Tous les articles par Mission V.M.I. Anact

Le réseau Anact-Aract pour l’amélioration des conditions de travail a pour vocation d’améliorer à la fois la situation des salariés et l’efficacité des entreprises, et de favoriser l’appropriation des méthodes correspondantes par tous les acteurs concernés. La mission Veille et Management de l'Information, située au sein de la Direction technique et scientifique de l'Anact, assure les missions de veille et d'information sur les conditions de travail.

Lu pour vous novembre 2012

Article
Travail : du bonheur à l’enfer / Coordinateur DORTIER (Jean-François). SCIENCES HUMAINES, 11/2012, n° 242. – pp. 30-489
Rapport
Impact des restructurations sur la santé des travailleurs du secteur public et du rôle du dialogue social / Rapporteur HENRY (Leroi) ; ASTREES ; HIRES. HIRES, 09/2012. – 45 pages
Ouvrage
Temps de travail et temps de vie : les nouveaux visages de la disponibilité temporelle / BOUFFARTIGUE (Paul) ; Collaborateur BOUTEILLER (Jacques). PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, 2012. – 231 pages
Managers en quête d’auteur / THÉVENET (Maurice). LES BELLES LETTRES, 2012. – 233 pages
Diriger et encadrer autrement : théoriser ses propres stratégies alternatives / MISPELBLOM BEYER (Frederik) ; GLEE (Catherine). EDITIONS ARMAND COLIN, 2012. – 318 pages
Travail et automatisation des services : la fin des caissières ? / BERNARD (Sophie). OCTARES, 2012. – 192 pages
Un siècle de travail des femmes en France. 1901-2011 / MARUANI (Margaret) ; MERON (Monique). PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, 10/2012. – 232 pages
Article
Les dispositifs publics d’accompagnement des restructurations en 2011 : après une forte baisse en 2010, les entrées en CRP, CTP, CSP et le nombre de PSE se stabilisent / PASQUEREAU (Anne). DARES ANALYSES, 10/2012, n° 2012-076. – 14 pages
Les 20 ans du bilan de compétences (dossier) / Coordinateur ARDOUIN (Thierry) ; Coordinateur LACAILLE (Sylvain). EDUCATION PERMANENTE, 09/2012, n° 192. – pp. 5-197
Concevoir des environnements de travail capacitants : l’exemple d’un réseau réciproque d’échanges des savoirs / FERNAGU-OUDET (Solveig). FORMATION EMPLOI, 09/2012, n° 119. – pp.7-27
Les risques psychosociaux au travail d’une question de société à des questions scientifiques TRAVAIL ET EMPLOI, 01/2012, n° 129. – 94 pages
30 ans après sa création : le CHSCT doit encore s’imposer SANTE ET TRAVAIL, 10/2012, n° 80. – pp. 25-42
Groupements d’employeurs (dossier) / CASAUX (Lise) ; JOUBERT (France) ; et al.. DROIT SOCIAL, 10/2012, n° 10. – pp. 870-923
Ouvrage
Prévenir la santé et la sécurité au travail. Volume 2 : risques, acteurs, sanctions / LANOUZIERE (Hervé). EDITIONS LAMY, 2012. – 432 pages

Prévenir la santé et la sécurité au travail. Volume 1 : démarche générale, lieux et équipements / LANOUZIERE (Hervé). EDITIONS LAMY, 2012. – 427 pages

Bonne pratique. La branche céramique fait le lien entre absentéisme et conditions de travail

Les partenaires sociaux de la branche des industries céramiques ont sollicité l’expertise de l’Anact et du cabinet ESSOR Consultants pour mieux comprendre le phénomène de l’absentéisme et rechercher des pistes de prévention.

Image d'illustration de l'article

Les entreprises de la branche des Industries céramiques de France, inquiètent de l’impact significatif de la suppression du délai de carence sur les absences de courte durée et la performance, ont souhaité aborder la problématique de l’absentéisme par le biais des conditions de travail (santé au travail, usure professionnelle, management, parcours professionnels, etc.).

