs s’il suffit d’un retour réflexif pour apprendre ? Ce retour sur soi ne peut-il pas être l’objet d’une « illusion biographique » qui tendrait à présenter sa vie comme un récit pour produire « une création artificielle de sens ? » Quand, comment à quelles conditions ce travail réflexif se produit-il ? Ce dossier propose un regard nouveau sur les usages et les fonctions de la réflexivité dans le champ de la formation, de la recherche et du travail. A partir de points de vue théoriques et épistémologiques différents, tous les articles retenus s’attachent à porter attention aux usages de la réflexivité pour la formation des sujets mais ouvrent également leurs champs d’investigation aux conséquences de ces approches réflexives sur les collectifs professionnels, et plus globalement sur les transformations du travail.

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1723

SOMMAIRE :

Les réflexions sur les pratiques au coeur du tournant réflexif/Gaston Pineau

L’expérience des autres dans la formation : apports et limites du récit professionnel/Joffrey Beaujouan, Fabien Coutarel, François Daniellou

La création dans l’activité : un acte réflexif, productif, constructif/Emmanuelle Begon, Philippe Mairesse

Des conditions favorables à une réflexion collective de l’expérience/Philippe Chaubet

Accompagner la réflexivité, une construction de l’expérience/Laurent Trognon

Réflexivité, tissage intersubjectif et analyse de pratiques/Nicole Clerc

Apprendre à réfléchir son expérience : une recherche-action sur l’explicitation de l’expérience en situation d’alternance/Sandrine Cesvre, Gilles Langlo

La démarche portfolio entre inventaire des expériences et pratiques réflexives/Hervé Breton

Intégrer l’approche « mise en récit des expériences d’apprentissage » dans le choix du métier/Marie-Josée Lorrain, Cécile Nicolas

De l’influence de l’expérience sur l’agir enseignant/Catherine Muller

Approche réflexive de la pratique professionnelle : quels enjeux pour les praticiens/Jérôme Mbiatong

L’expertise sur autrui : l’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements

9782875740649,0-1828126LIMA Léa. L’expertise sur autrui. L’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements. Frankfurt am Main : Peter Lang, 2013. 242 p.

Avec les contributions de Catherine BOURGEOIS, Marie-Christine BUREAU, Léa LIMA, Marie LOISON, Barbara RIST, Christophe TROMBERT, membres du laboratoire LISE (Cnam-Cnrs).

Remises de peine, droits à compensation du handicap, droit au logement ou aides à l’insertion professionnelle, nombreux sont les domaines du droit des individus qui sont confrontés à la montée de l’individualisation ; leur attribution est désormais soumise à l’examen de situations individuelles par des commissions réunissant professionnels et partenaires institutionnels autour d’une même table. Aujourd’hui, les droits sociaux visent moins à protéger les individus qu’à transformer durablement leur destin (les rendre plus « employables », plus « insérables »). Les vies et les envies des personnes vulnérables sont ainsi sans cesse passées au crible de l’expertise croisée des professionnels de l’État social transformateur. Mais comment individualiser les droits, personnaliser les réponses, lorsque la pression du flux de demandes s’accroit ? Comment évaluer chaque demande particulière sans porter atteinte au principe d’égalité de traitement ?
En s’appuyant sur un programme d’enquêtes socio-ethnographiques dans cinq secteurs (politique de l’emploi, insertion des jeunes, administration pénitentiaire, handicap, et logement), cet ouvrage explore les multiples facettes de la production collective du jugement sur les personnes vulnérables prises sous l’angle social, professionnel ou médical.

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=76806&concordeid=574064

Consulter le sommaire : 574064_TOC

La construction de l’expérience

Zeitler André, Guérin Jérôme, Barbier Jean-Marie (coord.). « La construction de l’expérience ». Recherche et formation, n° 70, 2012, 162 p.

