Les liens entre organisation du travail, santé et mal être chez les hommes et femmes

Mardi 22 janvier 2013, 14h-18h, site Pouchet du CNRS en salle de conférences :

Marc Loriol, « Définition de la situation et coping collectif: dépasser l’opposition entre approches objective et subjective du mal-être au travail. »

 Si les psychologues cognitivo-comportementalistes ont, avec l’approche transactionnelle, fait du stress le produit d’une double évaluation par l’individu des difficultés et des moyens d’y faire face, les sociologues et épidémiologistes ont critiqué cette vision trop individualisante pour mettre l’accent sur des facteurs plus objectifs liés aux conditions et à l’organisation du travail. L’approche proposée ici propose une sorte de troisième voie fondée sur l’idée que l’évaluation est pour une grande part collective et que la capacité plus ou moins grande de donner un sens aux contraintes est liée aux formes d’organisation comme aux conditions dans les quelles se déroule l’activité. La variabilité de la régulation sociale du mal-être au travail sera notamment analysée à travers l’exemple de métiers très typés du point de vue du genre (infirmières, policiers, conducteurs de bus, etc.)

Armelle Testenoire, « Évènements de santé, parcours professionnel et familial : leurs interrelations. »

A partir d’une post enquête de l’enquête SIP, cette communication se propose d’analyser les interrelations entre le travail, la santé, et le parcours biographique des individus. Autrement dit, il ne s’agit pas d’analyser l’impact du travail sur la santé ou inversement, mais d’appréhender comment le travail et la santé interagissent et peuvent mutuellement se porter atteinte. Si la santé peut influer sur le travail et le travail sur la santé, cela résulte souvent d’un processus qui n’est pas linéaire. Il n’est de plus pas indépendant du genre et du parcours biographique des individu-es. C’est donc à  l’articulation de trois trajectoires : de travail, de santé et de vie familiale que seront analysés les processus de recomposition de l’action lorsque la capacité physique et psychique d’agir dans le contexte social habituel est altérée.

Séance organisée dans le cadre du séminaire « Le genre du mal être au travail », animé par Régine Bercot (Cresppa-GTM)