Pour cela, la Confédération des Industries Céramiques de France a travaillé en 2011 avec l’Agence Nationale pour l’Amélioration des Conditions de Travail (qui a piloté le projet) et ESSOR Consultants.

Lire la suite de l’article

Comment prendre en charge les conditions de travail aujourd’hui ?

Des entreprises, des filières ou des territoires innovent en matière de dialogue social et de prise en charge les conditions de travail. Cette demi-journée présentera certaines de ces nouvelles formes d’approches. Son objectif : en comprendre le fonctionnement, leurs avantages et leurs limites.

Image d'illustration de l'article

Le Réseau ANACT organise la 9ème édition de la Semaine pour la qualité de vie au travail du 18 au 26 octobre 2012. Cette édition coïncide avec le 30ème anniversaire des CHSCT. A cette occasion, l’ANACT organise quatre demi-journées thématiques consacrées à cette instance les 24 et 25 octobre prochain à la Maison de la RATP à Paris.

Celle organisée le jeudi 25 octobre après-midi aura pour thème « les formes renouvelées de prise en charge des conditions de travail ». Point de départ, le constat d’un travail et de conditions de travail qui évoluent. Les formes d’entreprises et d’organisation entre entreprises également. La taille de l’entreprise ou son insertion dans un territoire, une filière ou une branche, ont une influence sur les conditions de travail. Face à cette diversité, les formes traditionnelles de prise en charge des conditions de travail atteignent parfois leurs limites. Il peut être nécessaire de chercher de nouvelles formes de dialogue social autour de ces questions. Des innovations voient le jour et se diffusent.

Cette manifestation permettra de mettre en lumière certaines formes d’approches, d’en comprendre le fonctionnement, de présenter leurs avantages et de poser leurs limites. Pascale LEVET, directrice scientifique et technique de l’ANACT, et Olivier LIAROUTZOS, responsable du département Changements Technologiques et Organisationnels de l’ANACT, co-animeront cet échange.

Le programme

  • 14h00 : Accueil par Jean-Luc VERGNE, Président du Conseil d’Administration, ANACT
  • 14h15 : Les Observatoires de la Qualité de Vie au Travail
  • • 15h00 : Les CPRIA et la prise en charge des conditions de travail dans les TPE : l’expérience de la CPRIA de Poitou-Charentes : Jean-Paul LIZE, Secrétaire Général, UPA et un représentant d’une organisation syndicale
  • 15h45 : La filière comme lieu de pilotage de l’action sur les conditions de travail : l’exemple de l’Industrie Agro-alimentaire en Languedoc-Roussillon : ALAIN DJAFFO, OPCALIM ; Sophie PUJOL, CFE-CGC, Coopérative de Névian ; Antoine CHACON, SNIV, Bigard Distribution
  • 16h30 : EDF : la déclinaison d’un accord sur les RPS par la mise en place de groupes multidisciplinaires animé par Yves GARCIER, Délégué Qualité de Vie et Santé au Travail, EDF-DPI
  • 17h00 : Une approche territoriale : l’égalité professionnelle et l’amélioration des conditions de travail comme ressources pour innover en matière de GPEC territoriale, l’exemple du Beaujolais, Laurence LANGER, Acteurs et Politiques Publiques ; Vincent MANDINAUD, Chargé de Mission, ANACT  et les acteurs territoriaux du projet
  • 17h30 : Clôture

Inscription

– Accès au site de la SQVT
– Toutes les manifestations de la 9ème SQVT

Comment passer du « mal être au travail » à un travail source de santé et d’efficacité ?

L’Anact et l’Observatoire social international livrent des propositions pour renouveler l’approche des questions de santé au travail et des pistes d’actions pour développer des organisations permettant d’ « être bien au travail », sources de santé et de performance.

