Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives »

Séminaire organisé par Pascal Marichalar (CMH) et Laure Pitti (Cresppa-CSU), avec le soutien du DIM Gestes et de la Région Île-de-France

« Maladies sociales avec des aspects médicaux », selon l’expression du pneumologue Irving Selikoff, les maladies industrielles n’ont d’existence que dans un champ de forces où leur réalité, leur gravité et leur étiologie sont remises en cause à chaque instant. Du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, l’objet de ce séminaire est ainsi d’analyser les conditions de possibilité de mobilisations qui les prennent pour objet, fruits d’alliances improbables entre salariés, riverains, chercheurs, médecins et avocats.

Centré sur les « maladies industrielles », selon l’expression du sociologue Paul Jobin, et non exclusivement professionnelles, ce séminaire entend étudier ces mobilisations à l’intérieur et à l’extérieur des lieux de travail, cherchant ainsi à éclairer les croisements mais aussi parfois les logiques de concurrence entre maladies professionnelles et maladies environnementales. Comment s’articulent les luttes des salariés et des riverains – parfois en contradiction lorsque l’emploi des premiers est menacé, parfois en convergence (Ishimure, 1990 ; Collectif intersyndical sécurité, 1977) ? Comment les acteurs de ces mobilisations se réapproprient-ils les savoirs médicaux et techniques institués – ou encore contribuent-ils à leur avancée ?

Les séances se tiennent un lundi par mois de 10h à 13h, au centre CNRS Pouchet,
59/61 rue Pouchet – Paris 75 017 (métro Brochant ou Guy Môquet), Plan d’accès

  • Contacts : Pascal Marichalar et Laure Pitti
  • Programme et intervenants 2012-2013 (3ème année) en pdf
  • Une présentation détaillée accompagnée d’une bibliographie indicative et du programme des deux années précédentes est consultable sur le site du CSU (Cresppa-CSU, UMR7217)


Citer ce billet
Doc du Cresppa (2012, 18 octobre). Séminaire « Maladies industrielles et mobilisations collectives ». Echos du travail. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o00r