Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité

DejoursLa souffrance au travail est une réalité mais pas une fatalité.

Depuis trente ans qu’il les étudie, Christophe Dejours a mis à jour les conséquences néfastes, pour la santé mentale, des organisations du travail gestionnaires, généralisées depuis les années quatre vingt. Depuis une dizaine d’années, l’histoire lui donne malheureusement raison: les suicides se multiplient dans des entreprises et des secteurs différents travail,  dans le secteur public comme privé.

L’ explosion de la souffrance au travail est aujourd’hui reconnue, y compris dans les directions qui ne veulent pas avoir à gérer des suicides, mais  il est aussi de la responsabilité du chercheur de formuler de nouvelles hypothèses d’organisation et même de pouvoir prouver qu’elles fonctionnent. Christophe Dejours relate l’expérience de son intervention avec un économiste au sein d’une entreprise pendant sept ans, et la mise en place d’une réorganisation progressive du travail . Un gain en termes de santé mentale  mais en termes économiques également.

http://leblog.bayard-editions.com/sciences-humaines/le-choix

Christophe DEJOURS est professeur titulaire de la chaire psychanalyse-santé-travail au Cnam



Citer ce billet
CDFT (2015, 16 avril). Le choix. Souffrir au travail n’est pas une fatalité. Echos du travail. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o07k