Image d'illustration de l'article

S’engager durablement dans le développement de la santé au sein des organisations du travail contemporaines implique de revisiter le triptyque travail, performance et gouvernance des entreprises, en portant une attention particulière au rôle des acteurs (managers, partenaires sociaux, experts…), à la confiance nécessaire et au partenariat indispensable qui doivent s’établir entre eux et à la qualité du dialogue social.

Une session nationale organisée par l’ANACT, l’Observatoire social international (OSI), et l’association Réalités du dialogue social (RDS), a réuni une vingtaine d’acteurs engagés dans des entreprises ou institutions, des fédérations ou confédérations syndicales sur la question des RPS. Cette session a permis des échanges nombreux pour rechercher les conditions de leur prévention durable et, au-delà, de l’amélioration des conditions de travail.

A l’issue de cette session, une synthèse a été produite par l’ANACT et l’Observatoire social international (OSI) ainsi que des propositions d’orientations pour passer de la prise en charge du « mal-être au travail » au développement d’organisations permettant d’ « être bien au travail », conditions de la santé et de la performance.

Des bases pour renouveler l’approche des questions de santé au travail

Le travail, comme facteur de santé.

Au-delà de la prévention de la « souffrance » au travail, il y a urgence et intérêt à considérer le travail comme une ressource, comme un élément favorable à la santé des salariés. Yves Clot, notamment, a souligné combien la problématique du travail bien fait, de l’empreinte que les salariés laissent dans leur travail, des liens qu’ils créent entre les choses et les personnes, redéfinit un professionnalisme essentiel à la qualité de vie et à la santé au travail. Au-delà de la prévention des risques psychosociaux, il s’agit de faire du travail, de ses conditions et de son organisation, un enjeu fondamental du développement humain.

Une approche plus globale des questions du travail et de la santé

S’intéresser au travail conduit à replacer la question des risques psychosociaux dans un ensemble plus vaste, celui de l’organisation et des conditions du travail qui intègre aussi la pénibilité, l’usure professionnelle dans une vie professionnelle qui s’allonge, le maintien dans l’emploi des seniors, l’articulation vie professionnelle/vie privée… Il importe donc de ne plus appréhender séparément les sujets, de ne plus multiplier les approches cloisonnées mais de redonner une cohérence à la question des conditions de travail et de favoriser des stratégies globales de prévention.

Cette approche contribue aussi à une prise en compte plus globale de la santé et des impacts des mauvaises conditions de travail en matière de santé publique. En termes de coûts pour la santé des salariés d’une part et en termes d’effets négatifs sur la qualité des produits et des services d’autre part, avec des impacts dommageables potentiels pour les consommateurs ou l’environnement (cf. exemples de Patrick Légeron, Yves Clot, F. Cochet).

Des liens affirmés entre qualité du travail, efficacité et performance

La question du coût économique et financier des mauvaises conditions de travail se pose ; et aussi, à l’inverse, celui des bénéfices qu’une politique de santé au travail assure à l’entreprise en matière de performance ; même si, sur ce sujet, il reste à mieux démonter les liens possibles.

Faire du travail l’enjeu central conduit à travailler à mieux établir des liens entre santé, qualité du travail et travail bien fait d’une part et efficacité, innovation, performance et compétitivité d’autre part. Des liens sont aussi à envisager avec les critères de RSE et de développement durable (Vigéo) même si la recherche d’indicateurs ou de système de notation sociale soulèvent des risques d’interprétation et d’utilisation détournée.

Au-delà de ces réflexions, l’évolution durable et massive des activités économiques vers plus de sollicitation, d’engagement et de créativité des salariés ne peut se passer d’un développement de la qualité de vie au travail  et de la valorisation d’un certain capital social qui constitue un ressort de la performance.

Redonner dans l’entreprise une place centrale à l’analyse du travail et au travail lui-même conduit à renforcer sa dimension humaine. Ce mouvement invite aussi l’entreprise à revisiter ses missions et sa responsabilité sociale dans la société et, par conséquent, sa stratégie industrielle ou commerciale.