Les pionniers de la formation des adultes ont fait de l’expérience la spécificité de la formation de ce public (Knowles, 1973). Depuis, cette orientation s’est confirmée et généralisée aux formations à visée professionnelle telles que les formations par alternance. La prise en compte de l’expérience déborde aujourd’hui le cadre de la formation des adultes. Elle est en effet de plus en plus valorisée au sein de l’enseignement scolaire comme le montre la promotion des pratiques pédagogiques prônant le recours à l’expérience et à l’expérimentation comme source des apprentissages. L’expérience, à laquelle il est très couramment fait recours, tend à se généraliser dans les discours et les pratiques d’intervention sur autrui. Cet engouement est probablement suscité par la relation que certains auteurs font entre les processus d’apprentissage et l’expérience (Jarvis, 1987). Certaines de ces conceptions allant même jusqu’à identifier le processus d’apprentissage à la dynamique expérientielle comme dans le cas du modèle de Kolb (1984), par exemple. Dans une perspective plus récente, nous faisons l’hypothèse que la référence au paradigme socioconstructiviste dans le monde de la formation et de l’enseignement trouve un écho dans la valorisation de l’expérience en tant que processus d’apprentissage et de développement autonome de l’apprenant. (…)

Lire la suite : https://www.cairn.info/revue-recherche-et-formation-2012-2-page-9.htm

LES AUTEURS

  • André Zeitler : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)
  • Jean-Marie Barbier : CNAM (Conservatoire national des arts et métiers) de Paris, CRF (Centre de recherche sur la formation)
  • Jérôme Guérin : Université de Brest, CREAD (Centre de recherche sur l’éducation, les apprentissages et la didactique, EA 3875)

Sommaire

  • Analyse de l’expérience dans les processus de l’apprentissage humain/Peter Jarvis
  • Apprentissages interprétatifs et construction de l’expérience/André Zeitler
  • Vidéo-formation et construction de l’expérience professionnelle/Serge Leblanc, Carole Sève
  • L’activité d' »enquête » du médecin du travail/Joris Thievenaz
  • Pratique du jeu dramatique et construction de l’expérience/Jérôme Guérin, Catherine Archieri
  • Expérience du travail et développement pour de jeunes adultes en formation professionnelle/Patrick Mayen, Paul Olry
  • Autour des mots de la formation : « Expérience »/André Zeitler, Jean-Marie barbier
  • Entretien avec François Dubet/Jérôme Guérin, André Zeitler

Expérience, activité, apprentissage

imagesALBARELLO Luc, BARBIER Jean-Marie, BOURGEOIS Étienne, DURAND Marc (dir.). Expérience, activité, apprentissage. Paris : Presses universitaires de France, 2013, 264 p. Coll. Formation et pratiques professionnelles.

La question de l’expérience, de ses rapports avec l’activité, l’apprentissage et le développement humain est devenue une question centrale, tant sur le plan social que scientifique. Dans une perspective de formation et dans un contexte de transformation constante des rapports entre travail et formation, la compréhension de sa construction, de sa transmission et de sa validation représente un enjeu considérable. Elle concerne toutes les activités et tous les métiers ayant pour objet la transformation de l’activité humaine (éducation, accompagnement, management, gestion, conseil, emploi, orientation, communication, soin et santé, travail social, ergonomie, sport). Réunissant des auteurs précisément et simultanément représentatifs de champs de pratiques et d’approches scientifiques variées (apprentissage et formation des adultes, éducation physique, gestion scolaire, didactique professionnelle, analyse de l’activité), cet ouvrage se propose un triple objectif : conceptualiser les rapports respectifs entre expérience, activité et apprentissage, rendre compte de la construction et de l’organisation de l’expérience, analyser les modalités de sa mobilisation dans la vie professionnelle et sociale.

http://www.puf.com/Autres_Collections:Exp%C3%A9rience,_activit%C3%A9,_apprentissage

SOMMAIRE :

