L’expertise sur autrui : l’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements

9782875740649,0-1828126LIMA Léa. L’expertise sur autrui. L’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements. Frankfurt am Main : Peter Lang, 2013. 242 p.

Avec les contributions de Catherine BOURGEOIS, Marie-Christine BUREAU, Léa LIMA, Marie LOISON, Barbara RIST, Christophe TROMBERT, membres du laboratoire LISE (Cnam-Cnrs).

Remises de peine, droits à compensation du handicap, droit au logement ou aides à l’insertion professionnelle, nombreux sont les domaines du droit des individus qui sont confrontés à la montée de l’individualisation ; leur attribution est désormais soumise à l’examen de situations individuelles par des commissions réunissant professionnels et partenaires institutionnels autour d’une même table. Aujourd’hui, les droits sociaux visent moins à protéger les individus qu’à transformer durablement leur destin (les rendre plus « employables », plus « insérables »). Les vies et les envies des personnes vulnérables sont ainsi sans cesse passées au crible de l’expertise croisée des professionnels de l’État social transformateur. Mais comment individualiser les droits, personnaliser les réponses, lorsque la pression du flux de demandes s’accroit ? Comment évaluer chaque demande particulière sans porter atteinte au principe d’égalité de traitement ?
En s’appuyant sur un programme d’enquêtes socio-ethnographiques dans cinq secteurs (politique de l’emploi, insertion des jeunes, administration pénitentiaire, handicap, et logement), cet ouvrage explore les multiples facettes de la production collective du jugement sur les personnes vulnérables prises sous l’angle social, professionnel ou médical.

http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=76806&concordeid=574064

Consulter le sommaire : 574064_TOC



Citer ce billet
CDFT (2013, 4 novembre). L’expertise sur autrui : l’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements. Echos du travail. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o04d