Des orientations pour l’action

 

Gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences (GPECT) : la synergie des acteurs devient un levier d’action pour les entreprises

L’Agence Rhône-Alpes pour la valorisation de l’innovation sociale et l’amélioration des conditions de travail (Aravis) travaille depuis plusieurs années sur le concept de GPECT. Cette démarche a pour but de sortir l’entreprise de son isolement en l’inscrivant dans un réseau d’acteurs territoriaux. Aravis a organisé tout au long de l’année 2011, une série d’ateliers sur ce thème avec pour objectif de « Formaliser des outils et méthodes pour conduire des actions de GPECT et plus globalement des actions aux services des ressources humaines. »

La restitution de ces travaux a donné lieu à un séminaire regroupant plus de 80 participants, le 14 septembre à Lyon.

Cette rencontre a été l’occasion, pour les différents participants, acteurs du territoire, de partager « ce qu’ils ont appris » tout au long de cette année de travail collaboratif et d’échanger sur le concept et les enjeux de la GPECT aujourd’hui.

Qu’est-ce que la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale ?

La GPEC territoriale est une opportunité pour conduire des démarches coordonnées d’entreprises et d’acteurs locaux (Conseil régionaux, généraux, OPCA, acteurs relais) au sein d’un territoire (bassin d’emploi, département, région, inter-région, zone d’activités, pôle de compétitivité) dans l’objectif mutuellement profitable de construire des parcours professionnels et d’accompagner les besoins d’évolution en gestion d’emplois et de compétences des entreprises.

Les disparités des contextes et configurations territoriales rendent complexes l’approche de la GPECT dans les régions, et, d’autant plus, d’envisager une démarche normative. C’est le premier constat sur lequel s’accordent les différentes parties prenantes à l’issu des travaux menés par Aravis. Pour autant, les enjeux restent importants. Le territoire apparaît désormais comme un levier d’action incontournable pour gérer, voire anticiper, les mutations économiques auxquelles sont soumises les entreprises.

Identifier les éléments déterminants à une démarche de GPECT réussie

L’objet de ces ateliers fut, dans un premier temps, de débroussailler la notion même de GPECT afin de trouver une définition cohérente pour l’ensemble des acteurs participants. Les travaux se sont poursuivis sur la base de témoignages et de retours de pratiques d’action d’entreprises en région afin d’aboutir à la formulation d’une démarche d’intervention opérationnelle à proposer aux acteurs de la GPECT.

Travailler ensemble

Un principe essentiel s’est rapidement imposé : la GPECT ne peut être envisagée sans la participation active, collaborative et constante de l’ensemble des acteurs institutionnels et opérationnels appartenant au monde de l’entreprise.

« Les acteurs de l’entreprise et du territoire, ont tout à gagner à mettre en commun leurs compétences et à prendre le temps de travailler ensemble. »

Didier Graff, chargé de mission de l’UT 42 de la DIRECCTE rapporte ainsi l’expérience d’une action collective, toujours en cours, dans une grappe d’entreprises de la Loire. Un réseau d’entreprises s’est constitué pour faire face à la crise affectant leur secteur et mettre au point une stratégie de développement. Si le volet économique apparaissait largement instruit par les entreprises, les problématiques d’emploi et de compétences étaient, elles, peu prises en compte. L’action collective a permis d’établir un dialogue, un lien de confiance avec les acteurs institutionnels de l’emploi et de la formation. Leur appui aux démarches de GPECT ont été d’autant plus pertinent qu’elles ont été menées à partir d’un réseau d’entreprises déjà constitué.
Comprendre l’entreprise ET le territoire

« Il n’y a pas de GPECT sans une compréhension fine des situations et des besoins des entreprises. » Comprendre son activité, les métiers qui la composent, les compétences dont elle a besoin et la politique RH qui en découle n’est qu’une première approche. Une démarche GPECT ne peut s’envisager sans un travail d’accompagnement auprès des entreprises au travers de diagnostics, de bilans, d’actions collectives etc.