  • Introduction
  • Chapitre premier : Expérience et apprentissage. La contribution de John Dewey, par Étienne Bourgeois.
  • Chapitre 2 : Expérience, mimèsis et apprentissage, par Marc Durand, Annie Goudeaux, Zoya Horcik, Deli Salini, Joël Danielian, Laurent Frobert.
  • Chapitre 3 : Expérience, apprentissage, éducation, par Jean-Marie Barbier.
  • Chapitre 4 : Le travail de l’expérience, par Pierre Pastré.
  • Chapitre 5 : La sensibilité à, organisatrice de l’expérience vécue, par Michel Récopé, Géraldine Rix-Lièvre, Hélène Fache, Simon Boyer.
  • Chapitre 6 : Construction de l’expérience, habitudes d’interprétation et signification du vécu, par André Zeitler.
  • Chapitre 7 : Organisation de l’expérience et cours de vie, par Denis Hauw et Yann Lemeur.
  • Chapitre 8 : La convocation de l’expérience en formation. Le cas de la préparation à la fonction de directeur d’établissement scolaire au Québec, par Frédéric Yvon.
  • Chapitre 9 : Propriétés de l’expérience et dispositifs en formation d’adultes. Luc Albarello.
  • Conclusion

A propos des auteurs : 

Luc Albarello est professeur à l’université de Louvain, Jean-Marie Barbier professeur au Cnam à Paris, Étienne Bourgeois et Marc Durand professeurs à l’université de Genève. Tous quatre exercent dans leurs établissements respectifs et, ensemble dans différents réseaux internationaux, des responsabilités de formation et de recherche dans les domaines de la formation des adultes et des rapports entre formation et activités professionnelles.

La formation et le théâtre

194couvMARTY Olivier (dir.). « La formation et le théâtre ». Education permanente, n° 194,  mars 2013,  200 p.

Ce dossier présente des analyses expliquant les pratiques de formation par le théâtre. Les articles explorent prioritairement les pratiques théâtrales répondant à deux critères : avoir une visée éducative et être reconnues en tant qu’outil pédagogique. Une méthode de terrain le traverse donc : l’analyse d’exercices de théâtre et de ses apports pédagogiques. Une autre structure est celle des apports philosophiques et notamment de l’œuvre de Rousseau. Certains articles sont essentiellement descriptifs, d’autres sont plus soucieux des grands textes du théâtre. Plusieurs prennent pour exemple la formation en salle, notamment pour les langues étrangères ; d’autres s’appuient sur l’entreprise comme lieu d’expérimentation, voire sur le théâtre de rue ou sur le rire clinique.

Olivier MARTY est chercheur au Centre de recherche sur la formation (CRF Cnam)

http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1719

Sommaire :

  • Théâtre et permanence de la formation : pour une éthique de la présence. Laurent Bibard
  • Du théâtre interculturel dans la formation à la communication orale. Richard Soudée
  • Quand le théâtre participe au développement personnel des salariés dans l’entreprise. Cécile Ferro
  • Souffrance au travail : le recours au clown. Christine Revuz
  • L’acquisition du français langue seconde par les techniques théâtrales Alain Vercollier. Gaëlle Vercollier
  • Lumières sur l’improvisation théâtrale. Les usages éducatifs innovants d’une pratique sociale. Olivier Marty
  • L’improvisation contextualisée : un appel à la cocréativité. Marie-Noëlle Cocton
  • L’improvisation théâtrale dans les formations pour adultes. Arnaud Trenvouez. Mathias Thura
  • Régulation de la coordination en théâtre d’improvisation. Camille De Keukelaere. Gilles Kermarrec
  • « La machine » : anatomie et fonctionnalités d’un exercice d’improvisation théâtrale. Richard Pineault
  • La théâtralité, outil d’analyse des situations éducatives ? Sylvie Fontaine
  • Pratiques théâtrales et formation aux métiers de l’intervention. Catherine Archieri
  • La pratique du théâtre et l’éducation des femmes au Cameroun. Alhadji Mahamat
  • Le théâtre pour une éducation non aliénante. Jean Verdeil
  • Instrumenter les relations dans les formations en alternance. Pratiques d’alternance et choix d’outils au sein de l’école Vaucanson. Pierre Rieben
  • Travailler en santé : formation du corps ou remédiation corporelle ? Claire Hollenstein