Ce préalable doit être mis en parallèle avec d’une véritable analyse de l’environnement territorial et du contexte économique qui les conditionnent.

En effet, les caractéristiques des territoires sont multiples et leurs interactions complexes. Leurs spécificités impactent directement entreprises et salariés, comme l’ont montré les retours d’expériences présentés ici.

A l’issu de ces travaux, cinq dimensions sont désignées comme devant être prioritairement instruites dans une démarche de GPECT : le développement économique, l’aménagement du territoire, la formation, l’emploi et les compétences.

Partager analyses, incertitudes et réflexions

C’est le 3ème enseignement tiré de cette restitution et rendu très visible lors des ateliers. Philippe Nicolas, directeur de l’UT 38 de la DIRECCTE et Cyril Gorges, animateur du CTEF du Nord Isère, mettent en évidence les liens nécessaires entre les services de l’Etat et ceux de la Région. Ils insistent aussi sur les liens avec les partenaires sociaux et les acteurs opérationnels travaillant sur les dimensions emploi, formation, activités éco et aménagement du territoire. Faire en sorte de partager enjeux et préoccupations entre acteurs institutionnels, opérationnels, locaux est une des clés du succès d’une démarche GPECT.

Mais les acteurs du territoire sont nombreux et viennent d’horizons multiples : entreprises, représentants syndicaux partenaires sociaux, institutionnels, élus locaux, acteurs de l’emploi et de la formation, consulaires etc. Tous n’ont pas les mêmes préoccupations, ni les mêmes enjeux, qui font parfois l’objet de tensions. S’engager dans une démarche de GPECT nécessite d’identifier tous les éléments contextuels, de les instruire et de les discuter. Les difficultés doivent être prises en compte dans leur globalité et sans faux semblant à l’intérieur des projets et des dispositifs.

Hors, coopérer, travailler ensemble, s’accorder sur les enjeux, les actions à mener,  partager le travail, établir une feuille de route…bref, mettre en synergie tous les acteurs ne se décrète pas. C’est un processus qui se met progressivement en place. Si les coopérations ne vont initialement pas de soi, les rencontres permettent de construire un sens commun, de modifier les représentations de chacun, la perception du territoire. Elles permettent de gagner en convergences, de travailler plus efficacement et d’avancer. Il s’agit d’apprendre ensemble, à l’image de ce qu’ont produit ce cycle d’ateliers.
La démarche « VAA » : Vision, Action, Ancrage.

La démarche issue de ces travaux et présentée par Odile Desbat, chargée de mission à Aravis, repose sur 3 notions.

La Vision : Travailler ensemble permet de définir une représentation qui convienne à l’ensemble des acteurs sur les problématiques des entreprises et du territoire. Il s’agit de se mettre d’accord sur une vision commune.

L’Action : C’est « l’Agir ensemble » qui permet de construire une démarche efficiente. Les actions doivent permettre de tendre vers le futur souhaité. Les acteurs doivent faire le choix des actions prioritaires  et leur donner un cadre temporel.

L’Ancrage désigne la mise en forme d’une mémoire collective à transmettre afin de pérenniser l’action. Un bon « ancrage » permettra d’assurer l’appropriation et la prise de relais des nouveaux acteurs du territoire.

L’ancrage reste le point de vigilance à l’issue de la mise en place d’une telle démarche. « Il s’agit de la concevoir dans la durée sans la remettre en cause à chaque bouleversements contextuels mais plutôt en adaptant les actions au regard de l’analyse des évolutions », précise Odile Desbat.

Un atelier…du dialogue social territorial

Le format de ces ateliers a permis d’identifier des axes de progrès et des perspectives en permettant aux différents acteurs du territoire de travailler ensemble. A l’instar de ces travaux, on constat qu’il est intéressant que la démarche de GPECT instaure un dialogue social « territorial » complémentaire au dialogue social propre à l’entreprise. En proposant à une palette élargie d’acteurs de se rencontrer et d’échanger, la pratique du dialogue social participe à un élargissement des possibles du territoire. La confrontation des différents acteurs, qu’ils soient institutionnels, opérationnels ou locaux, offre la possibilité de faire évoluer les postures, les représentations, les rapports et les positionnements de chacun. Ainsi, lorsque des actions concrètes sont engagées auprès des entreprises, elles ne le sont plus sur la base de la seule légitimité institutionnelle mais sur celle de la crédibilité et de rapports de confiance.

Avoir une vision prospective ensemble, permet de briser l’isolement, renouer le dialogue partagé, aide à affronter la crise. Tout l’enjeu alors pour les parties prenantes est de faire vivre, d’animer et d’étoffer et surtout de pérenniser les lieux d’échanges et de réflexion et ce, malgré les changements d’acteurs.

Cette journée de restitution aura clairement montré, que les questions difficiles à résoudre au sein de l’entreprise trouvent également tout leur sens et potentiellement de vraies solutions dans la collaboration entre les acteurs au sein d’un territoire.

Stéphanie Léger

Réseau Anact/Aract
Mission Veille et Management de l’Information

Retour sur les ateliers GPEC-T

Téléchargez pour chaque atelier une synthèse rédigée par Aravis ainsi que les comptes-rendus des travaux de chaque groupe. Retrouvez également les documents de certains des intervenants :

www.aravis.aract.fr/nos-domaines-dexpertise/grh-et-territoires/ressources-ateliers/contenu-des-ateliers/

Couv-GPECT

Restitution des apprentissages des « ateliers de la GPEC-T »

Thème : GRH et territoire Objectifs : Ce document est une synthèse des ateliers de la GPEC-T qui se sont déroulés de mai 2011 à janvier 2012 contenant quelques points clés pour traiter un processus de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans une approche Territoriale.

Télécharger

Les observatoires territoriaux. Sens et enjeux

Paris, La Documentation Française, 2011, 107 pages

500 observatoires territoriaux sont actuellement recensés sur en France.Ce type de dispositif, recouvre un grand nombre d’organismes aux formes juridiques, champs d’activités et périmètres géographiques les plus divers. A partir d’une enquête réalisée sur un échantillon de 185 dispositifs d’observation et de 40 structures, cet ouvrage propose un état des lieux et des pistes de réflexion inédites en la matière. En plus d’alimenter l’action publique en données statistiques, l’observation par et pour les territoires s’avère en effet porteuse d’enjeux stratégiques : pour la mise en oeuvre des politiques publiques, pour la diffusion d’une culture de la coopération entre partenaires territoriaux ou encore, pour mieux impliquer les acteurs et citoyens dans la vie des territoires.

 

Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire

Cet article analyse, à partir d’un modèle intégratif et dynamique, la souffrance au travail et les manifestations de celle-ci chez les agents pénitentiaires en milieu carcéral au parloir. Si les questions de facteurs de risques, notamment de stress ou du burn-out, ont été abondamment traités dans la littérature, selon des approches factorielles, rares sont les modèles multidimensionnels existants qui permettent de comprendre la complexité et la spécificité des processus en jeu en milieu carcéral. La méthode de recherche relève d’une analyse comparative des espaces professionnels. Soixante-douze entretiens semi-directifs de recheche ont été conduits aurpès des surveillants occupant chacun des espaces, dans trois établissements pénitentiaires français. A partir de différents indicateurs, le modèle permet de saisir le processus et les étapes qui conduisent à la manifestation de souffrance au travail. Il offre à la fois des perspectives d’intervention et de prévention pour les cadres et psychologues chargés du soutien aux personnels.

MOULIN (V.), SEVIN (A.S.),  »Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire », in LE TRAVAIL HUMAIN, n° 2, 04/2012, pp. 147-178